Partagez | 
 

 A la guerre, comme à la guerre (Déa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 316

Message#Sujet: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Lun 2 Mar - 13:47

Déa & Lena
A la guerre, comme à la guerre.
Il n’était pas rare pour Lena de sortir une fois la tombée de la nuit, afin de se promener dans les rues ou dans la taverne. Ce n’était évidemment pas pour rien, elle avait un but dans cette attitude. Malgré le fait qu’elle approchait de sa trentième année de vie sur Notre Terre, la jeune femme n’avait aucune envie de se « poser ». Elle aimait la vie comme elle était, elle voulait en profiter à chaque instant. Et évidemment, elle ne trouvait rien de mieux pour profiter que de sortir et séduire de jeunes (ou pas) hommes. La sirène aurait bien emmené son amie Eponine pour sortir un peu, mais on ne pouvait pas dire que c’était réellement le genre de sa meilleure amie. Et au fond, c’était mieux sans doute qu’elle soit seule et non en compagnie de l’humaine. La jeune femme n’avait pas encore connaissance de son secret, mais si Lena envisageait de plus en plus de lui en parler, elle ne comprendrait sans doute pas comment elle faisait pour attirer tous ces hommes à ses pieds. Parce que bien sûr, cela ne se résumait pas à son physique et à son charisme. Elle trichait légèrement, grâce aux pouvoirs de sa race. Les sirènes pouvaient séduire n’importe qui et autant dire que Lena ne manquait pas d’utilisation. Elle était devenue experte dans cet art, au grand dam de sa mère. La femme n’avait jamais utilisé ses pouvoirs comme cela. Mais sa fille était loin d’être une romantique comme elle, elle ne cherchait pas à trouver son âme sœur, avant de se marier et de fonder une grande famille avec tout plein de bambins. En réalité, Lena ne se voyait même pas avec des enfants un jour. Cela pouvait toujours changer, elle était jeune encore, mais pour le moment, elle profitait simplement de la vie.

La jeune femme s’était rendu à la taverne, son parc de jeu favori. A force, elle avait plusieurs personnes sous son charme et elle n’avait pas toujours besoin d’utiliser son pouvoir de séduction. Après tout, elle n’était pas moche non plus, elle arrivait quand même à séduire des hommes sans son pouvoir. Elle espérait donc faire une rencontre intéressante, pouvoir s’amuser encore une fois. Si cela se passait avec un inconnu ou une personne avec qui elle avait déjà eu l’occasion de jouer, ça la raviverait dans tous les cas. Mais à peine était-elle entré dans la taverne que son regard fut attiré vers une personne qu’elle aurait aimé ne pas croiser. Déa Stark, une autre sirène qu’elle ne supportait pas. Lena ne pouvait pas la voir en peinture, elle ne la supportait vraiment pas. Et la voir discuter avec un homme qu’elle avait déjà conduit dans son lit, Lena le supporta encore moins. Pendant un moment, la sirène n’avait pas eu l’occasion de croiser la route de son homologue, elle aurait aimé que cela continue. Lena s’approcha du comptoir où elle demanda un verre d’eau, avant de se diriger vers Déa. Elle renversa, sans honte, le verre d’eau sur la tête de la jeune femme qui se trouvait dos à elle.


« Dégage de là avant que je décide de te renverser tout un seau d’eau à la figure ! »

Son ton était évidemment loin d’être aimable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 961

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Lun 2 Mar - 20:27


À la guerre comme à la guerre
D

es soirées telles que celle que la sirène était en train de se planifier, Déa en avait eu tout son content une bonne période de sa courte vie, avant de se calmer... Et de reprendre de nouveau, au même rythme qu'avant, mais avec des intentions complètement différente. Pendant un long moment, elle n'avait plus vraiment eu en tête ces nuits sans conséquences où son corps s'offrait à celui d'un ou d'une inconnu(e) dont elle ne savait rien et ne voulait rien savoir. Elle y trouvait de l'intérêt avant, quand elle savait s'en amuser et ne pas se poser de question, quand elle n'aimait rien et n'était fidèle à rien... Mais la pauvre aimait, et cela avait changé bien des choses dans son comportement. Pendant plusieurs longues semaines qui s'étaient muées en mois, elle n'avait pensé qu'à Léo. Puis Léo avait disparu, et elle n'avait plus pensé qu'à le retrouver... Puis il était revenu et avait décidé d'épouser Jane Hardwick, qui à présent était sa femme, et, de dépit, Déa était retombée une nouvelle fois dans tous les excès qu'elle avait su oublier. Elle avait retrouvé ses habitudes à la taverne, et les plus grands piliers de bars la voyaient aller venir et régulièrement, souvent repartir au bras de quelqu'un de différent. Ça devait jaser, sans aucun doute, et elle ne devait pas se créer la meilleure réputation possible, mais elle s'en fichait complètement. Ce qui importait à ses yeux, très clairement, ce n'était pas, et ça n'avait jamais été le regard des autres, elle pouvait très bien vivre sans se soucier de leur jugement, du moment qu'il lui était possible de profiter des quelques plaisirs que la vie savait encore lui réserver.

Ce soir-là, elle avait décidé de jeter son dévolu sur un jeune homme attablé au comptoir, et qui buvait son verre d'alcool en solitaire. Lui aussi semblait broyer du noir, ça lui convenait très bien. Deux misères combinées pouvaient faire mauvais ménage, mais si elles s'entendaient sur le plan horizontal, elles pouvaient au contraire trouver un sens certain. En plus, il était clairement plutôt bel homme, et il ne manqua pas de se montrer intéressé. Sitôt qu'elle s'était assise à côté de lui, il lui avait proposé de lui offrir un verre, ce qu'elle avait bien sûr immédiatement accepté. Ils avaient commencé  à parler de tout, de rien, leurs intentions plus que claires se lisant dans leurs regards et gestuelles respectives... jusqu'à ce que... Une sensation désagréable sur son cuir chevelu. Déa porta ses mains à ses cheveux. De l'eau. Et merde ! Déa leva les yeux... Lena. Ben voyons, ça devenait plus clair. Toutes les deux se détestaient si cordialement, qu'elles n'étaient pas à un coup vache près. Entre elles, c'était tout bonnement viscéral. Déa se leva d'un bond, adressa un regard noir à Lena.

