Partagez | 
 

 Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1821

Message#Sujet: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Dim 14 Déc - 16:53

Perséphone & Edward
Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.
Edward devait bien avouer qu’il avait le sentiment de complètement dériver ces derniers temps. La dernière fois qu’il avait croisé la route de Jane, les choses s’étaient plus ou moins passées comme d’habitude, mais ça allait encore plus loin à chaque fois. Alors qu’il se trouvait à présent loin de son âme sœur, et donc de son influence, il se trouvait parfaitement ridicule. Il lui avait clairement dit de l’épouser, lui, et non Leopold. Et le pire, c’était qu’à ce moment-là, il trouvait l’idée tout à fait logique. Ce n’était plus un secret que le lien qui le lié à Jane était puissant, mais ce n’était pas une raison pour autant qu’il se lie à elle officiellement. Il aimait Perséphone, même si cela ne se voyait pas, s’il devait épouser quelqu’un, c’était elle. Concrètement, Edward était tout simplement en train de faire l’autruche, n’assumant pas ces mots qu’il avait échangés avec son âme sœur. Il cherchait également à calmer cette mauvaise conscience qui avait tendance à se manifester quand il se sentait coupable de cette manière, lui rappelant l’homme horrible qu’il pouvait être. Au fond, cela serait sans doute plus facile s’il se laissait simplement aller et qu’il quittait tout pour son âme sœur.

Mais pour l’heure, Edward avait autre chose en tête. Il se sentait coupable par rapport à Perséphone, alors il avait eu envie de faire quelque chose pour elle. Normalement, le jeune homme devrait faire des choses pour sa petite amie sans chercher à calmer sa mauvaise conscience, mais sa situation était plus que particulière. Le jeune homme avait donné rendez-vous à sa petite amie comme d’habitude, en dehors de leurs maisons respectives. Edward ne pouvait pas réellement venir chercher Perséphone chez elle, parce qu’il savait parfaitement que ses parents ne seraient pas ravi de le voir (surtout sa mère). Il ne pouvait pas non plus lui demander de venir chez lui, son frère et sa sœur avaient tendance à montrer clairement le fait qu’il désapprouvait leur relation. Il avait l’intention de remédier à cela de toute façon. Il attendait la jeune femme depuis quelques minutes quand il l’a vit arriver, l’accueillant avec un grand sourire.


« J’ai une surprise pour toi. »

Dit-il dans un sourire après avoir déposé tendrement ses lèvres sur celles de sa petite amie. Par chance, il arrivait facilement à mettre de côté les pensées négatives qui avaient tendance à le préoccuper quand il ne se trouvait pas en compagnie de sa petite amie. Il attrapa la main de la jeune femme, l’entraînant avec lui dans les rues du village, en gardant le silence. Il faisait exprès de ne rien dire, afin que la surprise soit totale. Quand ils arrivèrent devant une petite maison en bois, Edward ouvrit la porte pour entrer directement.

« C’est à moi ! »
Dit-il en se tournant vers sa petite amie. « A nous-même. Un endroit où nous pourrons se retrouver, tous les deux, seuls. »

L’endroit ne payait pas de mine, mais il était quand même agréable. Les meubles n’étaient pas nombreux, mais suffisant. Edward n’avait pas l’intention de vivre dans cette petite maison, mais elle pouvait devenir leur endroit à eux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 660

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Dim 14 Déc - 18:18


Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent les maisons mais les hôtes

C

omme à chaque fois, Perséphone était impatiente de retrouver Edward. C'est comme si, dernièrement, ses journées se résumaient à attendre le moment où ils trouveraient cette petite fenêtre, cet intervalle de temps au cours duquel ils pourraient se retrouver sans que rien ou personne ne vienne perturber leur bonheur. C'était sans doute un peu triste, que de se dire que ces moments là étaient les seuls qui savaient égayer comme il se doit son quotidien, mais pour vous rassurer, ce n'était pas tout à fait vrai, il y avait, bien sûr, d'autres moments heureux, et quelques joies quotidiennes, mais c'était sans aucun rapport. Sa vie, en dehors de sa relation (certes tumultueuse) avec Edward n'avait rien de franchement passionnante. Elle passait son temps chez elle à lire, quand elle n'était pas prise de l'une de ces crises de fringale souvent dangereuses. Il y avait quelques instants de complicité avec ses parents, parfois, mais ces derniers étaient souvent parasités par les inquiétudes constantes et irrationnelles de sa mère, qui allaient finir par pourrir la vie de toute la famille Enjolras, y compris celle de son père. C'était le plus épuisant. Ces derniers temps, Perséphone supportait de plus en plus difficilement sa famille, et à mesure que sa relation avec son petit ami devenait sérieuse (si l'on omettait le fait qu'il la trompait allègrement), cette situation, qui ne l'exaspérait pas tant auparavant, lui devenait intenable. Bref, l'idée de pouvoir voir le jeune homme la mettait vraiment d'excellente humeur, et cette humeur ne devait aller par ailleurs qu'en s'améliorant.

À peine fût-elle arrivée au lieu où ils s'étaient donné rendez-vous et après qu'il ait déposé un baiser sur ses lèvres, il lui apprit avoir une surprise sur elle. Perséphone se laissa guider sans rien dire... Elle était peut-être l'une des rares personnes en ce bas monde à réellement aimer les surprises, elle appréciait les attentions du quotidien, là seulement pour faire plaisir, et parfaitement inattendues. Mais elle s'était attendue à... un bouquet de fleur, par exemple, certainement pas à cette maison dans laquelle il la fit entrer... leur maison ? Un sourire ravi s'afficha sur son visage. Fallait-il vraiment y croire ? Un endroit rien qu'à eux, où ils pourraient être tranquilles et profiter de la présence l'un de l'autre ! C'est tout ce qu'elle avait espéré dernièrement. Mais c'était trop. Tellement trop... Une maison, ce n'était pas rien, loin de là. Et Perséphone la trouvait ravissante, par ailleurs. Peut-être parce qu'elle savait que c'était leur endroit. N'importe quel endroit, pour peu qu'il soit le leur, ne pouvait qu'être à son goût. La réaction de la demoiselle ne se fit pas attendre, elle sauta au cou de son petit ami, et l'embrassa.

-Tu es fou.
sourit-elle entre deux baisers déposés sur ses lèvres. Mais merci !

