Partagez | 
 

 Le chant des sirènes (Aurore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Le chant des sirènes (Aurore)   Sam 9 Jan - 20:01

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Les nuits se suivaient et se ressemblaient, encore une fois Lena était rentrée de la taverne en compagnie d’un charmant jeune homme. L’un de ces jeunes hommes un peu coincé au début qui se révélait après quelques verres et quelques manipulations dont les sirènes avaient le secret. La jeune femme avait donc passé une soirée d’enfer, en très bonne compagnie, ne manquant pas d’user de tous ses charmes afin de profiter pleinement de cette nouvelle proie qu’elle pouvait ajouter à son si grand tableau de chasse. Elle était assez fière d’elle, même si elle avait l’habitude de tout cela. Quand on était une sirène et qu’on ne s’embêtait pas des principes pouvant pousser à ne pas faire usage de ses pouvoirs, il n’était vraiment pas difficile d’attirer n’importe qui dans sa couche. Lena ne comprenait vraiment pas ces sirènes qui ne voulaient pas utilisé leurs pouvoirs, c’était dans leur nature après tout. Elles étaient nées comme cela, il n’y avait aucune raison qu’elles se retiennent. Du moins, c’était la vision de Lena. Sa mère ne pensait évidemment pas de cette manière, mais ça ne l’empêchait pas de s’amuser de son côté. Hors de question pour elle de se caser. Quand elle ouvrit les yeux, elle se trouvait toujours dans le lit de ce charmant jeune homme. Elle avait poussé ce dernier à les conduire chez lui, pour la simple et bonne raison qu’elle souhaitait pouvoir partir rapidement le lendemain, ce qu’elle fit. Sans plus de cérémonie, alors que l’homme continuait de dormir, elle se leva et attrapa ses vêtements, s’habillant avant de quitter cette maison. Elle ne prit même pas la peine de laisser un mot, elle laissait tout bonnement le jeune homme s’extraire de son attraction de sirène.

Quand elle arriva dehors, Lena put constater que le soleil était levé depuis un moment maintenant. Elle avait sans doute un peu trop trainée au lit ce matin, mais en même temps elle avait une bonne excuse. Au vu de la nuit de folie qu’elle avait passé, ce n’était pas étonnant qu’elle ait besoin de reprendre de l’énergie. Lena poussa un soupire d’aise avant de se mettre à marcher dans les ruelles du village, dans l’intention de rentrer chez elle (et terminer sa nuit donc). Ce fut quand elle tourna dans une des ruelles que son regard tomba sur une personne qu’elle connaissait bien. Aurore, Lena fut surprise et heureuse en même temps de tomber sur elle.

« Aurore, quelle agréable surprise de te croiser ! » Lui lança-t-elle dans un grand sourire, en arrivant à sa hauteur. « Dis-moi que tu as passé une nuit aussi folle que la mienne. »

Lena avait connaissance de la dernière lubie de sa consœur, elle s’était « casée » avec un médecin. La jeune femme ne parvenait vraiment à la comprendre. On ne pouvait pas vraiment dire qu’elles étaient amies proches, mais les deux femmes s’entendaient bien. Elles avaient la même vision de la vie – du moins jusqu’à présent – et elles s’étaient lancées dans une compétition amicale (à celle qui augmenterait le plus son tableau de chasse). Sauf qu’en ce moment, Aurore n’avait plus rien d’une compétitrice agréable.
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Mar 12 Jan - 11:19






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
J'
en connais, des naïves à en crever, qui caressent le rêve stupide de se réveiller chaque matin entre les bras du même homme, comme si l'ennui et la lassitude pouvaient être la consécration de toutes leurs espérances. Ces filles là, je pense, sont l’incarnation même de la bêtise. Mais en me réveillant ce matin, j’ai forcément dû prendre conscience de ce que j’étais moi-même, ou plutôt de ce qu’il me semblait être portée à devenir. Deviendrais-je stupide, moi aussi ? Non. Non, ce n’est pas possible. Car moi, je n’aime pas l’homme auprès duquel je me réveille chaque matin depuis plusieurs semaines déjà. Il ne manquerait plus que ça ! Mais cette routine est d’un ennui ! Ce n’est pas que je n’ai pas découché une ou deux fois, mais je ne peux pas me permettre de le faire trop souvent, les hommes de passage entre mes formes le sont dans la journée, à l’abri d’une grange mal éclairée ou autres planques qui conviennent à ce que l’on pourrait qualifier de « catins de mon espèce », je suppose. Alors ce matin, comme tous les autres, je me suis réveillé avec ce mélange âcre et sucré qui devait m’emplir tous les matins, le souvenir parfumé de nos ébats, du parfum naturel de Kyle, qui heureusement n’est pas déplaisant, de mon parfum et de celui des résidus de savon noir sur ses draps que monsieur le médecin nettoie avec précaution une fois tous les trois jours. Je me suis étirée avec un dégoût certain de moi-même, me relevant dans un lit vide, puisque Kyle travaillait déjà. Je me répugne plus fidèle (même si je ne le suis pas vraiment) qu’engagée à un homme, comme le veut la bienséance. Mais nombre d’indices avaient tôt fait de me rappeler pourquoi je consentais à ce sacrifice. À commencer par la douceur de ces draps épais, sans rapport avec ceux de ma propre couche, que je fréquentais de plus en plus rarement. Et cette robe de chambre soigneusement cousue que j’enfile alors et qu’il m’a offerte la veille me rappelle bien vite que mon prince, si âgé soit-il, peut me payer les plus belles choses… et serait prêt à tout pour moi. Me le rappelèrent encore les viennoiseries bien chaudes et le jus de fruit fraîchement pressé qu’il avait laissé pour moi sur la table de la salle à manger. Je m’en délectai, n’en laissai pas une miette. J’ai toujours été gourmande. Heureusement pour moi, ma graisse semble naturellement savoir quelles formes comblées.

