Partagez | 
 

 Le manque est pire que tout (Déa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 694

Message#Sujet: Le manque est pire que tout (Déa)   Mar 3 Mar - 15:31

Déa & Leopold
Le manque est pire que tout.
C’était officiel, enfin, Leopold était marié. Il peinait sincèrement à le croire, mais il y avait bien eu la cérémonie, la petite fête après le mariage et tout c’était bien passé. Evidemment, le jeune homme était incapable d’imaginer ce qui avait pu se tramer dans son dos, il était simplement heureux. Heureux parce que la femme qu’il aimait était maintenant son épouse, parce que leur relation était officiel. Cela n’avait évidemment rien à voir avec le lien d’âme sœur de Jane avec Baker, mais il s’en foutait. Il se sentait bien, sa vie prenait enfin le tournant qu’il avait espéré. Cela serait tout simplement parfait sans les ombres aux tableaux et tous ce qu’il était en train de perdre par amour pour Jane. Andrew et Perséphone faisaient avec cette relation, la sorcière avait même accepté de venir assister à la cérémonie. Léo essayait de parler du moins possible de sa femme avec son meilleur ami, ce dernier ne mentionnant pas trop le fait qu’il avait envie de la tuer. C’était mieux que rien, Leopold savait à quel point c’était des efforts pour ses deux proches. Des efforts que l’une d’entre eux n’avait pas pris la peine de faire.

Déa bien sûr, c’était la plus grande souffrance de Leopold. Le jeune homme n’avait pas eu de nouvelle de sa meilleure amie depuis qu’ils s’étaient retrouvés au port, après sa disparition. Elle l’évitait et Leopold devait bien avouer qu’il l’évitait aussi un peu. La discussion qu’ils avaient eue avait laissé des traces, des révélations pas forcément faciles à accepter. Le jeune homme ne s’était pas rendu compte des sentiments de la jeune femme à son égard et il en avait plus que honte, il aurait dû les voir. Il aurait ainsi pu éviter de la faire souffrir, du moins de la faire moins souffrir. Léo était dans l’incapacité d’abandonner Jane, même pour ceux qu’il aimait à côté, il ne voyait pas sa vie loin de son épouse. Il ne pouvait donc pas la quitter pour Déa, mais il souffrait de son absence. Le jeune homme regrettait tellement la tournure qu’avait pris les évènements et il n’en pouvait plus de ce silence radio. Même si ce n’était pas forcément une bonne chose, il décida de pousser le destin et d’aller trouver son amie.

Il avait cependant mit du temps avant de se décider à y aller, il hésitait encore et toujours. Il ne savait pas comment aborder les choses, il réfléchissait bien trop. Au bout d’un moment, il décida simplement de foncer et tant pis pour les conséquences. De toute façon, cela ne pouvait pas être pire. Ils ne se voyaient plus, Léo n’avait donc rien à perdre de plus. Devant la porte de la maison de la jeune femme, le jeune homme prit une grande inspiration avant de frapper. Il ne savait même pas si elle serait là. Il avait entendu des rumeurs comme quoi Déa avait repris une vie de « débauche ». Son cœur battait tellement vite alors qu’il attendait qu’on lui ouvre la porte, porte qui finit par s’ouvrir.


« Salut… » Dit-il maladroitement en voyant son amie, elle lui avait tellement manqué. « S’il te plait… j’ai besoin de te parler. »

Sa main était posée que la porte, afin de l’empêcher de la refermer aussi sec sur son nez.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 940

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Mar 3 Mar - 21:08


Le manque est pire que tout
D

éa ne pouvait s'empêcher de se trouver elle-même surprise quand elle voyait combien propre et rangée était sa maison depuis que Penny y avait élu domicile. Déa, elle, avait toujours la flemme de faire la poussière ou de ne serait-ce que trouver un ordre à ses affaires... Penny, elle, était douée pour ça. Elle mettait de l'ordre dans ses affaires, elle l'aidait à mettre de l'ordre dans sa vie (même si ses choix, dernièrement, étaient on ne peut plus discutables, c'est le moins qu'on puisse dire)... C'était une chance qu'elle l'ait comme colocataire, même si elles ne se voyaient pas beaucoup ces derniers temps quand bien même elles habitaient au même endroit. Quand Penny ne fréquentait pas (à tort) son chasseur, c'était Déa qui s'absentait, s'abreuvant d'alcool et "pêchant" hommes et femmes à la taverne, pour peu qu'ils lui plaisent un tant soit peu... Oui, un peu d'ordre ne faisait pas de mal, pour compenser ce bordel pas croyable qu'elle imposait à son existence autrement. Un bordel monstre, et beaucoup de bruit, pour compenser le silence, l'absence, la douleur. Mais au moins, quand elle rentrait chez elle, sa maison avait des allures de cocon confortable, et c'était rassurant. Quand elle était revenue chez elle, ce jour là, sa meilleure amie n'était pas là. Soit, elle l'attendrait donc. Même si l'attendre impliquait de rester seule avec ses pensées, et quand elle restait seule avec ses pensées, ces dernières avaient toujours tendance à se rendre dans la même direction... Et ce qui allait suivre n'allait en rien arranger les choses.

Puisqu'il était là. Elle n'avait pas pensé un seul instant que la porte s'ouvrirait sur lui. Et son coeur cessa de battre quelques instants pour s'emballer ensuite quand il prit la parole. Non, il ne fallait pas qu'elle le laisse entrer, dans l'idéal, il fallait qu'elle lui claque la porte au nez, qu'elle fasse comme s'il n'était jamais venu. Comment pourrait-elle l'oublier s'il lui rappelait son existence et l'empêchait de guérir de ce sentiment tenace, qui ne la lâchait jamais ? Elle devait l'oublier... Elle devait le rejeter... Mais un seul regard à son adresse, et sa voix à son oreille, et elle ne se sentait plus maîtresse d'elle-même. Elle poussa un léger soupir, plus pour se donner une contenance que par réelle exaspération. Il avait besoin de lui parler... Besoin... Il ne savait sans doute pas combien le choix de ce simple mot lui faisait du bien et du mal en même temps. Finalement, Déa s'écarta pour laisser Léo entrer.

-Me parler de quoi ?
demanda-t-elle d'un ton qu'elle tentait de faire le plus neutre possible, ce même si sa voix tremblait.