Combien avait-il dépensé pour ce petit nid douillet, juste pour leur offrir l'occasion d'être tous les deux ensemble ? N'était-ce pas la preuve qu'il l'aimait ? Elle refusait que qui que ce soit en doute après cela.

-J'adore cet endroit.
fit-elle avec enthousiasme. Même si elle serait contentée d'un cabanon fait de trois rondins de bois.







code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1821

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Sam 3 Jan - 0:55

Perséphone & Edward
Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.
Edward savait bien que sa petite amie aimait les surprises, c’était bien pour cette raison qu’il lui en faisait une. Bien sûr, ce n’était pas dénué de sens, il y avait une raison pour que le jeune homme décide « d’offrir » cette maison à la fille qu’il aimait. Outre le fait qu’il avait bien envie de pouvoir de temps à autre se retrouver en sa compagnie sans se faire déranger (ce qui n’arrivait jamais quand ils allaient chez l’un ou chez l’autre) et qu’il en avait assez de bravé le froid, Edward avait surtout besoin de lui faire plaisir à elle. Sa mauvaise conscience le poussait donc à faire plaisir à la jeune fille, parce qu’il avait envie de se faire « pardonner » même si elle n’était au courant de rien. Il n’avait d’ailleurs pas l’intention de lui parler de ce qui pouvait bien titiller sa conscience, comme le fait qu’il avait clairement demandé à Jane de l’épouser (mais ça, il faut juste l’oublier). Heureusement, il avait plein d’autre raison pour se retrouver à offrir une maison à sa petite amie. Ils avaient besoin d’un lieu pour se retrouver, pour qu’elle puisse s’entraîner à la magie. Edward afficha un grand sourire quand la jeune fille lui sauta au cou pour l’embrasser, le remerciant. Il glissa ses mains dans son dos pour la coller contre lui, profitant pleinement de ce contact agréable. Il aimait ses lèvres sur les siennes, même si ça n’avait rien à voir avec le contact de celles de Jane (mais chut).

« Je suis fou de toi oui ! »

Il l’aimait, c’était une évidence. Quoi que n’importe qui puisse penser, quoi que lui-même puisse penser, on ne pouvait pas nier le fait que le jeune homme avait des sentiments pour Perséphone. Bien sûr, Edward n’avait pas que des sentiments pour elle, son cœur battait également pour une autre, mais il aimait tout de même la jeune fille. C’était juste différent, moins intense. Edward savait bien qu’il ne pourrait jamais résister à Jane, qu’il pourrait dire ce qu’il voulait elle serait toujours son âme sœur et il lui appartiendrait à jamais. Mais, le jeune homme ne pouvait pas nier qu’il avait envie de cette vie normale et agréable en compagnie de la sorcière. Elle était la seule capable de réellement lui apporter la stabilité qu’il désirait avoir. Edward profita encore un peu des baisers de la jeune femme avant de reprendre la parole.

« Je suis heureux alors. » Dit-il dans un fin sourire, attrapant la main de sa petite amie pour la conduire sur le canapé de fortune qu’il y avait dans le salon de fortune. Ils allaient devoir aménager tout ça, mais au moins ils avaient les murs, c’était une bonne chose. « Tu pourras t’entraîner pour la magie et tes potions ici. » Le jeune homme se doutait qu’elle verrait pourquoi elle lui disait cela, parce qu’elle cherchait un moyen de le séparer de son âme sœur. « Et on pourra juste être ensemble, comme on en rêvait. »

C’était mielleux, mais Edward appréciait sincèrement ce moment. De la banalité, de la normalité, tous ce dont il pensait rêver jusqu’au moment où son chemin allait recroiser celui de Jane.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 660

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Sam 3 Jan - 12:07


Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent les maisons mais les hôtes

S

ourire aux lèvres, les joues rosies, Perséphone savourait les propos d'Edward à son adresse, il était fou d'elle, disait-il, et quand il disait cela, elle n'arrivait qu'à le croire, parce qu'elle le regardait droit dans les yeux, et qu'elle ne lisait que de la sincérité dans son regard. C'était bien là, son problème, peut-être n'avait-elle pas raison de le croire quand il lui disait être fou d'elle, mais elle, était folle de lui, et dès lors, son jugement était tout simplement altéré par ses sentiments, mais comment penser qu'il ait la moindre intention mauvaise, alors qu'il la dévorait des yeux, alors qu'il était allé jusqu'à leur offrir une maison, afin de s'assurer qu'ils pourraient passer du temps ensemble, afin de s'assurer qu'elle pourrait exercer sa magie... Elle ne pouvait pas deviner qu'il avait quelque chose à se faire pardonner, elle voyait seulement là une preuve sincère d'amour, elle ne voulait y voir que cela, que cela et rien d'autre... De toute façon, elle voulait être aveugle à tout problème quand elle se trouvait entre les bras de celui qu'elle aimait, il n'y avait que de cette manière qu'elle tenait bon et qu'elle se sentait heureuse. Elle se laissa entraîner sur le canapé qui se trouvait là, pas le grand luxe, mais ils n'avaient pas besoin de plus de toute manière, elle s'assit à côté de son petit ami, laissa sa tête reposer doucement sur son épaule. Oh, comme elle aimait déjà leur petit nid d'amour, comme elle était certaine que cet endroit allait changer leur vie ! Ce lieu contenait les meilleures promesses possibles. Le fait de pouvoir être ensemble sans connaître aucun détracteur, et aucune contrariété... Le fait de pouvoir exercer sa magie... cela ne signifiait-il pas qu'il était plus que sérieux, quand il disait soutenir son idée de briser le lien qui l'attachait à Hardwick ? Si. Elle voulait croire que si. Et effectivement, avoir un endroit rien qu'à elle pour expérimenter ses potions et ses sortilèges serait loin d'être un luxe. Elle imaginait mal ses parents la laisser faire chez eux... Nul doute qu'elle allait passer beaucoup de temps ici. Dans l'idéal, elle serait plus souvent là que chez ses parents, qui la privaient de toute interaction, et bridait ses possibilités.

-C'est parfait.
Parfait, c'était le mot. Voilà longtemps qu'elle ne s'était pas sentie à ce point heureuse et légère. Je peux arranger les choses comme je veux, alors ? J'ai le champ libre ?