Je pris tout mon temps, savourant la solitude et l’espace de cette grande maison faisant aisément le triple de la mienne. Cette richesse-ci, ce confort là, vaut bien d’entendre les râles presque agonissant de mon homme quand il cède aux assauts pressants de mes reins. Puis le docteur se défend, ce n’est pas un si mauvais coup que ça. J’y songeais un peu, en mordant dans mon croissant, tout en songeant à quoi faire de ma journée. J’avais tout le temps devant moi, comme toujours. Je ne travaillerai jamais, c’était ma devise, attiser le désir, voilà ce que pouvait être mon seul travail, et je le faisais bien, j’avais donc tout le temps de faire comme bon me semblait. Je décidai finalement d’errer à tout hasard dans les rues du village, les mains enfoncées dans les poches de ma veste, elle aussi troquée à prix d’or par mon médecin favori. Ce fut après quelques pas que j’entendis une voix familière à laquelle je réagis aussitôt, le temps d’un sourire.

« Ma soirée, Lena, a été surtout follement ennuyeuse. »
Fus-je bien contrainte de concéder, mais toujours en souriant. « Mais je serai ravie de connaître la tienne en détails. »




(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Ven 12 Fév - 14:59

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Quand Lena avait mentionné la soirée d’Aurore, elle avait eu le fin espoir d’apprendre que sa consœur avait passé une nuit torride. Parce qu’elle connaissait la dernière relation de la sirène, elle savait qu’elle s’était plus ou moins casée avec son médecin, ce qu’elle n’appréciait pas vraiment au final. Lena n’avait rien à dire sur la vie d’Aurore, elle faisait ce qu’elle voulait après tout, mais quand même. La jeune femme n’était pas du genre à se retenir quand elle avait quelque chose à dire, ou qu’elle pensait quelque chose. Ce qu’elle pensait de la situation de la sirène sous ses yeux, c’était qu’elle brimait bien trop sa beauté et son talent dans cette relation stable. Lena pouvait difficilement croire qu’Aurore puisse être tombée amoureuse de son médecin, parce qu’elles se ressemblaient bien trop pour ça. Lena ne se voyait pas capable d’un jour avoir des sentiments pour quelqu’un, elle aurait une vie bien trop brimée dans ces conditions. Ce fut donc avec déception qu’elle entendit la sirène lui affirmer que sa soirée était ennuyeuse.

Lena comprenait donc qu’elle ne s’était pas amusée comme elle l’avait fait de son côté, qu’elle avait sans doute dû passer sa soirée et nuit avec son médecin. La jeune femme aimait bien jusqu’à présent comparer ses conquêtes avec la jeune femme, elle trouvait cela vraiment dommage de ne plus partager ça avec Aurore. Surtout qu’elle ne parvenait vraiment pas à comprendre pourquoi elle s’entichait d’un homme unique.

« J’ai passé une nuit torride, en compagnie d’un charmant jeune homme que j’ai rencontré à la taverne. »
Comme bien souvent, c’était le lieu parfait pour aller à la « pêche ». « Je te laisse imaginer la suite. Je viens tout juste de le quitter. »

Il n’y avait pas vraiment d’autre chose à raconter en réalité, Aurore était bien placée pour comprendre ce qu’ils avaient fait pendant les heures de la nuit. Au final, les nuits se ressemblaient quand même énormément. Mais Lena ne trouvait aucune lassitude à enchaîner les conquêtes, elle adorait ça d’ailleurs. C’était une vie plus plan-plan qu’elle craignait, elle risquait fort de très vite s’ennuyer. Elle ne souhaitait cela à personne et surtout pas à Aurore, il fallait bien l’avouer.

« Mais dis-moi, c’est nouveau cette veste ? » Dit-elle en tendant la main pour attraper un bout de cette veste justement. « C’est ton médecin qui t’a offert ça ? »

Non pas qu’Aurore n’avait pas d’autre moyen d’obtenir ce genre de vêtement qui avait visiblement beaucoup de valeur, mais elle se doutait que ce médecin devait faire tour pour garder la sirène dans son lit. Surtout si elle faisait usage de son pouvoir sur lui. Lena ne savait pas – pas encore – mais elle espérait vraiment que la jeune femme sous ses yeux usait quand même de ses pouvoirs, qu’elle ne s’était vraiment pas contentée de tomber amoureuse de l’homme. Quoi qu’encore une fois, elle n’avait pas son mot à dire. Mais Lena ne se gênait pas de s’occuper de ce qui ne la regardait pas.
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Ven 26 Fév - 13:48






