Partagez | 
 

 Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 1 Nov - 20:37

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Cela faisait un moment maintenant que Penny et Andrew n’avaient pas pu se voir. En même temps, les choses s’étaient un peu compliqué dernièrement. Il y avait eu les évènements avec Leopold déjà (Penny s’était tenue au courant via Déa, elle savait qu’il avait tenté de mettre fin à ses jours aussi…) et puis elle ne s’était pas sentit très bien ces derniers temps. Autant dire que leur recherche de maison à vendre était passée un peu à la trappe, mais c’était sans doute mieux pour le moment. Andrew devait être présent pour son meilleur ami, il avait besoin de lui et Penny devait bien avouer qu’elle angoissait un peu de le revoir. Même s’il lui manquait énormément, il y avait ce léger détail (si on pouvait dire ça comme ça) dont elle devait lui parler. Et il était sans doute grand temps pour eux de parler. Penny se sentait encore trop faible pour se promener de nouveau dans la forêt (surtout que la dernière fois, elle avait quand même fait une mauvaise rencontre – et une bonne avec Eponine), elle n’avait pas vraiment eu envie de rejoindre Andrew là-bas. Elle avait donc pris la décision de demander à Déa de dire à Leopold, quand elle le verrait, qu’elle avait besoin de voir Andrew chez elles. C’était risquait, la jeune femme n’aimait pas vraiment quand le chasseur venait directement chez elle, mais ils ne pouvaient de toute façon pas se voir dans le village. C’était vraiment compliqué et la situation allait se compliquer d’avantage à présent. Déa avait réussi à taire une partie des angoisses de la fée, mais ce n’était pas suffisant. Elle avait besoin d’Andrew, mais avant il fallait qu’elle lui en parle.

En attendant, la jeune femme ne sortait pas vraiment de chez elle et passait le plus clair de son temps allongée. Elle se sentait si fatiguée, elle avait faim sans pouvoir rien avaler. Sa mère avait fini par venir chez elle lui rendre visite, puisqu’elle n’était pas passée chez ses parents pendant plusieurs jours. Evidemment, elle avait trouvé qu’elle avait une mauvaise mine, mais Penny avait réussi à la rassurer en lui disant qu’elle avait été voir le médecin et que ce dernier lui avait donné de quoi se soigner (elle avait bien été voir le médecin, mais elle n’avait rien pour se soigner, ça ne servait à rien). Elle s’attendait à ce que cette dernière revienne encore plusieurs fois, s’assurer que sa fille allait mieux (c’était bien sa veine) et du coup elle crut que c’était elle quand on frappa à la porte. Elle se leva péniblement, soupirant au passage, du canapé pour ouvrir la porte. Mais un large sourire s’afficha sur son visage quand elle vit Andrew.

« Je suis contente de voir. »

Dit-elle vivement, avant de s’écarter pour laisser le chasseur entrer rapidement et éviter qu’on le voie. Quand elle eut refermé la porte, elle ne tarda pas à venir l’embrasser. Il lui avait quand même terriblement manqué.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 1 Nov - 21:55


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
C

es derniers temps, Andrew n'avait pas été aussi présent qu'il le devrait pour sa petite amie. Et il s'en voulait. Au moment où ils faisaient de grands projets, où ils décidaient de faire un nouveau pas dans leur relation en prenant la décision de vivre ensemble, il mettait tout entre parenthèse. Il savait que Penny comprenait, la jeune femme était un exemple de gentillesse et d'attention, mais malgré tout, il était injuste de sa part que de lui consacrer si peu de temps. C'est que ce temps, ces derniers jours, il ne l'avait adressé qu'à Léo, Léo sur lequel il veillait au grain, et plus encore depuis qu'il avait apprit sa tentative de suicide. Il ne pouvait pas le surveiller non stop, c'est vrai, mais il était si inquiet qu'il n'en était pas loin, et s'il s'était permis de passer un moment loin de lui, c'était bien parce qu'il savait que Déa avait prit la relève. S'il ne pouvait que la haïr par principe, il lui devenait de plus en plus difficile de ne pas l'avoir un minimum en estime. Il savait qu'elle était une amie exemplaire pour son meilleur ami, et puis aussi, elle avait sauvé la vie de Léo, et ça, il ne pouvait pas le lui ôter, il lui était impossible de ne pas lui en être reconnaissant. Alors la guerre n'était pas finie, non, mais une trêve semblait nécessaire, autant pour Léo que pour Penny, et alors que Léo devait passer plusieurs heures avec Déa, Andrew en profitait, lui, pour aller voir la femme qu'il aimait. Il alla donc la retrouver chez elle, conscient que, en plus, il n'aurait pas à tomber sur sa colocataire en venant frapper à sa porte.

Elle ne lui sembla pas au meilleur de sa forme quand elle lui ouvrir, mais le sourire qu'elle afficha à son adresse entraîna presque automatiquement le sien, et il s'élargit plus encore quand elle lui dit être contente de le voir. Et lui donc ! Elle lui avait terriblement manqué. Il fallait vraiment qu'il parvienne à lui consacrer autant de temps qu'elle en méritait. Et pour Léo ? Eh bien, il pouvait compter sur Déa, oui, et peut-être était-il enfin temps et possible que son meilleur ami et sa petite amie se rencontrent. Ils entrèrent à l'intérieur, et il prolongea le baiser qu'elle lui adressa avec plaisir. Le goût de ses lèvres aussi lui avait manqué.

-Je suis content de te voir aussi.
affirma-t-il après que leurs lèvres aient su se décoller l'une de l'autre. Désolé d'avoir mis si longtemps avant de venir. ajouta-t-il, vraiment désolé. Au final, ça ne faisait pas si longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu, mais il lui semblait que ça faisait vraiment une éternité. S'il s'écoutait, il passerait absolument tout son temps avec lui. Mais pour le moment, Léo avait plus besoin de lui que Penny. Enfin... C'était ce qu'il pensait. Mais il y avait des informations dont il n'avait pas encore connaissance. Tu vas bien ? Tu as petite mine.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 1 Nov - 23:20

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Penny était vraiment heureuse de retrouver son petit-ami, elle sentait un regain d’énergie rien qu’en le voyant. Elle savoura ce baiser qu’ils échangèrent, il lui avait tellement manqué. Même si Penny comprenait parfaitement que le chasseur avait des choses importantes à faire, elle devait quand même bien avouer qu’elle était contente qu’il lui accorde un peu de temps. Elle était vraiment contente de le voir et elle appréciait de l’entendre lui dire la même chose. Penny adressa un nouveau sourire à l’homme qu’elle aimait quand il s’excusa d’avoir mis si longtemps à venir. Elle ne lui en voulait pas une seule seconde. Outre le fait qu’elle avait pu, ainsi, retarder un peu le moment de parler de ce qu’elle devait parler à Andrew, elle comprenait de toute façon parfaitement que le jeune homme soit occupé. Elle savait qu’Andrew devait être présent pour son meilleur ami, elle ne pouvait clairement pas lui en vouloir. Bien au contraire, si Andrew demandait son avis, elle lui dirait de passer tout son temps possible avec Leopold. Penny pouvait attendre, même avec sa situation actuelle, leurs projets pouvaient aussi attendre. L’ami d’Andrew et de Déa vivait des moments très difficile (elle n’en revenait pas de ce que sa colocataire avait pu lui raconter sur ce qui lui était arrivé), il avait besoin du soutien de ses proches.

« Ne t’en fais pas. »

Lui dit-elle simplement avant de s’emparer de nouveau des lèvres du chasseur. Penny ne pouvait pas mentir en affirmant qu’elle n’avait pas besoin de son petit-ami, mais elle ne lui en voulait pas une seule seconde de passer beaucoup de temps avec Leopold. Penny ne perdit pas son sourire malgré la remarque d’Andrew sur le fait qu’elle avait une petite mine. La jeune femme aurait aimé éviter d’aborder le sujet de suite (si elle avait su qu’elle angoisserait et hésiterait à ce point pour une grossesse…), mais elle n’allait pas non plus pouvoir attendre longtemps.