-Bordel ! Mais t'as vraiment un problème !
Sa réaction pouvait sembler excessive d'un point de vue extérieur. Sauf que non. Parce que c'était de l'eau, qu'elle venait de lui verser dessus, et que la suite pourrait pas conséquent être problématique. Je dois y aller. dit-elle sans plus de justification à l'adresse de sa conquête qui avait de moins en moins de chances d'en devenir une avant de se précipiter hors de la taverne.

Sitôt dehors, et s'appliqua à éponger l'eau le plus rapidement possible avec la laine de son pull. Anxieuse, elle attendait. Mais rien ne se passait. Ses jambes restaient des jambes, pas d'écailles pour faire leur apparition. La quantité d'eau n'avait visiblement pas été suffisante pour garantir sa transformation. Heureusement ! La situation aurait pu virer à la catastrophe, autrement. Lena avait lancé les hostilités. Très clairement, Déa n'allait pas se laisser faire.












code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 316

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Sam 28 Mar - 15:10

Déa & Lena
A la guerre, comme à la guerre.
Lena agissait sans doute un peu trop excessivement, mais elle n’y pouvait rien quand c’était Déa. Les sirènes ne pouvaient pas se supporter, c’était viscéral. Lena ne supportait vraiment pas sa camarade sirène et la voir en plus discuter (avec plus si affinité) avec l’une de ses proies régulières, ça l’agaçait encore plus. Déa et Lena se ressemblaient au fond, elles avaient énormément de point commun. Le fait qu’elles avaient une vie de dépravé par exemple, qu’elles ne reculaient pas devant les amusements de la chair. Pendant un temps, Déa avait arrêté de sortir visiblement puis elle avait repris ses activités nocturnes. Evidemment, Lena n’aimait pas cela, elle n’appréciait pas réellement la concurrence. La réaction de la sirène était donc excessive, mais elle ne regrettait vraiment pas ce qu’elle venait de faire. Déa apprendrait peut-être comme cela, à ne pas marcher sur ses plates-bandes. Un fin sourire s’afficha sur le visage de la sirène alors que sa « camarade » annonçait qu’elle devait s’en aller, puis quittait la taverne. Son regard se porta alors sur l’homme avec qui elle discutait et qui ne semblait pas comprendre ce qui venait de se passer. Cependant, elle pouvait lire en lui qu’il n’appréciait pas ce qu’elle venait de faire. Tant pis, elle n’en avait que faire de ce qu’il pouvait bien penser de son attitude. Elle en avait rarement que faire de ce que les autres pouvaient bien penser d’elle, même ses « partenaires réguliers ». Lena était satisfaite de ce qu’elle venait de faire, du fait qu’elle venait de gâcher la soirée de son ennemie. C’était sans aucun doute puérile, mais tant pis. Elle jubilait. D’ailleurs, elle avait bien l’intention de savourer sa petite victoire. Pour cela, elle décida de sortir à son tour afin de rejoindre Déa dehors. Elle ne savait pas si elle se trouvait dans la rue ou si elle avait s’était enfuit plus loin. Lena se doutait bien que la quantité d’eau qu’elle avait versé sur la tête de Déa n’avait sans doute pas été suffisante pour la transformé, elle avait donc très bien pu prendre ses jambes à son cou du coup.

Mais quand elle sortit de la taverne, Lena eut l’agréable surprise de voir que Déa se trouvait juste là. Tant mieux, la jeune femme devait bien avouer qu’elle avait envie de continuer un peu les hostilités. Elle n’avait pas prévu de passer une soirée comme cela, mais c’était aussi une manière pour elle de se défouler au final. Déa était sans doute la personne qu’elle appréciait le moins dans ce village, elle ne pouvait vraiment pas la voir. Et le pire là-dedans, c’était que les deux sirènes auraient très bien pu s’entendre dans d’autres circonstances.


« Dommage, j’aurais aimé voir ta belle queue. »

Lui dit-elle dans un sourire mauvais. Lena n’était pas un ange non, elle ne prétendait pas cela. Du moins, pas avec Déa en tout cas. Elle n’avait aucune envie de montrer un visage agréable à sa camarade sirène, elle n’en voyait tout bonnement pas l’intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 961

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Sam 28 Mar - 17:57


À la guerre comme à la guerre
B

on... il y avait eu plus de peur que de mal, en définitive, et elle avait paniqué inutilement. Le temps minimal pour s'assurer qu'elle ne se transformerait pas était passé, elle avait donc évité le pire. Lena était vraiment inconséquente... (Bon, Déa aussi, en vérité, mais il était bien plus simple d'accuser cette dernière de tous les torts possibles à cet instant plutôt que de se remettre elle-même en question)... Que se serait-il passé si ses jambes s'étaient effectivement muées en nageoire ? L'humiliation de devoir se tirer de cette situation en s'agitant tel un poisson hors de l'eau n'aurait guère été plaisante, mais ce serait passé, à la limite, elle en avait vu d'autre, et comme elle se plaisait à le dire souvent, si le ridicule tuait, elle serait morte depuis bien longtemps.... Mais exposer ainsi son secret au beau milieu du village ! Elle aurait non seulement pu trahir le secret de toute une espèce, mais aussi être cataloguée comme un monstre pour le restant de son existence. Elle était dors et déjà presque certaine d'être dans le collimateur des Hellsing, elle n'avait vraiment pas besoin d'en rajouter encore. Bon, elle pouvait être rassurée, elle avait peut-être fait foirer son éventuel coup d'un soir, mais elle avait protégé son secret, ne restait plus qu'un seul problème : Lena, bien sûr. Si cette-dernière n'était pas venue la retrouver à l'extérieur de la taverne, Déa serait retournée la chercher par la peau des fesses. Déa était rancunière, elle rendait toujours coup pour coup. Surtout avec la jeune femme. Elles auraient pu s'entendre, toutes les deux, elles avaient des aspirations et des visions de la vie similaires. Mais puisqu'elles ne s'entendaient pas en fin de compte, elles se montraient toujours d'une cruauté excessive l'une envers l'autre. Lena avait déclaré la guerre, eh bien, Déa, au lieu de s'en aller en affirmant être trop mature pour ce genre de conflits (elle ne l'était pas), avait bien l'intention de prendre sa revanche. Oeil pour oeil, dent pour dent, la loi du Talion n'avait jamais autant de sens que lorsque les deux sirènes se retrouvaient dans cette situation. C'est pour cette raison d'ailleurs que, s'abstenant de lui tirer les cheveux et de réduire leur conflit à un simple crêpage de chignons (bien que, très clairement, cela pouvait encore arriver, il n'était pas trop tard), elle préférait rester en premier lieu sur le terrain de la joute verbale. Il serait toujours temps d'en dériver ensuite. Et en l'occurrence, autant dire que Lena lui avait tendue une sacré perche (et oui, cette phrase pouvait clairement être entendue dans différents sens).

