Partagez | 
 

 Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Mer 13 Juin - 14:38

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
Sur le chemin le menant à chez lui, son nez avait arrêté de saigner. Mais ça n’enlevait pas tous le sang séché qu’il avait un peu partout, que ça soit au niveau de son nez, de ses mains, de sa chemise aussi. Et rien n’enlevait surtout la douleur de son nez. Il était sûr et certain que cet idiot le lui avait cassé. Bon, cela dit, Leopold ne pouvait pas nier qu’il l’avait en parti mérité. Après ce qu’il avait fait, ce n’était pas grand chose comme vengeance. Le jeune homme ne savait pas exactement ce que Jane et son idiot d’âme sœur avait vécu dans les grottes, mais pour y avoir fait un tour, il savait que ça n’était clairement pas beau à voir. Il n’y avait aucune raison que ça le soit dans tous les cas. Alors oui, ce n’était pas grand chose, mais ce n’était pas pour autant que Léo appréciait. Surtout au vu de la raison qui l’avait poussé à se rendez chez son ex petite copine.

Le jeune homme ne comprenait vraiment pas comment sa sœur de cœur parvenait à faire confiance à son ex pour endosser un rôle de père pour son fils. Surtout après avoir vu le dit fils. A force de voir des bébés autour de lui, le jeune homme allait sérieusement commencer à devenir gaga. Bon pour le bébé de Perséphone, c’était encore très rapide et très court parce que le jeune homme avait dû la quitter rapidement pour aller se faire casser le nez. Mais quand même. Cela dit, rien n’enlevait le fait qu’il ne comprenait définitivement pas qu’elle lui fasse confiance. Il n’y aurait pas pire père au monde que cet enfoiré. Léo savait bien qu’il n’était pas objectif, mais quand même. La réaction du type en apprenant qu’il était père, ça avait été de lui envoyer son poing dans la figure... merci bien. Ça prouvait la hauteur d’esprit du myrihande du feu non ? Il avait hésité à se rendre chez Perséphone, histoire de lui dire qu’il avait remplit sa mission. Mais au vu de son état, il avait jugé qu’il devait rentrer chez lui. Ça aurait été pas mal cependant de montrer à sa sœur de cœur que le père de son gosse était un enfoiré mais... c’était un risque qu’elle découvre ce qu’il avait fait. Et clairement, il n’était pas à l’aise avec tout ça. Il s’en voulait quand même beaucoup d’avoir fait ça, d’être tombé aussi bas. Sans pour autant parvenir à se dire qu’il aurait pu faire autrement. Mais il avait mal agit alors... il l’avait sans doute mérité.

Il espérait quand même que cet idiot allait un peu grandir et prendre correctement ses responsabilités, quand bien même Léo s’était fait la promesse de bien veiller sur son deuxième filleul. Sur la première aussi, Dorothy méritait autant son attention, mais à la différence c’était que la petite fée avait un père digne de ce nom elle. Bon, un père chasseur qui n’allait pas manquer de déraper, mais ça il n’en savait rien. En attendant, il rentrait chez lui donc, couvert de sang en espérant que Déa serait sorti pour une quelconque raison.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Mer 13 Juin - 18:34


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
D

éa était vraiment soulagée d'en avoir enfin fini avec toutes ces paperasses administratives qui lui bouffaient la vie et tout son temps depuis la mort de ses parents. C'est comme s'il était impossible de faire son deuil sans être assailli par une foule de questionnements pragmatiques que l'on avait forcément envie de régler en second lieu dans des moments comme celui-là. Elle avait été rodée à l'exercice, malheureusement, à la mort de Mrs Ridley, mais ce n'était quand même pas pareil. Là, elle s'était sentie totalement dépassée, et même si elle avait pu bénéficier du soutien de ses proches, ça n'avait pas rendu l'épreuve moins difficile. Mais ça y est, c'était passé... normalement. Elle avait réglé les derniers détails et, pour s'en féliciter, elle avait décidé de passer le reste de sa journée étalée sur le canapé, avec la ferme intention de ne pas en bouger... encore que ce n'était pas dit, car il était très probable qu'elle ne résiste pas à la tentation d'aller voir sa filleule, dont elle était déjà complètement folle. Elle se faisait violence pour ne pas débarquer avec un cadeau à la main à chaque fois qu'elle passait la voir, c'est dire... mais ça attendrait. Pour l'instant, Déa aspirait au calme. Elle avait du boulot qui l'attendait, et un peu de ménage ne serait pas du luxe, mais à la place, elle avait décidé de se fondre dans le canapé, avec un bouquin à la main.

Quel genre de bouquin ? Un roman. Quel genre de roman ? Vous en posez des questions, vous aussi... La vérité, c'est que Déa avait à peine lu quelques lignes que Morphée était venu l'accueillir entre ses bras moelleux sans qu'elle en prenne vraiment conscience. Elle se réveilla en sursaut quand elle entendit la porte s'ouvrir, complètement désorientée, comme cela arrive quand le sommeil vous prend par surprise et qu'un réveil brutal vous ramène à une réalité inconsistante qui vous fait un instant demander quel jour on est est où on se trouve, elle se redressa d'un bond, et quand elle vit Léo faire son entrée, elle se sentait tout à coup parfaitement réveillée. Son visage ! Il était ensanglanté (est-ce qu'il ne pouvaient pas rentrer normalement chez eux sans aucun bain de sang).

-Mon Dieu, Léo !

Elle se précipita dans sa direction pour s'assurer qu'il allait bien. Son nez semblait fracturé, mais au moins, même si la blessure était impressionnante, elle n'avait pas l'air trop grave. Mais suffisamment quand même pour que Déa soit morte d'inquiétude. Il devait passer du temps avec Perséphone, qu'est-ce qui s'était passé ? Elle n'imaginait certainement pas la jeune sorcière frapper son frère de coeur. Ou bien avait-il croisé Hélio en chemin... Elle se disait, malheureusement, qu'il serait dans un bien pire état si c'était le cas. Il n'y avait qu'un moyen de le savoir.

-Qu'est-ce qui s'est passé ?
demanda-t-elle en l'invitant à s'asseoir dans le salon le temps qu'elle cherche leur trousse de premiers secours.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 24 Juin - 11:16

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
Leopold aurait bien aimé que Déa ne soit pas présente chez eux, parce qu’il n’avait simplement aucune envie de l’inquiéter. Même si le jeune homme était quelque peu remonté contre Baker et qu’il se demandait vraiment pourquoi Perséphone le laissait envisager d’avoir une place de père dans la vie de son bébé, il savait bien qu’en soit la situation n’était pas si grave que ça. Bon, il avait clairement mal au nez et il était évident que ce dernier était cassé. Mais bon, concrètement, ce n’était pas comme s’il allait pouvoir y faire grand-chose. Au moins, il était en un seul morceau, ce n’était pas rien quand même. Parce que vu ce que lui-même avait fait aux Baker, ce n’était vraiment pas anodin qu’il s’en soit sorti en un seul morceau. Quand bien même, dans tous les cas, Léo ne voyait toujours pas comment sa sœur de cœur pouvait faire confiance à son ex petit ami. À sa place, il ne le laisserait même pas approcher de l’enfant. Mais bon…

Il aurait donc aimé que Déa ne soit pas là pour ne pas l’inquiéter, mais c’était raté. Elle était là et quand elle le vit, elle réagit forcément vivement. À sa place, Léo aurait sans doute eu la même réaction. Surtout au vu des quelques ennuis qu’ils avaient eu il n’y avait pas si longtemps que cela. Raison pour laquelle, justement, Léo n’avait eu aucune envie d’inquiéter sa petite amie. Il se laissa conduire jusqu’au salon, alors que Déa prenait leur trousse de premier secours. Quand bien même, il n’y avait sans doute pas grand-chose à faire, en dehors de nettoyer un peu ce sang qu’il avait partout.

