Partagez | 
 

 Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 688

Message#Sujet: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Ven 23 Jan - 22:58

Andrew & Kathleen & William & Aaron
Une famille qui crie est une famille unie.
Cela faisait des heures qu’Aaron était enfermé dans sa chambre, étudiant encore et toujours les livres familiales. Il continuait de chercher des informations sur ce loup géant qu’il avait vu avec son frère, lors de leur partie de chasse. Il était complètement obsédé par cette chose, qu’il avait tendance à occulter un peu le reste. Les relations humaines (même s’il n’en avait pas énormément) ou tout autre besoin physique. Quand Aaron se plongeait dans quelque chose, cherchant à tout prit la solution. Ils n’avaient jamais entendu parler de ce loup jusqu’à présent, Aaron essayait donc de voir s’il n’y avait pas quelque chose dans les nombreux écris de la longue lignée des Hellsing. Après tout, cela faisait de nombreuses générations que la famille se battait contre les créatures, peut-être que quelqu’un avait mentionnait quelque part un loup géant. Mais le jeune homme ne trouvait rien et cela faisait maintenant des jours qu’il cherchait. Ca l’énervait, comme d’autre chose. Il était tendu ces derniers temps, ne sachant même pas réellement pourquoi. Pourtant, il n’aurait pas dû être à ce point tendu, maintenant qu’il avait officiellement le droit d’aller à la chasse. Il n’avait pas réitéré l’expérience depuis sa sortie avec Andrew, mais cela allait sans doute revenir prochainement. Peut-être avec Kathleen, peut-être Annabelle, son père aussi (même si étrangement l’idée de partir en chasse avec son père le stressé plus que de raison), ou alors il allait retenter l’expérience avec son frère. Même s’il avait une préférence pour Andrew (après tout sa sortie s’était assez bien passé finalement), Aaron avait juste envie de repartir en chasse avec un membre de la famille. Parce qu’il avait envie de poursuivre son chemin en tant que chasseur Hellsing.

N’arrivant plus à se concentrer sur les carnets qu’il avait accumulés dans son antre, Aaron décida de sortir de la chambre pour aller faire un tour. Il n’avait aucune idée de l’heure qu’il pouvait être et quand il arriva au rez-de-chaussée, découvrant le reste de sa famille attablé, il comprit que c’était l’heure du repas. Le jeune homme était un cas à part dans la famille, cela lui arrivait très fréquemment d’oublier de rejoindre ses proches pour le diner. D’ailleurs, cela arrivait souvent que l’un des membres de sa famille (Andrew le plus souvent) se retrouve à venir le chercher dans sa chambre. Il observa rapidement ses proches, leurs assiettes étaient vides, il n’était donc pas trop en retard.


« Bonsoir. »

Se contenta-t-il de dire en s’approchant de sa place et en s’installant, faisant donc comme s’il n’avait pas oublié pour une fois. Alors qu’il n’avait pas vraiment eu l’intention de venir manger, il pensait sortir. Pour une fois au moins, il ne serait pas arrivé trop en retard, c’était pas mal. Cela pouvait être un bon point pour lui, montrer qu’il faisait des efforts comme il avait promis de le faire (et qu’il peinait encore de le faire en réalité). Maintenant qu’il était assis, il ne prononça pas plus de mot. Pour dire quoi de toute façon ? C’était pas son genre de causer.

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Dim 25 Jan - 19:05



Une famille qui crie
est une famille unie.



We are no ordinary family, but we can all agree that we are close as close can be.







Encore retournée par la révélation de Gwenn concernant sa nouvelle identité, Kathleen n'avait pas été très actives ces derniers jours. C'était une chose de plus à gérer en plus la découverte du corps décédé d'une petite fille en compagnie d'Andrew et de la très récente lubie de Craig concernant une officialisation de leur relation. La jeune femme avait beau être une Helssing forte et indépendante, il ne fallait pas non plus oublier qu'elle aussi pouvait avoir des problèmes suffisamment graves pour l'empêcher de fermer l'oeil la nuit. La seule chose qui la rassurait un peu, c'était l'état similaire dans lequel se trouvaient ses deux cousins. Bon, sa petite sœur aussi n'était pas d'une humeur parfaite, mais chez elle cela tenait plus d'une habitude, surtout depuis qu'elle demeurait seule écartée des parties de chasse. Ce sujet était source de disputes innombrables entre Kathleen et elle. Pas moyen de faire comprendre à la cadette que son âge était trop inférieur pour lui permettre de faire face à de tels dangers. Même son aînée, bien qu'entraînée et robuste, avait pris quelques mauvais coups lors de sa dernière rencontre avec un vampire. Ou plutôt deux, ce qui expliquait la difficulté.

Comme c'était l'heure du repas, Kathleen avait abandonnée la salle d'entrainement pour rejoindre la grande salle à manger. Sa mère, son oncle et sa petite sœur se trouvaient déjà là, autour de la table, à discuter. Andrew arriva peu après elle et les plats arrivèrent rapidement entre les assiettes. Une fois de plus, Aaron était à la traîne - voire absent - pendant l'heure du dîner. Quelque chose tourmentait le jeune cousin de Kathleen, elle le savait, pouvait le sentir, sans réussir à sincèrement en comprendre l'objet. Déjà le pauvre n'était pas bien bavard et ce n'était pas le préféré de la demoiselle, mais la situation avait empirée ces derniers jours. peut-être parce qu'il était encore moins sociable et qu'elle était moins attentive, ces deux-là n'avaient pas réussi à échanger un seul mot depuis...depuis tellement longtemps que la date exacte lui échappait complètement. Pourtant, contre toute attente, Aaron fit irruption dans la salle. Il nous observa, mal à l'aise, comme s'il n'avait pas réellement prévu de se retrouver au centre de l'attention. Et puis il s'installa finalement à sa place, à côté d'Andrew, face à Maybell. C'était à notre oncle et à Annabelle que les places en bout de table étaient accordées, puisqu'ils étaient les parents.

« Tu as retrouvé le chemin de la salle à manger par hasard ? » Se moqua Kathleen en s'adressant à son cousin qui venait de les rejoindre.

Cette boutade n'allait probablement pas lui plaire, mais elle ne pouvait tout simplement pas se taire. L'attitude d'Aaron avait le don de l'énerver, probablement parce qu'elle différait trop de la sienne.