Elle parlait de la décoration, bien sûr, et également du petit laboratoire qu'elle avait l'intention d'installer afin de pouvoir préparer ses potions à sa convenance. Puisqu'elle en avait l'opportunité, elle allait s'y mettre avec application et rigueur... elle demanderait sans doute l'aide de Cordelia, afin de l'aider à faire ses recherches et expériences dans les meilleures conditions possibles. Passant une main dans les cheveux de son petit ami, les caressant doucement, elle reprit la parole, elle n'en revenant pas de pouvoir enfin passer du temps seul avec lui, sans être dérangée de toute part.

-Comment tu vas ? Ta soeur va mieux ?


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1821

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Mer 14 Jan - 23:19

Perséphone & Edward
Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.
Edward ne mentait pas complètement à Perséphone quand il lui parlait, même s’il savait parfaitement ce qu’il devait dire pour qu’elle aille dans son sens. Quand il lui parlait, bien souvent il tentait surtout de lui faire plaisir. Surtout dans les moments comme celui-ci, où il culpabilisait. Alors oui, il était fou d’elle parce qu’il l’aimait, mais il enjolivait un peu la chose rien que pour faire plaisir à la jeune femme. S’il devait réellement dire d’une personne qu’il était fou, c’était malheureusement de Jane. Parce qu’il ne pouvait rien faire contre l’attraction que lui provoquait son âme sœur, parce qu’elle le rendait tout simplement dingue. Mais c’était le genre de détail qu’il préférait oublier quand il se trouvait avec sa petite amie, parce qu’il voulait tourner son esprit entièrement vers Perséphone. Elle était celle avec qui il désirait vivre, malgré les sentiments qu’il avait pour son âme sœur, il avait vraiment envie que son histoire avec la sorcière marche. Parce qu’elle était celle qui lui permettrait d’avoir une vie normale à ses côtés. Il savait qu’il n’était pas entièrement sincère, mais il était quand même sincère parce qu’il croyait presque à ses mensonges.

Edward voulait pouvoir passer plus de temps en compagnie de sa petite amie, sans que personne ne vienne les déranger comme jusqu’à présent. Cette maison, ce petit nid douillet, allait être parfait pour cela. Le jeune homme se voyait déjà passer du temps avec Perséphone ici, tout simplement. Savourer d’une sorte de quotidien plaisant. Est-ce que le fait que Jane et son idiot de fiancé se soient installés ensemble jouait dans la balance, sans doute un peu effectivement. S’il n’était pas certain d’être rembarré, le jeune homme aurait peut-être même pris le risque de demander sa petite amie en mariage, mais c’était quand même aller bien trop loin là. Ils ne pouvaient pas concrètement vivre ensemble, Edward ne se voyait pas abandonner Ambre dans les mains de Preston, mais au moins ils allaient pouvoir se retrouver ici dès qu’ils le souhaiteraient. Perséphone allait même pouvoir s’entraîner à sa magie. Bon, le myrihande n’avait pas envie qu’elle atteigne son but pour le séparer de son âme sœur (ce qu’elle ne devait pas apprendre pour le moment), mais il elle pouvait quand même s’améliorer sans arriver à son objectif. Edward afficha un sourire, avant de venir caresser délicatement la joue de la jeune femme.


« C’est toi qui gère. » La décoration, ce n’était pas son truc de toute façon. Le but était bien que la jeune femme se sente bien, alors autant qu’elle fasse les choses à sa manière. « Je profiterais juste pour venir installer des trucs ici que je ne veux plus voir proche de Preston. »

Des papiers qui le concernaient lui, des objets de valeurs qu’il ne voulait pas que son frère récupère, des petites choses donc. Edward plongea son regard dans celui de Perséphone, alors qu’elle glissait ses doigts dans ses cheveux. Qu’il aimait ce moment simple, il le trouvait tellement agréable. Pas de tension, pas d’oppression, pas de chaleur ardente le consumant. Il pouvait rapidement en prendre goût, avant de sans doute en être rapidement lassé.

« Elle va… bien. »
Edward ne pouvait pas franchement dire qu’Ambre allait mieux, mais il travaillait à la question. « Et moi… je ne me suis jamais senti aussi bien. »

Et le pire c’était qu’il ne mentait même pas. En cet instant précis, en cette seconde précise, il avait réellement le sentiment de n’avoir jamais été aussi bien. Et pourtant, il savait au fond de lui qu’il pouvait être encore mieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 660

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Jeu 15 Jan - 23:45


Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent les maisons mais les hôtes

P

erséphone ne pouvait s'empêcher de sourire, vraiment, ce cadeau qu'Edward lui avait fait était mille fois trop grand, mille fois trop beau, mais elle ne savait que faire ou que dire sinon accepter et être heureuse à la perspective d'avoir enfin un endroit rien que pour eux, où ils pourraient tout simplement profiter du bonheur d'être ensemble sans se poser mille questions. Elle aimait aussi l'idée d'avoir un lieu bien à elle, qui ne serait pas comme sa chambre qui, quelque part, était restée une chambre d'enfant, non, mais un lieu dénué de toute histoire, de tout passif, où elle et l'homme qu'elle aimait pourraient écrire la leur, un endroit qu'ils arrangeraient à leur sauce. Il lui disait qu'il la laissait gérer, soit. Mais elle comptait bien, tout de même, lui laisser son mot à dire, où elle aurait l'impresson que cet endroit serait seulement le sien, et ça, il ne fallait pas y compter. Il trouverait toute sa valeur parce qu'il leur appartiendrait, ni plus ni moins, elle n'envisageait pas les choses autrement. Alors que chacun y ajoute ce qu'il désirait, ou ce qu'il ne voulait pas trouver ailleurs. Qu'Edward emporte des affaires qu'il voulait loin de Preston ne la dérangeait pas, au contraire, elle ferait sûrement de même par rapport à sa mère, d'autant qu'elle était prête à jurer que cette dernière s'amusait à fouiller dans ses affaires, dernièrement. Bref, tant que c'était à eux, tant que c'était chez eux, elle serait bien, parfaitement bien, et rien ne pourrait leur ôter ça. Au moins ça, elle serait certaine que ça n'appartiendrait jamais à qui que ce soit d'autre.