« Perséphone à accoucher. » Dit-il alors, même si ça n’expliquait clairement pas comment il avait fait pour se retrouver dans cet état. Enfin c’était logique, mais il se doutait que Déa n’allait pas faire tout de suite le rapprochement. À moins d’imaginer que pendant l’accouchement, la jeune femme avait décidé de lui envoyer son poing dans la figure… mais ce n’était pas le cas. « Elle m’a demandé d’aller prévenir Baker que son bébé était arrivé. »

Il n’en dit pas plus, il se doutait que sa petite amie allait faire le rapprochement maintenant. Parce qu’elle était bien placée quand même pour savoir que Baker avait énormément de chose à lui reprocher. Contrairement à sa sœur de cœur, la sirène était dans la confidence et elle avait même tenté de l’empêcher de faire une connerie. Si Leopold l’avait écouté, il n’en serait pas là maintenant d’ailleurs. Bon, il aurait peut-être encore le Sorcier sur le dos. Ce qui allait peut-être être le cas encore d’ailleurs, si ce dernier revenait à la charge parce que les myrihandes du feu ne se trouvaient plus entre ses griffes d’ailleurs. Mais Léo espérait quand même qu’il ne le ferait pas. Parce qu’il avait rempli sa part du marché et qu’il n’était pour rien dans le fait que son ancien séquestrateur était incapable de garder ses prisonniers emprisonnés justement.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 24 Juin - 11:40


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
E

n guise de réponse, tandis que Déa s'appliquait à nettoyer le sang qui maculait le visage de son petit ami le plus prudemment et le plus délicatement possible, Léo lui apprit que Perséphone avait accouché. En soi, c'était une excellente nouvelle, et la jeune femme ne demandait qu'à s'en réjouir au maximum, mais au vu de l'état dans lequel lui revenait le jeune homme, elle était plutôt incapable d'exprimer d'office ses félicitations, quand bien même elles seraient sincères. A quoi devaient-ils ce nez potentiellement cassé ? Difficile à dire en réalité. Est-ce que Perséphone avait eu un geste malheureux pendant son travail ? Ce ne serait pas très surprenant en soi ? Après tout, un accouchement, c'est douloureux, et on peut parfois ne pas contrôler ses gestes. Mais il n'y avait en fin de compte pas que ça. Déa se crispa quand elle entendit le jeune homme ajouter que la jeune maman avait demandé à son frère de coeur de prévenir son papa. Quelle idée ! Elle appréciait Perséphone, mais elle ne comprenait pas cette insistance à vouloir que le père de son enfant ait un rôle à jouer auprès de ce dernier alors qu'il était évident qu'on ne faisait pas plus irresponsable qu'Edward Baker. Mais bon, c'était sa décision. Après, ça n'avait pas été plus malin de demander au rival privilégié de son ex de le prévenir qu'il était papa... surtout après que cet ex ait condamné son rival aux grottes et aux méfaits du Sorcier... mais pour la défense de Perséphone, elle n'était pas au courant de cela. Et pour son propre bien, il valait mieux que les choses demeurent ainsi pour de bon. Au moins, ceci expliquait cela, à présent.

-Mais quel connard, celui-là...,
s'indigna Déa.

Elle pourrait reconnaître que Léo ne l'avait peut-être pas volé, mais il ne fallait pas oublier que c'était Edward qui, en premier, lui avait fait le plus grand mal, sans oublier le fait que dans tous les cas, ce n'est pas ainsi que devrait se comporter un père venant d'apprendre que son enfant vient de naître. Mais il ne fallait sans doute pas attendre de la part d'Edward Baker de savoir se comporter dignement. Apparemment, ce n'était pas son truc, mais alors, pas du tout. Et non, même si Déa connaissait tous les tenants et aboutissants de l'histoire, elle n'avait pas pour autant envie de trouver des circonstances atténuantes au myrihande du feu.

-S'il a été capable de faire ça, tu imagines ce qu'il pourrait faire subir à Perséphone ? ou même à son enfant ?

Honnêtement, elle n'était pas rassurée de découvrir tout ça. Ils savaient tous que le jeune homme n'était pas quelqu'un de fiable, et ça avait tout l'air de se confirmer à l'heure actuelle. Ils allaient devoir le surveiller de près, de très près, même.









code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 1 Juil - 20:06

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
Leopold, même s’il avait mal au visage, sourit quand il entendit Déa traiter Edward Baker de connard. Il adorait ça. Il adorait le fait que sa petite amie pense de la même façon que lui, qu’ils soient sur la même longueur d’onde. En même temps, Déa était quand même bien placé pour savoir ce que Baker lui avait fait et à quel point il avait souffert à cause de lui et de Jane. C’était plaisant à entendre oui. Bon, c’était peut-être un peu vif, mais en même temps c’était ce qu’il appréciait vraiment. L’idée qu’elle le défende, c’était forcément agréable. Comment ne pas apprécier ? Et puis, ça venait du cœur en prime. Bon, en même temps, encore une fois, Léo n’avait pas volé la colère de Baker contre lui, malheureusement et s’il s’en sortait juste avec un nez cassé ce n’était pas trop mal. En espérant que s’ils se recroisaient de nouveau, il n’allait pas de nouveau lui sauter dessus comme il l’avait fait. Surtout s’ils devaient se croiser auprès de Perséphone et de leur enfant... à choisir, Léo appréciait le fait que sa sœur de cœur continue d’ignorer qu’il était responsable de la disparition de son ex petit ami et père de son enfant.

Déa ne manqua pas de soulever un point important d’ailleurs, en mentionnant ce qu’il serait capable de faire à Perséphone ou à leur enfant. Leopold ne savait pas du tout jusqu’où son ancien rival serait capable d’aller, mais il était évident qu’il n’avait aucune confiance en lui. Il savait à quel point ce type pouvait être un enfoiré, même s’il n’avait pas vu de ses propres yeux ce qu’il pouvait faire.

« Perséphone et son fils n’ont pas eu le malheur de l’envoyer dans les grottes non plus... » Répondit-il pour temporiser un peu les choses, même si Baker ne méritait pas du tout qu’il le fasse. Mais il ne mentait pas, Perséphone n’avait jamais fait de mal à Baker. Et logiquement, il n’avait aucune raison de la haïr. Est-ce que ça voulait dire qu’on pouvait lui faire confiance. Absolument pas. Dans tous les cas, ce type restait quelqu’un de malsain et clairement pas fait pour être père. « Mais je n’ai pas l’intention de le laisser leur faire quoi que ce soit. » Ça ne le concernait pas vraiment en réalité, mais le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de s’en préoccuper. Parce qu’il aimait Perséphone, parce que son fils – même s’il ne l’avait pas vu beaucoup – il l’aimait déjà aussi. « C’est le rôle d’un parrain non ? » Ajouta-t-il dans un petit rire. Même si en soit, Léo ne savait même pas si c’était encore réellement officiel, si Baker savait. Dans ce cas, il ne l’accepterait clairement pas, encore moins avec ce qu’il avait fait. « Ils vont devoir se calmer un peu nos amis quand même là. » Reprit-il toujours avec légèreté ne pouvant pas s’empêcher de faire cette remarque. Parce que mine de rien, il était parrain deux fois maintenant.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 1 Juil - 20:35