« Il faut que je te parle de quelque chose. » Lui dit-elle doucement, attrapant sa main pour l’inviter à la suivre jusqu’au salon où elle s’installa sur le canapé. Elle sentait son cœur s’accélérer, elle ne savait vraiment pas comment elle pouvait bien aborder le sujet. Est-ce qu’elle devait dire les choses de but en blanc ? Elle y avait pensé depuis plusieurs jours, s’imaginant cette conversation. Mais elle n’avait vraiment aucune idée de la manière idéale d’aborder le sujet. Elle poussa un long soupire. « Andrew… je… » Elle leva son regard vers son petit-ami, ses mains tremblaient légèrement. « Je ne sais pas trop comment te dire ça. » Elle tentait de se donner un peu de contenance, mais ce n’était pas forcément réussi. Elle inspira longuement avant de se lancer. « Je me sens pas très bien non… je… suis enceinte. »

Ca y était, c’était dit. Elle ne savait pas vraiment comment Andrew allait réagir, c’était pour cela qu’elle ne le quittait pas du regard le cœur toujours aussi battant.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Lun 2 Nov - 19:03


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
P

enny était décidément parfaite. D'autres lui auraient peut-être reproché de ne pas leur consacrer suffisamment de son temps, mais Penny, elle, comprenait parfaitement la situation. Elle savait que le jeune homme s'inquiétait pour son meilleur ami et qu'il était devenu, par la force des choses, sa priorité absolue (quoique l'ordre de ses priorités avait toutes les chances de changer dans les secondes à venir), elle ne le lui reprochait pas, et Andrew lui en était reconnaissant. Pour sa part, il n'en était que plus ravi d'avoir pu retrouver sa petite amie et de pouvoir passer du temps avec elle, même si le moment qu'ils allaient passer ensemble allait prendre une tournure qu'il n'aurait pas pu s'imaginer. Oui, il avait constaté que Penny avait une petite mine, mais il supposait seulement qu'elle était fatiguée, ou avait peut-être pris froid, rien ne l'avait préparé à ce que la jeune femme s'apprêtait à lui dire. Au moins s'était-il préparé au pire en entendant Penny lui dire qu'il fallait qu'elle lui parle de quelque chose avant de l'entraîner dans le salon, où il s'installa à côté d'elle, serrant une main qu'il sentait tremblante dans la sienne. Ce genre de phrase ne présumait jamais rien de bon, et Andrew s'inquiétait vraiment de ce qui allait suivre. Mais une fois, il était à mille lieues de la vérité, des révélations que la jeune femme allait lui faire.

Il resta sans voix plusieurs secondes qui lui semblèrent durer des minutes tandis qu'il encaissait ces révélations. Enceinte... Penny était enceinte... C'était... Andrew n'avait pas de mot, il aurait sans doute fallu en inventer un nouveau pour définir toutes les émotions qui le saisissaient et toutes les pensées qui lui traversaient l'esprit. Il y avait de la pure et simple surprise, bien sûr, mais aussi une vive angoisse et... de la joie. Il ne savait pas quoi dire, il savait à peine ce qu'il fallait penser de la situation. Il songea à un "c'est vrai ?" ahuri, mais il se l'épargna. Évidemment, que c'était vrai, jamais Penny ne lui ferait une farce pareille.

-Je...
Il ne savait pas quoi dire. Non, il ne savait pas... Il y avait tant de choses qui lui venait à l'esprit. Et aucun mot ne s'échappait de ses lèvres. Puis quelques paroles maladroites, au final. Qu'est-ce que tu comptes faire ?

La question se posait forcément. Et Andrew, au fond, savait pertinemment quelle réponse il avait envie d'entendre de sa part. C'est vrai, ils n'en avaient pas parlé, n'avaient jamais, même évoqué, la situation était déjà si compliquée... Et en même temps, il était évident que c'était ce qu'il avait désiré, à un moment ou à un autre, vivre avec Penny, fonder une famille avec elle. Quitte à perdre celle qu'il avait eue jusqu'ici, en reconstruire une autre... Seulement, ça leur était tombé dessus sans prévenir.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Sam 7 Nov - 19:22

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Après sa révélation, le cœur de Penny s’était arrêté pendant qu’elle attendait une réaction de la part d’Andrew. Elle s’attendait à-peu-près à tout, elle avait eu le temps d’imaginer cet instant depuis qu’elle savait qu’elle était enceinte. Elle savait parfaitement que le jeune homme n’allait pas sauter de joie, tout comme elle avait été incapable de le faire. Penny ne pouvait pas prendre cette nouvelle avec le bonheur d’une personne normale dans une situation normale, elle ne pouvait pas s’empêcher de voir tout ce qu’il y avait de négatif autour. Elle ne pouvait pas s’empêcher de se laisser emporter par l’angoisse. Elle aurait vraiment aimé que les choses soient différentes, mais elle ne pouvait de toute façon pas cacher la vérité à Andrew. Il était plus que bien placé pour savoir. Elle aurait pu attendre un peu, mais elle se torturait suffisamment l’esprit depuis ces derniers jours. Et elle n’avait aucune idée de quand elle pourrait vraiment en parler autrement, Andrew étant très occupé avec son meilleur ami (ce qui était évidemment normal). C’était maintenant qu’elle devait parler. Ses yeux ne le quittaient pas du regard pendant les longues secondes de silence qu’il laissa avant de prendre la parole. Dans un premier temps, il se contenta d’un simple mot ne semblant pas savoir quoi dire. Elle comprenait parfaitement, elle pensait pouvoir imaginer le trouble qui traversait son esprit.

Et puis, il lui demanda alors ce qu’elle comptait faire. Penny s’était imaginée plein de réponse, mais elle devait avouer qu’elle était un peu surprise par ces mots. La question se posait bien sûr, c’était même ce qu’elle se posait depuis le début, mais elle trouvait cette façon de lui demander à elle ce qu’elle voulait faire étrange. Le mieux aurait été de se demander ce qu’ils allaient faire ensemble. Après tout, ça les concernait tous les deux. Le « merde » à la sauce Déa serait bien mieux passé au final.

« Ce que je compte faire ? » Répéta-t-elle donc, baissant son regard. « Je me pose la question depuis des jours… »

Et elle n’avait trouvé aucune réponse. Il y avait certaines choses qu’elle savait qu’elle ne ferait jamais, parce qu’elle était tout bonnement incapable de s’y résigner, mais ça ne l’a guidait pas vraiment. Et en même temps, elle ne pouvait pas faire grand-chose non plus de toute façon. Ce n’était pas quelque chose qu’elle aurait voulu, du moins pas maintenant, mais elle n’y pouvait rien. Ils n’y pouvaient rien, puisqu’ils se trouvaient être tous les deux dans la même galère.

« Je suis désolée de t’en parler comme ça… » Elle aurait vraiment aimé que cet instant soit vraiment différent. Normalement, dans une situation plus normal, elle se serait simplement sentit heureuse. « Je vais me débrouiller de toute façon. »

Oui bon, elle parvenait difficilement à cacher le fait que la question d’Andrew l’avait un peu vexée, ce qui était particulièrement idiot. Elle en avait bien conscience, mais en même temps elle se sentait tellement étrange.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 8 Nov - 15:03


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
L

e ton que Penny employa ne dissimulait rien de ce qu'elle avait pu éprouver de vexation face à la réaction d'Andrew et aux propos qu'il avait tenu. Et il était normal qu'elle se sente vexée. Andrew s'en était bien rendu compte au moment de prendre la parole. Il avait fait preuve d'une maladresse sans nom. Et il n'avait pas su se rattraper. Pris de court par la révélation que venait de lui faire la jeune femme, il n'avait tout simplement pas su trouver les mots. Quand il lui avait demandé ce qu'elle comptait faire, c'était uniquement parce qu'il voulait connaître son opinion sur la "question" (pouvait-on vraiment qualifier leur futur enfant de question ? S'ils décidaient bel et bien de le garder...) avant de formuler la sienne. Mais c'était bien évidemment la pire façon de s'y prendre et de se réagir, et il ne manquait pas de se maudire intérieurement d'avoir ainsi parlé. Les mots avaient été plus rapides que sa pensée, c'est certain, une pensée par ailleurs parasitée par toutes les pensées qui l'envahissaient au même moment, par ce trop-plein d'émotions qui le rendaient incapables de faire le choix entre angoisse pur et simple et bonheur sincère. Le reproche qu'il se faisait à lui-même eut en tous cas le temps durant une fraction de secondes de prendre le pas sur absolument tout le reste. Elle se posait la question depuis plusieurs jours. Elle savait depuis plusieurs jours, donc. Et lui, durant ce temps, où était-il ? Il était avec son meilleur ami, qu'il tentait de protéger de tout et surtout de lui-même, c'était en soi une bonne excuse, mais il n'y avait rien d'excusable dans le fait d'avoir laissé Penny en proie au doute et d'accueillir maintenant de la sorte cette vérité qu'elle portait sur son coeur et sur sa conscience depuis des jours de ce qui avait été à ses yeux un supplice véritable. Et l'entendre ajouter qu'elle se débrouillerait lui serra le coeur, il comprenait bien combien il l'avait blessée, et il se sentait complètement idiot. Il l'avait été, il faut dire.

-Penny...
Il serra sa main dans la sienne. Excuse-moi, c'est pas ce que je voulais dire... Je suis juste... sous le choc, mais il n'articula pas cela à haute voix, ce n'était jamais qu'une excuse facile. Et ce n'était pas le moment pour cela. Andrew planta son regard dans celui de la jeune femme. J'ai toujours voulu fonder une famille, et je le veux toujours. Et si je ne le fais pas avec toi, ce ne sera avec personne, je le sais bien... Il marqua une pause. Ça fait un moment que j'y pense. Et en effet, cela faisait un moment que cette pensée le hanter, comment espérer fonder une famille avec Penny sans craindre de les mettre, elle et l'enfant, en danger. Si on décide de le garder, je ne sais pas quelle vie je serais capable de vous offrir.