FICHE REALISEE BY CAMO/013 NE PAS TOUCHER SANS SA PERMISSION



Dernière édition par Kathleen Hellsing le Sam 21 Fév - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 884

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Lun 26 Jan - 0:45

Andrew & Kathleen & William & Aaron
Une famille qui crie est une famille unie.
Les Hellsing étaient ce que l'on pourrait qualifier de famille unie, ne serait-ce que parce qu'ils vivaient tous au même endroit, passaient le plus clair de leur temps ensemble, et étaient tous portés par un objectif commun, celui qui traversait la famille de générations en générations, celui de détruire toutes les créatures, toutes jusqu'à la dernière, pour que leur terre puisse enfin être harmonieuse. Ils avaient leurs conflits et leurs différends, c'est certain, et ceux-ci n'étaient pas forcément prêts de s'arranger étant donné les derniers événements et ce qui était en train de se produire dans la vie personnelle de chacun, Andrew en premier, mais généralement, ils s'en accommodaient. Bon, en l'occurrence, Andrew ne pensait vraiment pas que sa famille puisse faire avec ses choix récents, qui compromettaient au plus haut point leurs idéaux. Si, d'une manière ou d'une autres, ils finissaient par apprendre de quelle manière avait évolué sa relation avec Penny, nul doute qu'aucun d'entre eux ne saurait le prendre bien. Mais bien sûr, il n'avait aucune intention de leur en parler en dépit des rendez-vous secrets et de toutes ces manigances qu'il faisait dans le dos de tous les Hellsing pour s'assurer que nul ne découvrirait une trahison qu'il ne pouvait s'empêcher de commettre, quand bien même elle compromettait un idéal auquel il croyait malgré tout dur comme fer. Non, mieux valait se donner les aspects d'une famille harmonieuse et unie. Et qui dit famille unie, dit repas pris ensemble autour d'une même table. C'était une tradition plus qu'importante chez les chasseurs, et il était de bon ton de s'y plier, même si certaines personnes (bon d'accord, une personne en particulier) avaient tendance à y déroger. Cependant, cette fois-ci, alors que la table venait tout juste d'être mise et qu'il s'installait avec le reste des Hellsing, Andrew apprécia de voir Aaron sortir de sa caverne (de sa chambre, c'est la même chose), pour se joindre au commun des mortels et s'installer avec eux. Il lui adressa un sourire quand il vint s'installer. C'était un fait logique et avéré, Andrew avait beaucoup d'affection pour son frère, mais jusque récemment, cette dernière n'avait jamais su s'exprimer convenablement. Andrew s'agaçait de l'attitude d'Aaron qui s'agaçait de ne pas être "pris au sérieux" et qu'on ne lui fasse pas assez confiance. Les choses s'étaient apaisées, depuis. Parce que Andrew avait décidé de faire confiance à Aaron, qu'il avait réussi à convaincre William et Annabelle, et que visiblement, il avait eu raison, il s'en était sorti brillamment, lors de leur partie de chasse. Il osait penser que cette initiation à la chasse (qui n'en était pas vraiment une pour Aaron, en fait, mais Andrew ne le savait heureusement pas) avait réparé quelque chose... même si le caractère de son cadet restait sur de nombreux points... disons... plutôt insupportable. Bref, pour cette raison, il voulut éviter que la conversation ne parte en vrille dès le début du repas alors même qu'ils n'avaient pas commencé à manger encore, c'est pourquoi il se permit une réflexion à l'adresse de sa cousine.

-Laisse-le.
Il n'avait pas prononcé cela d'un ton désagréable, il voulait juste que cette pique en soi innocente ne fasse pas virer le dîner au désastre (oui, il en fallait peu, chez les Hellsing). Tu as trouvé du nouveau sur ce loup ? demanda-t-il alors à l'adresse de son frère.

Il savait qu'il avait passé un temps fou à éplucher des pages et des pages, il devinait que ce n'était pas en raison, tout comme il savait combien son frère détestait être ignorant de quoi que ce soit.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 52

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Lun 9 Fév - 1:53

Une famille qui crie est une famille unie

La famille, chez les Hellsing, c'était une institution, et une institution presque sacrée. La famille avait ses secrets, comme toutes les familles, ses moeurs, comme toutes les familles, et bien sûr, ses traditions, comme toutes les familles. Massacrer toutes les créatures qui passaient en était la plus belle, mais il y en avait d'autre qui étaient un tout petit peu plus classiques, mais tout aussi importantes : dîner tous ensemble autour de la même table, par exemple. C'était une chose à laquelle William tenait beaucoup, et Annabelle aussi, même si ça pouvait paraître complètement désuet... Sans compter que certains membres de la famille (on ne vise personne) avaient tendance à déroger très régulièrement à ces traditions. Cette fois comme à chaque fois, la table avait donc été dressée afin d'accueillir tous les membres de la famille. Annabelle avait de nouveau fait des folies culinaires, et si cette soirée ne devait pas régaler les esprits, elle aurait le mérite de régaler les papilles. C'était déjà ça, non ? Comme ils avaient l'habitude que Aaron les rejoigne très tardivement à table (quand il n'oubliait pas tout simplement de s'alimenter comme n'importe quel être humain normalement constitué), et qu'il y avait longtemps que William s'était lassé de le forcer à se joindre à eux, il s'attendait à démarrer le dîner sans son fils cadet une fois de plus, mais - miracle - le jeune homme fit acte de présence. William lui rendit ses salutations d'un signe de tête, quand Kathleen ne manqua pas de faire remarquer au jeune homme combien il était exceptionnel de le voir daigner se pointer. La remarque était légitime, mais il y en avait un pour prendre la défense d'Aaron, et c'était son frère. William en aurait presque souri.