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
L

éo avait beau dire, Déa ne se sentait pas rassurée pour autant, bien loin de là, à l'idée que ce type malsain ait quelque rôle que ce soit à jouer dans la vie de Perséphone et de son fils. Certes, elle ne connaissait pas très bien la jeune sorcière, mais suffisamment bien pou l'apprécier et pour vouloir que rien de grave ne lui arrive. Bon, Léo retournait le couteau dans la plaie en lui rappelant ce qu'il était inutile de rappeler, à savoir le fait qu'il lui en ait collé une venait en grande partie du fait qu'il les avait livré, lui et sa femme, au sorcier. Mais aux yeux de la jeune femme, ce n'était pas pour autant qu'Edward était quelqu'un de fiable. Il était manifestement très violent (l'épisode de la mort de Mr Ridley en disait long à ce sujet), et il était instable. Il était par conséquent incapable d'être un bon père aux yeux de Déa, et si elle se serait fichue e la manière dont lui et Jane auraient voulu élever leurs enfants hypothétiques, il n'en était pas de même quand il était question de quelqu'un dont elle se sentait proche, et qui était certainement la personne la plus douce et la plus innocente du monde (ou bien la deuxième après Penny, elles s'équivalaient sur ce point). Alors il était évident qu'ils allaient devoir veiller au grain, et Léo en avait effectivement toute la légitimité, puisqu'il était le parrain du petit. Parrain pour la deuxième fois en peu de temps. C'est vrai que leurs amis n'y allaient pas de main morte ces derniers temps. A se demander qui serait le prochain sur la liste. (Honnêtement, Déa estimerait assez légitime d'être la prochaine sur la liste, mais elle allait s'épargner d'exprimer cette pensée à voix haute.

-J'avoue qu'ils ont fait fort,
reconnut Déa dans un sourire, préférant s'attarder sur cette observation plus légère que de s'appesantir sur l'état où Léo lui était revenu.

L'essentiel était qu'il aille mieux à présent. Mais c'est de ta faute, aussi, si tu n'étais pas aussi exceptionnel, tous les futurs parents du monde ne chercheraient pas à te nommer parrain, plaisanta-t-elle, même si au fond, ce n'était pas faux, et elle comprenait bien qu'il soit le premier choix de beaucoup. Parce que Léo était vraiment une perle rare.

-Bon alors, dis-moi, comment il est ton filleul ?

C'est pas tout ça, mais avec ces histoires, il oubliait de poser les questions qui étaient les plus importantes, et pourtant, elles étaient évidentes. Ce qui comptait pour l'instant, ce n'était pas les crises de nerfs de ce connard total d'Edward Baker mais bel et bien la naissance du fils de Perséphone (puisque les paroles de Léo lui avaient fait comprendre qu'il s'agissait d'un petit gars).




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Mer 5 Sep - 14:01

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
À choisir, il valait mieux que Leopold et Déa se penchent plus sur des sujets légers que de revenir encore et encore sur le fait que Baker était un connard fini, mais surtout que Léo avait sans doute mérité le coup que le jeune homme lui avait donné dans le nez. Le jeune homme n’avait aucune envie de parler à Edward ce qu’il avait fait, il le considérait clairement comme un sacré connard et il trouvait son comportement clairement pas fiable, surtout pour un jeune père. Au lieu de se préoccuper du sort de son fils, de courir le voir, il avait pris la peine de lui fracasser le nez. Il n’y avait pas grand-chose de plus à dire. Edward était un connard, mais en un sens, Leopold avait clairement mérité l’ire de ce dernier. Il regrettait ce qu’il avait fait, il regrettait de les avoir envoyés aux grottes et sans doute qu’il ne payait pas encore suffisamment le prix. Il allait le payer un peu plus cher prochainement, mais il ne s’en rendait pas encore compte.

Léo avait juste envie de se concentrer sur les bonnes choses donc, sur les bonnes nouvelles. Parce qu’à côté de tout cela, Perséphone venait surtout d’accoucher et elle avait son bébé maintenant. Alors, même si Edward était un con de père, ça n’enlevait pas que le petit de Perséphone était quand même là et c’était une très bonne nouvelle. Leopold afficha un sourire quand Déa confirma que leurs amis avaient fait fort. Entre Penny et Perséphone, ils se retrouvaient clairement entouré de gamin maintenant. Le jeune homme leva les yeux au ciel quand la jeune femme précisa en prime que c’était de sa faute, parce que s’il n’était pas si exceptionnel, le futur parent ne chercherait pas à l’avoir comme parrain. Il ne pouvait évidemment pas croire les propos de la jeune femme, bien au contraire. Il s’avérait simplement que ses meilleurs amis avaient juste des enfants et qu’ils n’avaient pas forcément d’autre choix. Non parce que si Andrew avait eu une relation avec une humaine, il aurait très bien pu choisir Aaron également. Et du côté de Perséphone, elle n’avait pas grand monde (bon il y avait Julian, mais il osait croire qu’elle n’aurait jamais pu faire ce genre de choix).

« Il est adorable. »
Répondit-il quand Déa le questionna sur comment était son filleul, qui l’était encore techniquement pour le moment, mais pas pour longtemps. « Il est vraiment très mignon. Enfin, il l’a été après une petite toilette quand même. » Non parce que forcément, un tout nouveau-né ce n’était pas forcément très mignon en réalité. « N’empêche, avec tout ça, on va avoir pas mal d’entraînement. » Ajouta-t-il dans un sourire en coin.

Non parce qu’ils avaient quand même des enfants un peu autour d’eux. Au moins, ils allaient pouvoir s’entraîner pour… plus tard. Avoir les côtés positifs des enfants, sans les problèmes. Non pas que les enfants soient forcément un problème, mais il y avait forcément des moments plus compliqués que d’autres.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Mer 5 Sep - 18:08


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
L

a réponse de Léo n'avait rien pour surprendre Déa. Au vu des circonstances, elle se doutait bien du fait que, à moins que l'enfant de Perséphone soit d'une laideur sans nom, le jeune homme le trouverait forcément adorable. Parce qu'il était l'enfant de sa mère, et même s'il était celui de son père. Il était son parrain, et Déa savait combien Léo se sentait proche de celle qu'il considérait comme une petite soeur. Il saurait adresser à ce petit la même tendresse qu'il communiquait déjà à Dorothy. La question ne se posait même pas, Léo était un super parrain, et cela s'entendait même dans la façon qu'il avait de parler de ses filleuls. La jeune femme afficha un sourire amusé quand son petit ami daigna tout de même se corriger qu'il n'avait pas été tout de suite très agréable à voir tout de même. La jeune femme s'en serait très clairement doutée. Elle n'avait jamais assisté à aucun accouchement (et n'en avait pas forcément envie, du moins si ça devait être celui de quelqu'un d'autre), mais elle en avait suffisamment entendu pour savoir qu'avant que le bébé ne soit nettoyé et rendu présentable, c'était plus dégueulasse que mignon... mais c'était le genre d'images qui s'effaçaient bien vite derrière le regard et le sourire attendrissant de ces petites têtes blondes (même si, dans le cas de Perséphone, la petite tête avait davantage de chances d'être brune, ceci dit). Elle s'apprêtait à faire une blague quelconque ou à poser plus de questions sur le petit, mais ce fut alors que le jeune homme enchaîna... avec une remarque qui fit naître un sourire sur le visage de la sirène qu'elle n'avait pas su s'empêcher de laisser éclore. Elle hésita quelques instants avant de reprendre la parole, sachant que d'une simple remarque légère, elle pourrait exprimer quelque chose de bien plus sérieux.