-Tu devrais être lassée, pourtant, à force d'en voir à longueur de journée.

C'était de la pure mauvaise foi que d'attaquer son interlocutrice sur ce terrain. Parce qu'accuser ses moeurses légères, c'était oublier que les siennes étaient tout aussi condamnables. Après tout, elles avaient bien eu les mêmes cibles en vie, dans cette taverne. Mais elle s'en fichait. L'essentiel, c'était de répliquer directement, et si elle devait faire preuve de la plus grande mauvaise foi au monde, alors elle y allait. Elle s'en fichait totalement.










code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 316

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Dim 19 Avr - 22:41

Déa & Lena
A la guerre, comme à la guerre.
Lena savait parfaitement que révéler l’existence des sirènes n’était pas une bonne idée. Cependant, elle était loin d’être raisonnable quand il était question de Déa Stark. Les deux femmes ne se supportaient pas et se le montraient clairement. Lena n’avait aucune pitié pour son homologue. Si elle s’était transformée au milieu de la salle, la jeune femme se serait sans aucun doute moqué d’elle et l’aurait traité de monstre comme les autres. Parce qu’au fond, il n’y avait aucune seule chose qui comptait, elle et seulement elle. Elle n’en avait que faire des autres et encore moins de Déa. Si le secret de toute l’espèce avait été révélé, elle se serait simplement contenté de se faire passer pour une humaine. Après tout, elle le faisait déjà constamment. Et en même temps, est-ce que ça ne serait pas une bonne chose que les humains arrêtent de croire qu’ils sont tous seul et qu’ils découvrent enfin qu’il existe des créatures comme les sirènes. Enfin, ce n’était évidemment pas le débat du jour. Lena avait surtout envie de s’occuper du sort de son ennemie, cette jeune femme qu’elle détestait plus que tout au monde.

Lena avait pris la décision de sortir de la taverne, et donc d’abandonner son idée de se trouver une proie pour la nuit, afin de rejoindre Déa dehors. Elle voulait voir d’elle-même si la jeune femme s’était transformée, mais ne put constater seulement qu’elle avait toujours ses jambes. Elle ne manqua pas de lui faire une remarque à ce sujet, mais l’autre sirène répliqua à son tour. C’était clairement une conversation de jeune femme immature, mais Lena n’en avait que faire. Elle trouvait cela amusant de jouer avec son ennemie, de lancer des piques comme cela. Ce qu’elle avait bien l’intention de faire de nouveau.

« Qu’est-ce qu’il y a, tu es jalouse ? »

Cela ne touchait pas vraiment Lena que Déa l’attaque sur ses mœurs contestables. Après tout, elle assumait parfaitement le fait qu’elle ne manquait pas de charme et qu’elle aimait séduire les hommes et femmes. Après tout, cela venait de leur nature après tout. Les sirènes étaient des créatures faites pour séduire les humains, pour les emmener dans leurs filets. Lena se trouvait déjà bien sympathique de ne pas faire comme dans les vieilles légendes parlant de sirène mangeuse d’homme. Elle se contentait de prendre du bon temps, c’était suffisant. Et Lena savait parfaitement que c’était aussi (moins maintenant, mais avant clairement que oui) le genre de Déa. Finalement, les deux sirènes se ressemblaient énormément. Sans doute qu’elles auraient été capable de s’entendre si jamais elles n’avaient pas décidé qu’elles seraient les pires ennemis du monde (sans trop d’exagération). De toute façon, Lena n’avait jamais eu besoin d’une personne comme elle, elle préférait fréquenter ceux qui étaient capable de lui apporter quelque chose.

« Ne me dis pas que tu te retrouves avec des peines de cœur, je vais me mettre à chialer. »

Lena n’avait pas connaissance des ennuis de la jeune femme sous ses yeux concernant son cœur justement et elle ne se doutait pas à quel point elle pouvait toucher juste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 961

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Sam 25 Avr - 10:30


À la guerre comme à la guerre
J

alouse ? Elle ? De Lena ? Et puis quoi encore ! Déa voulait considérer qu'elle n'avait absolument rien à lui envier au monde, rien qu'elle ne possède, en tous cas, sauf peut-être son absence totale de sentiment (qu'elle lui présumait)... Le fait est qu'il devait tout de même y avoir un rien de jalousie entre elles, sans quoi elles ne se détesteraient pas autant. Cette rivalité qui s'était installée entre elles devaient forcément reposer sur un minimum de sentiment de jalousie. Mais Déa était trop fière pour admettre ce genre de choses. S'il y avait jalousie, elle était étouffée et inconsciente, pas comme celle qu'elle éprouvait pour Jane Hardwick. Enfin bon, dans tous les cas, même si elle en avait conscience, elle n'irait clairement pas l'avouer, elle préférait largement se prendre la tête avec elle dans les grandes largeurs. Elle ne méritait rien d'autres, de toute manière. Encore moins après le coup bas qu'elle venait de lui faire. Non mais quelle garce...

-Prends pas tes rêves pour une réalité, Jenkins. J'ai plus à envier à un crapaud cornu qu'à toi.
râla-t-elle en toute mauvaise foi.