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
C
omment ne pas considérer Lena comme mon alter ego ? La jeune femme ne se contente pas seulement d'être de la même nature que moi. Des sirènes, il y en a plus qu'on peut bien le soupçonner, d'autant plus indénombrables que certaines prennent plaisir à rester dans les fonds du lac et y font leur vie. Bien sûr, c'est notre état naturel, ça ne devrait pas me sembler si étrange en soi... mais j'aurais bien des difficultés à adopter le même mode de vie. Échanger avec Lena, c'était toujours espérer des instants de complicité ou nous comparions nos dernières conquêtes, parfois même, nous pouvons nous les conseiller l'une à l'autre. S'il y a bien un domaine où je ne vois pas d'inconvénient à me montrer partageuse, c'est celui-là. Seulement, la monogamie semblait bien avoir raison de ces trépidantes conversations. Je savais bien que Lena ne devait pas comprendre, il se pouvait même que je la déçoive. Peut-être lisait-elle en filigrane de l'amour dans ma presque fidélité à mon médecin. C'était pourtant si faux. L'amour est un sentiment que je m'abstiendrais bien d'éprouver un jour, la faiblesse qu'il instille chez tout être humain atteint certains seuils d'écœurement intolérables. Il allait sans doute falloir que je l'éclaire à ce sujet.

Mais pour l'heure, j'attendais... J'étais plutôt d'humeur joueuse, songeant que la faire lambiner pourrait bien être une activité des plus plaisantes. Lena me raconta donc sa soirée, à l'image de ce que j'avais envisagé. Un bel homme pour finir sa soirée, une nuit torride partagée, et la satisfaction de l'abandonner pour de nouveaux bras. Je voulus demander plus amples détails, l'identité de cet homme, à quoi ressemblait-il ? Et quelques autres détails... de ceux que nous n'avions jamais la pudeur (qu'était-ce donc que ce mot stupide) de garder pour nous. Quiconque sait accepter le mélange des corps pour ce qu'il est n'a pas de raisons d'en avoir honte. Mais elle laisse son attention se porter sur autre chose, égarant la mienne dans le même temps. Ah oui, ma veste.

« Belle étoffe, n'est-ce pas ? »
répondis-je dans un sourire, lui laissant tout le loisir d'apprécier la coupe de cette veste qui, en effet, pourquoi ne le constaterais-je pas, me va à ravir. « Kyle redouble d'inventivité pour me combler. » ajoutai-je dans un sourire faussement naïf qui pouvait déjà très nettement éclairer mon interlocutrice quant à ce qui me motivait encore à demeurer au bras de cet homme. Je n'aimerais pas que l'image qu'elle a de moi soit ternie à tout jamais. « Dans tous les domaines. » C'était un fait... et mes pouvoirs ne l'invitaient que davantage à me combler, même si mon plus grand vice est de les avoir tous. Je veux toujours plus. « Alors, dis m'en plus sur ton Apollon, tu n'oserais tout de même pas me laisser sur ma faim ! »



(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Mer 6 Avr - 23:59

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Lena ne se doutait pas une seule seconde qu’Aurore se contentait simplement de la tourner un peu en bourrique, qu’elle se jouait d’elle en la laissant croire qu’elle était devenue monogame alors qu’elle se contentait simplement de se jouer également de ce médecin. La sirène ne comprenait pas qu’elle puisse décider de devenir fidèle, qu’elle se case de cette manière avec cet homme. Il avait beau être bel homme, il avait de l’argent aussi, ce n’étaient pas de bonnes raisons à ses yeux de se contenter d’un seul homme. Qu’elle décide de s’installer avec lui avec l’intention de voir ailleurs, ça passerait encore, mais ce n’était pas ce que constatait Lena. Alors forcément, elle se faisait vraiment des idées. Au point qu’elle était même déçue de son interlocutrice, alors qu’elle ne pensait pas cela capable d’arriver un jour. Aurore et Lena s’étaient toujours entendu parce qu’elles avaient la même vision de la vie. C’était un vrai plaisir pour la sirène de pouvoir partager ses expériences avec une autre personne, qu’une amie comprenne ce qu’elle vivait sans la juger. Lena entendait souvent ses proches – à commencer par ses parents – lui dire qu’elle devait se poser un peu et songer à devenir plus sérieuse dans sa vie. Elle n’avait pas l’intention de le faire et elle pensait compter sur Aurore pour la soutenir. Mais elle craignait que ça ne soit plus vraiment le cas.

En attendant, Lena constatait que son amie avait des avantages à vivre avec son médecin. Cette nouvelle étoffe qu’elle portait sur son dos par exemple en était la preuve. La jeune femme aimait les belles choses, Lena la connaissait assez pour le savoir. Elle devait profiter pleinement de l’argent de Kyle, mais pas que de son argent au vu de ses propos. Il la comblait, merveilleux. Les yeux de la sirène ne quittaient pas le sourire un peu naïf qui était apparu sur le visage de son interlocutrice, essayant de l’interpréter. Avait-elle vraiment des sentiments pour son médecin ? Elle se posait la question, sérieusement, mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’espérer que ce n’était pas le cas.