-T'en aurais envie... ?

Envie d'avoir des enfants... Sans se l'être dit concrètement, ils en avaient déjà parlé à mi-mot, du fait qu'ensemble, c'était quasiment certain qu'ils fonderaient une famille, mais il est vrai que la question la titillait de plus en plus, et le fait que des bébés fassent irruption dans leur vie un peu partout rajoutait aux questions qu'elle se posait à ce sujet. Elle ne s'était jamais trop visualisé en maman, mais depuis que Léo étaient ensemble, et puisque tout se passait si bien entre eux, l'idée devenait de plus en plus prégnante... Léo était l'homme de sa vie, là-dessus, elle n'avait pas l'ombre d'une hésitation, et loin de lui faire peur, l'idée de fonder une famille avec lui lui plaisait de plus en plus. Et certes, même s'ils étaient encore jeunes, ce devenait de leur âge que d'y penser. Pas que cela veuille dire qu'ils doivent envisager d'avoir un enfant là, maintenant tout de suite... Mais qu'ils puissent en avoir l'envie, c'était déjà révélateur de quelque chose.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 14 Oct - 17:38

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
Ils en avaient déjà plus ou moins parlé, le sujet était déjà arrivé sur la table. Et c’était évident, ils avaient quand même des proches qui avaient des enfants, même si pour le cas de Perséphone c’était un peu spéciale. Le sujet était déjà arrivé sur la table donc, ils avaient plus ou moins sous-entendu qu’ils auraient des enfants ensemble un jour, que ça allait faire une jolie ribambelle avec les enfants de Penny et de Andrew. Oui, ils en avaient donc déjà parlé, mais ça avait été léger, comme un songe au final. Là, ça commençait quand même à devenir un peu plus concret. Sans doute le fait que Dorothy et Samuel étaient entrés dans leurs vies, qu’ils étaient complètement gaga de la petite fée de Andrew et Penny (et en même temps il y avait de quoi, cette petite fille allait les mener à la baguette). Et puis, le simple fait qu’ils soient ensemble, qu’ils vivent ensemble, qu’ils se projettent ensemble. Léo avait toujours su qu’un jour il aurait des enfants et malheureusement pendant trop longtemps, il s’était dit que ça serait avec Jane (même si elle n’avait clairement jamais exprimé le même souhait). Là le jeune homme le savait, il aurait des enfants avec Déa parce qu’elle était la femme de sa vie. Est-ce que ça voulait dire qu’ils auraient des enfants tout de suite ? Pas forcément ils avaient encore du temps devant eux, ils étaient encore jeunes (et malheureusement ils avaient clairement des choses à régler avant). Mais rien ne les empêchait d’en avoir envie. Leopold afficha un sourire d’ailleurs à la question de Déa, aimant sous-entendre ce que ça signifiait pour elle.

« Avec toi, bien sûr que j’en ai envie. »
Répondit-il, son regard planté dans celui de la jeune femme.

Avec elle, il avait envie d’avoir des enfants. Bon, il avait toujours eu envie d’être père un jour, ça semblait être un peu dans l’ordre des choses. Et il lui semblait simplement évident maintenant que Déa et lui auraient une famille un jour. Quand bien même, s’ils n’en avaient pas, ça ne changerait rien au fait qu’ils étaient simplement heureux ensemble.

« Tu es la femme de ma vie. » Il le lui avait déjà dit et il pourrait le lui dire encore plus de fois d’ailleurs. Mais ce n’était pas juste pour dire ça qu’il commençait comme ça. La conversation devenait peut-être un peu trop sérieuse, mais là tout de suite Léo avait besoin d’exprimer certaine chose. « J’ai envie… » Leopold plongea plus encore ses yeux dans ceux de sa petite amie, marquant une courte pause avant de reprendre. « J’ai envie que tu sois ma femme, que tu sois la mère de mes enfants. Tu es ma famille et je veux qu’on devienne de vieux déchets toutes les deux côtes à côtes. »

Ça ne semblait pas forcément idyllique dit comme ça, mais c’était quand même la première fois que Léo exprimait le désir si concrètement le fait de fonder une réelle famille avec Déa, en aillant des enfants, en s’unissant.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 14 Oct - 17:58


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
C

ertaines évidences n'avaient peut-être pas besoin de se dire, mais c'était comme ça, Déa avait bien souvent besoin de mettre des mots sur les choses, même si elle préférait les actes aux mots, il y avait certaines choses, souvent les plus importantes, qui ne pouvaient s'exprimer qu'en mots, alors oui, elle avait envie d'entendre que Léo et elle étaient sur la même longueur d'ondes, qu'ils poursuivaient les mêmes désirs, qu'ils voulaient la même chose. Quelque part, ce devait leur paraître évident. Même s'ils n'en avaient jamais discuté trop directement, ils l'avaient quand même sous-entendu assez pour que le doute ne soit que peu permis. Malgré tout, oui, Déa aimait entendre son petit ami, l'homme qu'elle aimait plus que tout au monde, renforcer ses certitudes. Il ne se contentait pas d'affirmer que l'idée lui plaisait ou qu'il était capable de l'envisager, il l'exprimait comme une évidence. Oui, il voulait fonder une famille avec elle, parce qu'elle était la femme de sa vie. Ce qui ne signifiait évidemment pas qu'ils devaient décider dans la seconde de devenir parents alors qu'ils pouvaient parfaitement prendre leur temps, mais au moins, ils étaient effectivement au même stade de leur relation. Ce pouvait sembler normal, mais Déa avait parfois l'impression d'avoir pris trop d'avance sur Léo, à l'avoir espéré pendant si longtemps alors que lui-même n'avait d'yeux que pour une autre avec qui il façonnait les rêves qu'elle avait pour eux deux. Il aurait tout à fait pu vouloir la freiner, parce que même s'ils étaient ensemble depuis un moment, ce n'était pas si vieux non plus... Mais non, il l'affirmait, il le répétait, il en était sûr : elle était la femme de sa vie, comme elle ne pouvait clairement pas douter du fait qu'il était l'homme de sa vie.

La suite était encore plus belle. Il voulait qu'elle devienne sa femme, il voulait qu'elle devienne la mère de ses enfants, il voulait qu'ils passent leur vie ensemble, qu'ils vieillissent ensemble. Que pourrait-elle espérer de plus ? Tout était dit. Déa avait craint que son expérience avec Jane l'ait fermé à ce genre de êrspective. Après un "mariage" aussi catastrophique, elle aurait trouvé logique qu'il ne veuille plus jamais être le protagoniste de ce genre de cérémonie... et pourtant, elle, elle mourait d'envie de se faire passer la bague au doigt. Il faut croire qu'elle était plus midinette qu'elle ne l'aurait cru. Elle sourit de plus belle à la dernière remarque qu'il prononça.

-C'était très romantique, jusqu'à ce que tu parles de déchets
, dit-elle, amusée. Elle déposa ses lèvres sur les siennes. Je crois que tu as dit en une phrase tout ce que j'ai toujours voulu entendre.