Déjà, c'était un endroit où ils pourraient parler à coeur ouvert sans craindre sans cesse que leur conversation soit surprise, et ça aussi, le moins que l'on puisse dire, c'est que c'était extrêmement plaisant, agréable au possible. Même si parfois, les sujets à aborder n'étaient pas si plaisants. Par exemple Ambre... Mais Edward choisit de ne pas s'attarder sur le sujet. Elle n'était pas vraiment convaincue par le ton que son petit ami avait employé en parlant de sa soeur, mais s'il ne voulait pas en parler, elle n'insisterait pas, d'autant qu'elle ne portait vraiment pas la demoiselle dans son coeur et se voyait difficilement changer d'avis à ce sujet tant la plus jeune des Baker savait se montrer odieuse vis à vis d'elle. Elle préférait nettement entendre son petit ami lui dire qu'il n'avait jamais été aussi bien qu'à cet instant. Peut-être qu'il mentait, mais elle le croyait sincère. Quelque part, elle était certaine qu'elle lui apportait exactement ce dont il avait besoin pour être heureux, même si c'était sûrement présomptueux de sa part. Elle accueillit sa remarque avec un sourire, déposa un baiser sur ses lèvres. Elle aurait voulu pouvoir répliquer exactement la même chose, mais quelque part, elle savait bien que ce serait mentir, elle était heureuse, oui, et personne ne pouvait la rendre plus heureuse qu'Edward, mais il y avait toujours l'inexorable ombre au tableau, et celle-ci gâtait tout.

-Tu es sûr que tu ne pourrais pas l'être plus ?
demanda-t-elle doucement. Tu sais, parfois je me dis que tu dois en avoir assez que je te fasse attendre. D'attendre que je... elle se racla la gorge... sois prête.

C'était un sujet qu'ils n'abordaient généralement pas, mais il était peut-être temps... Juste parce qu'elle avait besoin de certitudes, à l'heure actuelle, même si cette maison était la plus belle preuve d'amour qu'on pouvait lui faire.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1821

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Dim 1 Fév - 19:18

Perséphone & Edward
Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.
Edward n’avait pas spécialement envie de s’étendre sur le sujet de sa sœur. On ne pouvait pas vraiment dire que la jeune fille allait bien, mais elle n’était pas non plus à l’article de la mort. Sauf que ce n’était pas forcément le bon moment et surtout la bonne personne avec qui en discuter. Le jeune homme connaissait bien les soucis que sa petite amie rencontrait avec Ambre, en même temps leurs familles étaient incapables d’accepter leur relation. Perséphone ne devait pas trop s’en faire pour l’état d’Ambre en plus, elle avait sans doute posé la question pour être poli. Comme ils avaient discuté un peu de l’agression d’Ambre, la sorcière était d’une gentillesse incroyable. Une gentillesse qu’Edward ne méritait pas évidemment, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’en profiter. Quand il affirmait qu’il ne se sentait jamais aussi bien que maintenant, à ses côtés, il ne mentait pas. Il le pensait sincèrement, parce qu’elle était juste à ses côtés. C’était comme quand il avait demandé à Jane de l’épouser, il le pensait aussi. Perséphone lui apportait cette douceur de vivre qui lui manquait tant autrement. Malheureusement, elle pouvait difficilement rivaliser avec le lien que le myrihande avait avec son âme sœur, elle ne le pouvait pas du tout en réalité.

La question de Perséphone l’étonna, quand elle lui demanda s’il ne pouvait pas être plus heureux. Il ne voyait pas de suite où elle voulait en venir, avant qu’elle ne clarifie un peu plus sa pensée. C’était un sujet qu’ils n’abordaient jamais, c’était assez délicat. Les deux jeunes gens n’avaient pas beaucoup d’écart dans leurs âges et pourtant c’était le sujet qui prouvait à quel point Perséphone était plus jeune. Elle n’était pas prête, Edward l’avait bien compris et n’avait aucune envie de la forcer. Le fait de forcer une fille n’était pas au fond le problème (il suffisait de voir ce qui s’était passé avec Jane), mais il avait bien trop de respect pour sa petite amie.

« Ne t’en fais pas pour ça. » Dit-il doucement, en passant ses doigts dans les cheveux de sa belle. « Je ne dis pas que j’ai pas envie… » En fait, il n’en était pas complètement sûr. Ce n’était pas qu’il n’avait pas de désir pour Perséphone, mais c’était particulier. Parce que rien ne pouvait rivaliser avec les effets que le corps de Jane pouvait avoir sur lui, sauf qu’il n’allait évidemment pas lui dire une chose pareille. Edward se doutait bien que la jeune femme sous ses yeux n’allait pas apprécier ce genre de propos. « Je ne veux juste pas que tu te forces. »

C’était tellement facile de prononcer ce genre de discourt quand on n’était pas entièrement frustré. Ce n’était pas bon pour Perséphone, mais c’était comme cela. Ses pulsions sexuelles étaient assouvies les fois où il voyait Jane, parce que leurs rencontres se terminaient toujours de la même manière. Toutes les maisons du monde ne pouvaient pas taire la culpabilité qui naissait de nouveau en lui, mais tant pis. Il n’y pouvait rien, il était une cause perdue.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 660

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Mar 3 Fév - 16:01


Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent les maisons mais les hôtes

P

erséphone savait pertinemment qu'elle abordait un sujet des plus délicats en évoquant le fait que, pour le moment,  elle se refusait à son petit ami (sans avoir besoin de le faire avec véhémence, au passage, cela faisait longtemps qu'il n'y avait plus de véritable tentative de la part d'Edward, et que ce dernier semblait tout simplement attendre un signe de la part de la demoiselle - mais n'allait-il pas finir par se lasser, à ce compte là ? ), mais ils ne pouvaient pas se contenter de faire comme si de rien n'était. Les relations charnelles faisaient partie intégrante de toute vie de couple, alors en s'y refusant, Perséphone empêchait peut-être sa relation avec l'homme qu'elle aimait d'évoluer et de progresser, elle leur refusait de véritablement se connaître, et de s'élever à un autre degré d'intimité. Mais elle n'y pouvait rien, elle faisait un total blocage. Parce qu'elle était encore jeune, c'est vrai. Mais pas seulement. Il y avait également d'autres raisons. Il était difficile pour elle de se donner à quelqu'un pour la première fois sans être complètement sûre. Oh, de ses sentiments à l'égard de son petit ami, elle était complètement certaine. À ses yeux, il était l'homme de sa vie, et rien ne pourrait lui ôter cette certitude de l'esprit (ce n'était pas faute pour les circonstances d'avoir essayé, pourtant), mais elle ne pouvait pas être certaine, par contre, de ce qui se trâmait chez Edward. Il l'aimait, et elle était certaine qu'il le pensait quand il le lui disait. Mais il y avait Jane Hardwick, encore et toujours, et tant que son existence serait à prendre en considération, elle ne parviendrait pas à aller plus loin avec le jeune homme. Vous l'aurez compris, cela avait de fortes chances de durer longtemps.