Bon sauf que les crapauds cornus n'avaient pas à ce point le don de mettre le doigt là où ça fait mal. Ça, c'était un talent inné de Lena, et qui avait bien souvent su renforcer leur animosité. Bon, elle savait bien que, en l'occurrence, son interlocutrice ne devait pas être au courant de ses problèmes et préoccupations actuelles (quoique, dans le village, certaines nouvelles se répandaient bien vite, mais elle doutait fort que trop de personnes s'intéressent à ses déboires sentimentaux), mais elle avait quand même frappé totalement juste, surtout pour donner à Déa un nouveau coup au coeur. Comme si elle n'en recevait pas assez au quotidien.

-Ne présume pas de tes forces, pour chialer, faudrait que t'es un coeur. Aux dernières nouvelles on le cherche toujours.

Elle ne la contredisait pas non plus. Pour ce que ça pouvait sortir. Mentir effrontément et se planter en mentant ne serait pas forcément plus agréable, comme situation. c'était agaçant, car quand Déa faisait preuve de cette faiblesse manifeste, elle était incapable, sur l'instant, d'en trouver à son interlocutrice. Ça lui donnait l'avantage, et s'il y a une personne à laquelle elle ne voulait pas donner l'avantage, c'était bien Lena Jenkins. Au moins, elle s'était donné un air suffisamment indifférent pour ne pas donner l'impression d'être au bout du gouffre... même si, au bout du gouffre, elle l'était effectivement, et à chacune de ses tentatives pour remonter la pente, le résultat était pire encore... mais tu parles que la jeune femme saurait compatir à ses problèmes. Déa le croyait, quand elle disait que Lena n'avait pas de coeur. Cette fille était un concentré d'égoïsme et rien ne comptait sinon elle-même.









code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 316

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Sam 16 Mai - 22:40

Déa & Lena
A la guerre, comme à la guerre.
Lena était persuadée que Déa était jalouse, parce qu’au fond elle savait qu’elle avait une part de jalousie également. Le problème de ces deux sirènes, c’était qu’elle se ressemblait bien trop. Si Lena ne faisait pas preuve d’autant de mauvaise foi possible, elle pourrait affirmer que son ennemie était mignonne (plus que mignonne même, mais il ne fallait pas pousser le bouchon non plus). Il y avait tellement de chose qu’elles vivaient de la même manière, tellement de ressemblance dans leurs caractères. Toutes ces choses qui faisaient qu’elles étaient parfaitement incapables de s’entendre, c’était inné chez elles. Lena en tout cas n’avait aucune envie de faire un effort avec la sirène, elle aimait bien toucher où cela faisait mal aussi d’ailleurs. Quand elle mentionna les peines de cœur de Déa, elle avait dit cela simplement en pensant qu’il y avait quelque chose dans le retour de la jeune femme sur le « marché ». Pendant un temps, son ennemie s’était faite rare et cela lui convenait très bien. Elle s’était peut-être fait larguer par un homme qu’elle aimait. Lena l’espérait en tout cas, elle aimait l’idée que Déa puisse souffrir à cause du cœur qu’elle avait dans la poitrine et qu’elle pensait inexistant chez elle.

« Aie ! » Dit-elle en posant une main sur sa poitrine, là où se trouvait son cœur, comme si elle venait de recevoir un coup. « Tu es très méchante Déa ! »

Evidemment, la jeune femme n’avait pas été une seule seconde touchée par les paroles de la sirène. Cela ne lui faisait rien qu’elle croit qu’elle n’avait pas de cœur. C’était un peu ce qu’elle cherchait au fond. Lena préférait vraiment qu’on l’imagine incapable de ressentir quoi que ce soit, cela lui permettait de se protéger. En termes de sentiment amoureux, elle n’en savait vraiment rien. Elle n’avait jamais connu l’amour, le grand. La seule chose qu’elle connaissait, c’était les biens faits de deux corps (ou plus) s’unissant dans la luxure. Elle savait enivrer l’esprit des autres grâces à ses pouvoirs de sirène, mais elle n’avait jamais connu l’amour. Elle ne le cherchait pas non plus, elle ne voyait pas l’intérêt de s’amouracher de quelqu’un. Elle pouvait apprécier le bonheur des autres, quoi que cela ne marchait que pour les personnes qu’elle appréciait sincèrement, mais elle n’avait aucune envie de connaitre ça. Elle s’amusait trop bien en ce moment pour gâcher sa vie.

« Bon bah je ne vais pas me mettre à pleurer sur ton sort alors, je suis sûre que tu le fais très bien toute seule de toute façon. »

Ajouta-t-elle finalement, puisque son ennemie n’avait pas infirmé ses paroles. Il y avait donc bien une histoire de peine de cœur sous son retour, elle ne pouvait pas s’empêcher de sourire de satisfaction. Si seulement Déa pouvait régler ses affaires rapidement pour ne plus la gêner, cela l’arrangerait grandement. Parce qu’il fallait bien dire, Lena la considérait vraiment la sirène comme une rivale à son charme. Si elle pouvait disparaitre de la circulation de nouveau donc.

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 961

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Mer 20 Mai - 16:12


À la guerre comme à la guerre
D

éa s'en était doutée, sa réflexion à l'adresse de son ennemie ne l'avait pas remuée ou perturber, pas même un tout petit peu, à la place, Lena préféra faire l'une de ces remarques ironiques dont elle avait le secret. Ciel, qu'elle était insupportable ! Mais en même temps, il fallait s'y attendre. Comment peiner ou attrister quelqu'un qui n'avait pas de coeur ? C'était justement parce qu'elle était incapable de sentiments (c'était du moins un défaut que Déa n'avait de cesse que de lui attribuer sans la moindre preuve pour appuyer son propos sinon l'animosité qu'elles avaient l'une à l'égard de l'autre) qu'elle ne pouvait s'émouvoir quand on le lui reprochait. Et bien sûr, quelqu'un d'aussi ignoblement orgueilleux qu'elle était bien incapable de se remettre en question, ça allait de soi. Ouais, qu'elle s'évite de pleurer sur son sort ! Déa n'avait nul besoin de larmes hypocrites. Et, même si cela la tuait que de devoir le reconnaître, Lena avait raison, elle n'avait besoin de personne pour que soit attribué à son sort le quota nécessaire de liquide lacrymale. Dernièrement, la sirène avait l'impression de passer son temps à geindre et à se morfondre... On avait sans doute rarement vu quelqu'un d'aussi mal doué quand il s'agissait de soigner son coeur brisé. Mais elle ne voulait pas pour autant donner à son interlocutrice la satisfaction de constater qu'elle avait raison... À la place, elle préférait s'aventurer sur un terrain plus sécurisant, et qui leur était familier à toutes les deux. Celui qui était leur point de discorde quand il aurait pu pourtant contribuer à leur bonne entente. Puisque, qu'elles daignent ou non le reconnaître, elles étaient après tout loin, bien loin d'être aussi différentes qu'elles voulaient bien le prétendre.