Quoi qu'il ait à lui dire, elle ne se leurrait pas, il n'était pas venu pour lui dire qu'il s'était trompé sur toute la ligne, qu'il l'aimait elle, et pour envoyer balader Jane après l'avoir tout juste épousé, elle pouvait être d'une idiotie incroyable quand il était question de Léo, mais elle n'était pas naïve non plus, alors elle craignait un peu que les raisons de sa présence lui soient plus douloureuses encore que son absence.



code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 694

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Dim 29 Mar - 12:58

Déa & Leopold
Le manque est pire que tout.
Jusqu’au dernier moment, Léo crut que Déa allait claquer la porte sur son nez. Il espérait qu’elle le laisse entrer, mais il ne pouvait que comprendre sa réaction. Elle n’avait pas eu tort quand elle lui avait dit que les choses allaient changer une fois qu’elle lui avait avoué ses sentiments, tout avait changé. Les deux amis, malgré qu’ils aient été si proches, ne se voyaient plus du tout. Ils s’évitaient clairement. Le regard que Leopold portait sur la jeune femme était différent aussi. Il ne pouvait pas s’empêcher de la voir malheureuse, d’imaginer le mal qu’il lui faisait. Il savait bien que ce n’était pas forcément une bonne chose de sa part de venir la voir, de remuer le couteau dans la plaie, mais pour une fois il avait envie d’être égoïste (bon, il l’avait été déjà en épousant Jane, mais c’était différent). Les choses avaient changés, mais il était clair que les deux amis (ou ancien ami du coup) avaient des choses à se dire. Léo avait des choses à dire à la jeune femme en tout cas. Déa finit par s’écarter pour le laisser entrer, il en fut soulagé. Il n’avait pas spécialement eut envie d’insister de trop, de la forcer à lui parler. Cela l’arrangeait donc qu’elle accepte « facilement » de lui parler. Il entra donc dans la maison qu’il connaissait bien. Il ne put s’empêcher de laisser son regard parcourir la pièce où ils se trouvaient, c’était propre. Non pas que c’était sale avant, mais cette organisation ne ressemblait tout bonnement pas à sa « meilleure amie ». Elle était bien plus bordélique d’ordinaire. Le jeune homme ignorait qu’elle vivait avec une colocataire à présent, qui n’était autre que la donzelle de son meilleur ami (quand le destin décidait de se mêler des histoires). Bizarrement, le jeune homme ne put s’empêcher de se dire que Déa voyait quelqu’un (il avait entendu des rumeurs comme quoi elle avait repris une vie de « débauche »). Peut-être qu’elle avait une réelle histoire avec quelqu’un, quelque chose de sérieux qui la poussait à ranger sa maison. C’était complètement bête, mais Léo n’apprécia pas réellement cette idée. Il préféra ne pas y penser, alors que Déa lui demandait ce qu’il voulait lui dire.

« Déa… » Commença-t-il dans un soupire, se tournant vers son amie. Il savait bien qu’il n’aurait pas dû lui imposer sa présence, qu’il ne devrait pas la forcer à le voir comme ça. « Tu me manque. »

Et il ne pouvait pas se montrer plus sincère qu’à ce moment-là. Elle lui manquait tellement, il souffrait de son absence. Bien sûr, la situation était compliquée, bien sûr ils ne pouvaient pas être juste les meilleurs amis comme avant après les révélations que la jeune femme avait fait, mais cela ne l’empêchait pas de ne pas vouloir la perdre. Son amour pour Jane était en train de lui faire petit à petit ce qui lui importait, il s’en rendait compte, mais il ne se voyait pas capable d’agir contre. Nul doute qu’il allait se mordre les doigts dans le futur.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 940

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Dim 29 Mar - 18:20


Le manque est pire que tout
T

out ça pour ça... Des semaines et des semaines à le fuir, à faire tout son possible pour ne pas le croiser, le voir, lui parler, dans l'espoir de remonter la pente, de parvenir à l'occulter de ses pensées, de pouvoir tourner la page, et voilà que le moindre de ses efforts avait été réduit en miettes en l'espace d'une fraction de secondes. Il avait suffi qu'elle le voit et qu'elle entende le son de sa voix pour comprendre qu'elle était tout sauf guérie de lui, et pressentir qu'elle ne le serait jamais. Fallait-il donc qu'elle soit ainsi incapable, et pour de bon, de renoncer à lui ? C'était plus simple, quand il était loin d'elle, de feindre l'oublier (et encore, elle n'y parvenait pas si bien que ça, et elle ne faisait semble-t-il illusion auprès d'aucun de ses amis), mais au final, ce n'était jamais le cas, elle se sentait comme atteinte d'un mal incurable, qu'elle ne pouvait que se donner l'illusion de guérir. Et quand il était juste à côté d'elle, il lui était tout simplement impossible de nier être malade au dernier degré. Pourquoi est-ce qu'il lui faisait subir ça, hein ? Parce qu'elle lui manquait... Ces mots lui firent comme un coup au coeur, à la fois très plaisant et immensément douloureux. C'était bien la preuve qu'elle comptait pour lui, non ? Mais pas comme elle le voulait. Elle lui manquait, oui, comme on arrive pas à se passer de certaines habitudes... Ils avaient passé tant de temps ensemble avant de tout bonnement couper les ponts, c'était normal qu'elle lui manque... Mais lui, lui manquait différemment, elle en était certaine... Et pour cette raison, elle ne pouvait s'empêcher de le trouver égoïste que de débarquer ainsi chez elle alors même qu'elle s'échinait à le sortir de ses pensées, juste parce qu'il n'aimait pas voir ses habitudes bousculées. Pensait-il seulement à ce qu'elle éprouvait à cette seconde précise, à l'envie folle qu'elle avait de se serrer dans ses bras et de poser ses lèvres sur les siennes alors même que le jeune marié qu'il était à présent ne pourrait jamais que décevoir chacune de ses avances.