Et en employant ce conditionnel, il exprimait son propre désir de garder cet enfant. Car le savoir là, en train de croître dans le ventre de la jeune femme, et envisager de le perdre lui faisait mal, plus mal que cet étau qui lui compressait la poitrine à l'idée de perdre définitivement tout le reste. Son père, sa tante, ses cousines... Aaron, surtout.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 8 Nov - 23:11

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Penny s’en voulait d’avoir réagi si vivement aux paroles d’Andrew, alors qu’elle savait parfaitement que ce n’était pas facile pour lui d’apprendre tout ça. Ce n’était facile pour personne, parce que leur situation n’était vraiment pas simple. Sauf que la jeune femme avait eu plusieurs jours justement pour se faire à l’idée, pour réfléchir à tout cela. Andrew venait simplement de l’apprendre, il devait encore parvenir à digérer les choses. Elle avait été blessée idiotement par ses paroles, elle ne voulait pas qu’il se sente coupable. Mais il l’était, il s’excusa même en prenant ses mains. Penny comprenait bien que ce n’était pas ce qu’il avait voulu dire, qu’il était simplement bouleversé. Comme elle l’avait été au moment où les doutes avaient commencés à s’installer dans son esprit. Penny s’en voulait vraiment de réagir comme cela, d’en vouloir à Andrew pour quelque chose qu’il ne pouvait pas contrôler. Après tout, elle avait énormément pleuré ces derniers jours, parce qu’elle ne savait vraiment pas ce que tout cela allait devenir. Quand le jeune homme reprit la parole pour expliquer qu’il avait toujours voulu fonder une famille, qu’il avait envie de le faire avec elle, elle sentit son cœur battre la chamade. Ils n’en avaient jamais parlé (et pour cause, leur situation voulait que tout ce qui devait concerner l’avenir et leur relation était compliqué), elle ne pouvait pas s’empêcher d’être touchée d’apprendre qu’il y pensait. Parce que c’était évidemment son cas. Penny avait toujours voulu fonder une famille et elle savait qu’elle serait bien incapable de le faire avec quelqu’un d’autre, comme elle ne pourrait jamais aimer un autre homme qu’Andrew. Même si elle avait profondément aimé Joshua à l’époque, elle savait qu’elle ne pourrait jamais se remettre si son cœur devait perdre le chasseur.

« Je t’aime Andrew… »
Elle serra un peu plus fortement les mains du jeune homme, ne lâchant pas son regard des yeux. « Mes sentiments pour toi me condamne déjà, alors… une preuve de plus ou de moins ne changera rien. »

C’était ce qu’elle finissait par se dire oui (en grande partie grâce aux paroles réconfortantes de Déa qui malgré le fait qu’elle n’aimait pas Andrew – et pour cause – n’hésitait pas à la soutenir pour autant), ça ne changerait rien. Si jamais la famille d’Andrew apprenait son existence ainsi que sa nature, ils allaient la tuer. Qu’il y ait un enfant ou non, ça ne changerait rien. Evidemment, la jeune femme aurait aimé ne pas ainsi installer une épée de Damoclès au-dessus de la tête d’un enfant, mais elle n’y pouvait de toute façon rien. Penny avait envie de le garder, plus les jours passaient et moins elle ne se sentait capable d’y renoncer (même si dès le départ elle en avait été incapable). Elle espérait que c’était le cas d’Andrew aussi, même si elle ne voulait pas imposer encore un poids à sa vie (elle se sentait déjà tellement coupable de le forcer à renier sa famille si jamais ils apprenaient tout…).

« Je ne peux le… » Elle ne parvint pas à terminer sa phrase. « J’en suis incapable. » Penny déposa délicatement sa main sur la joue de l’homme qu’elle aimait. « Mais je ne veux rien t’imposer si jamais tu… »

Elle n’arrivait décidemment pas à trouver ses mots et à terminer ses phrases.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Mar 10 Nov - 19:22


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
Q

uand Andrew entendait ainsi la jeune femme lui dire si sincèrement (du moins voulait-il croire qu'elle était sincère, et à ce stade, ils ne prendraient pas tant de risques l'un comme l'autre, s'ils ne partageaient pas des sentiments honnêtes et profonds) qu'elle l'aimait, Andrew ne pouvait plus avoir le moindre doute quant à son envie de fonder une famille avec elle. Penny était la femme de sa vie, voilà tout. Et s'il devait faire sa vie avec elle, s'il voulait réaliser tous ses projets d'avenir avec elle, il voulait avoir des enfants. Ce n'était peut-être pas le bon moment... mais en même temps, il n'y en avait sans doute pas. La nouvelle les prenait par surprise, l'un comme l'autre, mais c'était peut-être le mieux qui puisse leur arriver. Parce que le choix s'imposait à eux, et au final, leur décision était déjà prise. En dépit des risques. Oui, c'est certain, il n'y avait plus de retour en arrière possible maintenant, mais en même temps, ce n'est pas comme si Andrew avait l'intention de revenir en arrière. Voilà un moment, déjà, que le jeune homme faisait le deuil de sa famille, progressivement, conscient du fait que la rupture était dorénavant inévitable. Quitte à tout perdre en effet, autant que ce soit pour, au final, tout y gagner. Penny n'envisageait pas de renoncer à cet enfant, et Andrew se surprit à éprouver un vif soulagement en l'entendant. Car lui non plus ne le voulait pas, y renoncer. Le regret et les remords l'auraient poursuivi jusqu'à la fin de ses jours, des jours qu'il consacrait entièrement à la jeune femme, de toute manière. Elle ne voulait pas lui imposer sa décision, mais Andrew n'avait clairement pas l'intention de laisser Penny élever cet enfant seul (oui, ils allaient avoir un enfant, ça y est, l'idée devenait de plus en plus concrète dans son esprit), il voulait être un père pour lui.

-Tu ne m'imposes rien, Penny.
affirma-t-il doucement en déposant un léger baiser sur les lèvres de la jeune femme. C'est toi ma famille, maintenant. Il déposa sa main sur le ventre de son interlocutrice, où il n'était pas encore possible de distinguer ce qui avait germé et voulait désormais grandir. Ce sera nous.

Eux trois. Sous-entendu, il avait une nouvelle famille, et il acceptait définitivement en son nom de renoncer à l'ancienne. Et ces paroles étaient sincères. Bien sûr, les Hellsing avaient bien trop d'importance à ses yeux pour qu'il puisse jamais tourner la page, mais il ne renoncerait pas à Penny, moins encore à l'idée de famille, alors si il devait abandonner sa première famille, il se consacrerait de toute son âme à la suivante.

-Il va falloir qu'on se dépêche de la trouver, cette maison.
ajouta-t-il dans un léger sourire.

La nouvelle était un choc, mais il était hors de question qu'ils l'envisagent comme un drame, plutôt comme une belle perspective d'avenir. Et il était donc temps de concrétiser leurs projets.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Sam 21 Nov - 19:55

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Penny ne voulait vraiment rien imposer à Andrew, parce qu’elle savait que la situation était vraiment compliquée. Ce n’était pas un choix qu’ils pouvaient vraiment prendre, la situation s’imposait tout simplement à eux. Ils ne pouvaient pas vraiment réfléchir à ce qui était le mieux à faire, cela ressemblait plus à ce qu’ils ne pouvaient pas faire. Penny savait qu’elle ne pouvait pas abandonner l’enfant qui s’était niché dans son ventre, parce que c’était justement son enfant. Quoi qu’elle veuille, c’était bien leur enfant. Penny ne manqua pas d’être vraiment soulagé quand elle entendit Andrew lui affirmer qu’elle ne lui imposait rien. Elle aimait entendre ces paroles, comme l’entendre lui dire qu’elle était sa famille. Qu’ils étaient sa famille, tout en posant sa main sur son ventre. Ce simple geste rendait la situation encore plus réelle encore. Ils allaient vraiment devenir parents ensemble et Penny avait envie d’être heureuse. Parce que même si la situation n’était pas idéal, même s’ils prenaient encore plus de risque encore, ils allaient vraiment fonder une famille ensemble et c’était tout simplement la plus belle chose qui aurait pu lui arriver (après sa rencontre avec Andrew bien sûr). La jeune femme afficha un grand sourire, posant sa main sur celle d’Andrew qui était encore sur son ventre. Elle avait eu peur de lui annoncer la nouvelle, mais elle se sentait si légère à présent (toujours vaseuse mais ça…). Il y avait toujours toutes les conséquences de celle nouvelle à venir (Penny ne savait vraiment pas comment elle allait faire concernant sa famille, elle pouvait difficilement cacher sa grossesse éternellement), mais elle n’avait pas envie d’y penser pour le moment.