-Je t'en veux pas, va. Je sais que tu as fort à faire autrement.
répondit-elle avec un faux-air compatissant. Si elle avait longtemps cru que l'amour était une faiblesse, l'éprouver lui avait fait changer d'avis sur la question, alors elle ne comptait pas non plus se cacher de ce qu'elle avait pu vivre... Sans pour autant être prête à laisser Lena gagner du terrain.

Bien sûr, quand elle disait que cette dernière avait "fort à faire", elle parlait de ces parties de jambes en l'air qui faisaient son quotidien... ou le quotidien d'une vie assez vide de sens, finalement... C'est ce que Déa avait réalisé quand il lui avait bien fallu ouvrir les yeux sur les sentiments qu'elle portait à son petit ami. Elle avait vécu de cette manière dissolue, à passer d'homme en homme sans vraiment y réfléchir, en pensant que ça suffisait... À présent, et même "de retour dans la course", elle savait bien que la donn avait changé pour de bon. Car aucun homme ne saurait jamais être Léo...

-Quoique tu risques d'avoir beaucoup de temps pour toi si je prends soin à ta place de tes prétendants.
Sous-entendu oui, la concurrence était de retour, que cela plaise ou non à Lena, et elle voyait finalement plus d'attrait dans le fait de marcher sur les plates-bandes de la jeune femme en lui "dérobant" toutes ces conquêtes que dans ces conquêtes en elles-mêmes.








code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 316

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Jeu 11 Juin - 21:01

Déa & Lena
A la guerre, comme à la guerre.
Si Lena pouvait lancer des piques à Déa, elle n’allait pas se retenir de le faire. La jeune femme n’avait aucune affection pour sa congénère, bien au contraire. Elle la détestait comme jamais elle n’avait détesté quelqu’un autrefois. Elle n’avait pas vraiment de raison en plus, c’était juste comme cela. Quand elle l’a voyait, elle se sentait tout simplement énervée et d’humeur à lancer des vacheries. Quand Lena avait découvert que Déa ne passait plus son temps à séduire les hommes, elle devait bien avouer qu’elle avait apprécié la nouvelle. Parce que cela lui avait donné l’occasion d’être la seule sur le « marché » des prétendants, des hommes qui aimaient profiter de la compagnie des femmes et qui se faisaient aisément avoir par les pouvoirs de séductions des sirènes. Et maintenant qu’elle comprenait que les choses ne s’étaient pas bien passées pour la jeune femme, Lena appréciait de la savoir au bord du gouffre. Elle ne pouvait pas affirmer que son ennemie déprimait vraiment et souffrait atrocement, elle se contentait de faire les hypothèses qui l’arrangeait le mieux. Elle avait envie que Déa souffre, alors elle préférait croire qu’elle souffrait énormément. Et comme elle ne prenait pas la peine de contredire ses paroles, elle osait croire qu’elle touchait à la vérité. Comme quand elle avait dit qu’elle s’épargnerait de pleurer sur son sort, la jeune femme sous ses yeux se contentait de lui dire qu’elle ne lui en voudrait pas en lançant à son tour une petite pique. Si elle s’était contentée de cela, Lena n’aurait sans doute pas réagit, mais elle ne manqua pas de continuer.

Lena afficha un sourire tendu quand Déa lui affirma qu’elle allait avoir beaucoup plus de temps pour elle, maintenant qu’elle était de retour et qu’elle allait prendre soin de ses prétendants. C’était le sujet le plus sensible entre elles, parce qu’elles étaient en pleine concurrence.

« T’es vraiment qu’une garce. »

Quand la sirène commençait à insulter comme cela, c’était qu’elle se retrouvait devant un mur. Elle ne trouvait aucun moyen de la rabaisser plus, Déa se contentait simplement de l’énerver plus que de raison. Au fond, Lena n’avait pas grand-chose dans sa vie en dehors de son aptitude à ne pas se prendre la tête dans la vie. Hors, Déa avait le don de lui prendre la tête et de lui enlever ce qu’elle adorait le plus. Ce qu’elle avait besoin, c’était de continuer de profiter de sa vie sans se prendre la tête. Sauf qu’elle pouvait difficilement faire autrement quand elle se retrouvait devant sa congénère.

« Je devrais peut-être aller pêcher ailleurs, je n’ai pas envie de respirer le même air que toi. » Elle marqua une pause, plantant son regard dans celui de Déa. « Peut-être que je devrais essayer de savoir plus sur ce qui a pu briser ton petit cœur. »

Sous-entendu, s’il y avait un garçon là-dessus, elle avait bien envie de savoir qui cela pouvait être. Et bien sûr, ce n’était pas simplement pour faire la conversation.

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 961

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Dim 14 Juin - 15:37


À la guerre comme à la guerre
G

arce, oui, Déa savait l'être. À une période de sa vie, cela aurait même pu être un surnom fait pour lui coller à la peau. Depuis, tout de même, il faut bien reconnaître qu'elle s'était calmée, même si elle retrouvait un peu de ses frasques passées dans son attitude actuelle. À l'époque, elle n'éprouvait pas de scrupules à l'idée de briser des coeurs à foison, aujourd'hui elle y prenait garde, ce genre de subtilités nouvelles faisaient sans doute une meilleure personne que celle qu'elle avait pu être autrefois... mais quand bien même, on ne perd jamais complètement ses défauts, ils s'atténuent, plutôt. Il y avait des personnes avec lesquelles ses vieilles habitudes revenaient au grand galop. Parmi ces personnes, Lena arrivait en tête. Déa était tout bonnement incapable de la laisser jouer les garces (pour être polie) et ne pas agir pour autant. Cette vieille ennemie méritait qu'elle applique à la lettre la loi du Talion : oeil pour oeil, dent pour dent. Elle ne se privait pas pour lui faire des coups bas, alors la jeune femme n'allait certainement pas se priver de répliquer... D'ailleurs, elle était plutôt fière de son coup. Si Lena répondait par une insulte, alors c'était que Déa avait visé dans le mille... Cela étant, il ne fallait pas qu'elle surrestime son interlocutrice. Elle aussi, avait plus d'un coup bas dans son sac, et elle ne se priva pas de lui faire comprendre en répliquant, tout net, que si elle devait aller trouver ses proies ailleurs, elle irait en chercher une de choix, celle qui n'avait pas répondu favorablement aux sentiments de la jeune femme. Léo...