« Tu me vends du rêve là. » Si le médecin comblait à ce point Aurore, la jeune femme devait bien avouer qu’elle était un peu jalouse quand même. Parce que c’était le genre de partenaire qu’elle ne pourrait pas partager avec son interlocutrice, alors qu’elles avaient pourtant l’habitude de faire ce genre de chose. Comme elles avaient l’habitude de se parler de leurs diverses expériences. Aurore avait envie d’en savoir plus sur la nuit de Lena d’ailleurs. « Parce que tu es encore intéressé par ce genre de chose alors ? » Demanda-t-elle un large sourire sur le visage, ne prenant cependant pas la peine d’être plus secret. « Je ne pourrais pas te donner son prénom… nous n’avons pas vraiment pris le temps de discuter. Mais c’est une vraie bête, on a passé des heures à… s’amuser. » Elle marqua une pause, ne perdant pas son sourire. « Un apollon, une bête de sexe, je remettrais bien le couvert avec lui. »
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Ven 29 Avr - 16:14






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
J
e me permettais d'esquisser un léger sourire, un petit peu orgueilleux, quand Lena dit que je lui vendais du rêve. Je l'espérais un peu. Ma situation avait ses inconvénients, mais tout de même un sacré lot d'avantages, qui justifiaient que je n'abandonne pas Kyle à son sort et le garde sous mon pouvoir (même si je ne suis même plus sûre que mes pouvoirs soient encore utiles). Pour ce que je sacrifiais en contrepartie du confort qu'il m'offrait, il me semblait bien que j'avais très largement mérité d'être gâtée et un peu jalousée, ne serait-ce que parce qu'il n'aurait pas été juste que la jalousie n'aille que dans un seul sens. Car oui, bien sûr, j'enviais Lena. La liberté dont elle jouissait encore quand j'avais en partie renoncé à la mienne. Celle de m'abandonner au premier venu pour peu que je le trouve attirant. Les nuits de débauche comme celle dont Lena me faisait le récit, ça avait été mon lot quotidien un bon moment aussi. Et ça me manquait, c'est sûr. Je ne connais rien de plus excitant que de se précipiter à corps perdu dans le lit d'un total inconnu, que l'on ne connaît ni d'Ève ni d'Adam, on n'a pas besoin de connaître son nom, ou le moindre détail sur sa vie. C'est juste physique, animal. Oui, ça me manque, ça, vraiment. Oh... je n'ai pas été un exemple de fidélité avec Kyle depuis que nous sommes "ensemble". J'ai même déjà trompé mon médecin à plus d'une reprise, pour être honnête avec vous. Mais je suis obligée à la discrétion, depuis que je sors avec un "personnage public", je ne peux donc pas me permettre de faire n'importe quoi avec n'importe qui. Tromper mon actuel est presque un tour de force qui demande des efforts qui n'ont rien de stimulants. Alors je devais vivre mes épopées sensuelles par procuration à travers celles de Lena, à présent, que rien ni personne ne ferait changer, c'est sûr. À une autre époque, il est certain que je lui aurais demandé de me mettre en contact avec cette conquête. Nous aurions partagé nos impressions à son sujet. J'adorais ça.

-Ce n'est pas parce que je suis en couple.
En couple, c'est encore très étrange à reconnaître. Ces termes ont toujours eu une connotation négative pour moi. que je me suis résignée à l'abstinence, tu sais. Et puis... Bon, à Lena, je pouvais bien le dire, après tout, je sais bien qu'elle n'oserait pas me juger, au contraire, elle se sentirait même rassurée de savoir que je n'étais quand même pas complètement passée dans l'"autre camp". ce que Kyle ne sait pas ne peut pas lui nuire. ajoutai-je alors dans un sourire qui devait en dire long sur ce que je sous-entendais.

C'était frustrant, aussi, de passer pour la petite amie idéale et de ne pouvoir discuter de mes "travers" avec personne. Il y en avait beaucoup pour me juger infidèles sans me connaître, c'est vrai, mais ce n'était pas aux gens qui me montraient du doigt que j'allais faire le résumé détaillé de mes péripéties sexuelles.



(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Mer 25 Mai - 13:18

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Lena n'avait jamais de mal à parler de sa vie dissolue. Elle n'avait aucune honte concernant son train de vie, qui n'avait rien à voir avec la morale. La jeune femme accumulait les conquêtes, se servant par moment de ses pouvoirs pour cela et elle trouvait ça parfaitement naturel. C'était dans sa nature, puisqu'elle était une sirène. Oui, Lena considérait qu'une sirène digne de ce nom avait normalement un tempérament de séductrice. Pourquoi parviendraient-elles à manipuler l'esprit des autres afin de leur faire naître un désir incroyable, de leur faire faire tout ce qu'elles voulaient, si ce n'était pas pour s'en servir. La mère de Lena avait une vie parfaitement rangée avec son père et elle espérait que sa fille prendrait un jour ce chemin, mais la jeune femme ne voyait pas du tout pourquoi elle devrait le faire. Elle ne voyait pas pourquoi elle devrait abandonner ses capacités de sirène simplement pour avoir une vie normale, dans un couple normal et avoir une ribambelle de gamin. Déjà que la jeune femme s'imaginait mal en couple, elle n'avait aucune envie de s'imaginer mère un jour. Elle n'était donc pas pudique sur ses relations et n'avait aucun mal à en parler, surtout pas quand elle se trouvait en bonne compagnie comme maintenant. Mais cette compagnie lui semblait différente maintenant, puisqu'Aurore était en couple. Son médecin semblait la satisfaire sur de nombreux domaine et Lena ne pouvait même pas le tester par elle-même. C'était quand même beaucoup moins drôle de parler de la nuit qu'elle venait de passer - même si elle ne se fit pas prier une minute avant de tout déballer bien sûr - puisque maintenant Aurore était une jeune femme sage. Du moins, c'était ce qu'elle croyait.