« Il va falloir oui. » Dit-elle dans un sourire, le cœur léger, en réponse aux propos d’Andrew. Cette maison qu’ils avaient décidé de chercher ensemble, pour vivre ensemble. « Mais on a encore du temps. » Après tout, elle était enceinte, mais ce n’était pas encore maintenant qu’ils allaient vraiment devenir parents. Le temps risquait d’ailleurs d’être long avant qu’il y arrive d’ailleurs. « Pour le moment, il faut que tu t’occupes de Leopold. »

Ils auraient largement le temps de voir ça ensuite. Maintenant qu’Andrew était au courant de tout, la jeune femme se sentait bien plus soulagée et légère (le fait qu’il prenne la nouvelle de cette manière ne pouvait que l’aider en plus). Penny savait parfaitement qu’il y avait bien plus urgent que tout cela, elle était bien trop altruiste pour penser à elle d’abord. Et en vivant avec Déa, elle était suffisamment bien placé pour savoir dans quelle situation le meilleur ami de l’homme qu’elle aimait se trouvait.

« Déa m’a parlé de ce qu’il a essayé de faire. » Elle ne cachait rien de la tristesse de sa voix, elle l’était vraiment. « Il va mieux ? »

Penny avait suivi de loin l’histoire du meilleur ami d’Andrew, elle espérait vraiment qu’il allait s’en remettre. Mais pas seulement pour Léo, pour le Hellsing également. Elle voyait bien à quel point cette situation était difficile pour lui également.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 22 Nov - 10:22


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
I

l n'y avait rien de plus beau pour Andrew, dans ces moments de stress et d'incertitude, que de voir un sourire aussi beau fleurir sur le visage de Penny. Leurs problèmes étaient loin d'être finis, et leurs vies risquaient fort d'être une lutte quotidienne, mais il suffisait au chasseur d'un regard à l'adresse de la créature qu'il aurait dû honnir et pourchasser pour n'avoir à l'esprit que des certitudes. Oui, il était grand temps qu'ils vivent ensemble, tous les deux, qu'ils mènent leur vie comme le couple qu'ils étaient réellement, puis comme la famille qu'ils deviendraient bientôt. Ils avaient encore le temps. Objectivement oui, mais Andrew avait le sentiment que le temps semblerait parfois bien trop long et de temps à autres bien trop court avant la naissance de l'enfant. Il y avait tant à faire, et cette naissance marquerait l'échéance de ses mensonges. Une fois son fils ou sa fille au monde, Andrew ne supporterait de toute façon pas de nier son existence, il faudrait que tout soit réglé d'ici là, et avant cela, il voulait être aussi présent qu'il le pouvait pour Penny, auquel cas, quoi de mieux que de vivre ensemble ? S'il n'y avait eu qu'eux-deux (et par moments, il se disait qu'il aurait mieux valu qu'il n'y ait qu'eux deux, même si c'était le genre de pensée qu'il avait tôt fait de regretter), il n'aurait pas hésité une seule seconde, seulement, Penny avait tout à fait raison, il y avait Léo, et dans l'état dépressif où il se trouvait actuellement, il était hors de question qu'il le laisse tomber. Mais il devait bien réussir à prendre soin de sa compagne enceinte et de son meilleur ami déprimé avec la même attention. Pour cela, il devait bien reconnaître qu'il comptait sur Déa.

Oui, il comptait sur une sirène. À force, pouvait-il toujours vouloir l'épingler sur son tableau de chasse ? Elle ne lui inspirerait jamais la plus grande des sympathies, c'est un fait, mais elle avait tant fait pour les deux personnes qui comptaient le plus à ses yeux qu'il ne s'imaginait vraiment pas ignorer les faits pour seulement lui reprocher sa nature. Oui en partageant convenablement leur temps, Déa et lui pourraient bien parvenir à prendre soin de Léo et de Penny, s'assurant qu'il y en ait toujours un pour veiller sur l'autre. Andrew comptait toujours faire au plus vite pour leur trouver un logement, quitte à obtenir de Penny qu'ils hébergent Léo de temps à autres, jusqu'à ce qu'il aille mieux. Mais tant qu'il n'avait pas de plan concret, il préférait ne rien dire. Inutile de faire des plans sur la comète dans le vide. De toute façon, le sujet avait dérivé sur Léo, et la pensée de ce qu'il avait essayé de faire lui avait si bien serré le coeur qu'il en oubliait pour le moment le reste de ses considérations.

-Je ne sais pas trop...
répondit-il sincèrement. J'ai l'impression qu'il va un peu mieux mais... Il ne finit pas sa phrase et se contenta d'un soupir. Léo retrouvait de temps à autres le sourire, mais il était encore assez évident que ses sombres pensées restaient à l'orée de sa conscience. Andrew déposa un baiser sur le front de Penny. Tu sais que tu es parfaite, toi ?

Parfaite, oui. Il n'était pas sûr que d'autres dans son cas auraient accepté de ne pas être la seule priorité du jeune homme.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Sam 28 Nov - 22:19

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Ils avaient du temps devant eux oui, même si du coup ils avaient quand même une deadline à présent. Evidemment, Penny ne pouvait que vouloir vivre avec Andrew avant que cette enfant qui entrait dans leur vie arrive concrètement et pour de bon. Elle espérait bien qu’ils puissent être un minimum stable quand même. Cependant, ils ne pouvaient pas aller trop vite non plus. Il valait mieux qu’ils se posent tranquillement, qu’ils ne se contentent pas de foncer tête baissée. Et puis de toute façon, il y avait Leopold. Penny ne pouvait pas nier avoir envie qu’Andrew s’occupe d’elle, mais elle n’était pas égoïste et elle savait que le jeune homme avait besoin de s’occuper de son meilleur ami. Avec ce qu’il vivait actuellement, c’était tout à fait normal et Penny pouvait bien attendre un peu. De toute façon, même sans connaitre Léo, elle se faisait suffisamment de souci pour espérer que Déa et Andrew arrivent à l’aider. D’ailleurs, la jeune femme était même incapable de s’empêcher de demander des nouvelles à son petit-ami, surtout au vu de ce que Déa avait bien pu lui apprendre dernièrement.

Penny observait le visage d’Andrew avec tendresse, elle voyait parfaitement à quel point il se faisait encore du souci pour Leopold. Il ne savait pas trop s’il allait mieux. Il ne finit même pas sa phrase d’ailleurs, se contentant de pousser un soupir. Un tendre sourire vint se poser sur son visage quand les lèvres du jeune homme se déposèrent sur son front et qu’il affirma qu’elle était parfaite. Evidemment, la jeune femme ne pouvait pas penser une seule seconde ces paroles, elle ne se considérait pas du tout parfaite.

« Non je ne sais pas. »
Dit-elle toujours en souriant. Elle était bien trop modeste pour le croire une seule seconde. Ce qu’elle trouvait parfait cependant, c’était ce qu’elle vivait avec Andrew, même si c’était loin d’être parfait au vu des soucis qu’ils risquaient de rencontrer très prochainement. Sauf qu’elle n’échangerait jamais ça pour rien d’autre, elle aimait bien trop Andrew pour un jour songer à perdre tout ça. « Je suis sûr qu’il va réussir à se remettre. » Elle voulait le croire en effet, cela ne pouvait être autrement avec le soutien qu’il avait. « Tu devrais un jour le faire venir ici. » Sous-entendu, le lui présenter un jour. « A force d’en entendre parler, j’ai bien envie de le connaitre. »

Parce qu’il n’y avait pas qu’avec Andrew que Penny parlait de Leopold. Elle en parlait également avec Déa, puisqu’ils étaient également amis. Comme quoi, le jeune homme était une nouvelle preuve que Déa et Andrew avaient la fâcheuse manie de s’enticher des mêmes personnes. Et puisque Penny s’entendait si bien avec Déa et Andrew, elle devait sans doute s’entendre avec Léo. De toute façon, la fée était juste curieuse de le connaitre un peu plus en dehors de ses discussions avec l’homme qu’elle aimait et sa meilleure amie.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Sam 28 Nov - 23:00


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
S

i Penny ne savait pas être parfaite, il fallait bien qu'elle l'entende (quoique peut-être pas trop quand même, sans quoi elle lui plairait forcément beaucoup moins, sa modestie faisait également partie de ses indéniables qualités), parce que c'était la pure et simple vérité. Andrew était bien incapable de lui trouver le moindre défaut, elle palliait à tous les siens. Elle était capable de tant de douceur, de tendresse, de compréhension. Elle savait tirer le meilleur de chaque individu, et elle était capable d'une infinie patience. Elle était enceinte, leur situation allait changer du tout au tout, il serait logique qu'elle exige d'être la priorité la plus totale pour Andrew (et d'ailleurs elle l'était pour lui), mais pour autant, elle se souciait du sort de Léo, elle avait envie de s'assurer qu'il irait mieux, alors qu'elle ne le connaissait pas, elle ne savait de lui que ce que lui ou Déa lui en racontaient, et cela lui suffisait à se montrer soucieuse, parce que des personnes à qui elle tenait tenaient à lui. Oui, vraiment, elle était plus que parfaite. Et il esquissa un sourire quand elle lui affirma être sûre qu'il allait réussir à s'en remettre. Andrew voulait vraiment croire que oui. Et Penny lui insufflait suffisamment d'espoirs pour qu'il y croit plus encore (la preuve une fois encore qu'elle était parfaite).