Avant même de se rendre compte qu'elle le voulait.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 28 Oct - 15:07

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
C’était des évidences, mais en même temps il était peut-être temps de les exprimer réellement. Leopold avait conscience que par moment, il n’était peut-être pas le plus expressif des petits amis. Non pas qu’il ait besoin de cacher ses sentiments ou même qu’il ait envie de se retenir, mais après les expériences qu’il avait vécues, il était parfois un peu sur la réserve. Mais son avenir lui semblait clair, il allait le passer avec Déa et c’était aussi simple que cela. Cependant, il ne pouvait pas nier le fait qu’il ne s’exprimait pas toujours peut-être par peur. Il avait envisagé un tas de chose avec Jane, il l’avait demandé en mariage sur un coup de tête quand il était revenu des grottes, et il s’était rendu compte après coup qu’il avait fait une erreur. Il ne pensait pas faire une erreur avec Déa, bien au contraire, il avait le sentiment d’être clairement à sa place.

Leopold afficha un sourire quand sa petite amie précisa que sa déclaration était très romantique jusqu’à ce qu’il parle de déchet, pour le coup le jeune homme ne pouvait pas lui donner tort, bien au contraire. Mais en même temps, le jeune homme avait clairement parlé avec son cœur et c’était ça qu’il ressentait. Et il semblait que ça soit justement ce dont la jeune femme avait besoin, puisqu’elle ne manqua pas de préciser qu’il avait dit en une phrase ce qu’elle avait toujours voulu entendre. Le jeune homme avait conscience qu’il aurait sans doute dû lui dire tout cela plus tôt. Parce que encore une fois, ce n’était pas comme s’il ne pouvait pas le dire plus tôt. C’était juste qu’il ne s’exprimait pas toujours sur ce qu’il ressentait, peut-être trop positionné sur les choses évidentes de leur relation, sans se rendre compte que Déa avait besoin de plus. Et lui, il avait envie de plus, aussi en un sens. Mais encore une fois, c’était toujours un peu compliqué, la peur de l’engagement sans aucun doute. Léo se contenta d’abord de s’emparer à son tour des lèvres de la jeune femme, pour l’embrasser.

« J’aurais dû te le dire avant alors. » Il avait conscience que Déa avait de bonne raison de douter par moment et il savait bien qu’elle prenait sur elle, qu’elle ne voulait pas le bousculer. Et tant mieux, parce qu’au final ils n’avaient pas besoin de se précipiter. Certain élément pourrait donner le sentiment qu’ils devaient justement profiter tant qu’ils le pouvaient encore, parce qu’ils avaient vraiment conscience que la vie était courte. Et en même temps, Léo s’était bien trop précipité dans le passé pour avoir envie de recommencer. Mais en même temps, ils devraient peut-être avancer justement. L’avenir lui semblait sûr, il allait vivre toute sa vie avec Déa, ils fonderaient une famille un jour (ils n’avaient pas besoin de le faire tout de suite), mais en même temps c’était peut-être justement le moment d’évoluer, d’avance. « Tu veux… » Léo ne put s’empêcher d’hésiter un peu. « Tu veux qu’on… se mari ? »
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 28 Oct - 15:25


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
D

éa afficha un léger sourire quand Léo affirma qu'il aurait dû prononcer tous ces mots avant. Elle n'était pas forcément du même avis. Oh, bien sûr, elle aurait voulu les entendre plus tôt, parce c'était si évident pour elle qu'elle avait envie que ce le soit pour lui aussi. Mais elle ne pouvait bien évidemment que comprendre la situation et à quel point celle-ci était complexe pour Léo. Evidemment, la jeune femme ne pouvait pas en vouloir à Léo de ne pas avancer au même rythme qu'elle. Pour commencer, elle avait pris conscience de ses sentiments pour lui bien avant que lui-même réalise qu'ils étaient réciproques, ensuite, même si son histoire avec Hélio s'était conclue de façon dramatique, elle n'avait jamais enduré de rupture et de désillusion sentimentale telle que celle qu'il avait vécu, elle n'avait jamais crue être mariée à une salope sans coeur.

C'était évidemment normal qu'il soit plus... mesuré dans sa manière de faire les choses, même s'ils étaient ensemble depuis un moment à présent, même si tout se passait pour le mieux entre eux. Elle avait des rêves, des envies, elle ne demandait pas à Léo de les exaucer immédiatement, même si elle se sentirait complètement prête pour cela, elle avait juste eu besoin d'entendre qu'il y serait prêt, à un moment ou à un autre, qu'il se voyait faire sa vie avec elle et venir à bout de nombreux projets. Et c'était ce qu'il venait de lui dire, ce qu'il venait de lui promettre, pas pour lui faire plaisir mais parce qu'il le pensait, et c'était tout ce qu'elle avait besoin d'entendre. Pourtant, ce ne fit pas tout ce qu'il lui donna. Elle voulait... elle voulait quoi ?


Elle resta un moment interdite. Certes, ça ne sortait pas de nulle part au regard de la conversation qu'ils venaient d'avoir, mais malgré tout, elle ne s'était absolument pas attendue à cela... pas ici, pas maintenant, pas tout de suite. Elle se demandait, maintenant, s'il prononçait ces mots avec le coeur, ou si elle lui forçait la main sans faire exprès, quelque part, à sous-entendre à ce point qu'elle aimerait devenir sa femme un jour.

-C'est...
dit-elle, retrouvant (finalement l'usage de la parole). C'est une vraie proposition ? demanda-t-elle, un peu sonnée mais souriante. Est-ce que la question se posait seulement ? Est-ce qu'il n'était pas évident que Déa ne demandait rien d'autre que de pouvoir devenir la femme de l'homme qu'elle aimait, plus que tout, du plus profond de son être. Parce que si c'est une vraie proposition, tu devrais au moins te mettre à genoux, ajouta-t-elle d'un ton amusé.

Mais à vrai dire, elle ne prononçait pas ces mots pour rien. Si elle prenait les choses ainsi, c'était avant tout pour s'assurer qu'il était sûr de lui, et lui donner l'occasion de se raviser si jamais.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 28 Oct - 17:04

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
Bon, d’accord, ce n’était clairement pas ce que Leopold avait prévu. Cette discussion prenait clairement un tournant qu’il n’avait pas envisagé avant de passer la porte de leur maison, après son accroche avec Baker. Mais en même temps, il n’y avait sans doute pas plus sincère que les mots prononcés sans qu’ils ne soient prévus. Ça semblait évident pour Leopold qu’il allait terminer sa vie en compagnie de Déa, il n’envisageait même pas de penser le contraire. Sa vie était destinée à être passé avec la femme qu’il aimait, avec la femme de sa vie. Il s’était trompé autrefois, il avait mis du temps avant de s’en rendre compte, mais maintenant c’était évident. Et donc oui, il voulait que Déa soit à jamais à ses côtés et le mariage, il y avait déjà pensé sans pour autant se lancer dans l’aventure. Comme il avait déjà envisagé au jour où il pourrait fonder une famille, voulant que ça soit avec Déa parce qu’il n’y avait aucune raison que ça ne soit pas le cas. S’il devait avoir des enfants un jour, le jeune homme voulait que ça soit avec Déa, il n’y avait pas de question à se poser.