Mais elle se trompait peut-être. Aurore reprit la parole en mentionnant son état de couple, ce qui avait quand même tendance à faire grimacer Lena. En couple sérieux... c'était tellement triste. Mais la sirène ne parlait pas de son couple sans raison et quand Lena entendit qu'elle n'était pas résignée à l'abstinence, ses yeux s'illuminèrent un peu. Est-ce qu'il y avait un message dans les propos qu'elle lui adressait ? Est-ce qu'elle voulait lui dire quelque chose. Ce fut bien plus évident quand elle affirmant que ce que son médecine ne savait pas, ne pouvait pas lui faire du mal. Des secrets et des mensonges, Lena adorait finalement cette situation et un sourire amusé se dessina sur son visage alors qu'elle comprenait la situation. Aurore jouait-elle les petite-amie idéale simplement pour son statut ? C'était à espérer en tout cas.

« Et je suppose qu'il y a des choses que tu ne veux pas qu'il sache, n'est-ce pas ? »
Lena comprenait le sous-entendu des propos de son amie et elle appréciait ça. C'était sans doute idiot, mais elle avait le sentiment qu'un poids s'enlevait dans sa poitrine en apprenant que la sirène n'était pas juste devenue la copine du médecin. Effectivement, elle avait sans doute un peu trop jugée rapidement Aurore, qui devait juste profiter de la situation pour avoir une belle vie. Kyle semblait au petit soin avec elle, cela se voyait au vu de l'étoffe qu'elle arborait. Lena se doutait évidemment que ce n'était pas quelque chose dont elle devait parler près d'oreille indiscrète. « J'ai cru que je t'avais complètement perdu dans les travers de l'amour. » Ce qui n'était vraiment pas quelque chose que Lena acceptait.
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Ven 15 Juil - 13:37






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
S'
il y a quelqu'un auprès de qui je sais pouvoir me confier sans craindre jugements et commérages, c'est bien Lena Jenkins. C'est la dernière personne que je puisse imaginer déplorer mon comportement léger (non, elle serait plutôt de nature à l'encourager) ou encore à le répéter sous tous les toits du village de notre terre. On n'est jamais trop prudent, c'est pour cela que j'ai eu des réticences à lui parler mais je me dis, au fond, que même si elle devait répéter la vérité à tout le monde, ce ne serait pas bien grave. Ça apporterait seulement de l'eau au moulin de certaines commères jalouses qui n'avaient rien de mieux à faire de la journées que de commenter ma vie sexuelle. J'ai appris depuis longtemps à ne plus me laisser atteindre par ces remarques (véridiques) et ces suspicions (fondées), qu'elles aillent voir ailleurs ces mal baisées, si je m'y trouve, pendant que je profite de la vie ! Non, je ne crains rien à me confier à Lena, et vraiment, ce que ça pouvait faire du bien de m'exprimer enfin là-dessus ! Je garde pour moi mes plans, sentiments et impressions, mais au bout d'un moment, c'est lassant et frustrant, certes, mes amants d'un soir ne sauraient ignorer mes infidélités, mais c'est encore autre chose, de pouvoir en discuter avec une personne faite du même bois que moi. puisque le rideau s'était levé et qu'elle savait maintenant le secret que je dissimulais, j'arrêterais peut-être de sentir que je la déçois. J'avoue, ce serait un vrai réconfort pour moi. J'ai donc hoché la tête pour confirmer quand elle supposa qu'il y avait bien des choses que mon cher et tendre devait ignorer. Oh oui, c'était effectivement le cas, et grand bien lui fasse. Si Kyle devait apprendre la vérité (ou croire aux commérages), ça le rendrait inutilement malheureux. Pour quoi faire ? À quoi bon ? Il est bien avec moi, et même si je le lui rends mal, je suis bien avec lui.

-C'est à nous d'égarer les autres dans ce genre de travers, il ne manquerait plus qu'on se laisse prendre à notre propre piège !
répondis-je d'un ton amusé à sa remarque. L'amour, très peu pour moi. Je me demande même s'il est vraiment possible d'éprouver ce genre d'amour quand, comme nous, on est capable d'en créer sur commande et de le faire ressentir, à notre guise, au premier venu. J'en doute fort, pour tout dire. Excuse-moi de ne pas pouvoir t'expliquer plus tôt, mais il y a déjà tellement de gens qui parlent dans mon dos sans savoir, j'essaye de limiter la casse autant que je peux.