Il esquissa un sourire quand Penny ajouta qu'elle voulait rencontrer Léo. Fut un temps où cela n'aurait pas été envisageable. C'était, après tout, sa relation avec Penny qui avait un temps mit fin à leur relation. Non pas que Penny soit responsable, mais son attitude à lui, oui. Entretemps, Léo semblait lui avoir pardonné, et même approuver sa relation, et il était à vrai dire très probable que Léo veuille autant rencontrer Penny que l'inverse. Et Andrew, bien sûr, avait envie de présenter à sa petite amie celui qui accaparait autant de son temps, et à son meilleur ami celle qui avait réussi à faire battre son coeur comme jamais auparavant. Oui, ce n'était pas une mauvaise idée, loin de là. Au contraire, il était temps qu'ils se rencontrent, en fait, depuis le temps.

-Je vais lui proposer, je suis sûr que ça lui fera plaisir. Et ça lui changera les idées.


Ce qui n'était pas un mal non plus. Quoique leur présenter leur couple uni et amoureux alors qu'il venait de rompre de façon si brutale, allez savoir si ça allait vraiment lui faire du bien. Mais ça ne pouvait pas lui faire du mal de rencontrer de nouvelles personnes, et Andrew ne voyait vraiment pas comment Penny et Léo pourraient ne pas s'entendre, déjà parce qu'il était impossible de les détester à titre individuel. Et ensuite, parce que leurs caractères étaient parfaitement compatibles, et puis, ils avaient visiblement les mêmes goûts, lui et Déa... même si lui et Déa faisaient des efforts surnaturels pour ne pas se sauter à la gorge.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Mer 6 Jan - 14:26

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Penny espérait vraiment que Leopold allait se remettre des évènements malheureux qu’il avait vécu dernièrement, parce qu’elle était bien placé pour savoir qu’il souffrait alors qu’elle n’avait encore jamais eu l’occasion de le rencontrer. La jeune femme entendait simplement l’homme qu’elle aimait et sa meilleure amie s’inquiéter pour lui (et ils avaient de bonnes raisons de s’inquiéter), elle pouvait donc largement se rendre compte de ce qu’il était en vivre. Et elle compatissait, comme elle le ferait sans nul doute avec n’importe qui. Penny n’aimait pas quand quelqu’un souffrait, même si elle n’était pas naïve au point de croire que le monde pouvait être heureux. Il y avait de bonnes et de mauvaises personnes, parfois des mauvais choix aussi qui conduisaient à la souffrance. Dans l’idéal, Penny apprécierait de voir le monde être simplement douceur et paix, mais elle savait que c’était impossible. La seule chose qu’elle pouvait faire, c’était d’être simplement la femme douce et gentille qu’elle était. Elle espérait le meilleur pour les personnes qu’elle connaissait et même par extension. Elle ne connaissait pas Leopold, mais elle était suffisamment proche d’Andrew et de Déa pour vouloir qu’il aille mieux. C’était un peu égoïste au fond, parce que la jeune femme espérait surtout que sa meilleure amie et l’homme qu’elle aimait n’aient plus besoin de faire du mouron pour leur ami. Penny voyait bien qu’Andrew était vraiment touché par ce qui arrivait à Léo, elle se doutait qu’il irait mieux si c’était le cas de son ami aussi.

Et en attendant, la fée devait bien avouer qu’elle avait vraiment envie de rencontrer ce jeune homme. Elle entendait beaucoup parler de lui, mais elle n’avait jamais eu l’occasion de le rencontrer. Il fallait dire qu’avec ce qui s’était passé quand Déa avait raconté à Léo que Penny était une fée, cela n’avait pas été vraiment évident. Mais maintenant, cette histoire pouvait être derrière eux. Penny afficha un sourire à Andrew quand il affirma qu’il allait proposer à son ami. Penny espérait qu’il accepterait, parce qu’elle avait vraiment envie de le rencontrer. Elle avait besoin de mettre un visage sur ce nom. Maintenant, elle se doutait bien qu’il aurait peut-être autre chose à faire, ou même à penser, et elle aussi dans un sens.

« Super. » Dit-elle simplement, avant de venir se caler dans les bras d’Andrew. « Mais attend peut-être quelque jours quand même… que je me sente mieux. »

Ajouta-t-elle dans un petit rire, même si elle était vraiment sincère en disant cela. Le fait qu’Andrew soit maintenant au courant qu’elle était enceinte lui retirait un énorme poids sur la poitrine, elle se sentait bien plus légère et soulagée. Cela n’allait pas être facile, mais ils pouvaient parfaitement s’en sortir tous les deux. Sauf qu’en attendant, elle se sentait vraiment patraque. Et son morale avait beau être bien meilleur en cet instant, maintenant qu’elle n’avait plus à craindre la réaction d’Andrew, son corps n’était pas encore au meilleur de sa forme. Mais ça allait revenir.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Mer 6 Jan - 17:54


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
L

a perspective de faire se rencontrer Léo et Penny n'était définitivement pas pour déplaire à Andrew. Certes, il entrevoyait quelques éventuelles complications, mais il voulait croire qu'elles n'auraient jamais lieu que dans son imagination, car, après tout, Léopold et Penny étaient les personnes les plus justes et exceptionnelles qu'il connaisse, il semblait parfaitement absurde que tous les deux ne s'entendent pas. Et ce n'était que justice, après tout ce temps, que cette rencontre ait enfin lieu. Cela aurait même dû avoir lieu beaucoup plus tôt, mais le moins que l'on puisse dire, c'est que les circonstances n'avaient absolument pas joué en leur faveur, loin s'en faut, même. Alors oui, finalement, le chasseur avait plutôt hâte, même s'il y avait forcément un fond d'appréhension derrière cela.... Il aurait même proposé cette rencontre sur le champ... mais inutile de se précipiter, d'autant que Penny, comme elle ne manqua pas de le lui faire remarquer, n'était pas encore exactement en état de faire la connaissance de son meilleur ami. Pour l'instant, le plus important était qu'elle prenne soin d'elle. D'elle et de l'enfant qu'elle portait,  bien évidemment. Andrew, tout en caressant doucement le dos de la jeune femme, qu'il appréciait plus que jamais de sentir au creux de ses bras, acquiesça doucement à sa remarque. Il était inutile de se montrer trop pressé quoi qu'il en soit. Ils avaient devant eux tout le temps qu'ils désiraient. Enfin non, parce que 9 mois, l'air de rien, cela passerait vite. Mais ils n'étaient certainement pas à une minute près. Pas plus qu'à un jour près.

-Bien sûr, autant de temps que tu voudras.
approuva-t-il en déposant un baiser sur son front.

Il devait bien admettre qu'il n'aimait pas l'idée de la sentir mal. Certes, c'était au nom du meilleur prétexte qui puisse exister à se sentir mal, mais il aurait aimé que la perspective heureuse de devenir parents (occultons un temps toutes les complications que cela induisait nécessairement) ne soit entachée d'aucune douleur. C'était trop en demander, sans doute. Et puis, cela finirait par passer, mais Andrew se sentait assez impuissant en la circonstance, incapable de savoir ce qu'il se devait de faire, ce qu'il était capable de faire pour lui permettre de se sentir mieux physiquement.

-Dis-moi ce que je peux faire pour toi.
Le plus simple, après tout, semblait bel et bien d'interroger la principale intéressée. S'il pouvait faire quoi que ce soit. Tu veux te reposer, peut-être ?