À cette suggestion, Déa sentit son teint devenir aussi blanc que neige. Là, ce qu'elle suggérait allait au-delà du fait de jouer aux garces finies. Lena ? Séduire Léo... Si ce devait arriver, la jeune femme ne le supporterait pas. Bien sûr, elle pourrait arguer que son ennemie n'arriverait à rien, puisque le jeune homme n'avait d'yeux que sa myrihande d'épouse-bidon. Mais non, elle était une sirène, elle le pouvait tout à fait. Elle n'aurait qu'à utiliser son pouvoir de séduction sur lui. Chose que Déa aurait pu faire, elle aussi... bien qu'elle ne l'ait jamais voulu. Lena ne se priverait pas, pour sa part. Elle s'en foutrait bien que Léo éprouve pour elle un amour factice, du moment qu'elle tenait sa revanche. Déa adressa à Lena son regard le plus noir. Pour l'heure, elle ne savait pas de qui il était question, elle avait ça pour elle, mais bon, ses sentiments pour Léo n'étaient pas un secret d'état non plus. Elle pourrait très bien obtenir les informations qu'elle désirait... En même temps, si elle se montrait trop sur la défensive, Lena pourrait bien courir de suite mener sa petite enquête, et c'était hors de question.

-Si t'as du temps à perdre, c'est ton problème.
répliqua-t-elle dans un haussement d'épaules, essayant de se donner autant qu'elle le pouvait l'air désintéressé. Moi, je retourne à la "pêche".

Et d'un pas décidé, elle entreprit de retourner à la taverne.








code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 316

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Dim 5 Juil - 11:48

Déa & Lena
A la guerre, comme à la guerre.
Si on cherchait Lena, on l’a trouvait sans aucun doute. La sirène n’avait pas pour habitude de se laisser marcher sur les pieds sans répliquer. Elle pouvait se montrer particulièrement désagréable quand on venait trop la titiller. Elle n’avait pas vraiment de scrupule en plus, elle mordait la vie à pleines dents sans se soucier des conséquences. Briser un ménage parce qu’elle allait coucher avec un homme qu’elle avait séduit avec ses pouvoirs de créature, aucun problème. Par moment, on pouvait même croire qu’elle n’avait aucune conscience, aucune âme. Elle en avait une, mais elle ne l’accordait qu’aux personnes qui le méritaient à ses yeux. Cela ne l’empêchait pas pour autant de faire du mal aux personnes qu’elle aimait, sans vraiment le vouloir. Concernant Déa, elle n’aurait aucun scrupule non. Si la sirène commençait à l’ennuyer sur son terrain de chasse, elle n’allait pas se retenir de répliquer. Lena ne savait pas ce qui avait pu la pousser à s’écarte du jeu, mais elle allait trouver. Et si jamais il y avait un homme là-dessous, elle allait s’en occuper. Et au vu de la manière dont le tient de sa rival blanchit, Lena considéra qu’elle avait vu juste. Il y avait forcément un homme dans cette histoire et la sirène savait à quel point les hommes étaient incapables de lui résister. Bien sûr, ce n’était finalement que des sentiments factices qui étaient produits grâce à l’attirance des sirènes, il n’y avait rien de concret. Mais Lena n’avait pas spécialement envie de faire sa vie avec quelqu’un, ce qu’elle souhaitait, c’était s’amuser tout simplement. Que la personne l’aime réellement ou non, cela lui était bien égal tant qu’elle pouvait s’amuser. Et elle prendrait vraiment son pied avec l’homme qui faisait battre le cœur de Déa, même si pour le moment elle n’avait aucune idée de qui cela pouvait bien être. Elle avait bien l’intention de faire sa petite enquête, elle aurait bien commencé de suite mais la réaction de Déa la refroidit légèrement.

Lena s’était attendue à ce que son ennemi réagisse bien plus que cela, qu’elle ne se contente pas d’être indifférente. La jeune femme savait qu’elle avait fait mouche, parce qu’elle avait vu le teint blanc comme neige de la jeune femme, mais en attendant elle préférait ne pas s’en occuper. Cela l’énervait de ne pas arriver à pousser la sirène dans ses retranchements, de ne pas arriver à l’énerver afin qu’elle perde le contrôle d’elle-même. Et donc par conséquence, c’était bel et bien elle qui était en train de perdre le contrôle. Lena serra des dents et des poings en voyant Déa se contenter de se retourner afin de rejoindre la taverne et continuer de « pêcher ». Quelle garce…

« Fais pas comme si tu n’en avais rien à faire ! » Lui lança-t-elle avant de s’approcher d’elle pour la forcer à se retourner, assez violemment. Et puis après cela, elle l’a poussa dans l’intention de la faire tomber. Oui, elle perdait clairement son sang-froid et n’hésitait même plus à en venir aux mains.