-Et c'est tout ?
demanda-t-elle du ton le plus dur dont elle était capable alors même que sa présence auprès d'elle lui donnait seulement envie de fondre comme neige au soleil. Elle poussa un léger soupir. Dans l'idéal, elle aurait dû le mettre dehors là, maintenant, tout de suite, mais elle en était incapable. S'il passait le pas de sa porte, quand le reverrait-elle alors ? T'as pas le droit de me faire ça, Léo... t'as pas le droit de débarquer comme ça chez moi, alors que tu sais très bien que je... Elle ne finit pas sa phrase, il le savait très bien, de toute manière. Elle pourra un nouveau soupir, résigné cette fois. Bon, je vais pas te foutre dehors, maintenant... Tu veux boire quelque chose ?

Cette situation n'était bonne ni pour elle, ni pour lui, mais elle avait été incapable de le rembarrer pour de bon... elle était bien trop faible en sa présence. Allez, juste un verre. Le temps de s'assurer qu'il allait bien. Un verre, une trêve, et il disparaîtrait de nouveau de sa vie.



code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 694

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Dim 12 Avr - 0:55

Déa & Leopold
Le manque est pire que tout.
Leopold savait bien que cela ne se faisait pas, qu’il n’aurait sans doute pas dû venir. Mais il n’y pouvait rien, elle lui manquait trop. Avec d’apprendre la vérité sur les sentiments de la jeune femme, il n’y avait eu aucun souci entre eux. Elle lui manquait, alors il se contenta de le lui dire. Est-ce qu’il agissait correctement ? Sans doute pas, mais il n’y pouvait vraiment rien. Elle était sa meilleure amie, cela lui faisait tellement de mal de ne plus l’avoir dans sa vie. Même si ce n’était évidemment pas une situation saine, il devait lui parler et lui dire ce qu’il avait sur le cœur. Parce que malgré les sentiments qu’elle avait nourrit pour lui, il tenait quand même énormément à elle. Il n’aimait pas le fait de la perdre simplement parce qu’il avait décidé de se marier avec Jane (simplement hein ?). Il tenait à elle, il aimerait tellement revenir en arrière. Ne pas savoir qu’elle pouvait l’aimer, ne pas la voir souffrir à ce point à cause de lui. Il n’avait que ça à dire donc, qu’elle lui manquait. Non, il avait encore tellement de chose à lui dire, mais il ne savait pas comment aborder les choses. Il ne savait finalement pas vraiment où se trouvait sa place. Forcément, Déa n’appréciait pas vraiment sa venue et la raison de cette dernière. C’était tout oui, pour le moment. Leopold ne sut pas vraiment quoi répondre aux reproches de Déa, elle avait raison en même temps. Il ne pouvait pas arriver comme ça, alors qu’il savait parfaitement les sentiments qu’il avait pour lui. Sauf qu’il n’avait plus envie de se cacher non plus, de faire l’autruche et d’éviter les soucis. C’était égoïste, clairement, mais tant pis. Pour une fois, quoi que depuis qu’il était rentré de son petit voyage chez le sorcier, il avait vraiment tendance à se montrer égoïste. Mais au final, cela tournait toujours autour du même sujet, l’amour qu’il portait à celle qui était devenue sa femme. Il aurait pu répliquer quelque chose, mais Leopold fut un peu surpris de la proposition de Déa. Vraiment, le jeune homme ne s’était pas attendu à l’entendre lui proposer à boire, il l’imaginait plus lui demander de partir. Evidemment, il pouvait difficilement refuser.

« Oui je veux bien. »

Ce n’était sans doute pas raisonnable, mais au point où ils étaient. Leopold appréciait quand même de ne pas tout simplement se faire jeter par son amie, ce qu’elle aurait eu toutes les raisons de l’envoyer balader. Ainsi, ils allaient pouvoir discuter un peu. Le jeune homme s’inquiétait énormément pour sa meilleure amie (est-ce qu’il pouvait encore la nommer ainsi, pouvait-il seulement croire qu’ils étaient encore amis ?), il voulait s’assurer qu’elle allait bien quand même. Malgré le fait qu’elle devait souffrir à cause de son mariage. Il n’était évidemment pas le mieux placé mais tant pis. Il laissa donc la jeune femme leur servir à boire avant de reprendre la parole.

« Comment tu vas ? »

Il ne pouvait pas cacher cette pointe d’inquiétude dans sa voix.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 940

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Dim 12 Avr - 12:51


Le manque est pire que tout
E

lle n'aurait pas dû le laisser entrer. Il était plus qu'évident que les choses ne pourraient qu'empirer si elle le laissait entrer et qu'elle accepter de discuter avec lui. tous les efforts qu'elle avait bien pu fournir pour tenter de l'oublier du mieux possible étaient réduits à néant, tout perdait alors de son sens. Elle savait bien que si elle le laissait s'attarder trop longtemps chez elle, elle allait vouloir qu'il lui reste et qu'il ne reparte jamais. Elle pensait, faute d'avoir tourné la page, l'avoir écorné un peu, tu parles ! Un seul regard à son adresse en disait bien assez long sur son incapacité crasse à ne serait-ce que prendre l'honnête décision de passer à autre chose et le penser. Non, il fallait qu'elle évite de soutenir son regard, ça allait devenir pire encore, si elle le faisait. À la place , elle s'appliqua à leur servir deux verres pleins à ras-bord d'alcool. L'alcool et eux n'avaient jamais exactement fait des merveilles, loin de là, surtout quand ils étaient ensemble, mais peu importe, elle aurait bien besoin d'un verre, et chargé si possible, pour appréhender sereinement la situation... Enfin, aussi sereinement que possible, hein. Elle ne l'avait pas consulté quant au contenu de son verre. Ce n'était pas comme si le jeune homme pouvait véritablement se permettre de se montrer exigeante vis à vis d'elle étant donné l'état actuel de la situation. Eh quoi ? Il fallait au moins qu'elle puisse profiter ds restes de privilège qu'elle avait encore. Elle déposa les verres sur la table et venait de s'asseoir quand Léo lui demanda comment elle allait. Ah bah comme ça c'était clair, il manquait pas de toupet ! Sans blague, comment pensait-il qu'elle pouvait bien aller ! Elle était au trente-sixième dessous. Et bien sûr, c'était entièrement de sa faute. Mais oui, sa mauvaise foi mise à part, elle savait bien qu'il s'inquiétait pour elle, et elle devrait apprécier. Malheureusement, ça ne changeait rien au fait qu'elle n'allait pas bien à cause de lui, et qu'il était la dernière personne auprès de qui il voulait s'épancher.