Si Andrew était naturellement attentionné envers les personnes qui comptaient pour lui (mais envers elles seulement, on ne pouvait pas dire qu'il faisait preuve d'autant d'attention et de délicatesse avec les autres), il ne pouvait s'empêcher de se montrer plus prévenant qu'il ne l'était déjà vis-à-vis de Penny. Comment faire autrement alors qu'il avait conscience de ce qui grandissait en elle ? Leur enfant, la chair de leur chair. La perspective était encore neuve, et il allait encore falloir un certain temps à Andrew pour s'y faire, mais tout de même, l'idée s'était faite un bon chemin dans son esprit, et plus il y pensait, plus il l'aimait. Sincèrement. Inconditionnellement. Autant que celle qu'il serrait tout contre lui.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 24 Jan - 0:17

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Penny se sentait vraiment bien dans les bras de son petit-ami, c'était dans ce genre de moment qu'elle se sentait mieux que jamais. La jeune femme devait bien avouer qu'elle aimerait pouvoir être ainsi tous les jours, même si ce n'était pas possible. Les deux êtres ne pouvaient pas - pour l'instant - vivre leurs sentiments aux grands jours, ils devaient se cacher et cela même si la situation prenait quand même un tournant incroyable. Ils allaient être parents tous les deux, c'était quand même un grand évènement dans leurs vies à tous les deux. Ces instants de solitude en compagnie d'Andrew étaient rares donc, surtout depuis que Leopold avait énormément besoin de son meilleur ami, alors Penny souhaitait simplement profiter de l'instant présent. Elle avait hâte de rencontrer le meilleur ami de son petit-ami, mais elle devait bien avouer que pour le moment elle espérait simplement de pouvoir passer ce temps en compagnie d'Andrew. Ils auraient largement le temps de préparer cette rencontre bientôt, après tout ils n'étaient pas à un jour près, donc pour l'heure, Penny voulait profiter de la présence de son petit-ami. Même si elle sentait bien qu'il s'inquiétait pour elle, ce qu'elle n'aimait pas vraiment. Elle appréciait bien sûr qu'il soit inquiet, mais elle ne souhaitait pas lui causer des soucis. Andrew avait énormément de chose à penser, il ne fallait pas qu'il s'inquiète de trop pour elle, son état n'était pas si dramatique. Du moins, il était parfaitement naturel et toutes les femmes qui donnaient la vie devaient passer par là (et pour l'heure, il n'était pas question de l'accouchement, elle préférait ne pas trop y penser). Penny afficha un sourire quand elle entendit son petit-ami lui demander ce qu'il pouvait faire pour elle. Ce n'était pas contre lui, mais il n'y avait malheureusement pas grand-chose à faire à ce stade (c'était avant qu'il aurait fallu agir).

« Rien, ne t'en fais pas. »
Elle avait besoin de se reposer peut-être en effet, mais en même temps elle avait le sentiment de passer son temps à le faire ces derniers jours. « Je me sens bien vraiment. » Bon, ce n'était pas vraiment le cas et ce qu'elle avait affirmé avant, mais elle n'avait aucune envie que le jeune homme s'inquiète pour elle. La fée releva son regard vers Andrew, elle passa doucement une main dans ses cheveux. « Je suis désolée, mais tu peux pas grand-chose là. » Elle afficha un sourire avant de reprendre. « Peut-être qu'un jour je vais te réveiller en pleine nuit pour te demander d'aller me chercher quelque chose d'étrange à manger. »

Elle n'était pas au meilleur de sa forme, mais elle appréciait ce que cela signifiait. Du moins, elle l'appréciait pleinement depuis qu'Andrew était au courant et le fait qu'il acceptait la situation. Rien n'allait être simple, ils allaient devoir vivre des instants compliqués et passer des embuches, mais au moins ils étaient ensemble et ils pouvaient compter l'un sur l'autre. Ce que Penny avait le plus craint, c'était qu'Andrew n'accepte pas cette grossesse, puisqu'elle arrivait clairement à un moment compliqué et qu'ils n'avaient pas pu le prévoir. Cela était arrivé sans qu'ils ne le veuillent vraiment, du moins sans qu'ils y soient prêt. Elle avait donc craint qu'il ne parvienne pas à l'accepter, mais il l'avait fait. Alors le futur semblait bien moins sombre que lors des derniers jours. C'était la seule chose dont elle avait vraiment besoin, la présence de l'homme qu'elle aimait à ses côtés.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 24 Jan - 13:59


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
A

ndrew se sentait complètement impuissant vis à vis de ce que Penny ressentait. Il aurait aimé pouvoir partager ses sensations avec elle, pas vraiment pour le plaisir d'éprouver la fatigue ou le malaise qui devait accompagner toute grossesse, mais parce qu'il était difficile de ne pas savoir tenir un rôle actif dans une situation qui le concernait pourtant pleinement. C'était frustrant, en fait, et il se disait que le moins qu'il pouvait faire, faute de savoir ce que Penny éprouvait exactement, c'était au moins de l'aider, de le soutenir, d'accéder au moindre de ses désirs. Mais pour le moment, elle lui affirmait qu'il ne pouvait pas faire grand chose, ce qui ne faisait qu'augmenter son sentiment profond de frustration. Enfin, c'était ainsi, c'était la nature, il viendrait bien assez vite, le moment où il pourrait tenir comme il se devait son rôle, mais en attendant, il voulait quand même montrer qu'il soutenait Penny, et qu'il serait là pour elle en toutes circonstance. Il comptait bien se montrer bien plus présent qu'il ne l'avait été depuis qu'il consacrait une grande partie de son temps à prendre soin de Léo. Et il comptait bien prospecter à la recherche de la maison idéale aussi vite que possible. Il épargnerait à Penny les aspects les plus triviaux dans ce genre de formalités, ainsi, elle n'aurait plus qu'à choisir parmi une sélection de maisons idéales. Et ils pourraient prendre un nouveau départ à deux... Avant de finalement être trois. Là, dans ces moments là, il n'aurait plus l'impression d'être là, les bras ballants, à ne savoir que faire et que dire pour permettre à Penny d'être le mieux possible.

-Et je trouverai ce quelque chose quitte à retourner tout le village de fond en comble.
répondit-il en souriant.

Et en effet, s'il devait vraiment advenir ce moment bien connu où Penny aurait des envies alimentaires des plus singulières à satisfaire à des heures indues de la journée, il savait déjà qu'il ne pourrait pas s'empêcher de satisfaire même à ses requêtes les plus folles. Ainsi, il aurait le sentiment de se rendre utile. Même s'il ferait certainement cela plus qu'à contrecœur par instants. Il y avait de fortes chances que Penny en ait rapidement marre de le voir la couver pour tout et pour rien, mais il savait pas avance que c'était ainsi que les choses allaient se passer. Il était d'un naturel protecteur, Léo et Penny pouvaient certainement en attester. Mais avec Penny enceinte, n'en parlons même pas. Il n'y avait plus qu'elle, qu'il allait chercher à protéger à présent, mais également l'enfant qu'il portait. Leur enfant. Incroyable mais vrai, cette vérité s'imprimait dans son esprit avec de plus en plus d'éclat. Sa vie, leur vie, allait changer du tout au tout à partir d'aujourd'hui, mais il n'y voyait que les plus belles perspectives au monde.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 21 Fév - 0:51

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Penny avait plus affirmé les risques de demande particulière à des heures tardive de la nuit sur un ton de plaisanterie, elle savait parfaitement qu’Andrew était sérieux quand il affirmait qu’il le ferait. Elle le connaissait par cœur et elle se doutait qu’il devait être frustré de ne pas pouvoir la soulager. Malheureusement, il n’y pouvait pas grand-chose. C’était la nature, c’était comme ça. La jeune femme découvrait les effets de la grossesse pour la première fois, mais elle connaissait la théorie. Elle avait déjà eu des femmes dans son entourage enceinte, elle savait ce qu’elle risquait dans les prochains mois (en dehors de devenir un énorme ballon, elle n’avait pas spécialement envie d’y penser pour l’heure). La grossesse en elle-même ne l’angoissait pas vraiment, beaucoup moins que la situation dans laquelle ils se trouvaient. Si la famille d’Andrew découvrait son existence et celle de leur enfant, ils seraient encore plus en danger. Elle ne pourrait pas longtemps cacher à la sienne sa grossesse (et elle pouvait difficilement se cacher pendant des mois de sa mère). Ils allaient donc devoir affronter les conséquences de leurs relations et ça lui faisait un peu peur, mais elle savait qu’elle serait plus forte que tout avec Andrew. Elle ne craignait donc pas tant la grossesse et les effets que sa conséquence. Mais elle savait parfaitement qu’Andrew allait être au petit soin pour elle, peut-être même un peu trop. Elle appréciait de l’entendre lui affirmer qu’il retournerait le village pour lui trouver ce dont elle aurait besoin, mais il n’avait pas besoin non plus de se donner autant de mal. Il allait la couver, c’était évident. Et il y avait de forte chance que Penny soit par moment agacée de ce comportement, surtout avec les hormones en ébullition. Pour l’instant, elle trouvait ça encore adorable, on allait voir combien de temps ça allait durer. Il suffisait de le voir comment il se comportait avec Leopold – qui avait bien plus de raison qu’elle d’être couvé – pour comprendre.