Aaron était un cas difficile, c'est sûr, et parfois, oui parfois, William regrettait qu'il ne se montre pas aussi conciliant qu'avait pu l'être Andrew à son âge. Mais il avait des circonstances atténuantes et puis, il faisait des efforts, autant ne pas les railler et les apprécier, plutôt, surtout qu'Aaron était rentré dans la cour des grands, récemment, et c'était pas rien, quand même. Andrew avait dû le tanner avant que le père Hellsing accepte, c'est sûr, mais il avait quand même accordé à son plus jeune fils de partir à la chasse avec son aîné, et s'il en croyait ce dernier, il s'en était sorti à merveille. Comme quoi, le canard boiteux de la famille (et quelque part, c'était une considération affectueuse) pouvait être aussi féroce et vorace que les loups qu'il pourchassait. D'ailleurs, les deux frères avaient, semble-t-il croisé le chemin d'un loup hors du commun, lors de cette partie de chasse, plus gros que ceux que les Hellsing rencontraient d'habitude. Quand Andrew aborda le sujet, le pater familias ne put que se sentir intéressé et concerné.


"Je ne suis pas certain que l'ensemble de la famille ait eu droit au récit de la première chasse d'Aaron."
dit-il, quasi solennel.

Et donc il fallait y remédier. C'était tout de même un moment important, pour lui et pour la famille. Il avait un prétexte à être fier de son fils, de ses deux fils. Il comptait bien en profiter.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 688

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Ven 20 Fév - 11:19

Andrew & Kathleen & William & Aaron
Une famille qui crie est une famille unie.
Aaron n'était pas le fils, le frère, le cousin parfait, c'était clair. En même temps, on ne pouvait pas dire que le jeune homme cherchait réellement à l'être. Il était lui-même, il ne se forçait pas. Les repas de famille, ce n'était donc pas son truc effectivement. Non pas qu'il n'appréciait pas ces moments où il pouvait se retrouver avec les membres de sa famille, il serait d'une grande mauvaise foi s'il disait cela, mais la sociabilisassions ce n'était pas son truc. Il ne savait guère comment réagir quand on lui lançait des piques par exemple, à part s'énerver et se braquer. Comme cette remarque prononcée par sa cousine. Elle ne voulait sans doute pas commencer une dispute, mais Aaron sentit son corps se tendre sous sa remarque. Si elle n'était pas contente, elle pouvait aller se faire voir et il irait faire sa vie dans sa chambre (il irait bouder quoi). Le jeune homme serra légèrement des dents, avant que son frère ne prenne la parole. Il fut surpris d'entendre Andrew le défendre comme cela, il lui adressa un léger sourire. La relation entre les deux frangins semblait bien moins tendue qu'avant, parce qu'ils avaient chacun mis de l'eau dans leur vin. Aaron essayait de faire des efforts, c'était déjà énorme, et Andrew avait permis à son cadet d'aller sur le terrain. Le jeune homme décida donc de ne rien répondre à sa cousine, afin d'éviter les disputes. Voilà, il faisait un effort, mais il lança quand même un regard noir à Kathleen.

« Non rien. »

Dit-il amèrement en réponse à la question de son frère. Il se servit en nourriture, puisqu'il était là autant manger. Il ne dit rien de plus, cela ne servait à rien et il n'était pas du genre bavard. Il pouvait bien rester le reste du dîner à ne rien dire, si on ne s'adressait pas à lui. Sauf que leur père semblait soudainement intéressé par la partie de chasse des deux frangins. Aaron tourna son regard vers lui, c'était plus ou moins la première fois de la soirée qu'il l'observait directement. C'était une situation très étrange. Il n'y avait pas d'autre mot pour exprimer ce qu'Aaron ressentait. Son père attendait qu'il raconte ce qui s'était passé lors de la partie de chasse qu'il avait eu avec son frère. C'était la première fois, cela en était même stressant au fond. Aaron avait envie que le patriarche Hellsing soit fier de lui, c'était ce qu'il avait toujours cherché à obtenir de sa part et qu'il n'avait jamais eu. Sauf que le caractère du jeune homme était complexe et qu'il avait tendance à se braquer pour un rien. Ce qui lui vint à l'esprit fut d'envoyer une pique sur le fait qu'Andrew raconterait bien mieux la sortie, puisqu'il était le professionnel. Mais il se retint, il avait promis de faire des efforts. Il adressa un rapide coup d'oeil à son ainé avant de reprendre la parole, les yeux rivés vers son assiette pleine.

« On a croisé une horde de loup-garou. » Il ne prit pas la peine de préciser qu'ils étaient tous morts, c'était à ses yeux évidents. « Mais à la fin, il y a un loup géant qui est apparu. Il faisait au moins le double de la taille normal d'un loup-garou. On a ramené son cadavre. » Une manière de dire qu'ils s'en étaient sorti avec brio et qu'ils l'avaient tué. Le jeune homme leva les yeux vers le reste de sa famille, sa cousine, sa tante. « Vous en avez déjà croisé ? »

Il fallait se rendre réellement compte de l'énorme effort que le jeune homme était en train de produire. Il attendait les avis de ses proches, afin de confronté leurs savoirs. Ce qu'il ne faisait jamais normalement, il se contentait d'étudier en solitaire.

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Jeu 26 Fév - 21:58

La lumière, chaude est réconfortante, illumine la pièce de son halo fantomatique. La pendule fait le même tic-tac que d'habitude. Les assiettes sont mises, les couteaux et les fourchettes du même côté. Tu es là, dans une petite robe, tirée à quatre épingle. Les conversations d'oncle William sont toujours agitées, il les domine généralement par sa prestance, écrasant les autres opinions d'une façon farouche et presque despotique.  Il tient le rôle de l'homme de la maison dans cette famille rafistolée, unie dans la bataille pour le meilleur et pour le pire. Tu aimes ce personnage haut en couleur malgré ses apparences ternes. Kathleen émerge de la salle d'entraînement, tu la regardes avec une envie dévorante. Tu ouvres la bouche pour parler mais elle t'intime de te taire. Ce que tu allais dire elle le sait, tu voulais protester une énième fois contre son refus de t'emmener chasser. Tu restes donc frustrée mais ta détermination à combattre demeure intacte, tu obtiendras ce que tu veux d'une manière ou d'une autre, après tout on ne s'appelle pas Hellsing sans raison. Andrew débarque avec une allure distraite, l'esprit de ton cousin est nuageux, c'en est presque palpable, mille et une lumières miroitent dans ses yeux tandis que ses pensées rêveuses s'échappent doucement de lui et se dissipent jusqu'à ce qu'il revienne à lui avec lenteur, la situation présente est sans doute moins attrayante que ses divagations mais c'est ainsi. Soudain, la neutralité qui régnait sur les odeurs de la pièce est déchirée par de succulents arômes provenant de la cuisine. Maman doit être en train de cuisiner quelques mets extraordinairement raffinés, leurs alléchantes effluves promettent des saveurs inoubliables bientôt présentes dans vos assiettes. Ton jeune et cher cousin, arrive comme souvent, en retard, il ne descendait pas de son troue pour vous, ça se voie bien, mais il a le sens de la famille et celui de la politesse, il fait comme s'il s'attendait à vous trouver attablés là, il s'assied en face de toi tandis que Kathleen lui envoie une réflexion semie-amicale. Il n'a pas l'air d'apprécier, son frère, Andrew le défend, c'est assez étonnant. Tu penses alors aux gens du village, les humains ignorants qui ne veulent pas voir ce qui passe sous leur nez, qu'est-ce que tu ne donnerais pas pour être à leur place et tuer un ou deux vampires... Les paroles de ton cousin te ramènes à des distractions réelles, Aaron parle de sa dernière chasse. Tu restes suspendue à ses lèvres, il n'a pas le charisme d'Andrew, il ne parle pas tant que ça aux gens de toute façon, mais il raconte bien. Il achève son histoire en interrogeant les « grandes personnes » sur le compte d'un énorme loup-garou. Tu fais semblant de ne pas en tenir compte mais intérieurement tu brûles avec ardeur de ne pas en perdre une miette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Mar 17 Mar - 18:54