Ceux qui parlent sans savoir sont quand même moins dangereux que ceux qui parlent en sachant.


(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Ven 26 Aoû - 18:32

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Elle confirma qu’il y avait des choses que son cher et tendre ne devait pas savoir et Lena en fût certaine, Aurore n’était pas complètement perdue. La sirène devait bien avouer qu’elle était vraiment soulagée de l’apprendre, parce qu’elle avait craint de perdre son amie. S’il y avait une autre sirène que Lena appréciait, c’était Aurore. Elles se ressemblaient énormément et contrairement à d’autre (comme Déa par exemple), elle ne ressentait aucune jalousie envers elle. Bien au contraire, elle aimait partager ses expériences avec elle. Comme maintenant et elle ne pouvait donc qu’être ravie de savoir que son médecin n’était qu’un pigeons de plus et non pas une vraie histoire d’amour. La sirène ne manqua pas de sourire quand Aurore lui affirma qu’elles étaient celles qui tournaient les têtes des autres et leur donnaient l’illusion de l’amour, elle avait clairement raison. Cela serait dramatique qu’une femme comme elles se prennent dans les affres de l’amour. Du moins, c’était l’avis de Lena. Elle n’avait pas l’intention de tomber un jour amoureuse, elle n’avait pas l’intention d’un jour se faire avoir. Elle ne voulait pas d’une petite vie rangée, comme certain lui désirait. Elle voulait continuer de s’amuser encore et encore comme elle le faisait et elle était vraiment heureuse de savoir qu’Aurore n’avait pas changé. Et elle comprenait parfaitement pour quelles raisons.

« Ne t’en fais pas ! »
Lança-t-elle quand la jeune femme affirma qu’elle était désolée de ne pas s’être expliquée plus tôt, avant de la prendre dans ses bras. « Toutes ces personnes qui parlent dans le dos des autres, ne sont que des vipères. »

Elle disait ça, alors qu’elle était la première à parler dans le dos des autres, bien sûr. Parce que par moment, c’était vraiment amusant de lancer quelques rumeurs par ici et par là. Mais concernant Aurore, elle comprenait bien que c’était pénible. La sirène avait envie de se donner une bonne image – même si elle ne voyait pas vraiment pour quelle raison – et ce n’était pas gagné au vu de sa réputation. Même si elle se montrait prudente et qu’elle faisait attention de ne pas se faire repérer. La preuve, Lena avait cru qu’elle était tombée dans les travers de l’amour. Ça signifiait qu’elle ne s’en sortait pas trop mal en tant que comédienne, pour avoir réussi à la duper elle aussi.

« T’en fais pas, je vais garder ton petit secret. »
Lui dit-elle alors dans le but de la rassurer, parce qu’il n’y avait aucune raison pour que Lena la trahisse. Elle tenait à aider Aurore, au moins en cachant la vérité et en jouant le jeu. « J’espère en tout cas que ton médecin t’apporte beaucoup de chose, que ça en vaille le coup au moins. »

Parce que si c’était pour se bloquer de cette manière (même si Aurore ne semblait pas prête à être abstinente pour autant, mais elle ne pouvait évidemment pas se montrer), il fallait quand même que ça lui apporte suffisamment derrière. Sinon, ça ne valait vraiment pas le coup.
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Mar 30 Aoû - 9:44






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
J
e ne pus m'empêcher de sourire en entendant Lena affirmer que les personnes qui parlaient dans le dos des autres n'étaient que des vipères. C'était un terme qui convenait bien à mes détracteurs, je trouvais. Ce n'était pas moi, en tous cas, qui allait la contredire, j'aimais bien en effet considérer les médisants (et les médisantes, surtout) comme un nez de vipères jalouses qui aimeraient bien avoir le loisir d'avoir le même tableau de chasse que moi et n'en seraient jamais capables, n'ayant pas mes atouts. Il est vrai qu'il était facile de cataloguer toutes ces personnes d'un coup. Après tout, je n'étais pas exempte de ces défauts, moi non plus. J'étais la première à aimer casser du sucre sur le dos des personnes qui me déplaisaient (et d'ailleurs, il n'était pas rare que Lena et moi nous amusions à cela toutes les deux), mais bon, il est toujours plus simple de faire aux autres les reproches qu'on ne se fera jamais à soi-même. Et en même temps, je n'ai jamais dit être irréprochable, et même en voulant le prétendre, manifestement, je ne parvenais pas à convaincre tout le monde. Mon sourire s'agrandit alors que mon interlocutrice affirmait qu'elle allait garder mon secret. Si je le lui avais confié, c'était bien que je lui faisais confiance. Elle n'a pas de raisons de me trahir. Nous ne sommes pas rivales, c'est même tout l'inverse. J'ai bien vu qu'elle avait été déçue en croyant que j'avais changé. J'avais à coeur de la rassurer, et visiblement, c'était chose faite.