« Andrew… je suis enceinte, pas à l’article de la mort. » Même si quand les Hellsing allaient apprendre son existence, ça risquait d’être le cas quand même. Mais ce n’était pas le but de sa phrase. « Je vais bien, vraiment. » Elle marqua une pause, adressant un sourire à l’homme. « N’en fais pas trop d’accord ? »

Non pas qu’elle n’aimait pas qu’il se plie en quatre pour elle, évidemment qu’elle adorait ça, mais elle ne voulait vraiment pas qu’il se focalise simplement sur elle. Il devait toujours prendre soin de son ami, il devait encore s’occuper de sa famille aussi et surtout de lui-même. Penny ne voulait pas qu’il se mette complètement à part pour elle, pour eux. Ils auraient largement l’occasion d’ici quelques mois de ne se focaliser que sur une seule chose. Il restait encore un peu de temps à l’homme pour prendre soin de lui-même, avant que cela soit bien plus compliqué avec une vie de parent avec un enfant fée au sang Hellsing (quel merveilleux mélange).
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Dim 21 Fév - 10:13


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
D'

accord, Andrew en faisait trop. Mais cette situation était parfaitement inédite pour lui, et il ne savait s'empêcher de vouloir surprotéger Penny, qui n'était certes pas en sucre, mais portait à présent leur futur enfant. Comme d'habitude, il voulait faire les choses bien. Andrew avait toujours été un perfectionniste, et ce dans le moindre aspect de sa vie. L'ennui, cette fois, néanmoins, c'était qu'il ne pourrait pas avoir tout bon sur toute la ligne. Il serait bientôt considéré comme un fils indigne, un cousin et un neveu malsain, un frère déplorable... Au moins voulait-il être un compagnon exemplaire et un père digne de ce nom... En faire trop n'était pas une bonne chose non plus, c'est certain, mais il ne se voyait pas agir différemment, il voulait accorder à Penny toute l'attention qu'elle méritait à ses yeux, sans véritablement réaliser que, à force, il avait de fortes chances de mettre sa patience à elle à rude épreuve. Il voulait s'investir à cent pour cent auprès de Penny, il voulait être présent à cent pour cent pour Léo. Il est certain qu'il n'y avait pas assez d'un seul Andrew pour réussir ce tour de force, mais peu lui importait sur le moment. Tout ce qu'il voulait, ce qu'il souhaitait vraiment, c'est que les personnes qui lui étaient chères (et qu'il était au demeurant sûr de pouvoir garder) ne lui reprochent pas son absence et son manque d'investissement. Penny allait bien, disait-elle. Oui, d'un autre côté, cela ne l'empêchait pas de se sentir parfaitement impuissant face à son état. Là, présentement, il apprécierait nettement de pouvoir avoir à sa disposition le manuel du parfait futur père. Il se sentirait moins paumé.

-Je fais ce que je peux.
répliqua-t-il dans un sourire. Tu sais c'est dur de choisir d'en faire moins quand il s'agit de toi.

Il déposa ses lèvres sur celles de la jeune femme. Quoi qu'elle puisse lui demander, quoi qu'il puisse faire, il ferait forcément plus pour elle qu'il ne se serait jamais cru capable de faire en définitive, puisqu'il lui abandonnait déjà ses valeurs et convictions les plus profondes, et la famille qu'il n'avait jamais cru pouvoir trahir ou négliger, qu'il avait cru être toute sa vie. Mais à présent, sa vie, c'était Penny. Penny et leur futur enfant.

-Tu m'accordes au moins le droit de reprendre plus activement notre recherche de maison ?


Ce n'était pas un caprice de sa part, mais pour peu qu'il y ait quelques travaux à faire et que l'emménagement prenne un certain temps, il ne pourrait pas vraiment se permettre de s'y prendre à la dernière minute non plus, même si, en parallèle, il n'avait pas non plus envie que son déménagement invite Léo à s'en aller de manière précipitée sans y être prêt pour autant. Penser à lui ? Pour quoi faire ? C'était en pensant à eux, qu'il pensait à lui.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Lun 4 Avr - 10:41

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Penny connaissait Andrew par coeur, elle savait très bien que ce n'était pas évident pour lui de ne pas en faire trop. Il avait un côté perfectionniste que la jeune femme adorait tant chez lui. Elle ne voyait aucun souci à ce qu'il se plie en quatre pour elle, qu'il soit à cent pour cent concentré sur elle, au fond c'était même très agréable. Mais la fée savait qu'elle ne pouvait pas le laisser faire, parce qu'il y avait d'autre aspect de sa vie qu'Andrew devait s'occuper. Même s'il était évident que les choses allaient se compliquer avec sa famille, il ne pouvait pas entièrement les délaisser. Leopold avait aussi besoin de lui, surtout avec ce qu'il vivait. Andrew ne pouvait pas être partout à la fois, contrairement à Penny en fait. Si la jeune femme le voulait, elle pouvait être auprès de l'homme qu'elle aimait et en compagnie de Déa sans que ces deux-là ne soient ensemble (ce qu'elle avait déjà eu l'occasion de faire en fait). Andrew ne pouvait pas être partout lui et Penny n'avait aucune envie qu'il se fatigue à la tâche, pensant qu'il devait se plier en quatre pour elle. Elle était juste enceinte après tout. La jeune femme comprenait bien que la perspective de fonder une famille était un peu angoissante pour Andrew, ça l'était pour elle aussi, mais il ne fallait pas qu'il se ronge les sangs trop longtemps avant la naissance de leur enfant. Ils auraient vraiment suffisamment de temps pour se poser des questions plus tard, quand ils se retrouveraient dans la même maison ou quand Penny deviendrait officiellement la cible des Hellsing. Pour l'instant, ils étaient juste bien et Penny avait envie d'en profiter un peu. Penny sourit quand son petit-ami (et donc le père de l'enfant qu'elle portait dans son ventre) lui affirma que c'était difficile d'en faire moins quand ça la concernait. Elle avait tellement de chance de l'avoir, c'était incroyable. Il était évident qu'Andrew était l'homme parfait - en toute objectivité bien sûr - beaucoup de femme rêverait sans doute d'être à la place de la fée. Andrew sacrifiait ses convictions pour elle (juste pour elle, mais c'était déjà énorme), il l'acceptait comme la créature qu'elle était et que leur enfant allait être aussi, il abandonnait en quelque sorte sa famille pour elle aussi. Elle n'en demandait pas tant bien sûr, mais elle savait la chance qu'elle avait. Le fait qu'il l'ait choisi, qu'il soit parvenu à faire taire les raisons de renoncer à une relation entre eux. Même si la situation était loin d'être parfaite, eux ils étaient parfaits.

"Moi ce que je veux, ce dont j'ai besoin, c'est que tu prennes le temps de te ménager quand même. Tu ne voudrais pas me contrarier quand même ?" Demanda-elle toujours en souriant, avant de venir déposer ses lèvres sur celles d'Andrew. "Mais tu peux nous chercher un nid fouillé sans soucis."

Ce qu'elle pouvait faire aussi de son côté en soit, mais il était évident qu'Andrew était le plus qualifié pour cela. Parce qu'il savait exactement ce dont ils avaient besoin pour être en sécurité, tout en étant quand même dans un confort agréable. Il savait où ils risquaient le moins d'avoir des soucis à cause de sa famille donc, parce qu'il les connaissait. Penny se reposait entièrement sur l'homme pour ce détail donc.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Mar 5 Avr - 20:06


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
A

ndrew en faisait manifestement trop. Il n'y pouvait rien, c'était dans sa nature. Ce n'était pas tant qu'il était excessif dans ce qu'il faisait, non, c'était seulement qu'il ne faisait jamais les choses dans la demi-mesure. Perfectionniste dans l'âme, quand une chose devait être faite, il tenait à ce qu'elle le soit dans les règles de l'art, sans rien à rafistoler, sans que rien ne soit fait à la va-vite, il tenait à ce que les choses filent droit et selon ses plans. C'était ne se laisser qu'un mince espace de liberté, c'est vrai, et s'évertuer ainsi à ne jamais sortir des sentiers battus était parfois épuisant, mentalement, preuve en était des efforts considérables qu'il lui avait fallu pour mettre ses préjugés de côtés, reconnaître ses sentiments pour Penny, et accepter qu'elle importait plus que n'importe qui d'autre dans sa vie, même si elle n'avait pas le moins du monde fait partie de ses plans au départ. Oui, il en faisait trop, mais il se soignait. Un peu. Il savait que Penny n'avait pas tort, au fond, il devait quand même se ménager un peu, à vouloir être à la fois aux petits soins pour la femme qu'il aimait et pour son meilleur ami, il en oubliait souvent de ne serait-ce que prendre une grande inspiration et ne plus se concentrer que sur lui-même. Cette option lui paraissait bien trop égoïste, à vrai dire, surtout dans les circonstances actuelles, et pourtant essentielle, ne serait-ce que pour ne pas arriver à saturation. Il ne pouvait pas sans cesse coller au basque de la future mère de son enfant, comme il ne pouvait pas sans arrêt vérifier que Léo allait bien. Il ne pouvait pas davantage continuer de jouer à ce petit jeu qui s'était instauré avec sa famille. Tout ceci était un tissu d'évidences, mais c'était la voix de Penny qui lui permettait d'en prendre réellement conscience. Un sourire s'esquissa sur ses lèvres. Il devait bien être conscient, pourtant, qu'on ne pouvait pas tout contrôler, et que les conséquences n'en étaient que meilleures, parfois. Il en avait la preuve formelle juste sous les yeux. Et elle faisait complètement son bonheur.