Une famille qui crie
est une famille unie.


We are no ordinary family, but we can all agree that we are close as close can be.






A la base, Kathleen n'avait pas l'idée d'énerver son cousin, mais cela n'empêcha pas Andrew de la rabrouer gentiment. Pour cela, la demoiselle essaya de ne pas se vexer, mais le fait est qu'elle n'aimait pas être critiquée, reprise, ou simplement désapprouvée par son aîné. Son immense affection pour ce dernier expliquait facilement cela. Néanmoins, elle n'était pas très boudeuse ou revancharde, donc elle grommela et passa à autre chose aussi rapidement et facilement que pour changer de t-shirt. Sa grimace disparut dans l'air, laissant place à une expression purement neutre. Son intéret, d'abord axé sur la nourriture dans son assiette, fut piquée au vif par cette histoire de loup gigantesque, rencontré en ballade. Pourquoi n'avait-elle pas été mise au courant immédiatement, elle qui continuait de chasser dans ce secteur ? Leur silence aurait pu la mettre en danger ! Cette fois, Kathleen eu davantage de mal à garder ses lèvres scellées, elle qui avait un talent naturel pour la répartie cinglante. Son orgueil lui criait de réagir et de les engueuler pour leur petit secret, mais l'affection qu'elle avait pour sa famille l'en empêchait malgré tout. Cette discussion, en revanche, lui rappela cruellement les révélation concernant son amie d'enfance. Même si elle doutait que Gwenn soit le loup immense, le choc l'empêchait de penser clairement et une boule se forma dans sa gorge. Depuis qu'elle savait, Kathleen n'avait pas réussi à se reposer. Son cerveau se demandait continuellement ce qui arriverait si son amie devait être trouvée et abattue par sa famille. Saurait-elle se joindre à eux ? Pourrait-elle seulement leur pardonner ce geste ? Gwenn avait beau être un louve, elle restait la personne dont Kath avait été la plus proche à une époque. Elle lui avait tout dit, tous ses secrets. Elle n'avait jamais douté d'elle.

Prise dans le cercle vicieux de ses pensées les plus profondes, Kathleen n'écoutait plus réellement la conversation. Ses oreilles n'en captaient que des bribes détachés et ne comportant plus aucun sens. Au diable ce gros toutou qu'ils avaient abattu dans la forêt ! La demoiselle avait des problèmes autrement plus graves, surtout que la bête n'était plus une menace à présent. Pour la première fois du repas, elle leva les yeux vers sa mère et croisa le sien qui la fixait intensément. Kathleen ne pu s'empêcher de rougir devant un examen si peu discret. Sa mère sentait que quelque chose la tourmentait et essayait par tous les moyens de sonder son esprit fermé. Pour fuir le moment où il faudrait discuter avec elle, Kathleen se tourna plutôt vers Maybell. Malheureusement, sa petite sœur semblait trop passionnée par l'histoire de leurs cousins pour lui prêter la moindre attention. Cette soirée, décidément, n'aurai pas sa place dans la liste de ses préférées. La tension était palpable, comme une aura entourant la jeune femme. Ils étaient là, tous, à discuter à propos d'une bestiole poilue décédée, alors qu'elle et Andrew avaient ramenée une petite fille violemment assassinée par des vampires. Mais ça, on n'en parlait pas. On n'en parlait jamais. Les victimes que nous ne pouvions pas sauver apportaient leur part de honte que nous n'avions pas le droit d'exposer à haute voix. Frustrée, Kathleen crispa ses doigts sur la cuillère en argent et bu une gorgée de soupe brûlante. L'envie de dire " et sinon, Andrew et moi avons ramené le cadavre de la petite fille de cinq ans au village " lui brûlait littéralement la langue.