-Tu veux un mensonge ou la vérité ?
demanda-t-elle d'un ton qui en disait par conséquent long.

Elle ne répondit pas clairement, laissant dans cette phrase planer autour d'eux tout ce qu'elle décelait de sous-entendu. Elle ne pouvait pas dire qu'elle allait bien, car ce serait un mensonge incroyable... Et d'un autre côté, elle savait bien que d'autre avait bien plus de raisons qu'elle d'être profondément malheureuse. Mais même en se raisonnant, elle n'arrivait pas à se sentir mieux. Et depuis que Léo avait bel et bien épousé la myrihande, c'était encore pire.

-Et toi ? Tout se passe bien ?


Sa question contenait un implicite : "le mariage, ça se passe comment ?", et elle mourrait d'envie de l'entendre dire que c'était un foirage total. Malheureusement, elle pouvait toujours courir, elle le sentait bien. Il venait certes lui dire qu'elle lui manquait, mais certainement pas lui apprendre qu'il avait rompu avec l'autre connasse. Ou alors ça aurait été du rapide. Ceci dit, s'il venait lui apprendre la bouche en coeur qu'il était parfaitement heureux en ménage, elle lui en voudrait terriblement.



code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 694

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Jeu 23 Avr - 22:08

Déa & Leopold
Le manque est pire que tout.
Leopold ne pouvait pas s’empêcher de s’inquiéter pour son amie et ne manqua pas donc de lui poser la question fatidique, comment elle allait. Le jeune homme se doutait bien que ce n’était pas la joie, il savait exactement pourquoi, mais ça ne l’empêchait pas d’être sincèrement inquiet. C’était maladroit de sa part de lui poser une telle question, mais tant pis. Dans cette situation, Léo était dans tous les cas maladroit. Le fait qu’il soit venu voir Déa était déjà une maladresse. Il aurait tellement aimé pouvoir s’épargner cette fâcheuse situation, ne pas se retrouver à ce point gêné devant celle qui était, il y a peu, sa meilleure amie. Si seulement il pouvait encore ignorer les sentiments que la jeune femme avait pour lui, même si ce n’était pas forcément mieux de vivre dans le mensonge. Leopold aurait tellement aimé pouvoir retourner en arrière, retourner dans le passé quand il n’y avait pas tous ces ennuis dans sa vie. Quand il avait encore le sentiment de vivre une vie normale et heureuse, ce qui n’était vraiment pas le cas en ce moment. Non, ça vie ne ressemblait vraiment à rien.

Déa répondit à sa question, sans vraiment y répondre. Elle se contenta de lui demander s’il voulait la vérité ou non, d’un ton qui ne laissait pas planer le doute. Elle n’allait pas bien, bien sûr, et Leopold ne pouvait rien y faire puisqu’il était clairement au cœur du problème. Le jeune homme ne sut pas vraiment quoi répondre à sa remarque, d’ailleurs il ne prit même pas la peine de répondre. Il se contentant de l’observer, de soupire une seconde, avant de porter son attention sur le verre d’alcool qu’elle avait servis. Léo n’avait aucune intention de se montrer exigeant. Il attrapa d’ailleurs le verre pour en boire une longue gorgée. Boire de l’alcool en compagnie de son « ancienne » meilleure amie n’était pas forcément la meilleure idée de Notre Terre, après tout ils avaient tendance à déraper quand ils buvaient trop. Quoi que la situation était différente aujourd’hui, Léo était en couple et ne pouvait évidemment pas se laisser trop aller. Non, c’était impossible qu’ils dérapent. Quand la jeune femme reprit la parole, Leopold ne sut pas quoi répondre non plus. Pas parce qu’il ne connaissait pas la réponse à la question, mais parce qu’il n’avait pas spécialement envie de s’étaler sur sa vie sentimentale (puisqu’il était évident que la seule chose qui importait en ce moment dans cette vie c’était Jane et le mariage qu’ils venaient de célébrer).

« Ça va. » Ce contenta-t-il de répondre, alors que ce n’était pas non plus entièrement vrai. Parce que tout n’était pas rose en compagnie de Jane, parce que le mariage ce n’était pas aussi idyllique qu’il ne le croyait. « Je passe pas mal de temps avec Andrew, pour essayer… d’arranger les choses. »

C’était un peu ce qu’il faisait tout le temps, avec tout le monde. Il n’y avait personne pour réellement le soutenir, en dehors de Sven qui avait même accepté d’être son témoin à son mariage.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 940

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Dim 26 Avr - 16:24


Le manque est pire que tout
D

ans un "ça va", il pouvait y avoir tout et n'importe quoi. Le constat ravi d'une vie qui se déroule de la meilleure manière possible, certes, mais tout aussi bien le mensonge d'une vie imparfaite mais dont on veut épargner les tracas à son interlocuteur. Dans celui de Léo, Déa ne savait qu'entendre. Elle voulait croire qu'il n'était pas complètement enthousiaste, non pas qu'elle veuille le malheur de l'homme qu'elle aimait, mais elle n'aurait pas été mécontente d'apprendre que son mariage n'était pas un long fleuve tranquille, et que la situation était délicate... ceci dit, il pouvait très bien aussi signifier, ce "ça va", que tout allait effectivement pour le mieux, mais que Léo la ménageait pour ne pas lui faire de mal, car elle avait tout sauf besoin d'entendre combien il filait le parfait amour. Décidément, la situation n'était pas idéale... Elle se mettait à trop réfléchir à chaque mot qu'il prononçait, mais le fait est que, puisqu'elle avait véritablement voulu s'enquérir de son état, elle en était moins certaine encore qu'au moment où il avait passé le pas de sa porte. En définitive, elle devrait se contenter de cela, et d'une addition de réponse à laquelle elle ne s'était pas attendue. Certes, qu'il ne s'épanche pas sur sa vie avec Jane avait du sens, nul besoin d'enfoncer plus encore le couteau dans la plaie, mais elle ne s'était pas attendue à ce que les choses se déroulent de cette manière, et encore moins qu'il lui parle de son Hellsing de meilleur ami. Léo prenait vraiment des décisions contestables dernièrement. Entre sa myrihande de femme et son chasseur de meilleur ami (qui au passage faisait plus que du gringue à sa colocataire et meilleure amie), il ne se tournait vraiment pas vers les bonnes personnes (comme elle, par exemple, ça va de soi). Et l'autre là, qui, quitte à toujours côtoyer Léo, n'avait toujours pas supprimé son épouse... Il aurait pu se montrer un peu utile, pour une fois ! Qu'est-ce qu'il essayait d'arranger avec lui, exactement, hein ? Il y avait des choses qui méritaient peut-être plus d'être repérées que d'autres... Enfin... ça, c'était bien sûr son point de vue totalement non objectif.