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 961

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Mer 8 Juil - 22:29


À la guerre comme à la guerre
S

ous ses airs (pas entièrement crédibles) de s'en moquer, Déa était en vérité agacée, en colère, blessée, angoissée, autant de sentiments désagréables que seule Lena, son ennemie de toujours, pouvait savoir lui faire éprouver tous en même temps. L'idée même qu'elle puisse mettre ses menaces à exécution et entreprendre de séduire Léo la rendait malade, mais elle n'avait pas voulu faire à la jeune femme la satisfaction de montrer combien ses avertissements la touchaient, elle savait que ce serait déjà lui faire trop plaisir. Elle tentait de se rassurer en se disant que la jeune femme ne savait rien de l'identité de l'homme qui faisait battre son coeur, et qu'elle était donc incapable de lui nuire... Sauf que son amour pour Léo n'était pas un secret d'État, elle s'était épanchée sur le sujet auprès de plusieurs personnes, et Léo en avait peut-être fait de même. Pour peu qu'elle mène sa petite "enquête", ou réalise tout simplement qu'elle ne parlait plus du tout à celui supposé être son meilleur ami, ce qui pouvait le mettre sur la piste... Et si ça arrivait... non, elle ne voulait pas y penser. Savoir le jeune homme avec Jane Hardwick, c'était déjà douloureux, mais si Lena devait user de ses pouvoirs pour le séduire, là... Déa ne répondrait plus d'elle-même. Elle avait juste voulu attendre pour imploser... Sauf que la jeune femme ne l'entendait visiblement pas de cette oreille. Alors que Déa pensait tout simplement aller "pêcher" un autre homme au bar, Lena était repartie à la charge et l'avait forcée à se retourner assez violemment. Elle la poussa, Déa ne l'avait pas vu venir. Elle tomba au sol, les fesses les premières sur le sol.

-Mais t'es une grande malade, c'est pas possible.
s'agaça Déa, parvenant de plus en plus difficilement à conserver son calme. Elle se releva, essuya la terre qui avait tâché ses vêtements. Ses yeux adressaient des éclairs à son ennemi. Ah oui ? Elle voulait vraiment jouer à ça ? Si tel était le cas, eh bien, clairement, elle allait être servie. Tu crois peut-être que j'ai peur de toi ou de tes menaces ? Mais t'es pathétique, c'est tout ce que t'es !

Et elle l'était sûrement tout autant, alors qu'elle s'agrippait désormais les cheveux de Lena pour les lui tirer le plus violemment possible. Un crêpage de chignons au sens le plus propre du terme. L'on ne pouvait pas franchement affirmer que ni l'une, ni l'autre, à l'heure actuelle, faisait preuve de la plus grade des maturités. Et arguer que c'était Lena qui avait commencé, ce n'était pas spécialement moins puéril. Mais à ce stade, au diable la maturité ! Déa, en tout cas, s'en fichait royalement. Oeil pour oeil, dent pour dent. Elle appliquait la loi du Talion, un point c'est tout. Quand elle était en présence de son ennemie et rivale, elle oubliait toute convenance, de toute façon. Personne d'autre ne savait la faire sortir à ce point de ses gonds. Et elle avait à peine d'énergie à fournir pour cela. Il lui suffisait d'exister, c'est tout, et c'était déjà beaucoup trop.








code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 316

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Ven 31 Juil - 13:50

Déa & Lena
A la guerre, comme à la guerre.
Lena agissait vraiment comme une gamine, mais elle n’y pouvait rien. Quand elle lançait une pique à Déa, elle appréciait quand cette dernière réagissait. Quand elle ne le faisait pas, la sirène ressentait une grande frustration. C’était parce que la jeune femme ne la laissait pas indifférente, même si ce n’était vraiment pas dans le sens amicale. Il n’y avait personne qui savait la faire sortir de ses gongs comme elle le faisait à l’heure actuelle, Déa était la seule à avoir un tel effet sur elle. Lena ne savait même pas vraiment d’où ça venait. Il n’y avait techniquement pas vraiment de raisons pour elles de se détester à ce point, elles avaient d’ailleurs énormément de point commun. Et pourtant, elles se détestaient purement et simplement. Lena n’était vraiment pas objective sur son point de vue, elle prenait les choses trop à cœur quand ça la concernait. Forcément, quand elle tenta de partir pour rejoindre la taverne après les quelques mots qu’elles s’étaient échangés (sans montrer d’intérêt par rapport à ses derniers mots), elle ne put se retenir de lui sauter à la gorge. Elle le retourna vivement, la poussa et jubila en la voyant tomber les fesses la premières. C’était plus que puérile, mais Lena assumait (presque) entièrement. Elle appréciait de voir son ennemie sur le sol, après qu’elle l’ait poussé. Mais évidemment, Déa n’avait pas l’intention de se laisser faire si facilement. Elle ne manqua pas de s’approcher d’elle et de lui tirer les cheveux. Rapidement, Lena en fit de même en poignant les mèches de cheveux de la sirène, sans se retenir de grogner à cause de la douleur.

La jeune femme ne manqua pas de lancer encore quelques jurons en direction de Déa. Elle ne se retint pas dans son langage, la traitant de garce et pire. Elles se trouvaient en plein crêpage de chignon en bon et due forme, comme deux folles furieuses. Elles ne devraient pas donner une très bonne image d’elles, mais Lena n’en avait que faire. La seule chose qui l’importait pour le moment, c’était son ennemie de sirène. La seule chose qu’elle voulait pour l’instant, c’était de faire le plus de mal possible à Déa. Après qu’elles se soient contentées de se lancer des piques venimeuses, maintenant elles étaient venues aux mains.

Visiblement, leur « petite » altercation avait attiré l’attention des personnes se trouvant dans la taverne, puisque plusieurs personnes sortirent. Une grande partie se contentait de les regardait faire et Lena ne leur portait aucune intention. Cependant, elle dut bien le faire quand elle sentit un homme l’agripper par les épaules afin de la séparer de Déa. La jeune femme tenta de se débattre, mais elle n’avait pas assez force physique pour l’arrêter.

« Lâchez-moi ! »

Elle ne devait vraiment pas donner une bonne image d’elle (alors qu’elle était quand même attachée à ce qu’elle pouvait renvoyer aux autres), mais pour le coup elle n’avait vraiment pas envie de se calmer. Il n’y avait vraiment que Déa pour la rendre dans un tel état.