FICHE REALISEE BY CAMO/013 NE PAS TOUCHER SANS SA PERMISSION

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 884

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Ven 20 Mar - 23:10

Andrew & Kathleen & William & Aaron
Une famille qui crie est une famille unie.
ndrew avait eu le mince espoir que ce dîner serait l’occasion pour la famille Hellsing de se montrer plus soudée qu’elle pouvait l’être par moments. Ils avaient leurs différends et leurs conflits, c’est certain, mais le sens de la famille était primordial et plus fort que tout le reste. Puisqu’ils étaient pour une fois tous réunis autour d’une même table, puisque même Aaron était attablé avec eux, ce qu’il faisait rarement l’effort de faire, puisqu’il avait traversé une étape des plus importante pour tout membre de la famille, à savoir son baptême du feu, sa toute première chasse, Andrew espérait quelque peu qu’on célèbrerait ce moment dignement. Mais tout se faisait toujours dans la réserve, chez les Hellsing. C’était le cas pour lui aussi d’ailleurs… Il ne pouvait pas reprocher aux autres de vouloir à ce point s’attacher à chaque membre d sa famille, comme pour mieux se raccrocher à ce qui se présentait autour de lui, alors qu’il se sentait comme suspendu au dessus de l’abîme. Si l’on apprenait à quoi il occupait ses soirées, dernièrement, ce serait cette fois lui qui serait le centre de toutes les attentions, et il n’y aurait aucune chance pour que la discussion ait quoi que ce soit de cordiale. Mais au final, la première expérience d’Aaron sur le terrain ne semblait pas convenir à tous comme sujet de conversation, certes, leur père fit cet effort de le mettre en avant et de lui demander de faire le récit de leurs parties de chasse, mais il fut bien, finalement, le seul à intervenir. Maybell adressait à son cousin un regard véritablement intéressé, et Kathleen, elle, semblait ne pas vouloir prendre part à la discussion… Andrew ne déterminait pas vraiment pourquoi. Ils avaient eu tant de fois l’occasion d’être au centre des conversations (et il est certain que c’était une sensation plaisante), et leurs premières chasses respectives avaient faits d’eux les roi et reine d’une soirée, qu’Aaron bénéficie de la même attention semblait logique. Et puis il y avait ce loup, ce loup mystérieux… dont ils n’avaient pas su encore percer tous les mystères… S’il y en avait d’autres de ce genre, il était plutôt normal de prendre cela en considération. À la question du jeune homme, personne ne prit finalement la peine de répondre. Manifestement, il n’en avait jamais croisé, leur père non plus sinon il leur en aurait fait part le soir même où ils avaient abattu la bête. Restaient Kathleen et Annabelle, mais Kathleen restait silencieuse, et Annabelle, quant à elle, s’était contentée de faire doucement non de la tête.

-Je pense que nous devrions faire notre prochaine excursion ensemble… tous les cinq.
il adressa un léger sourire, presque d’excuse à Maybell, pour sa part, elle devrait encore attendre un peu. Nous pourrions quadriller plus facilement le terrain et déceler plus facilement s’il s’agissait ou non d’un phénomène isolé.

Vu la tension qui flottait dans l’air, il n’y aurait rien de mieux pour permettre aux membres de cette famille de se retrouver qu’une bonne partie de chasse digne de ce nom.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 52

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Jeu 26 Mar - 0:20

Une famille qui crie est une famille unie

À chacun son heure de gloire. Tout Hellsing y avait le droit à un moment ou à un autre, et plus encore au cours de sa première chasse. C'était normal, c'était un moment important, et charnière, c'était normal de s'y intéresser, de se pencher dessus, et de s'inscrire dans la mémoire de toute la famille. Oui, Aaron était au coeur des attentions, ce soir, qu'importe si cela pouvait déplaire. Ça arrivait suffisamment peu souvent pour que tout le monde fasse un effort. On parlait plus souvent d'Aaron à table pour le réprimander que pour le féliciter, et il y a peu de temps encore, au cours d'un dîner entièrement similaire, le patriarche Hellsing avait affirmé qu'Aaron était tout sauf prêt à se rendre sur le terrain, s'il finissait seulement par être prêt un jour. Finalement, il s'était trompé, et il n'avait jamais été aussi fier de son cadet que maintenant, d'autant que la prise de ses deux fils avait tout de même quelque chose d'un peu anormal. Il ne s'agissait peut-être que d'un loup-garou anormalement corpulent, mais cela méritait quand même que tous les chasseurs de la famille gardent l'oeil et s'intéressent de très près à la situation. C'était le moment de mettre de côté les différends et de faire preuve de cet esprit de famille qui devait de toute façon leur être indispensable s'ils voulaient espérer ne serait-ce que survivre et se montrer digne de la réputation que leurs ancêtres avaient octroyé à leurs noms. William écouta donc attentivement son fils sans l'interrompre, ne le lâchant du regard que pour jeter un oeil en direction de Maybell. Un jour, son tour à elle viendrait aussi, et il ne doutait pas qu'elle saurait entièrement les rendre fier elle aussi.

Quand Andrew suggéra que leur prochaine excursion sur le terrain se fassent tous ensemble, il afficha un très léger sourire qui pouvait vouloir dire qu'il était enthousiaste autant qu'il était réticent. C'est vrai qu'il était un peu des deux. Quoi de mieux pour souder l'organe familial que de tous se livrer à leur vocation commune ? Et ce serait une bonne manière d'appréhender l'ennemi... Mais si quelque chose devait mal se passer pour eux tous, qu'adviendrait-il de Maybell ? C'était à ne pas oublier et à prendre en considération, et en même temps, c'était encore le moyen de faire le jour sur ce lycan étrange, et de réunir la famille autour d'un même objectif, sans compter que William était très curieux de voir Aaron de ses propres yeux prendre les armes et se battre contre leurs ennemis. C'était une idée à creuser. William tourna son rgard en direction de cette soeur. L'idée semblait la séduire elle aussi, même si elle devait en mesurer les risques tout comme lui.

"Ce pourrait être une très bonne idée, en effet."
approuva-t-il finalement après avoir laissé peser un instant de silence entre les paroles de son fils aîné et sa réponse, le temps de peser le pour et le contre de sa proposition. "Nous avons le temps de mettre notre stratégie en place d'ici la prochaine pleine lune".


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 688

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Jeu 16 Avr - 14:04

Andrew & Kathleen & William & Aaron
Une famille qui crie est une famille unie.
C'était normalement l'heure de gloire d'Aaron. Il venait d'effectuer sa première chasse (officiel, le jeune homme cachait bien qu'il n'était pas à sa première expérience), et ils en parlaient tous ensemble à table. Le fait qu'il soit à table d'ailleurs montrait bien qu'il était capable de faire des efforts, de montrer un sens de la famille plus important. Soit, il n'avait pas vraiment eu l'intention de venir diner avec eux, mais il était quand même à table avec eux après tout. Aaron s'attendait donc à bien plus d'effort du côté de sa famille. Les Hellsing n'était pas les personnes les plus démonstratives, mais quand même. Le jeune homme ne s'était pas attendu à ce que son père saute de joie, rien que son regard tourné vers lui était énorme déjà, mais il avait cru que sa tante et sa cousine aurait pu lui dire quelque chose. Annabelle était silencieuse, finalement elle se contentait de parler à Aaron que quand elle avait besoin qu'il aille faire un tour au marché pour elle. Maybell ne disait rien non plus, mais le jeune homme était capable de voir l'admiration dans ses yeux. Un jour, cela allait être son tour aussi. Andrew ne dit rien de plus, mais il avait déjà dit à son frère ce qu'il pensait de sa chasse. Le regard noir du cadet Hellsing se posait surtout sur sa cousine aînée. Elle ne disait rien, elle ne semblait même pas écouter la conversation. Aaron avait un souvenir de sa première chasse où elle était bien contente d'être au centre de l'attention. C'était à son tour normalement, mais la situation laissait un goût amer au jeune homme. En même temps, il ne fallait pas grand-chose pour le vexer. Personne ne répondit vraiment à sa question, il se demandait vraiment pourquoi il faisait des efforts.