-Arranger quoi exactement ?
Elle poussa un léger soupir. Tu devrais peut-être pas te donner autant de peine avec lui. répliqua-t-elle assez sèchement, mais n'ayant pas l'intention de se taire sur ce qu'elle pensait. De toute façon au point où ils en étaient, quelle différence, qu'elle le mette en colère ? Ce serait peut-être même mieux. Elle ne lui manquerait plus, et il ne voudrait plus entendre parler d'elle, ce serait déjà ça. En attendant, Déa avait quand même le sentiment que son meilleur pote se payait royalement sa tête, et franchement, elle n'avait pas l'intention de cautionner ça. Je ne suis pas franchement certaine que tu puisses lui faire confiance... ou qu'il soit digne du temps que tu lui consacres.

Il n'y avait pas forcément de raisons pour qu'il écoute ses conseils, alors que c'était elle, l'amie qui n'avait pas su demeurer auprès de lui et faire abstraction de ce qui la troublait, mais de toute manière, elle aimait trop Léo pour ne pas le prévenir.



code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 694

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Dim 10 Mai - 23:00

Déa & Leopold
Le manque est pire que tout.
Leopold pouvait difficilement entrer dans les détails de sa nouvelle vie d’homme marié avec son (ancienne) meilleure amie. Il savait bien que cela serait difficile d’entendre de sa part qu’il vivait un bonheur incroyable (même si ce n’était effectivement pas le cas), mais il ne pouvait pas non plus dire qu’il avait des soucis. Léo assumait parfaitement son choix et le fait qu’il ait demandé Jane en mariage, qu’il l’ait épousé et qu’il espérait finir sa vie en sa compagnie. Il ne regrettait rien, même si cela l’ennuyait quand même de se retrouver dans une telle situation avec Déa. Elle était importante dans sa vie quand même, mais il ne pouvait pas faire un choix entre les deux femmes. Il n’avait pas envie de perdre sa meilleure amie et il ne pouvait pas renoncer à son épouse (en dehors du fait qu’ils s’étaient passé la corde au cou). Cependant, Léo ne fit pas forcément le meilleur choix en mentionnant son meilleur ami. C’était comme si toute les personnes qu’il appréciait étaient incapable de s’apprécier entre eux. Quand on y réfléchissait bien, il n’y avait pas un qui appréciait un autre. Le fait qu’il côtoie des chasseurs et des créatures ne devait pas aider non plus, mais Léo aurait aimé qu’ils fassent tous un effort. Pour lui au moins, c’était la moindre des choses de leurs parts. Déa n’avait donc jamais vraiment apprécié Andrew et ce dernier le lui rendait bien. Leopold n’imaginait cependant pas que cela concernait également les activités de son meilleur ami, puisqu’il ignorait que la jeune femme était une créature. Il n’avait vraiment aucun humain proche de lui au final.

Léo se sentit donc vexé par les paroles de son amie, de la façon dont elle traitait Andrew. Il serra des dents, ne voulant pas se mettre en colère. Il n’était pas venu pour ça à la base, il cherchait simplement un moyen de renouer quelque chose avec la jeune femme, même si c’était clairement difficile. Quelque chose s’était brisée entre eux lors de leur retrouvaille, lorsqu’elle avait découvert qu’il voulait faire de Jane sa femme. Léo regrettait vraiment ça, il donnerait tout pour retrouver sa relation d’antan avec la jeune femme (sauf sa femme en fait).

« Au moins, il m’accorde du temps. » Répondit-il, d’une manière sèche. Le jeune homme ne voulait pas provoquer une dispute, mais il n’avait pas pu s’empêcher de faire cette remarque. Parce que même si Andrew n’acceptait pas Jane et qu’il ne cachait rien de cela, il continuait quand même de voir son meilleur ami. Ils évitaient simplement de mentionner ce détail quand ils étaient ensemble. Léo avait dû prendre quelqu’un d’autre comme témoin pour son mariage, mais il n’avait pas coupé les ponts avec Andrew pour autant. « Vas-y, dis-moi pourquoi je ne devrais pas lui accorder ma confiance ? »

Concrètement, le jeune homme ne pensait pas que Déa puisse vraiment avoir un argument solide, mais il ne se doutait pas du tout de ce qui se tramait en ce moment dans la vie de son meilleur ami.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 940

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Lun 11 Mai - 20:23


Le manque est pire que tout
O

uch. Ça, ça faisait mal, c'est qu'un poignard enfoncé en plein coeur, elle en avait déjà un, mais là, il se tournait et retournait si bien dans la plaie en question, qu'elle avait le sentiment que, ça y est, elle ne pourrait plus jamais cicatriser. Elle savait bien que Léo pourrait difficilement apprécier que son amie dise du mal de son meilleur ami, et il devait se défendre comme il le pouvait mais il n'empêche qu'elle se sentait mal. Vraiment mal. Ce n'est pas comme si elle avait décidé de s'éloigner de Léo de gaieté de coeur, elle avait seulement voulu se protéger, et le protéger de ses propres sentiments. Elle le trouvait égoïste. Égoïste de venir la voir ici alors qu'il lui avait affirmé être d'accord avec elle quand elle lui avait dit vouloir prendre de la distance avec lui, le temps de se guérir de sentiments qui, malheureusement, ne guérissaient pas (car oui, à le voir ainsi sous les yeux, elle ne pouvait pas faire semblant de ne rien éprouver, elle était toujours aussi amoureuse de lui)... Égoïste de lui faire des reproches alors même qu'il savait très bien au nom de quoi elle agissait comme elle le faisait... Tout ça pour prendre la défense de son chasseur de meilleur ami ! Il ne savait pas tout, manifestement, il ne savait pas tout... mais ça n'allait pas durer. Ce n'était peut-être pas son rôle de cracher le morceau, mais elle s'en fichait, elle voulait protéger Léo, mais certainement pas Andrew... Et tant pis si cela pouvait avoir une incidence sur Penny, elle méritait bien mieux qu'un Hellsing, de toute manière.