Alors oui, il se demandait si elle voulait se marier. Ce n’était pas quelque chose qu’ils avaient abordé déjà. Au fond, Léo ne savait même pas vraiment si c’était quelque chose que la jeune femme désirait, le mariage. Parce que ce n’était pas entièrement indispensable. Bon, le jeune homme avait toujours eu envie de se marier un jour et c’était ce qu’il avait fait, mais clairement pas avec la bonne personne. Maintenant, c’était forcément un peu différent. Et de son coté, il ne savait même pas si c’était quelque chose que Déa avait envie. Et ils n’avaient pas forcément besoin de le faire, ce n’était pas indispensable, après tout Andrew et Penny s’en sortaient très bien sans se marier (et on ne pouvait pas dire qu’on leur laissait le choix non plus). Mais eux, ils avaient le choix et s’ils le voulaient… eh bien, il n’y avait rien qui pouvait les retenir. Pendant un moment, Léo crut que Déa n’allait rien répondre du tout, mais elle le fit finalement. Elle lui demanda si c’était une vraie proposition, sans doute surprise par sa question. Et elle avait de quoi être surprise, il ne pouvait clairement pas lui en vouloir. Parce qu’on ne pouvait pas dire qu’il avait préparé son coup et qu’il faisait ça dans les normes. Une chose était sûre… elle en avait envie et donc si c’était le cas alors oui c’était une vraie proposition. Il ne pensait pas douter de ce qu’elle lui répondrait.

« Je ne savais pas que ces traditions te tenaient à ce point à cœur. »
Dit-il dans un fin sourire, avant de prendre les mains de Déa dans les siennes et de se mettre vraiment à genou. Il ne doutait pas, parce qu’il était sûr que la femme sous ses yeux était la femme de sa vie et il n’y avait aucune raison qu’il se ravise. « Est-ce que tu veux qu’on se mari ? »
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 28 Oct - 17:31


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
D

éa était prise au dépourvu, mais c'était certainement la plus belle façon de l'être, en l'occurrence. Parce qu'elle avait sous les yeux l'homme de sa vie, celui qu'elle aimait et espérait depuis une éternité, et ce dernier semblait vouloir faire d'elle sa femme. Semblait, oui, parce qu'elle se demandait tout de même s'il lui demandait seulement son opinion sur le mariage ou s'il lui demandait sa main. Dans un cas comme dans l'autre, la réponse était évidente, pour elle. Oui, Léo avait bien évidemment raison, toutes ces traditions un rien pompeuses ne lui avaient jamais forcément tenu à coeur, et d'ailleurs, avant que Léo lui annonce qu'il avait demandé Jane en mariage et qu'elle comprenne à quel point elle voudrait se retrouver à sa place, elle ne s'était jamais imaginé devenir la femme de personne. Mais avec Léo, c'était différent. Elle ne l'expliquait, mais c'était pas comme ça, elle voulait seulement écouter son coeur, et son coeur lui disait qu'un beau mariage, en présence de tout leur proche, serait une belle consécration pour leur amour. Et ils le méritaient, non ? Oui, bien sûr qu'ils le méritaient. Et ce n'est pas comme s'ils prenaient des risques en s'engageant ensemble. Mariés ou pas, ils savaient très bien qu'ils passeraient le reste de leur vie ensemble. Là, ils consacreraient juste leur relation de manière officiel. Et même si c'était assez m'as-tu-vu, comme façon, de faire, elle ne pouvait pas nier que ça lui plaisait quand même sacrément. Elle était folle de lui, il n'avait eu de cesse de lui prouver qu'il l'aimait, alors, pourquoi ne pas se lancer, tout simplement.

Léo, après l'avoir moquée gentiment (ce qui était de bonne guerre, car elle ne s'était pas privée de le faire de son côté non plus), attrapa sa main dans la sienne et se mit... véritablement à genoux, pour le coup. Déa se sentit tout à coup saisie par la solennité du moment et ne put s'empêcher de trembler un peu, son coeur de battre plus fort. La question était toujours formulée de la même manière, qui n'était pour le coup pas très conventionnelle. Est-ce que tu veux qu'on se marie, ce n'est pas veux-tu m'épouser, mais quelque part, Déa préférait cette formulation, qui mettait en avant leur engagement l'un à l'autre bien plus que l'appropriation de l'un par l'autre. Son sourire s'agrandit... Elle ne s'était pas attendue à ça, même si elle y avait souvent pensé, et malgré elle, elle se sentit plus émue qu'elle ne l'aurait soupçonné. Déa se baissa, et se mit à son tour à genoux pour arriver à son niveau. Et avant de dire quoi que ce soit, elle déposa ses lèvres sur les siennes avec tendresse.

-Oui,
dit-elle finalement une fois ses lèvres éloignées des siennes. J'en meurs d'envie. Elle marqua une légère pause. Et toi ? Tu es sûr que tu es prêt à... remettre ça ?






code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Dim 28 Oct - 21:16

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
C’était à se demander si Leopold était capable de faire une demande en mariage préparée, sans que ça ne soit sur le coup. Comme ça, sans préparation, sans avoir même anticipé de le faire. Dans tous les cas, il n’envisageait pas que ça puisse arriver une autre fois, alors on ne saura jamais si c’était possible qu’ils préparent ce genre de question avant de les poser. Qu’il envisage de prévoir une demande en mariage digne de ce nom. En cet instant précis, Léo ne pouvait pas nier qu’il était un peu pris au dépourvu quand même. Non pas qu’il puisse envisager de poser cette question sans la penser réellement, mais leur conversation avait mené à ce résultat. Le fait qu’ils commencent à parler de leur futur, de leur éventuelle futur familiale, du fait qu’ils pourraient très bien avoir des enfants ensemble… eh bien de fil en aiguille on en arrivait là tout simplement. Parce qu’il y avait déjà pensé évidemment, parce qu’il savait qu’il allait finir ses jours avec Déa et donc forcément il avait envie de faire d’elle sa femme, la mère de ses enfants. Alors pourquoi pas commencer par ça ?

Donc oui, s’il devait se mettre à genou pour lui faire une demande digne de ce nom, alors il allait le faire tout simplement et ce fut ce qu’il fit. Quand Déa se mit à genou à son tour, arrivant à sa hauteur, l’embrassant tendrement, Léo osait croire qu’elle dirait bel et bien oui. En même temps, il ne doutait pas tellement de cette réponse au vu de ce qu’ils s’étaient dit plus tôt, mais quand même il était soulagé de se dire que c’était quand même bon signe qu’elle l’embrasse. Parce que mine de rien, vraiment, Leopold commençait sérieusement à s’inquiéter. Son cœur avait pris une allure incroyable et ce fut encore plus le cas quand elle reprit la parole, pour lui dire « oui ». Oui ? Oui. Alors c’était fait, alors c’était le cas… ils allaient se marier ? Mine de rien, Leopold ne pouvait pas nier qu’il avait encore un peu de mal à réaliser. En grande partie parce qu’il ne s’attendait pas lui-même à lui poser une telle question. Elle en mourrait d’envie donc, et là le jeune homme avait juste envie de se dire qu’il était le plus heureux des hommes. Même si Déa avait encore des doutes, ce qui n’était pas si étonnant en réalité.