Et finalement, Andrew reprit la parole pour proposer une chasse commune. Aaron était tellement surpris qu'il ne répondit pas de suite, laissant le temps à son père de prendre la parole. Ils avaient l'air d'accord, partant pour cette expérience. Ce n'était pas le cas d'Aaron, mais en cette seconde il ne fallait pas chercher à ce qu'il soit d'accord avec grand-chose. Il était vexé et quand il se vexé il se renfermé. Il avait cru qu'en partant officiellement à la chasse comme un vrai Hellsing, les choses allaient changer. Mais rien, ils étaient toujours les mêmes (oui il exagérait), alors pourquoi il ferait un effort ? Il laissa le silence pendant quelques secondes, avant de reprendre la parole.

« Pas question. » Dit-il amèrement, la voix grave et le regard tourné vers la table (il était incapable de lever ses yeux vers un membre de sa famille). « Je ne vais pas mettre ma vie dans les mains de personne en qui je n'ai pas confiance. Je préfère travailler en solo. »

Il faisait un caprice concrètement, mais cela lui était bien égal. Il n'en avait que faire de ce que sa famille pouvait bien penser de lui.

« J'ai plus faim. »

Dit-il en posant sa fourchette sur la table et en se levant, avec la ferme intention de partir.

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Jeu 23 Avr - 13:01


La tension entre les convives monte. Les lumières vacillantes paraissent agressives, les odeurs de la cuisine, toujours présentes, semblent devenir amères, les plats continus de tourner sur la table mais ceux-ci prennent un goût acide et désagréable. Kathleen reste évasive, dans son monde, elle n'écoute pas en signe de rancoeur exprimée passivement contre Aaron qui gobe toute l'attention grâce à ses fantastiques exploits. Andrew et oncle Williams ont l'air fiers de lui, ils portent une attention toute particulière à son discours. Tu adorerais qu'ils soient fiers de toi, c'est toujours ce que tu as voulu, que ce soit avec Andrew, Khatleen, Aaron, maman, oncle William ou même... Papa. Il aurait voulu, lui aussi, que tu partes chasser et que tu le rendes fier, mais le destin en a décidé autrement. Tu es née trop tard, n'ayant pas l'âge pour chasser, et papa vous a été pris par une immondice qui n'aurait pas dû voir le jour même dans les rêves d'un dément. La blessure que t'a causé ce monstre est encore douloureuse pour toi.Douloureuse pour toute la famille sans doute. Andrew prend la parole, il propose d'aller chasser... Tous les 5 ? Ton couteau se plante sous la table avec violence, tu étouffes le choc avec ton autre main. Ça ne devrait pas te frustrer autant, tu sais que tu n'as « ni les compétences, ni l'âge » comme ils disent tous, mais l'irritation est la même à chaque fois, chaque chasse, chaque prise. Tu n'as même pas envie de supplier. Tu n'écoutes plus ce que dit Andrew, tu te focalises sur ton amertume que tu tais silencieusement. Tu voudrais les suivre, te cacher dans leurs bagages, les voir bondir et... Tuer. Tu as envie de tuer, non pas par sadisme, tu penses être une personne relativement équilibrée, simplement à cause de ton extrême curiosité, du besoin de sensations fortes et d'actions qui coule dans les veines des Hellsings, de la sensation de venger papa dans une certaine mesure et pour finir, de la gloire et de l'excitation que tu éprouveras après ta première prise. La voix dure et pénétrante d'oncle William dissout ton imaginaire et te ramène de tes pensées. Il approuve la proposition d'Andrew, soutenant que ça unifiera toute la famille - « j'en fais plus partie maintenant ? » penses-tu avec véhémence - et qu'il serait intéressant de se pencher sur cet individu anormal. La table est frappée d'un long silence. Aaron déclare d'un ton sec que ça ne se fera pas et s'esquive avec amertume. Par un accès de mauvaise foi, tu te réjouis que la chasse n'ait pas lieu. Aaron s'en va, tu comprends que les convives se passeront volontiers de tes sarcasmes. Tu t'esquives alors brutalement, sans introduction ni sorti, sans dire au revoir, sans même piper mot. Tu suis donc Aaron, les relations n'ont jamais été faciles avec lui, il faut avouer qu'il peut être assez difficile à comprendre, c'est pourquoi, de façon abrupte, tu viens le voir. « Aller, dis-moi ce qui va pas »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Mer 17 Juin - 12:16



Une famille qui crie
est une famille unie.


We are no ordinary family, but we can all agree that we are close as close can be.






Le soucis avec cette famille, c'est que ce genre de repas d'assemblée générale tournait très souvent à une catastrophe. Kathleen l'ayant prévu, elle évita de se mêler à la discussion qui s'envenimait déjà peu à peu. Du coin de l'oeil, elle remarqua que Maybell se montrait de plus en plus crispée, probablement parce qu'elle se retrouvait de nouveau exclue de la conversation autant que du groupe. Étant sa grande sœur, Kath aurait aimé pouvoir faire quelque chose pour la consoler, mais elle n'en trouvait ni les moyens ni l'occasion. Dès qu'un des garçons finissait de parler, un autre prenait immédiatement la parole. A vrai dire, Andrew et William semblaient être les plus excités par cette " brillante découverte " d'un loup un peu plus gros que les autres. Certes, le jeune femme senti sur elle le regard à la fois surpris et plein de reproches venant de son cousin aîné, mais elle fit parfaitement semblant de ne pas l'avoir remarqué. Peut-être que lui et elle avaient eu la chance à l'époque de pouvoir connaître la gloire d'une première chasse couronnée de succès, mais honnêtement elle ne voyait pas où se trouvait le succès d'Aaron là-dedans.  Il n'avait sauvé personne au final. Il avait juste abattu un gros chien avec l'aide de son grand-frère, l'expert. Kathleen se senti honteuse d'être aussi méchante ce soir. Ce n'était pas vraiment dans ses habitudes d'être aussi égoïste. Les derniers événements l'avait probablement chamboulée plus qu'elle ne le pensait au départ.