-Parce qu'il te ment.
répliqua-t-elle, catégorique, les bras croisés. Elle allait heurter ses sentiments t elle n'en était pas spécialement fière, mais c'était pour son bien. D'accord, elle aussi mentait, elle avait menti sur ses sentiments, et mentait sur sa nature depuis toujours. Mais ses mensonges étaient tout de même moins graves, et surtout, ils ne pouvaient causer de tort à personne, sinon à elle-même. Je suis bien placée pour le savoir puisqu'il sort avec ma coloc. Elle marqua une pause. Je suppose qu'il s'est bien gardé de te dire qu'elle est une fée, n'est-ce pas ?

Si ça se trouve, il n'allait pas la croire. Il faut dire qu'Andrew n'avait pas exactement le profil du mec susceptible de s'éprendre d'une créature... Était-il sincère ? Déa n'arrivait toujours pas à le croire, mais quand bien même, il n'était clairement pas intègre à lui-même comme il avait pu le prétendre, il était faux. Il fallait que Léo le réalise. Ce serait mieux pour tout le monde. Et s'il la haïssait pour cela ? Ça lui briserait le coeur, mais ça ne ferait jamais que quelques morceaux de coeur supplémentaires, elle n'était plus à ça près. Et s'ils en arriveraient là, il n'aurait peut-être plus l'envie et le besoin d'aller la voir à l'improviste, comme ça, lui bousillant les pensées, lui remuant les tripes, lui asphyxiant le coeur... Et ce serait mieux pour tout le monde. Peut-être.



code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 694

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Lun 1 Juin - 23:05

Déa & Leopold
Le manque est pire que tout.
Leopold savait bien qu’il n’aurait pas dû dire une telle chose à Déa, parce qu’il savait parfaitement pourquoi ils se trouvaient dans une telle situation. Le jeune homme pouvait difficilement reprocher à sa meilleure amie d’avoir décidé de poser des distances entre eux, parce qu’il savait à cause de quoi elle avait pris cette décision. Il avait été d’accord avec cela sur le moment, mais il supportait mal la situation. Il supportait mal de perdre sa meilleure amie et de l’entendre ainsi cracher son venin sur les autres. Andrew n’était pas parfait non, mais il n’empêchait qu’il était quand même à ses côtés. Pas à son mariage certes, il n’y avait que Sven comme ami qui s’était présenté, mais il était présent pour lui autrement. Même s’il n’avait aucune affection pour son épouse et qu’il ne s’en cachait même pas d’ailleurs. Léo avait été trop loin, il le réalisait vraiment, mais il ne pouvait pas revenir en arrière. C’était bas de sa part, mais il avait envie de lui faire ces reproches oui. Même si cela devait blesser Déa, il commençait à en avoir marre de penser avant tout aux autres avant lui (même si pour son mariage, il avait clairement été égoïste et qu’il avait préféré écouter son cœur que ses proches). Leopold se demandait bien ce que la jeune femme avait à reprocher à Andrew. Ce n’était pas nouveau qu’ils ne pouvaient pas se voir tous les deux, à croire que Léo était incapable d’avoir des proches qui s’entendent. Mais la jeune femme devait avoir une bonne raison, sinon elle ne dirait pas une chose pareille. Alors, il l’attendait cette raison.

Déa lui annonça d’abord qu’Andrew lui mentait. Leopold ne dit rien, se contentant de fixer les yeux de son (ancienne) amie. Si ce n’était que ça, elle n’allait pas bien loin. Les mensonges, étrangement, Léo commençait à en avoir l’habitude. Chacun de ses proches lui avait mentit à un moment donné. Déa sur ses sentiments, Jane sur sa nature exacte et sur son lien avec Baker, Andrew sur la particularité de sa famille et Perséphone sur sa nature. Evidemment, le jeune homme ne se doutait pas encore qu’il y avait plus de mensonge autour de lui. Déa reprit, mentionnant sa colocataire et le fait qu’elle était la petite amie d’Andrew. La curiosité de Léo augmenta, même s’il ne voyait pas ce qu’elle pourrait reprocher au chasseur. Jusqu’à ce qu’elle termine.

« Quoi ? » Leopold avait envie de mettre la parole de Déa en doute, mais il ne parvenait pas à se dire que la jeune femme mentait. Pas sur ce sujet-là, pas comme ça. Mais si c’était vrai, effectivement, Andrew s’était bien gardé de lui parler de la nature de celle qu’il fréquentait. Etrangement, même si le jeune homme était chamboulé, cela ne semblait pas si illogique que ça. Ça pouvait expliquer la raison qui poussait son meilleur ami à avoir besoin de se cacher. Léo garda le silence quelques secondes, les yeux tournés vers le bas. « C’est pas possible… »

Il n’avait pas envie de croire qu’il lui avait fait ça, non.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 940

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Mar 2 Juin - 16:00


Le manque est pire que tout
D

accord, ce n’était sans doute pas à elle d’apprendre cette situation à Andrew, mais Déa était convaincue qu’il ne fallait guère trop compter sur le chasseur pour se montrer honnête sur la question (s’il était seulement honnête avec Penny en premier lieu). Elle n’avait pas voulu rendre Léo malheureux. Au contraire, c’était même la dernière chose qu’elle désirait, mais il méritait la vérité, et surtout cette vérité… Il ne s’entourait que des pires personnes : Jane, Hellsing… S’il devait souffrir sur le moment pour cesser de souffrir ensuite, alors il fallait qu’elle parvienne à lui ouvrir les yeux, ce qu’elle avait déjà tenté de faire quand il lui avait préféré la myrihande, la contraignant à prendre ses distances avec celui qu’elle n’avait jamais voulu abandonner, et qu’elle aurait largement préféré pouvoir avoir auprès de lui tout le temps, sans que leurs conversations aient toujours cette pesanteur, où se lisait en filigrane une douleur tenace que rien ne savait effacer… Elle savait bien que le jeune homme tombait de haut, et qu’il devait avoir du mal à la croire, et à le sentir si désemparé, une part d’elle regrettait de lui avoir ainsi confié ce qu’elle savait, conscient que, indirectement, elle lui avait fait du mal, elle aussi… mais ce qui était fait était fait, et à présent, elle cherchait un moyen, n’importe lequel, pour que ces yeux rivés au sol se redressent et pouvoir y lire une émotion qu’elle serait capable, au nom d’elle ne savait quel miracle, à apaiser.