« Remettre quoi ? » Demanda-t-il dans un fin sourire. « Me marier avec une fille déjà mariée et enceinte de quelqu’un d’autre ? Si t’as envie de me faire ce coup, alors non ça ne me tente pas. » Bon, il n’arrivait pas toujours à plaisanter de ce que Jane lui avait fait autrefois et ce qui avait poussé le jeune homme à les envoyer dans les grottes, ce qui aurait quelques conséquences, mais là il n’avait pas envie de se prendre la tête avec ça. « Ça n’a rien à voir et… j’ai envie de mettre ça avec toi. »
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Lun 29 Oct - 17:51


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
D

éa ne pouvait que difficilement ignorer le passé de Léo (et d'ailleurs, ce serait une très mauvaise chose que de l'ignorer au vu de l'impact que ce dernier avait eu sur leurs vies, pas seulement celle du jeune homme), même si elle faisait au mieux pour éluder la question, autant pour le préserver lui que pour se préserver elle-même. Mais là, elle ne pouvait pas non plus faire comme si elle ignorait le fait que son fiancé (ce qu'il était devenu à l'instant même) aurait dû en épouser une autre, avait cru en épouser une autre... Cela devait forcément avoir une incidence sur sa vision du mariage, difficile qu'il en soit autrement. Alors non, elle ne voulait vraiment pas gâcher ce moment en s'apesantissant sur ses propres appréhensions et considérations, mais elle ne pouvait pas non plus faire comme si ces appréhensions et considérations n'existaient pas, puisqu'elles étaient plus que réelles. Et il valait sans doute mieux crever l'abcès maintenant que d'attendre trop longtemps, laissant à chacun l'occasion de s'interroger et de s'inquiéter. Déa avait sans doute besoin d'être un peu rassurée, au fait.. et le jeune homme sut parfaitement apaiser ses craintes, ce qu'elle attendait très clairement de sa part.

Et il avait raison bien sûr, au fond, même s'il était question de mariage, leurs situations n'étaient absolument pas comparables, en quoi que ce soit. Elle, elle voulait l'épouser parce qu'elle l'aimait plus que tout au monde, elle, elle ne le trompait pas ni n'envisagerait jamais de le faire, elle, elle ne vivait que pour lui, elle, elle n'avait épousé personne d'autre dans son dos, et portait encore moins l'enfant de cet autre. Heureusement que Léo savait résumer cette situation avec légèreté, car quand il en faisait le bilan, il était plus qu'évident que tout ceci les dépassait complètement et avait le tort de les éloigner de l'essentiel, leur histoire, rien d'autre que leur histoire. Elle sourit et caressa doucement la joue du jeune homme du bout des doigts.

-Je te réserve peut-être de mauvaises surprises, on sait jamais,
plaisanta-t-elle sans penser une seule seconde qu'il puisse la prendre au sérieux. Il la connaissait, il savait comment elle était, il savait ce qu'elle valait. Pouvait-il vraiment ignorer le fait que la situation telle qu'elle était n'était jamais qu'à l'image de tout ce dont elle avait toujours rêvé, elle était quand même certaine que non, et elle pensait avoir d'excellentes raisons de ne pas douter à ce sujet précis. Mais je vais tout faire pour être la meilleure épouse du monde, celle que tu as toujours mérité d'avoir.

Lui qui méritait évidemment ce qu'il y avait de mieux au monde. Et qui n'avait clairement pas mérité de subir tout le mal dont il avait pourtant souffert.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Mar 30 Oct - 13:56

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
Il était évident que le mariage n’était pas quelque chose d’indispensable, qu’ils pouvaient très bien continuer de vivre sans. Mais en même temps, s’ils en avaient envie, ils n’avaient pas non plus de raison de se retenir. Leopold s’était toujours dis qu’un jour, il allait se marier, et il avait cru à tort que la femme de sa vie était Jane. Mais à l’époque c’était quand même particulier. Après tout, Leopold avait traversé une épreuve horrible, il était revenu des grottes, il avait cru mourir et donc en retrouvant Jane il avait eu envie de sceller son destin au sien, mais il avait clairement fait une erreur de croire que ça pouvait être son cas aussi. Mais la situation n’était évidemment pas la même à présent. Bon, Léo n’était pas plus préparé concernant sa demande, il ne pensait pas demander à Déa maintenant, comme ça, de l’épouser. Mais il y avait pensé tout de même et ça depuis un moment. Il avait pris le temps d’y réfléchir, il s’était demandé s’il serait prêt à se marier de nouveau. À prendre le risque…

Mais en fait la question ne s’était pas posée finalement parce que Léo savait parfaitement qu’il ne prenait pas de risque du tout en épousant Déa, en demandant à sa petite amie – qui du coup était sa fiancée – de devenir sa femme. Parce qu’il savait que contrairement à Jane, elle ne se moquait pas de lui, elle ne lui mentait pas, elle l’aimait vraiment et n’allait pas voir ailleurs. L’expérience avec Jane aurait très bien pu lui enlever sa confiance envers les autres, mais ce n’était pas le cas. Non pas que le jeune homme fasse confiance à tout le monde non plus, mais il savait parfaitement qu’il pouvait faire confiance à Déa. Après tout, la jeune femme avait été présente dans des moments terribles de sa vie. Et donc, quand elle ne manqua pas de plaisanter en affirmant qu’elle lui réservait peut-être des surprises, il était évident que le jeune homme ne pouvait pas le croire une seule seconde. Comment pourrait-il ?

« Et tu n’as rien besoin de faire pour ça. » Dit-il en prenant son visage dans sa main, la regardant tendrement. Elle n’avait aucun effort à fournir afin d’être une parfaite épouse, puisqu’elle était déjà parfaite. Il suffisait simplement quelle soit à ses côtés et le jeune homme était tout bonnement comblé. « Tu es déjà la meilleure petite amie, il n’y a aucune raison que les choses puissent être différente. » Leopold marqua une pause avant de reprendre. « C’est plutôt moi qui devrait prouver que je suis fait pour le mariage. »

Et l’exemple précédemment ne le montrait pas vraiment, même si Léo était quand même d’avis que ce n’était pas de sa faute et que les torts ne venaient pas de lui, même s’il avait clairement fait des erreurs et qu’il allait les regretter, qu’il les regrettait déjà.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Mar 30 Oct - 15:01


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
D

éa afficha un sourire ravi quand Léo lui affirma qu'elle n'avait rien besoin de faire pour être l'épouse qu'il méritait d'avoir. Au fond, elle pensait la même chose... C'était peut-être présomptueux, mais c'était bel et bien de cette manière qu'elle pensait, qu'elle raisonnait. Léo avait besoin d'une femme qui saurait l'aimer à sa juste valeur pour le restant de ses jours, qui lui accorderait la tendresse et l'attention qu'il méritait tant. C'était aussi simple que cela, et elle ne comptait pas le décevoir, elle ne pensait pas le décevoir... Oui, elle l'aimerait, quoi qu'il advienne, pour le restant de ses jours, elle n'y pouvait rien, c'était en elle, et il n'était pas question que cela change. Elle ne se jouerait pas de lui, elle prendre soin de lui, elle le rassurerait, elle l'épaulerait dans les moments difficile, elle lui rappellerait à quel point elle l'aimait, et ensemble, ils iraient loin. Aussi loin que la situation le permettait.

Elle l'aimait à un point inimaginable, et ça ne pourrait clairement jamais changer. Elle aimait entendre qu'elle était déjà le meilleure petite amie pour Léo, à partir de là, c'est certain, elle ne pourrait sans doute qu'être la meilleure épouse également... comme il était le meilleur petit ami du monde pour elle, et serait certainement le plus merveilleux des époux. Elle avait une entière confiance en eux et en leur histoire. C'était comme ça. Elle ne remettait pas une seule seconde en question leur histoire, elle était convaincue qu'elle durerait éternellement. Le mariage, c'était une continuité de leur histoire, un événement important de leur histoire, oui, mais qui n'en changerait pas radicalement le cours. Parce qu'ils étaient des âmes soeurs, tout simplement. Des âmes soeurs qui avaient seulement mis un petit temps pour s'en rendre compte. Et un, un peu plus que l'autre.