-Tu sais, c'est pas que je ne le veux pas non plus...

Elle n'était pas encore complètement sûre d'elle, mais elle était avec Edward depuis un bon moment, maintenant, et ce n'était pas tant qu'elle ne se sente pas prête qui était un problème encore que la peur légitime de ne pas savoir s'y prendre, d'être nulle au possible, sans oublier tout le reste... L'envie était là malgré tout, l'envie et la curiosité, qui la prenaient à chaque fois que leurs lèvres restaient en contact un peu trop longtemps... Il fallait seulement, que sa tête puisse pour de bon être vide de toute contrariété. Était-ce trop demander ? Exigeait-elle l'impossible ? Sans doute, oui, au final.

-J'ai juste besoin d'être sûre que ce moment nous appartienne, tu vois, je n'ai pas envie de le partager avec... elle.


Elle parlait d'Hardwick, bien sûr. Ça aussi, c'était une chose à laquelle elle n'avait pas forcément envie de penser mais qui devait être prise en compte : s'il ressentait tout ce qu'elle ressentait, eh bien... Il n'y avait rien que Perséphone veuille partager avec sa rivale naturelle. Mais ça encore moins. Pour elle, cet instant était précieux. Elle y accordait peut-être même plus d'importance que cela n'en avait vraiment.

-Quand tout ça sera derrière nous, ce sera plus simple.
Encore fallait-il que ce puisse être derrière eux, vraiment, à un moment donné. C'était tout sauf gagné. Mais au final, si elle se sentait contrainte de rassurer son petit ami, elle ne réalisait pas que le problème dont elle faisait une montagne ne l'était pas tant aux yeux du jeune homme, qui savait parfaitement satisfaire ses pulsions dans son coin. Perséphone déposa ses lèvres sur celle de son petit ami avant de reprendre la parole. Merci d'être aussi patient.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1821

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Lun 23 Fév - 15:49

Perséphone & Edward
Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.
Le sujet qu’ils abordaient était assez délicat. Ils ne l’abordaient d’ailleurs jamais et Edward devait bien avouer qu’il préférait quand ils n’en parlaient pas. Mais il semblait que Perséphone ait besoin d’en parler. Le jeune homme avait compris depuis longtemps que sa petite amie n’était pas prête, il ne faisait plus aucune tentative. Est-ce que cela lui manquait et est-ce qu’il allait réellement se lasser ? Le jeune homme ne savait pas réellement. Bien sûr, il ressentait du désire pour Perséphone et quand elle serait prête, il ne bouderait pas son plaisir. Mais en attendant, il ne pouvait pas réellement ressentir le manque. A chaque fois que sa route croisait celui de Jane, leurs corps avaient tendance à s’attirer plus que de raison. Et ce qu’il vivait avec son âme sœur était tout simplement incomparable. Il ne pensait pas (il en était certain en réalité) pouvoir connaitre cela avec une autre, pas même avec sa petite amie. Il se doutait bien que ce moment serait agréable, mais bien moins brulant que ceux qu’il partageait avec Jane. Et d’ailleurs, il se doutait bien aussi qu’elle était en cause dans les doutes de Perséphone. Il n’y avait pas besoin de réfléchir beaucoup pour comprendre d’où venaient tous les soucis du couple, la raison portait un nom : Jane Hardwick.

Parce qu’évidemment, il y avait ce souci de lien qui faisait que les deux âmes sœurs ressentaient tous ce que l’autre vivait. Edward en avait fait l’amer expérience d’ailleurs, et le faisait à chaque fois que Jane se donnait à l’homme à qui elle était fiancé. C’était assez compliqué à vivre, concrètement il ne supportait pas cela. L’idée de faire vivre la même chose à Jane lui avait évidemment traversé l’esprit, et c’était une nouvelle chose horrible qu’elle était capable de lui faire faire. Edward n’était pas un enfant de cœur, mais il semblait clair qu’il soit capable du pire en sa présence (ou pour elle), comme coucher avec sa petite amie simplement pour la rendre jalouse. Heureusement que Perséphone savait tirer le meilleure d’elle.


« Je ne veux pas le partager non plus. »

Quel menteur, mais c’était sa spécialité ces derniers temps. Comme s’il s’enfonçait de plus en plus sur le chemin de l’enfer (comme s’il pouvait y échapper de toute façon), il empirait son cas de plus en plus et il ne savait pas encore à quel point son cas allait s’empirer grandement. La pointe de culpabilité qu’il ressentait, alors que la fille qu’il disait aimer déposait ses lèvres sur les siennes pour le remercier, allait être insignifiante dans le futur. Elle croyait vraiment que toute cette histoire allait être derrière eux, mais Edward ne pouvait pas se résigner à perdre tout ce qu’il était. Mais il allait bien falloir que le jeune homme fasse un choix un jour, sauf qu’il en était parfaitement incapable pour le moment.