-Si ça n'en valait pas la peine, j'aurais lâché l'affaire depuis longtemps
, répondis-je. Il cède au moindre de mes désirs, il m'offre tout ce que je veux... Et il n'est pas si... repoussant que ça, au contraire. Jamais je n'en ferais un partenaire unique et régulier, mais Kyle prenait tout de même grand soin de me satisfaire, dans l'intimité. En plus, comme il travaille énormément, je peux disparaître pendant des heures sans qu'il ne se rende compte de rien, ajoutai-je dans un clin d'oeil. À mes yeux, c'est un argument non négligeable : pas besoin de me demander comment joindre les deux bouts, pas besoin de travailler pour gagner ma vie, je mène la vie d'avant avec un confort supplémentaire. Que demander de mieux ? Il y a seulement son entourage qui me pose quelques soucis.

Et c'est là ce qui m'agace le plus. Les ragots des villageois, j'y suis habituée depuis bien longtemps, ils n'avaient plus rien pour m'atteindre, un peu plus, un peu moins, après tout. Mais quand son meilleur ami tentait de mettre son grain de sel et de convaincre Kyle que je le manipulais, j'appréciais forcément beaucoup moins. Je sais que sa parole pouvait avoir de l'influence et tout gâcher, et je ne pouvais pas constamment "contrôler" Kyle pour m'assurer qu'il ne découvrait rien. Heureusement, le médecin est sacrément accro.


(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Mer 26 Oct - 10:24

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Lena ne pouvait qu’espérer que son amie avait quand même de gros avantages à faire croire à tout le village – même si les vipères ne manquaient pas de cracher leurs venins dans son dos, mais la jeune femme était persuadée que c’était parce qu’elles étaient jalouses – qu’elle était fidèle à un seul homme. Même si Lena comprenait qu’elle vivait une vie comme avant, elle devait quand même se cacher pour courtiser ses autres prétendants. Alors, il fallait que ça en vaille la peine sinon ça n’avait vraiment pas d’intérêt. Et apparemment, c’était le cas. Le sourire de la sirène s’agrandit quand Aurore lui affirma que si ça n’en valait pas la peine, elle aurait lâché l’affaire depuis longtemps. Effectivement, la jeune femme voulait bien croire que son amie ne se serait pas amusée à continuer sur cette voie si ça ne lui apportait rien du tout. Aurore entra un peu plus dans les détails, affirmant à Lena que son médecin cédait au moindre de ses désirs. Il lui offrait ce qu’elle voulait et apparemment, il n’était pas un si mauvais coup au lit. Lena ne pouvait pas affirmer que ce Kyle était repoussant non plus, mais elle devait bien avouer que ce n’était pas vraiment son style d’homme. Alors, elle avait un peu de mal à imaginer ce que cela pouvait donner au lit avec ce médecin, mais apparemment il ne se débrouillait pas trop mal. Et il n’était pas trop présent.

Lena devait bien avouer que son amie commençait un peu à lui vendre du rêve là. La jeune femme semblait avoir une vie de rêve pour l’heure, elle avait tous plein de cadeau, elle n’avait pas à se soucier de comment elle allait vivre. Finalement, c’était peut-être ça le bon plan. Le fait de se caser (en quelque sorte) pour ne plus avoir besoin de se soucier de l’avenir. Les proches de Lena seraient vraiment heureux de son côté aussi qu’elle décide d’avoir une « vraie » relation. Mais pour l’heure, elle ne se voyait pas vraiment passer le pas. Elle aimait trop enchaîner les conquêtes aux yeux de tous.

« Ils se doutent de quelque chose ? »

Sa question était sans doute un peu bête, puisqu’il était évident que si l’entourage de son médecin posait des soucis à Aurore, c’était qu’ils se doutaient de quelque chose. Mais la question de Lena était plus complexe au final, elle voulait en savoir plus. Elle ne voulait pas que son amie se contente de lui répondre « oui », elle voulait qu’elle entre dans les détails. Au fond, la jeune femme aimait bien l’idée de partager le secret avec la sirène, comme cela elles pouvaient parler librement de la situation. Et qui sait, peut-être que Lena pourrait venir en aide à sa congénère. En tout cas, il fallait qu’Auror comprenne qu’elle pouvait compter sur elle dans tous les cas. Parce qu’elle l’appréciait et qu’elle ne pouvait que la soutenir, surtout au vu du fait qu’elle se servait de ce médecin, c’était si mesquin que la sirène ne pouvait qu’approuver.
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Ven 28 Oct - 15:11






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
J'
aurais aimé pouvoir affirmer à mon amie que je ne rencontrais aucun problème avec ma décision. Qu'il n'y avait aucune ombre au tableau et que tout se passait réellement pour le mieux pour moi, mais je ne suis pas menteuse, et je n'avais aucune raison de cacher la vérité à Lena, même pour pavoiser. Déjà que je ne pouvait pas parler à grand monde de ma situation de crainte d'être trahie et de perdre tout ce que j'avais construit, ça ne pourrait que me faire du bien de me confier un peu à ma consœur sirène. D'autant que je sais que de sa part, je ne risque rien, nous connaissons suffisamment mutuellement de nos secrets nocturnes pour ne pas nous amuser à les divulguer : nous risquerions trop gros. Alors au lieu de prétendre que mon plan était parfait et ne tolérait aucun défaut, j'admettais dans un hochement de tête qu'il comprenait une part de difficultés. Pas suffisantes pour me dissuader de poursuivre sur la même voie, mais suffisamment handicapantes pour susciter en moi le plus fort et le plus puissant des agacements. Oui, il y avait bien quelques personnes pour douter de ma bonne foi en dépit de mes talents d'actrices. En même temps, je m'en doutais dès le départ. Une jeunette qui s'intéresse à un quarantenaire plein aux as, tout de suite, ça sonne louche dans la tête des gens. Ça n'avait pas manqué. Mais si je peux balayer les rumeurs d'un revers de manche, il m'était plus difficile par contre de faire abstraction d'un homme qui n'a que trop l'estime de mon médecin pigeon. Dans un soupir, je m'expliquai :