-Je suis désolée… dit elle doucement.

On pouvait croire que ses propos n’étaient pas sincères, d’autant que c’était elle, au final, qui lui avait révélé la situation actuelle de son meilleur ami… mais le fait est qu’elle ne pouvait clairement pas songer à faire souffrir Léo à dessein. Elle l’aimait, sincèrement. Qui irait faire une telle chose à quelqu’un qu’il aimait vraiment ? Avec une certaine hésitation, elle se rapprocha de lui et le prit dans ses bras, consciente qu’il pourrait bien refuser tout net cette étreinte, d’autant qu’il la tiendrait peut-être responsable de son désarroi actuel ou refuserait pour de bon de la suivre. Elle avait tout autant conscience qu’agir ainsi était sûrement la façon la moins efficace au monde de se guérir de lui, mais c’était plus fort qu’elle, comme un vieux réflexe, un besoin irrépressible, ou un mélange diffus des deux. Elle ne pouvait pas l’avoir là, près de lui, et ne pas vouloir éprouver son contact, porter attention à ces lèvres et ne pas les embrasser… En attendant, elle se contentait d’une étreinte, d’une simple étreinte… Comme autrefois, quand tout semblait sans ambiguïté même si, sans nul doute possible, il y en avait dors et déjà à l’époque. Elle avait le sentiment qu’ils en avaient tout autant besoin l’un que l’autre, ce même si elle aurait tôt fait de le regretter tôt qu’il passerait le pas de sa porte, sans doute pour aller retrouver son épouse… ou pour aller demander des comptes à son prétendu meilleur ami.





code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 694

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Mer 3 Juin - 11:53

Déa & Leopold
Le manque est pire que tout.
Leopold n’arrivait pas à y croire, il était complètement sonné par la nouvelle que Déa venait de lui apprendre. Il aurait très bien pu reprocher à la jeune femme de lui mentir, de tenter de le séparer d’Andrew par tous les moyens possible. Après tout, les deux êtres n’avaient jamais réussi à s’entendre même pas pour lui. Et Déa avait quelques raisons de le pousser à s’éloigner de ses proches. Mais même si cette pensée lui avait effectivement traversé l’esprit, le jeune homme ne parvenait pas à y croire. Il ne pouvait pas penser qu’elle cherche à lui faire du mal de cette manière, il ne pouvait pas voir autant de mesquinerie que cela dans le cœur de sa « meilleure amie ». Non, elle n’avait aucune raison de mentir et Andrew devait effectivement fréquenter une créature. Au fond, quand on savait cela, on pouvait plus facilement comprendre pourquoi la situation était si compliquée avec sa famille et pourquoi le jeune homme avait besoin de de se cacher. Léo avait le sentiment d’ouvrir les yeux sur une belle farce et c’était plus que douloureux.

Sans vraiment s’en rendre compte, il s’était levé en gardant son regard vers le sol. Il ne savait pas ce qu’il devait faire maintenant, même s’il mourrait d’envie d’aller directement trouver Andrew pour régler ses comptes. Le jeune homme leva son regard quand Déa lui dit qu’elle était désolée. Elle semblait sincère, mais est-ce que c’était vraiment le cas. Léo avait tendance à trop faire confiance aux personnes qui l’entourait, il en avait encore la preuve maintenant. Est-ce qu’il pouvait vraiment croire que Déa soit désolée alors qu’elle avait lancé la bombe. C’était elle qui venait de lui révéler la vérité sur la relation d’Andrew, elle aurait très bien pu ne pas le faire. Pour le protéger, lui mentir encore et encore. Non, Léo préférait largement qu’elle se montre honnête et il ne pouvait qu’apprécier encore plus qu’elle en soit désolée. Comme il ne pouvait qu’apprécier cette étreinte qu’elle lui offrait. Il aurait sans doute dû la repousser, parce que la situation était tendue et qu’il n’était pas dans l’ignorance de ses sentiments, sauf qu’il en était parfaitement incapable. Au contraire, il accueillit cette étreinte et profita de chaque seconde. C’était comme avant, avant que tout change entre eux. Elle lui manquait tellement, son amitié lui manquait, sa présence lui manquait. Leopold donnerait tout pour revenir en arrière et retrouver sa meilleure amie comme avant. Malheureusement, en choisissant d’épouser la femme qu’il aimait, il l’avait perdu et il ne pouvait évidemment pas changer sa décision.

« Faut que j’y aille… » Dit-il finalement, la gorge serrée, en brisant l’étreinte. Il n’avait pas spécialement envie de partir maintenant, mais le jeune homme sentait bien que la situation dans laquelle ils se trouvaient n’était pas adéquate. Déa avait eu raison ce jour-là, tout avait changé entre eux après ses révélations et cela même si Léo aurait aimé que ça ne soit pas le cas.

Leopold n’avait aucune idée de ce qu’il allait pouvoir faire tout de suite, mais il n’allait clairement pas pouvoir laisser trop de temps avant d’aller trouver Andrew.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 940