-Tu n'as rien à prouver du tout
, répondit Déa sans perdre une seule seconde son sourire (comment le pourrait-elle ? Ce moment était bien trop heureux pour qu'elle y songe ne serait-ce qu'une seule seconde). J'ai toutes les preuves dont j'ai besoin sous les yeux. Il était là, il était avec elle, et il avait parfaitement su lui prouver qu'il l'aimait. Et à présent, il voulait l'épouser, et même si sa demande était très spontanée, elle était certaine qu'il ne la prenait pas à la légère. Il savait parfaitement ce qu'il disait, ce qu'il avançait. Et c'était tout ce qui devait importer, en réalité. Je sais que tu seras un mari parfait, et puis... Elle afficha un fin sourire. L'autre mariage ne compte pas vraiment, non ? Puisque techniquement, il était bidon, Hardwick ayant dit oui à Baker avant Léo. Donc ce sera une première pour nous deux. Elle déposa ses lèvres sur les siennes. Et une seule fois suffira amplement.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 850

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Jeu 1 Nov - 19:47

Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
Leopold afficha un sourire quand sa petite amie (non sa fiancée maintenant… il avait encore un peu de mal à s’en remettre) lui affirma qu’il n’avait plus rien à prouver, quand bien même il avait un peu de mal à accepter cette idée. Mais le jeune homme savait bien que ça ne servait à rien qu’il se remette en question, ou qu’il broie du noir. Ce qui s’était passé avec Jane n’aurait pas dû avoir lieux, il y avait eu des erreurs de plusieurs côtés, mais maintenant Leopold avait l’intention d’avancer complètement. Il voulait définitivement tourner la page sur son passé, ce qu’il avait fait en quelque sorte. Mais finalement, le jeune homme qui avait peut-être eu peur de s’engager trop vite se disait maintenant qu’il avait en fait surtout ça pour passer concrètement à autre chose. Que se projeter dans une union officielle digne de ce nom, avec une femme qui le méritait réellement, ça ne pouvait que l’aider définitivement tirer un trait sur le mariage factice qu’il avait eu avec Jane. Non pas qu’il puisse encore avoir des sentiments pour elle (sinon il ne l’aurait pas envoyé à la mort chez le Sorcier), mais ça n’enlevait pas que ce mariage faisait quand même partie de son histoire. L’histoire difficile à assumer, mais son histoire quand même.

Déa précisa donc qu’il allait être un mari parfait et que son autre mariage, le premier, ne comptait pas réellement. Pour le coup, la jeune femme avait clairement raison, parce que cette union ne pouvait pas moins compter. Elle ne comptait pas pour le village, le chef du village leur avait mis à l’envers autant que Jane et Edward. Quand Jane avait dit oui, elle était déjà la femme d’un autre, ça ne pouvait donc pas compter, vraiment pas compter. Autant dire que ce mariage sera donc une première, une première et unique fois.

« Je ne vois pas de quoi tu parles. »
Dit-il sur un ton mutin avant de déposer ses lèvres sur celles de sa fiancée. Sa fiancée, comme c’était doux de la qualifier de la sorte. Maintenant qu’il avait fait réellement sa demande, le jeune homme se rendait compte à quel point il tenait à épouser Déa. À quel point il avait envie de faire d’elle sa femme. « Aucun autre mariage en vue. » Non pas qu’il faille complètement l’ignorer, mais Léo avait juste envie de qualifier que tout cela n’avait pas d’importance. Léo allait se marier, pour la toute première fois avec la sirène, elle allait devenir sa femme, ils allaient vieillir ensemble et c’était la seule chose qui comptait. « Ça sera le plus beau jour de notre vie. »

Réellement le plus beau parce qu’ils seraient ensemble tout simplement, parce qu’ils allaient s’unir officiellement et parce qu’ils s’aimaient. Il n’y avait rien de plus, rien de moins, ils étaient faits l’un pour l’autre et c’était la seule chose qui comptait. L’avant, l’après, on n’en avait que faire, autant se concentrer sur le moment présent et le fait qu’ils étaient tellement bien ensemble.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 1194

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   Jeu 1 Nov - 20:32


Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez.
L

éo joua le jeu, et la réponse du jeune homme la fit sourire. Bien sûr, ça ne servait à rien de prétendre que l'histoire qui avait lié Léo et Hardwick et les avait menés devant l'autel n'avait pas existé, elle avait eu trop de conséquences sur la vie du jeune homme (ne serait-ce qu'elle aurait tout à fait pu toucher à son terme à cause de ça) pour qu'ils puisse vraiment faire comme si de rien n'était. Mais c'était agréable de minimiser l'importance de cette histoire... parce qu'elle en donnait davantage à l'autre. Leur mariage éclipserait cette précédente cérémonie, et c'était tout ce qui importait. Oui, plus elle y pensait, plus elle éprouvait d'impatience à la perspective de devenir enfin la femme de cet homme qu'elle aimait tant. Leur union serait juste... la suite naturelle d'une relation unique et... oui, elle se sentait vraiment bien, mieux que jamais quand elle se savait la fiancée de Léo. Le chemin parcouru n'avait plus l'ombre d'une importance à présent, tout ce qui comptait, c'est que c'était elle, que c'était lui, et qu'ensemble, ils vivaient quelque chose de magique, de simple, de doux, d'agréable, une relation qu'on ne pourrait que leur envier. Aucun autre mariage en vue, non. Juste le leur, et ils s'aimaient bien assez pour que cela leur suffise amplement. Elle l'aimait, il l'aimait, ils se diraient oui pour la vie, et même si leurs vies auraient leurs hauts et leurs bas, ils seraient heureux, forcément heureux, et ils l'auraient clairement bien mérité. Oui, ce serait le plus beau jour de leur vie, et ils s'en souviendraient longtemps, au point de facilement oublier tout ce qui avait précédé. C'était comme ça, la vie, à certains événements succédaient d'autres, et le meilleur dépassait le pire.

-J'ai déjà l'impression que c'est le plus beau jour de ma vie. Tous les jours, depuis qu'on est ensemble.


Peut-être que ça aurait l'air beaucoup trop niais, et elle ne pourrait pas forcément s'en défendre, mais ça lui était bien égal, car ce n'était jamais que la pure et simple vérité. Elle avait espéré après lui pendant des mois... non, des années, à vrai dire. Et il était là, et c'était encore mieux que dans ses rêves. Tous les jours étaient les plus beaux jours de sa vie, vraiment, et elle n'échangerait aucun d'entre eux... Bon, bien sûr, certains avaient été plus difficile, à commencer par celui où elle s'était retrouvé face aux cadavres ensanglantés de ses parents, mais quoi qu'il en soit, elle était heureuse, et plus heureuse encore de se marier à Léo... même si elle aurait vraiment voulu que ses parents, justement, puisse participer à ce moment de bonheur, qu'elle avait envie de communiquer à la terre entière.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Donnez de l’avoine à un âne, il vous pétera au nez. (Déa <333)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Donnez votre langue au chat !!!
» Donnez-moi une bonne raison de vous croire !!! ( Denden )
» Xerxes Ether... Il est gentil, donnez lui un cookie ovo
» Donnez moi du pouvoir!
» Formulaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Habitations :: Chez Déa et Léo-