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 961

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Dim 2 Aoû - 10:45


À la guerre comme à la guerre
D

éa n'était pas constamment attentive à l'image qu'elle renvoyait d'elle-même, ceci dit, elle préférait quand même se coltiner une réputation sympathique plutôt que d'être mal considérée par ses pairs. Être la proie des rumeurs (qu'elle adorait quand elles ne la concernaient pas), tout le monde y avait eu le droit un jour, elle y compris, ce n'est pas pour autant qu'elle appréciait franchement cela. Ce n'était donc clairement pas son genre que de se donner en spectacle comme elle était en train de le faire, mais elle n'y pouvait rien. Quand elle était en présence de Lena, elle se sentait saisie d'un accès d'orgueil... orgueil qu'elle mettait de côté sitôt qu'elle s'adonnait à ce genre de crêpages de chignons loin d'être glorieux. Elle ne pouvait tout simplement pas laisser son ennemie s'en prendre à elle sans se défendre. Tant pis si la jeune femme donnait une piètre image d'elle-même, de toute façon, elle était trop concentrée sur leur combat de chat sauvage pour prêter attention à la foule des villageois qui quittaient progressivement la taverne pour les regarder s'écharper. Elle était concentrée sur la douleur qu'elle éprouvait quand Lena lui tirait vivement les cheveux... Elle allait en perdre une poignée au passage, elle le sentait venir, et elle était concentrée également, bien sûr, sur le fait de faire plus de mal encore à son ennemie que celle-ci lui en fait, c'était la moindre des choses. Elle n'arrêterait pas tant que l'autre jeune femme ne déclarerait pas forfait. Ça avait du moins été son intention, tout du moins.

... Mais ses intentions allaient manifestement aller être contrariées. Car si certains villageois semblaient ne vouloir que jouer les spectateurs et se délecter de ce combat, d'autres avaient pris le parti de les séparer. Déa sentit deux bras la maintenir par les épaules et la traîner en arrière. Elle tentait de se débattre, mais le bougre ne la lâchait pas. Après plusieurs tentatives infructueuses, elle abandonna.

-C'est bon, c'est bon...
soupira-t-elle afin que le villageois qui la maintenait la lâche. Il sembla hésiter, mais lâcha finalement prise. Une fraction de seconde, il songea à revenir à l'assaut de son ennemie et de lui flanquer une bonne gifle en plein visage, mais elle s'abstint. Ce n'était pas la peine. Autant rentrer chez elle, elle avait déjà perdu trop de temps. Je m'en vais.

Elle adressa un regard assassin à Lena tout en replaçant une mèche de ses cheveux en arrière. Elle avait le souffle court, et son coeur battait la chamade. Il n'était pas difficile de se rendre compte qu'elle était loin d'être habituée à l'exercice physique. Cette altercation lui avait pris une énergie parfaitement ridicule. Ça ne servait à rien de reprendre les hostilités, même si une part d'elle (qu'elle ne connaissait qu'en présence de son ennemie) mourait d'envie de lui refaire le portrait. Mais tant pis, c'était inutile. Alors, elle tourna les talons. Autant se barrer d'ici, et sans demander son reste. Ça semblait peut-être lâche, mais elle s'était déjà suffisamment donnée en spectacle devant tous ces gens.








code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 316

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   Mer 2 Sep - 15:45

Déa & Lena
A la guerre, comme à la guerre.
Lena n’en avait que faire de ce qu’on pouvait bien penser d’elle en cette seconde. La jeune femme mettait souvent un point d’honneur à paraitre bien, afin de pouvoir emmener n’importe qui dans son lit. Mais en cet instant, elle n’avait aucun intérêt à avoir une bonne image. La seule chose qui comptait vraiment, c’était le fait de faire du mal à Déa. Elle avait vraiment besoin de lui faire du mal, parce qu’elle détestait comme jamais elle n’avait détesté quelqu’un. Et quand elle lui donnait un coup, la sirène avait l’habitude de le lui rendre et forcément elle ne pouvait que répliquer encore et encore. Elles pouvaient donc continuer un long moment comme cela, ce qu’elles auraient sans aucun doute fait si on ne les avait pas empêchés de le faire. Mais des spectateurs, qui n’avaient visiblement pas envie de se contenter de les regarder, vint les empêcher de continuer. Lena tenta de continuer ce qu’elle avait commencé, mais on l’a retenait bien trop fortement. Elle n’avait donc aucun moyen de reprendre les hostilités avec son ennemie. Forcément, elle finit par se calmer et les deux hommes qui l’a retenaient la lâchèrent. En même temps, Déa se calma également affirmant qu’elle s’en aller. Lena dû se retenir de retourner dans la bagarre, ce qui ne fut vraiment pas facile. En même temps, elle savait parfaitement que si elle avait fait un pas vers Déa, on l’aurait retenu de nouveau pour l’empêcher de s’en reprendre à elle. Elle se contenta donc de lancer un regard noir à la jeune femme qui se détournait pour partir de la scène.

Pendant quelques secondes, Lena ne la quitta pas du regard alors qu’elle s’éloignait. Puis, les autres personnes présentent commencèrent à partir à leur tour. Ce fut donc à ce moment-là que la sirène décida de partir également. Il était impressionnant de voir à quel point une petite affaire pouvait avoir engendré d’énormes conséquences. Techniquement parlant, Déa n’avait pas fait grand-chose contre Lena, mais cette dernière n’avait pas l’intention de la laisser s’en sortir si facilement pour autant. Ce qu’elle avait dit plus tôt, elle le pensait vraiment. Elle allait se venger, elle allait faire en sorte de gâcher encore un peu plus la vie de la sirène. Lena ne lâcherait pas l’affaire tant qu’elle n’aura pas mené au fond du gouffre. La sirène avait bien trop apprécié les moments où son ennemie s’était contentée de rester dans son coin et d’arrêter de jouer sur ses plates-bandes. Elle avait envie que la jeune femme continue de rester dans son coin et d’arrêter de jouer sur son terrain. Elle allait s’arranger pour ça en tout cas, il était clair et net qu’elle n’allait pas la laisser faire sans réagir. Même si, pour le coup, elle allait devoir forcément agir méchamment. Mais quand cela concernait Déa, c’était forcément une bonne chose au fond. De toute façon, la jeune femme n’avait pas spécialement le choix, elle ne pouvait pas faire autrement et en réalité, elle n’avait pas envie de faire autrement.

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: A la guerre, comme à la guerre (Déa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la guerre, comme à la guerre (Déa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis [Ando] (abandonné)
» A la guerre, comme à la guerre (Déa)
» En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis (With Marie de Guise
» No² - En amour, comme à la guerre, pour en finir, il faut se voir de prés.
» L’alimentation en temps de guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Taverne-