« Merci à toi d’être là. »
Le jeune homme passa une main dans les cheveux de sa petite amie. « Je ne sais pas ce que je deviendrais sans toi. »

Il n’arrangeait évidemment pas son cas, mais au point où il en était.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 660

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Mar 24 Fév - 14:14


Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent les maisons mais les hôtes

P

erséphone était certainement la jeune fille la plus crédule de notre terre, mais elle en était peut-être aussi l'une des plus amoureuses. Les sentiments qu'elle avait pour Edward, profonds et invariables, l'empêchait tout simplement d'imaginer qu'Edward était autre chose que sincère envers elle, et elle ne devinait pas les mensonges qu'elle aurait pu lire en filigrane dans tous les mots qu'il lui adressait. Elle éprouvait tant de doutes au quotidien, elle avait la naïveté d'espérer qu'il pouvait malgré tout s'établir entre eux un semblant de confiance, et en ce nom, elle arrivait à oublier tous les travers de son petit ami, qu'elle connaissait pourtant. "Il est ainsi avec les autres", se disait-elle, "mais pas avec moi, je suis celle qui peut le changer, je suis celle qui doit le sauver"... Tant de naïveté... Et d'idiotie. On ne peut pas sauver qui ne peut ni ne veut l'être. Qu'importe, si elle devait apprendre la leçon un jour, ce ne serait pas maintenant... mais dans longtemps, beaucoup trop pour que la situation ne lui en laisse pas d'irrémédiables séquelles. Pourquoi ne serait-il pas sincère, après tout ? Il avait tout autant qu'elle intérêt à ce que leur avenir n'appartienne qu'à eux. Ne souhaitait-il pas autant qu'elle que son lien avec Jane Hardwick ne soit plus qu'un vieux souvenir, qu'ils puissent tous enfouir et oublier ? Non, il ne le souhaitait pas. Mais cela, bien sûr, la sorcière était dans l'incapacité de le comprendre. Un mot de lui, de toute manière, et elle était incapable de se montrer logique et raisonnable. Elle sourit quand il lui demanda ce qu'il ferait sans elle. Et elle, qu'est-ce qu'elle ferait sans lui ? Sa vie ne serait pas du tout la même, c'est certain. Elle serait peut-être plus simple : moins de questionnements, moins de doutes, moins de craintes, moins de désillusions... Mais elle se sentirait moitié moins en vie. Elle l'aimait si profondément, il avait changé tant de choses en elle... Rien que pour cela, elle lui serait pour toujours reconnaissante. Même si la douleur qu'elle éprouverait peut-être plus tard serait proportionnelle au bonheur qu'il lui faisait éprouver pour l'heure.

-Ne te poses même pas la question.
Déjà, parce qu'elle ne voulait pas qu'il imagine pouvoir se passer d'elle. Tu serais perdu sans moi. sourit-elle d'un ton taquin, avec un semblant de confiance en elle qui lui ressemblait bien peu, pourtant.

Ceci dit, si elle n'était pas forcément sûre d'elle, et dans bien des aspects de sa vie, si elle prononçait ces mots d'un ton plaisantin, elle le pensait bel et bien. Ce qu'elle aimait chez Edward, c'était ce qu'elle voyait en lui que d'autres ne savaient pas voir, cette part de bonté et d'humanité qu'elle voulait voir prendre le pas sur ce qu'il pouvait y avoir de pire en lui. Elle pensait être la seule à pouvoir le tirer vers le haut, même si c'était sûrement présomptueux de sa part.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1821

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Lun 23 Mar - 12:19

Perséphone & Edward
Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.
Edward s’enfonçait de plus en plus au fur et à mesure qu’il discutait avec Perséphone. Et encore, il ne se doutait pas encore de jusqu’où il allait aller avec Jane Hardwick. Mais il était clair que le jeune homme était dans une situation qui allait s’aggravait de plus en plus. Le pire dans tout cela, c’était qu’il avait vraiment envie de croire en la sincérité de ses paroles. Quand il disait à sa petite amie qu’il l’aimait, il le pensait vraiment. Quand il lui disait qu’il voulait passer le reste de sa vie en sa compagnie, il le croyait. Mais il ne fallait pas grand-chose pour ébranler ses convictions, en fait il ne fallait que la présence de son âme sœur. Rien ne pouvait être plus fort que le lien qui le liait à la jeune femme, lien qu’il n’avait aucune envie de voir disparaitre quoi qu’il ait pu dire à Perséphone. Il était évident que la sorcière ne faisait pas le poids contre Jane, mais il se tenait bien de dire ce genre de chose. Parce qu’il avait sincèrement envie d’avoir une vie normale à ses côtés. Et pour cela, il mentait allégrement. Au fond, il espérait simplement que la situation n’allait pas se retourner contre lui, contre Perséphone non plus. Il était évident que le jour où elle découvrirait ses mensonges (et pire encore ce qui allait se produire dans le futur), elle ne risquait pas d’apprécier la situation ou même de lui pardonner ses écarts. Qu’est-ce qu’il ferait si elle décidait de le laisser tomber ? Il n’en avait aucune idée. Malgré son mauvais comportement, Edward savait qu’il avait besoin de sa petite amie et qu’il n’avait aucune envie de la perdre. C’était pour cette raison que la raison le poussait à la laisser tomber pour son bienêtre, mais que son cœur l’empêchait de prendre une bonne décision. Et il ne savait vraiment pas ce qu’il deviendrait si jamais la jeune femme n’était pas là.

« Complètement perdu. »

Oh non, Edward n’avait pas spécialement envie d’imaginer sa vie loin de Perséphone. Même si cela pouvait lui permettre d’avoir moins de souci, de moins culpabiliser, et surtout de ne plus faire souffrir la jeune femme, il n’avait aucune envie d’envisager cette possibilité. Le jeune homme avait besoin de la sorcière et même si c’était plus qu’égoïste, il n’avait aucune envie de la perdre. Edward prit sa petite amie dans ses bras, comme pour justifier le fait qu’il n’avait aucune envie de la perdre. Et pour tenter de calmer un peu sa culpabilité aussi, qui avait tendance à le perturber énormément ces derniers temps. Ce qui n’était clairement pas prêt de s’arrêter, vu à quel point il allait aggraver la situation. Pour le moment, il se contentait simplement de profiter de la situation. Tant qu’il le pouvait encore sans craindre un retournement de situation malheureux, il n’avait aucune envie de gâcher ce moment.