Perdue dans ses songes obscurs, Kath sursauta en voyant son petit cousin quitter la table de mauvaise humeur, suivi de près par Maybell, visiblement tout aussi énervée. Cette situation lui semblait tellement prévisible qu'elle se permit de soupirer de lassitude. Elle qui n'avait presque pas pipé mot depuis le début du repas, s'autorisa une petite prise de parole visiblement nécessaire. « C'était vraiment obligé, de parler de ça à table, devant Maybell ? Vous savez que ça lui fait beaucoup de peine. » Fit-elle remarquer avec un ton réprobateur. Sa mère, en bout de table, hocha la tête pour approuver ses paroles. Visiblement elle aussi aurait aimé dîner sans avoir à discuter de loup éventré. rassurée par le fait de ne pas être seule à penser cela, Kathleen poursuivi son raisonnement, non sans avoir soupiré de nouveau. « Je ne suis pas contre l'idée d'accorder à Aaron toute l'attention qu'il mérite pour cette première chasse qui a dû être excellente. Mais il y a des sujets plus graves qui nécessitent notre attention. Andrew et moi avons trouvé le cadavre d'une petite fille dans les bois, vidée de son sang. Elle ne devait pas avoir plus de cinq ans et ses agresseurs se trouvaient bien en dehors de leur territoire de chasse. » Une fois sa tirade finie, elle laissa retomber bruyamment sa cuillère dans son assiette seulement à moitié vidée. A vrai dire, elle n'avait plus très faim, rien que d'en parler. « Je suis désolée de ne pas avoir participé à la discussion, mais je n'avais pas vraiment la tête à me réjouir ce soir. »




FICHE REALISEE BY CAMO/013 NE PAS TOUCHER SANS SA PERMISSION

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 884

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Ven 19 Juin - 22:39

Andrew & Kathleen & William & Aaron
Une famille qui crie est une famille unie.
Andrew avait toujours placé sa famille au coeur de ses priorités, elle était ce qu'il y avait de plus important au monde possible (enfin... avant de rencontrer Penny, mais quand bien même, son attachement à sa famille n'en était pas moins grand, c'est seulement qu'il avait trouvé attachement plus puissant encore), quand il la voyait désunie comme ce soir, il en éprouvait autant de douleur que d'agacement. Leur famille était unique au monde, et tous, à leur manière, étaient uniques aussi... Ce qui ne les rendait peut-être pas compatibles par la même, justement. Il s'était sûrement réjoui trop vite, en pensant que sa proposition de partir à la chasse tous ensemble allait remporter l'adhésion générale. Au final, seul son père sembla éprouver un semblant d'enthousiasme. Aaron, sans surprise, se montra immédiatement réfractaire, et la fierté que son aîné avait éprouvé vis à vis de lui et de la réussite de sa première chasse laissait vite place à un léger agacement. S'il n'y mettait pas du sien non plus (en même temps, à quoi s'attendait-il ?), en fait, personne ne semblait vouloir y mettre du sien. Parfois, il se demandait s'il était seul à rêver à l'unité véritable de cette famille. La notion d'effort semblait avoir déserté l'esprit de tous les autres Hellsing... Oui, de la part de celui qui était sans doute sur le point de créer la plus grande fracture dont la famille Hellsing pourrait souffrir, c'était un peu du foutage de gueule, mais bon...

Quand Kathleen prit la parole, il sentit son sang ne faire qu'un tour. Cette fois, il en avait vraiment assez. Il ne fallait pas s'étonner que les créatures envahissent Notre-Terre en masse s'ils n'étaient pas fichus de s'entendre sur ce qui faisait partie de leur essence-même. D'accord, en parler devant Maybell, qui ne pouvait pas participer à cette chasse commune, ce n'était pas très avisé, mais le fait qu'Aaron les ait rejoint, n'était-ce pas pour elle l'assurance qu'elle serait des leurs bientôt. Pour savoir comment agir sur le terrain, il fallait bien qu'elle entende leurs discussions, que ça plaise ou non. Quant à la réflexion de Kathleen... Andrew ne s'était pas douté que leur dernière chasse commune l'avait à ce point affecté. Le sang, la mort, la violence, quelque soit l'âge des victimes, c'était leur quotidien...  C'était triste à dire, mais ils ne pouvaient pas se permettre de faire dans le sentiment, même si voir cette expression d'humanité chez sa cousine lui rappelait un trait de caractère qu'il savait normalement apprécier chez elle. Normalement, quand tous les membres de sa famille ne se déchiraient pas au point qu'il ne savait même plus à quoi servaient ses efforts.

-Les lycans n'ont jamais vraiment eu de territoire de chasse, si ce n'est la forêt.
dit-il doucement, prenant sur lui pour ne pas s'emporter, même s'il commençait à se demander pourquoi il faisait tant d'efforts. C'est justement pour éviter que d'autres victimes de la sorte soient à déplorer qu'il est important d'agir, surtout si les créatures que nous devons affronter dépassent ce à quoi nous nous sommes habitués. Ce loup n'était peut-être pas un cas isolé. Il marqua une pause. Je n'ai jamais eu le sentiment que nous parlions ou agissions pour le plaisir, se faire mousser ou jouer les cavaliers solitaires. Personne n'a parlé de se réjouir, mais moi je parle de faire notre devoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 52