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Mer 3 Juin - 20:54


Le manque est pire que tout
S

i cela n'avait tenu qu'à elle, elle aurait arrêté le temps, pour qu'il demeure ainsi suspendu à cette étreinte, qui lui faisait du bien et du mal à la fois. Cette époque lui manquait, celle où elle pouvait se serrer contre lui sans qu'elle se pose mille questions, c'était si naturel, alors, si évident, quoique tenu pour amical, de cette amitié qui était en fait de l'amour, chose qu'elle avait réalise bien trop tard pour que cela ne finisse pas mal. Son coeur battait la chamade, et ce geste d'affection aurait pu ne jamais trouver de fin qu'elle s'en serait contentée, parce que, durant cette fraction de secondes, il n'y avait qu'elle et lui, et elle avait la vague illusion que tout n'était pas éteint, que tout n'était pas fini. Erreur, bien sûr, d'autant que l'esprit de celui qui avait été son "meilleur ami", devait pour sa part être agité de bien trop de pensées néfastes pour goûter à ce moment comme elle pouvait bien le faire. Un moment qui, comme tout moment, devait bien toucher à sa fin, et ce fut le cas, et comme ce ne pouvait être autre chose que brutal, ce le fut effectivement. L'étreinte se brisa, et Léo ne dit rien de plus, sinon qu'il devait s'en aller. Déa avait le sentiment de manquer d'oxygène. Elle ne voulait pas qu'il s'en aille. Ce n'était sans doute pas une bonne idée, qu'il soit venu la voir au départ, mais à présent qu'il l'avait fait, la perspective de le voir partir lui arrachait le coeur. Car quand auraient-ils l'occasion de se revoir ? Non, la question ne se posait pas. Il ne fallait pas qu'ils se revoient. C'était bien ça le problème, et c'était bien évidemment cela qui faisait mal à ce point. Mais elle ne pouvait rien faire. Elle ne possédait manifestement rien qui sache le retenir, pas comme cette épouse qui ne le méritait pas un seul instant. Elle hocha doucement la tête, à contrecoeur, se faisant violence pour ne pas laisser poindre les larmes qui ne demandaient qu'à se frayer un chemin jusqu'au coin de ses yeux.

-D'accord.
Elle croisa les bras. Tout ce qui était susceptible de lui donner un semblant de contenance, même si elle n'était pas certaine que cela suffirait vraiment. Et Léo, s'il te plaît... ajouta-t-elle d'une voix tremblante... Ne reviens plus me voir.

Et, clairement, elle ne lui demandait pas cela de gaité de coeur. Mais rien n'avait changé, c'était une certitude, ses sentiments semblaient malheureusement à l'épreuve du temps et de la distance, et par conséquent, pour s'en préserver du mieux possible, elle n'avait d'autre choix à présent que de s'en tenir à sa résolution première. Il ne fallait plus qu'elle le voie... Et par conséquent, il ne fallait plus qu'il vienne la voir non plus, même si l'idée qu'il passe le pas de cette porte pour ne jamais en revenir était à la limite de ce qui était soutenable pour elle. Mais il le fallait bien... Un, jour, qui sait, elle parviendrait à se guérir de ses sentiments pour lui, et alors, tout pourrait redevenir comme avant. Mais elle avait grand peine à y croire, quand on voyait combien rien, pour l'heure, n'avait su changer. À croire que son mal était incurable. Ou si, d'une seule manière. Que Léo ne lui accorderait jamais.




code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 694

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   Ven 26 Juin - 9:07

Déa & Leopold
Le manque est pire que tout.
Leopold se sentait complètement perdu, incapable de savoir ce qu’il devait faire ou non. Ce que Déa venait de lui apprendre, il aurait aimé ne jamais l’apprendre. Mais il ne pouvait pas en vouloir à Déa de lui avoir appris cela, de lui avoir révélé la vérité. Elle avait bien fait en réalité, il était temps que l’humain arrête de vivre dans le mensonge (quoi qu’il était vraiment loin de connaitre toutes les vérités et quand cela allait arriver, enfin, il allait tomber de haut). Andrew lui mentait clairement depuis un moment, puisqu’il s’était effectivement bien gardé de lui parler de la nature de sa petite-amie. Il n’arrivait pas à comprendre comment son meilleur ami (qu’il pouvait difficilement considérer encore comme tel) avait pu jouer ainsi avec lui. Il était évident qu’il devait s’expliquer avec lui et clairement, Léo ne pensait plus qu’à cela malgré que Déa lui offre une étreinte qui lui avait tellement manqué. C’était compliqué maintenant que le jeune homme connaissait les sentiments de son amie à son égard, la preuve ils ne se voyaient presque plus jamais. S’il n’avait pas forcé le destin, si Léo n’était pas venu trouver la jeune femme, ils ne se seraient sans doute pas vus avant un moment. Comme ils n’allaient sans doute pas se revoir avant longtemps. Quand le jeune homme annonça qu’il devait partir, parce qu’il avait besoin de faire le point avec ce qu’il venait d’apprendre, Déa acquiesça avant de tout simplement lui demander de ne plus venir la voir. Le jeune homme sentit son cœur manquer un battement avec les paroles de la jeune femme, ne la lâchant pas du regard pendant les quelques secondes de silence qui suivirent.

C’était dans ce genre de moment que le jeune homme se disait qu’il aimerait pouvoir remonter le temps, qu’il avait envie de retrouver ce qu’il avait avant. Avant que tout cela n’arrive et que sa vie devienne un bordel sans non, qu’il commence à tout perdre ce qu’il possédait. Il y avait certaines choses, comme son mariage avec Jane, qu’il ne voulait pas voir changer (pour l’instant), mais d’autre qu’il aimerait pouvoir améliorer. Comme cette relation perdue avec Déa. Sauf qu’il ne pouvait évidemment pas lui imposer sa présence, si elle ne désirait plus le voir. Ce qui semblait être vraiment le cas. Le jeune homme garda un peu le silence encore avant de s’approcher d’elle et de la reprendre dans ses bras, un bref instant, une dernière fois.

Après quelques secondes d’étreinte, il l’a relâcha en déposant un baiser sur son front avant de rejoindre la porte pour quitter la maison de la jeune femme. Les choses semblaient tellement compliquées maintenant, parce qu’ils étaient incapable d’être simplement ami. Tout était devenu tellement compliqué maintenant pour Léopold, il avait le sentiment qu’il ne pourrait jamais retrouver la quiétude d’une vie simple et agréable. Parce que petit à petit, il était en train de perdre tout ce qui lui était le plus cher. Et cela pour une jeune femme qui ne le méritait même pas, même s’il n’avait encore aucune connaissance de ce détail.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le manque est pire que tout (Déa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le manque est pire que tout (Déa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Quand un seul être vous manque, tout est dépeuplé." Victor HUGO
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» TYLER. ♔ « Voir une araignée, c'est rien. Le pire c'est quand tu la vois plus... »
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» La Diaspora pèche par son manque d'organisation vrai ou faux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Habitations :: Chez Déa et Léo-