« Je pourrais te donner un coup de main pour tes potions ? »

Il avait envie de partager encore plus de chose avec la jeune femme, parce qu’il avait envie de passer le plus de moment possible en sa compagnie. Et Edward préférait oublier cette petite voix au fond de lui qui lui disait que comme cela, il pourrait se renseigner sur son avancement pour la potion afin de le séparer de Jane.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 660

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Mar 24 Mar - 15:40


Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent les maisons mais les hôtes

C

e pouvait paraître être une simple brimade de sa part, quand elle affirmait qu'Edward serait perdu sans lui, et que ce dernier le confirme, mais le fait est que Perséphone ne plaisantait pas vraiment, et elle osait croire qu'Edward ne plaisantait pas non plus. Ils avaient besoin l'un de l'autre, et si leur relation n'était pas idéale, elle lui semblait néanmoins nécessaire. Il y avait bien des obstacles pour barrer leur chemin, bien des problèmes qu'il leur fallait affronter, mais ils pourraient y arriver ensemble, pour peu qu'ils acceptent ensemble de se battre pour leur bonheur respectif. Perséphone n'était pas naïve au point de croire que Jane ne lui ferait pas toujours de l'ombre, mais elle l'était suffisamment pour penser qu'Edward aussi aimerait la voir disparaître de son paysage, même si ça devait être difficile pour lui. Et il lui semblait d'autant plus motivé qu'il ne se contentait pas de promesses ou de maisons, non, il avait véritablement l'intention de s'investir, et quand elle l'entendit lui offrir son aide afin qu'ils puissent ensemble préparer cette potion qui lui permettrait de se débarrasser des pouvoirs de myrihande. Certes, il fallait sa nature de sorcière pour que la potion puisse effectivement faire son oeuvre, mais il pourrait toujours l'aider à récolter les ingrédients nécessaires à la concoction de ce philtre qui, qui sait, les sauverait tous les deux, permettrait à leur idylle d'en être une véritable, et pas juste une illusion sans valeur, une illusion qui passe le temps. Le sourire de Perséphone s'élargit, puis elle déposa sur les lèvres un nouveau baiser.

-D'accord. J'adorerais que tu m'aides.


La perspective de bel et bien trouver cette potion, et qu'il lui apporte si pleinement son soutien qu'il l'assiste même dans son élaboration lui faisait beaucoup de bien. Son entreprise avait des aspects impossibles, mais il était plus simple de croire le tout possible quand elle était à ce point soutenue. Tout avait l'air tout à coup plus simple, tout à coup plus évident.

-Je te préviens, cette maison va vite se transformer en gigantesque laboratoire.


Elle était, à présent, plus motivée et déterminée que jamais à se mettre le plus rapidement possible au travail. Cette maison serait parfaite pour cela. Jamais ses parents ne l'auraient laissé jouer les apprentis-chimistes dans la cave familiale, ici, elle pourrait exercer sa magie comme bon lui semble sans craindre d'être surprise ou jugée, et Edward, de son côté, serait le plus impeccable des assistants. Si elle s'écoutait, elle se mettrait immédiatement au travail, dans la seconde, mais elle n'allait tout de même pas imposer cela tout de suite à Edward alors qu'ils profitaient, pour une fois, d'être ensemble tous les deux... Même si, justement, elle n'avait jamais la certitude qu'il n'y avait que deux, et cela même lorsqu'ils étaient tout seuls l'un et l'autre. Cette potion tairait à jamais ses angoisses. Pourvu qu'elle y parvienne ! Qu'elle y parvienne au plus vite.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1821

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Jeu 16 Avr - 0:28

Perséphone & Edward
Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.
Edward aurait sans doute dû avoir honte de proposer son aide à Perséphone concernant ses potions, de l’aider dans ses travaux pour le séparer de Jane. Parce que même si son esprit essayait de le convaincre qu’il souhaitait simplement partager plus de chose avec la jeune femme, qu’il voulait l’aider à le débarrasser de Jane, son cœur ne pouvait que lui rappeler qu’il cherchait surtout à surveiller sa progression. Parce qu’en réalité, Edward ne pouvait supporter l’idée de se voir séparer de son âme sœur, il savait qu’il ne pouvait pas vivre sans elle. Il ne le pouvait déjà pas quand il était bien plus jeune, il ne le pouvait toujours pas. Cependant, c’était un détail que le jeune homme gardait pour lui. Il n’avait aucune envie que sa petite amie puisse se douter qu’il doutait justement, qu’il n’était plus si certain que cela de vivre une vie normale à ses côtés. Il préférait se mentir à lui-même, se dire qu’il cherchait réellement à l’aider. Qu’au fond, cette maison n’était pas simplement pour calmer sa culpabilité, que c’était vraiment un acte de générosité d’un homme aimant sa petite amie. Qu’il n’avait aucune envie de voir sa progression dans ses recherches pour la stopper au bon moment, mais simplement partager cela avec elle. C’était bien plus doux de se dire toutes ces choses, de croire sincèrement qu’il pouvait être quelqu’un de bien. Que Perséphone était bien avec lui, qu’il avait besoin d’elle et qu’ils étaient faits pour vivre ensemble pendant longtemps.

Edward savait bien qu’il ne pourrait pas faire grand-chose pour aider la jeune femme dans ses recherches, mais il pouvait quand même l’aider un peu. Par de petite action, par sa présence et son soutient également. Le jeune homme sourit en entendant Perséphone accepter son aide. Elle semblait vraiment ravie qu’il ait fait cette démarche, qu’il s’investisse de cette manière. Et ce n’était pas le moment de parasiter son esprit avec la vérité qu’il préférait ignorer le plus lâchement possible.

« Tant mieux, elle est faite pour ça ! »

Il savait mettre assez d’enthousiasme dans son attitude pour qu’il semble sincèrement emballé par l’idée qu’elle travaille sur la façon de le séparer de Jane. Le fait qu’elle travaille sur sa magie ne le dérangeait pas en soit, après tout la jeune femme était une sorcière c’était normal. Cependant, il aurait aimé qu’elle ait un autre objectif. Enfin, pour le moment elle n’avait aucun début de préparation. Avec un peu de chance, elle n’allait jamais trouver. Et pour mieux oublier ces pensées, Edward vint s’emparer des lèvres de sa petite amie.