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Lun 6 Juil - 22:02

Une famille qui crie est une famille unie


La famille Hellsing n'était pas plus parfaite que les autres (même s'ils servaient des objectifs très nobles que les autres ne cherchaient même pas à atteindre), elle était même plus imparfaite. C'était normal. À cause de ce noble objectif qui les élevait tous, forcément, ils devaient endurer des épreuves et des conflits moraux qu'il n'était pas à tous donné de comprendre. Sans oublier que les Hellsing avaient tous hérités d'un sacré caractère, pas forcément facile à vivre. Et des caractères pas toujours très compatibles, qui rendait presque impossible toute idée de travail en équipe, même si William continuait de trouver très bonne l'idée de son fils aîné. Il n'y avait de toute façon rien de mieux pour assurer la cohésion d'une famille qui s'étiolait (ce qu'Andrew avait l'air de se refuser obstinément à admettre en mettant tant de volonté à mettre tout le monde d'accord - mais à ce moment précis, c'était tout à son honneur). Bien sûr, cela excluait Maybell, mais son heure finirait par venir, et tous les Hellsing, avant d'atteindre l'âge (ou la maturité, plutôt) requis, en passaient par là. Cela leur forgeait le caractère que de se nourrir des exploits du reste de leur famille. Maybell ne devait pas s'inquiéter, son tour arriverait assez vite. En attendant, ces récits de chasse devaient lui donner un avant-goût de ce qui l'attendrait bientôt et encouragerait son tempérament guerrier. Il n'y avait rien d'autre à comprendre. Et pas de quoi se mettre dans tous ses états non plus.

En fait, il serait avisé pour tout le monde de ménager son caractère. Aaron y compris, à qui William adressa un regard sévère quand il refusa la proposition de son aîné sous le prétexte de préférer travailler en solo. Il ne pouvait pas se permettre d'avoir une telle mentalité. Personne ne pouvait se permettre de se la jouer solo, et encore lui, encore trop inexpérimenté. C'était justement quand il était question de leur mission naturelle, qu'ils devaient être soudés le plus possible. Et c'était donc forcément dans ces moments-là que les Hellsing se déchiraient, donnant à William l'envie du frapper du poing sur la table. William se moquait bien que la conversation ait coupé l'appétit à Aaron, il resterait jusqu'à la fin du dîner. De la même manière, peu importe que Kathleen se sente contrariée ou ait le sentiment que l'on causait réjouissance, il fallait qu'elle admette la vérité. Elle avait vu une enfant morte. C'était triste. Mais c'était comme ça. C'était peut-être la première pour elle, ce ne serait malheureusement pas la dernière. C'était pour cela qu'ils se battaient, et s'ils pouvaient donner l'impression de prendre leur titre à la légère, c'était que, puisqu'il était leur quotidien, ils ne pouvaient pas se laisser dépasser par le remord, les scrupules oui la tristesse, ils devaient agir, un point c'est tout. Et Andrew, d'ailleurs, sembla d'un avis semblable, alors qu'il exprimait en quelques mots ce qu'il ressentait bel et bien.


"Cette chasse aura lieu, que vous le vouliez ou non."
répliqua-t-il d'un ton sans appel, avant de tourner un regard vers sa soeur, qu'il savait d'une opinion similaire à la sienne et qui, pour la peine, hocha la tête également, l'air tout aussi grave.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 688

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   Ven 31 Juil - 14:53

Andrew & Kathleen & William & Aaron
Une famille qui crie est une famille unie.
Aaron pouvait aisément comprendre la frustration de Maybell, après tout il l’avait vécu également. Il comprenait qu’elle avait envie d’aller chasser, mais son tour allait venir. Pour le coup, le jeune homme se rangeait du côté de la famille. Elle était encore bien trop jeune pour envisager de partir chasser. Aaron avait dû attendre un long moment avant d’y être autorisé, même si son comportement avait sans doute reculé ce moment. Le jeune homme devait bien avouer qu’il serait plus que vexé si jamais Maybell avait le droit de partir sur le terrain, bien avant lui. La jeune cousine s’approcha de lui d’ailleurs, après qu’il se soit levé sans pour autant quitter la pièce au vu du regard noir que son père lui lança, lui demandant ce qui n’allait pas. Cela semblait assez évident à ses yeux mais soit.

« Cette famille m’agace. »

Dit-il entre ses dents, en tournant son regard vers la table où étaient encore assis les autres membres de leurs familles. Kathleen reprit la parole, mentionna une jeune fille morte qu’ils avaient trouvée avec Andrew. Aaron leva les yeux aux ciels, elle était celle qui l’agaçait le plus. Soit disant parce qu’elle avait trouvé le corps d’une gamine tuée, ils ne pouvaient pas parler de la première chasse qu’il avait fait avec son frère ? Ils avaient quand même trouvé un loup qui faisait deux fois la taille d’une créature normale. C’était suffisamment hors norme pour être mentionné à table, où ils se trouvaient tous ensemble pour changer. Evidemment, comme Aaron n’était pas de bonne humaine, il était loin d’être capable de faire le moindre effort.

« Si tu es à ce point chamboulée en voyant une gamine crevée, tu devrais peut-être te demander si tu es vraiment faite pour ça ! »

Lança-t-il amèrement à sa cousine, sans prendre le soin d’édulcorer ses propos. Il pensait chaque mot qu’il venait de présenter. La cause de la famille était difficile à endurer, ils devaient tuer des créatures pour protéger les humains. Malheureusement, ils ne pouvaient pas tous les protéger. Ils n’étaient que cinq à chasser (six en comptant Maybell dans le futur), ils ne pouvaient évidemment pas empêcher toutes les disparitions. Cela faisait un moment qu’Aaron s’était fait à l’idée, en même temps il n’avait que peu d’altruisme envers les autres. Entre temps, Andrew avait repris la parole, tentant visiblement d’apaiser un peu les tensions. Sur le principe, Aaron était d’accord avec son frère et s’il était le seul concerné, il aurait sans doute fait bien plus d’effort. Mais ce n’était pas le cas. Et quand William reprit la parole en affirmant, que dans tous les cas, la chasse allait avoir lieux, ça ne pouvait qu’agacer encore plus Aaron. Le jeune homme attendait depuis toujours le jour d’avoir la fierté de son père, d’avoir un intérêt à ses yeux. Et maintenant qu’il était officiellement chasseur, il n’avait montré que peu d’enthousiasme à sa première chasse. Il n’avait même pas eu un mot agréable pour lui (mais Aaron prenait surtout soin de ne voir aucun signe).

« Parce que tu as envie de moi maintenant sur le terrain ? » Demanda-t-il à l’adresse de son père, ne lui montrant pas le respect qu’il lui devait. « J’avais pas remarqué. »

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une famille qui crie est une famille unie (les Hellsing)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» Personnalités de Terrassanta (Famille Delacroix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Habitations :: Chez les Hellsing-