-D'accord, je te promets de ne pas en faire trop, ça te va ?
Il avait parlé d'un ton légèrement taquin, mais la promesse était bel et bien sincère. Tu sais, par moments, j'aimerais qu'on puisse juste s'éloigner du monde, de tout ça, respirer un peu...

Mais c'était le genre de choses que l'on ne pouvait guère envisager, pas même un léger laps de temps, quand son horizon était aussi restreint que celui des habitants de Notre Terre. Ils pourraient bien y mettre la meilleure volonté du monde que cela n'y changerait rien. Les faits, implacables, jouaient contre eux, qu'ils le veuillent ou non, au village, il n'y avait pas d'échappatoire, et ces cercles de montagne étaient rapidement étouffants quand on prenait garde à la petitesse de ce qu'était leur univers, et cela arrivait quand, comme Andrew en cet instant, on se découvrait une incommensurable aspiration à la liberté, telle qu'on ne pensait jamais en éprouver.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
avatar
Folle est la brebis qui au loup se confesse.
Messages : 621

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Ven 13 Mai - 9:59

Andrew & Penny
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer.
Penny appréciait la promesse de l'homme qu'elle aimait, même s'il n'avait pas manqué de la faire sur un ton taquin. Andrew était plein de qualité - en fait il n'en avait que des qualités aux yeux de la fée, mais elle n'était peut-être pas objective et certain dirait que son principal défaut était d'être amoureux d'elle - mais par moment, il ne prenait vraiment pas soin de lui. La jeune femme adorait qu'il soit au petit soin d'elle, comme elle pouvait l'être avec lui. Elle adorait qu'il se souci d'elle, autant qu'il se souciait de Leopold. Sauf que Penny n'avait pas envie que cela devienne du sur ménage pour l'homme qu'elle aimait, elle tenait bien trop à lui pour cela. S'il ne prenait pas le temps, par moment, de respirer un peu et de penser à lui, le vase risquait très vite de déborder. Et c'était dans l'intérêt de personne que ça arrive, pas plus elle que lui. Alors oui, Penny voulait qu'il se ménage un peu, qu'il n'en fasse pas trop. Même si elle savait qu'elle pouvait compter sur lui pour qu'il leur concocte un nid douillet où ils allaient pouvoir enfin se retrouver tous les deux, qu'elle pouvait compter sur lui pour être une femme comblée, elle ne voulait vraiment pas qu'il se mette en second plan. Avec les évènements qui arrivaient, avec le fait que Penny était enceinte - sans qu'ils ne l'aient décidé l'un comme l'autre - le fait qu'ils devaient s'installer ensemble et que cela allait avoir des conséquences, il valait mieux qu'il soit au meilleur de sa forme. Parce que la suite des évènements n’allait pas forcément être très agréable. Et c'était surement pour cela qu'Andrew fit la remarque qu'il exprima ensuite. Penny afficha un léger sourire, attrapant les mains de l'homme qu'elle aimait dans les siennes.

« Moi aussi, j'aimerais qu'on puisse le faire. »

S'éloigner du monde, prendre l'air, c'était une perspective impossible dans leur monde. Notre Terre était tellement petite. Ils ne pouvaient pas décider de tout quitter, tout abandonner pour être simplement ensemble. Alors que c'était effectivement une chose que Penny aurait bien aimé et qu'elle serait prete à faire pour l'homme qu'elle aimait d'ailleurs. Mais a un moment donné, ils allaient devoir se mettre leur famille à dos. Si pendant un temps, la fée avait cru que sa famille poserait moins de souci (ce qui était sans doute le cas en fait, puisqu'ils ne voudraient pas assassiner le chasseur), elle se rendait bien compte maintenant qu'ils n'allaient pas plus accepter leur relation que les Hellsing. Et donc pour le moment et pour un moment, ils étaient dans l'obligation de se cacher. Ce n'était pas prévu qu'un jour Andrew et Penny puissent marcher main dans la main dans les rues du village. Ils devaient se cacher et tant qu'ils n'auraient pas de nid à eux – même si ça n'allait pas tout arranger – ils allaient devoir continuer de se voir quand ils le pouvaient, entre deux portes. Et d'ailleurs...

« Tu peux rester encore combien de temps ? »

Penny sentit son coeur se serrer alors qu'elle posait cette question, parce qu'elle savait parfaitement que quoi qu'Andrew lui réponde, ça serait bien trop court à son gout. Mais ils devaient bien se séparer à un moment ou à un autre.
Code by Gwenn

_________________
Tu peux fermer tes yeux aux choses que tu ne veux pas voir, mais tu ne peux pas fermer ton cœur aux choses que tu ne veux pas sentir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 870

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   Ven 13 Mai - 15:36


Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer
J

amais Andrew n’avait pensé vouloir changer quoi que ce soit à sa vie, au point même de songer à tout abandonner, à nier les fondements même de son existence, l’éducation qui lui avait été faite, les préceptes qu’on lui avait inculqués, au point d’accepter de fuir très loin, aussi loin que possible, et d’accepter de ne jamais se retourner. Non sans regret mais avec la certitude que sa vie serait plus heureuse ainsi. Mais ça, c’était avant de rencontrer Penny, avant qu’elle ne vienne tout bouleverser chez lui. Aurait-il mieux vécu sans ces incessants chamboulements ? Il n’en savait rien, il ne voulait rien en savoir, ça lui était totalement égal, ce qu’il avait pu espérer autrefois, ça lui était égale que les choses aient été plus difficiles, parce qu’il n’avait forcément vécu qu’à moitié avant que Penny ne vienne faire irruption dans sa vie. Oh, oui, il abandonnerait pour elle. S’il y avait une chance, la moindre chance, de pouvoir franchir la barrière des montagnes pour trouver un espace de liberté où leurs sentiments ne seraient pas entravés par leurs devoirs respectifs, il s’y précipiterait sur le champ. Il voulait bien renoncer à tout et repartir de zéro, si c’était avec elle, si leurs vies pouvaient ainsi être plus simples. Il y avait tant de choses, qu’il souhaitait offrir à Penny sans en avoir la possibilité, tant de rêves qu’il aimerait pouvoir réaliser pour elle, et pas seulement pour elle, pour leur enfant à naître, également… mais il devait se contenter de moins, par obligation, par abnégation, pour protéger celle qui comptait le plus au monde à ses yeux et l’enfant qu’elle portait. Si seulement la vie pouvait être plus simple ! Mais si elle l’était, ils n’auraient pu vivre leur histoire avec autant d’intensité et de force. Il savait qu’il devait déjà bénir ce qu’il avait, car c’était bien plus que ce qu’il aurait jamais pu espérer. Mais ce n’était pas pour lui-même qu’il voulait améliorer les choses, c’était pour Penny. Car s’il ne méritait pas forcément le meilleur, Penny oui… Elle était certainement très mal tombée avec lui, il ne lui apportait que des difficultés et des malheurs quand elle lui offrait tant ! Sa façon de se montrer compréhensive et douce en toutes circonstances était une bénédiction pour lui.

Andrew jeta un œil à sa montre quand son interlocutrice lui demanda combien de temps il leur restait… Malheureusement, si elle posait cette question, ce n’était pas pour rien, leurs occasions de se voir étaient malheureusement trop peu nombreuses, et toujours trop courtes. Comment ne pas espérer avoir enfin obtenir de vivre ensemble, avec ça ? D’autant qu’elle avait visiblement eu l’intuition juste, il n’allait pas pouvoir tarder.

-Il va falloir que j’y aille.
Soupira-t-il.

Les chasseurs avaient un mode de vie relativement chronométré, et s’il était déjà arrivé à Andrew d’y remédier, il ne pouvait pas le faire trop souvent non plus. Encore moins maintenant. Ils ne pouvaient ni ne devaient éveiller le moindre soupçon. C’était beaucoup trop dangereux, plus encore maintenant que le couple maudit allait devenir parent. Sans ajouter un mot de plus, il s’empara des lèvres de la jeune femme. Qu’il en profite encore tant qu’il le pouvait.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je ne connais qu'un devoir, c'est celui d'aimer (Andrew <3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer. [feat Simba ♥]
» Il y a soixante-dix ans, 1937 : 70 ans après, un devoir de m
» Article paru dans le Devoir sur Haiti (10-11 fevrier 2007)
» Je te connais. Mais toi, voudras tu me connaitres ? [Pépite d'Or & Shiki & Odyssée]
» Le devoir d'une prêtresse - Première partie [Iseult]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Habitations :: Chez Déa et Léo-