« On s’y met dès demain ? »

L’avantage, c’était qu’Edward n’avait pas de travail (ou du moins qu’il ne cherchait pas à en avoir) et donc qu’il pouvait accorder tout son temps à la jeune femme. Cette maison était justement ce qu’ils avaient besoin pour pouvoir se retrouver, pour vivre une vraie relation tranquillement. Pour la que la situation empire encore, mais elle était de toute façon destinée à mal finir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 660

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Sam 18 Avr - 12:44


Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent les maisons mais les hôtes

P

lus leur conversation avançait, plus Perséphone parvenait à véritablement se projeter dans cette maison qui était désormais la leur. Les idées affluaient progressivement, toutes plus séduisantes les unes que les autres, elle imaginait mieux de quelle manière elle allait pouvoir aménager l'espace. Les aménagements en termes de meubles restaient rudimentaires, mais il n'y avait pas besoin de beaucoup plus... peut-être quelques étagères, afin d'y disposer et d'organiser progressivement tous ses ingrédients, mais ce ne serait pas bien difficile de trouver quelques planches en bois et de les accrocher au mur pour pouvoir s'en servir pour son rangement. Elle allait devoir, progressivement, rassembler tous ses maigres ustensiles jusqu'ici, et songer à en agrandir le nombre. Elle n'avait pas grand chose : seulement quelques herbes cueillies au hasard des chemins, des pots d'ingrédients utiles aux potions les plus rudimentaires, son chaudron... Ce n'était pas grand chose, mais elle pourrait bien élargir son inventaire d'une manière ou d'une autre, elle comptait, en tous cas, demander à Julian et Cordelia tous les conseils qu'ils pourraient bien lui donner, afin de se constituer un laboratoire totalement digne de ce nom. Elle aimait l'idée de venir ici tous les jours, que son petit ami l'accompagne, et qu'ils puissent tous les deux passer leurs journées ensemble, à poursuivre ce même objectif qui lui donnait de nouvelles raisons d'être confiante et d'espérer. Elle sentait un regain d'énergie et de motivation la traverser de toutes parts. Elle avait comme évolué dans des torrents de doutes et d'incertitude. Enfin, elle parvenait enfin à retrouver un espace de confiance, où elle avait l'impression de maîtriser un peu les choses. Oui, cette maison était la meilleure idée du monde. Non seulement ils n'auraient plus à faire des pieds et des mains pour se retrouver seuls tous les deux, mais en plus, elle allait pouvoir progresser, progresser vraiment, bien plus que si elle restait chez ses parents, qui auraient freiné la moindre de ses tentatives, la moindre de ses expériences. Surtout sa mère, d'ailleurs, qui se serait certainement fait un sang d'encre, une fois n'est pas coutume. Dès demain, ils allaient pouvoir se trouver leur rythme et leur équilibre. C'était parfait.

-Dès demain. approuva-t-elle dans un large sourire avant devenir embrasser à son tour les lèvres de son petit ami, puis de se serrer dans ses bras.

Ce qu'elle aimait ce genre de moments ! Ses angoisses s'envolaient désormais au loin, et elle arrivait à voir la suite avec optimisme et légèreté. Grave erreur de sa part ? Oui, évidemment, mais puisque Perséphone n'avait plus que ses illusions, autant lui laisser au moins cela, non ?
Si elle en venait à constamment tout craindre et appréhender, elle ne s'en sortirait définitivement pas, elle avait besoin de croire que tous ses problèmes pouvaient se transformer en solutions. Et pour une fois, les solutions semblaient à portée de main.

-Je vais devoir rentrer... ma mère va piquer une crise.


Pour ne pas changer. C'était une habitude, chez elle... Mais bon, autant apaiser les tensions, vu qu'elle était partie pour s'absenter très régulièrement de la maison familiale, dorénavant.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1821

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   Jeu 14 Mai - 12:46

Perséphone & Edward
Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes.
Edward ne pouvait que se montrer enthousiaste concernant les travaux de sa petite amie, même si au fond ce n’était pas le cas. Sauf qu’il ne devait rien montrer de ses troubles, il n’avait aucune envie de gâcher ce moment. Le jeune homme faisait tout pour que les choses se passent bien, pour qu’ils puissent vivre quelque chose de beau. Pour le moment en tout cas, puisque malheureusement il avait tendance à tout gâcher. Edward savait bien ce qu’il devait faire pour vivre une vie parfaite avec Perséphone, il fallait qu’il renonce à Jane. Sauf que c’était tout bonnement impossible. Outre le fait que leurs âmes étaient liées, le jeune homme n’avait tout simplement pas envie de l’abandonner comme il n’avait pas envie d’abandonner Perséphone. Il était tout simplement coupé en deux, il avait deux envies bien différentes qui ne pouvaient pas s’allier. Pour le moment, le jeune homme arrivait plus ou moins à allier les deux, mais cela n’allait surement pas durer bien longtemps. Alors tant que c’était possible, il profiter de la plénitude de la situation. Il voyait bien que cette maison faisait plaisir à Perséphone et donc forcément, cela lui faisait plaisir. Il afficha un sourire quand elle confirma le fait qu’ils allaient s’y mettre dès le lendemain, avant qu’elle ne s’empare de nouveau de ses lèvres, et vienne se serrer contre lui. Il prolongea cette étreinte. Clairement, Edward était en train d’aider sa petite amie à le séparer de son âme sœur, mais il espérait quand même qu’elle n’allait pas parvenir à ses fins de suite, qu’ils allaient avoir le temps de palier à la situation. De toute façon, le jeune homme avait bien l’intention de participer à ces recherches, pour qu’il puisse voir l’avancement.

Perséphone lui annonça qu’elle devait rentrer, sinon sa mère allait faire une crise. Il connaissait suffisamment la mère de la jeune femme pour craindre ses crises. On ne pouvait pas vraiment dire que la femme appréciait Edward, en même temps elle avait sans doute raison. Pour le bien de Perséphone, elle ne devrait pas le fréquenter et sa mère devait sans doute le sentir. Mais en même temps, quand on connaissait un peu le phénomène, on pouvait rapidement constater que personne ne serait assez bien pour sa fille, que si elle pouvait elle l’enfermerait à double tour dans une cage dorée.

« On se revoit vite de toute façon. » Dit-il avant de venir embrasser les lèvres de sa petite-amie. Il se doutait bien qu’elle devait rentrer et éviter les soucis avec sa mère, afin de pouvoir faire ce qu’elle voulait ensuite et donc pouvoir s’éloigner et venir dans cette maison. Cette maison qui était la leur maintenant, où ils allaient pouvoir se retrouver seul. « Tu vas me manquer. »

Et c’était vrai, il était plus que sincère. Ce qui allait forcément causer encore plus de tort dans l’avenir. S’il avait été raisonnable, s’il avait été quelque de bien, il aurait essayé de protéger la fille qu’il prétendait aimer. Mais au contraire, il l’enfonçait un peu plus dans un jeu dangereux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce ne sont pas les pierres qui bâtissent la maison, mais les hôtes. (Persy :3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mots sont comme des pierres dans mon cœur.
» les pierres nuit
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Habitations :: Ancien laboratoire de Perséphone-