-En fait, il y en a surtout un en particulier, qui commence à vraiment m'agacer.
Je marquai une légère pause avant de poursuivre. C'est son meilleur ami, et il est coriace. Jusqu'ici, Kyle a toujours pris mon parti contre lui, mais l'autre serait suffisamment cinglé pour fouiner à la recherche de preuves. Je ne pensais pas exagérer quoi que ce soit en disant cela, en plus. Il faudrait vraiment que Jamie se trouve une vie... Je ne vois vraiment pas ce qu'Ophélie peut bien lui trouver. J'ai bien pensé à le séduire lui aussi, histoire de calmer un peu le jeu, tu vois. Mais je pense que ça ne ferait qu'empirer les choses. Là, je lui donnerais une preuve concrète de ce que je lui ai jusqu'ici dissimulé tant bien que mal. Je ne peux pas. En plus, j'ai dans l'intuition qu'Ophélie ne me le pardonnerait pas, malheureusement. Pour une fois que je me sens concernée par le sort de quelqu'un ! C'est bien ma veine. Non, la meilleure option était de me tenir à carreaux. Déjà que j'avais failli me brûler les écailles avec Hellsing... C'est dommage, il pourrait presque être mignon s'il n'était pas aussi chiant...


(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Ven 2 Déc - 16:59

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Lena était un peu triste pour son amie d’apprendre que sa situation n’était pas si parfaite que cela, qu’il y avait quelque zone d’ombre. Malheureusement, c’était un peu le risque quand on faisait un jeu de ce genre avec d’autres personnes. Les sirènes avaient énormément de pouvoir sur les autres, mais elles pouvaient très bien se brûler les ailes par moment. Lena savait qu’elle s’était déjà fait des ennemis avec ses pouvoirs, qu’elle s’était attiré des ennuis. Mais comme elle était restée dans un jeu simple, cela n’avait pas vraiment de conséquences. Contrairement à Aurore, qui jouait quand même à un jeu assez dangereux. Terriblement excitant, mais dangereux évidemment. En même temps, si tout était trop facile, la situation serait peut-être moins agréable. Ainsi donc, Aurore apprit à Lena que l’un des amis de son médecin se méfiait d’elle, qu’il l’agaçait vraiment et donc compromettait un peu sa situation. Pour le moment, le médecin prenait encore le parti de la sirène, mais elles savaient très bien que tout pouvait vite changer dans cette situation. Evidemment, la situation serait bien plus simple si elle décidait de séduire aussi le meilleur ami de son médecin, mais en même temps elle prendrait des risques en faisant ça. Lena ne pouvait qu’approuver, elle ne pouvait pas lui affirmer qu’elle devait le faire.

« Mignon comment ? » Demanda-t-elle alors, à la dernière remarque de son amie. Elle ne connaissait pas grand-chose sur la vie du médecin d’Aurore, ni de son ami. Donc la jeune femme avait bien envie de se renseigner un peu, ne serait-ce que pour pouvoir aider Aurore. Parce que même si ça ne la concernait pas directement au final, elle ne pouvait pas s’empêcher de prendre cette histoire à cœur. Lena n’avait pas beaucoup de réelles amies en réalité. En dehors d’Eponine et de la sirène sous ses yeux, ses connaissances n’étaient pas aussi proches d’elle. Elle connaissait beaucoup de monde, elle en appréciait énormément, mais il y avait quand même une différence avec la vraie amitié. Celle que Lena voulait offrir à Aurore, parce qu’elles étaient les mêmes et qu’elle était la seule capable de réellement la comprendre. « Parce que si c’est évident que tu ne peux pas prendre de risque avec lui, moi ça ne me poserait pas de problème. » Evidemment, la jeune femme ne connaissait pas tous les détails en proposant cela et donc les relations de ces personnes. En même temps, les relations ne l’avaient que rarement retenue. « Je pourrais très bien m’en occupé pour l’éloigner de toi et l’empêcher de trop fouiner. »

Ce qui pourrait permettre à la jeune femme de respirer un peu, de ne pas avoir à se soucier de l’ami de son médecin qui posait souci. La personne qui serait capable de réduire en miette les efforts qu’elle faisait pour garder l’homme sous sa coupe et pour pouvoir l’utiliser. Vu la peine qu’elle se donne, ça serait quand même vraiment dommage que tout soit gâché à cause d’une seule personne.
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Lun 5 Déc - 9:46






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
"M
ignon comment" ? Un sourire amusé s'est esquissé sur mon visage. Je pensais exactement savoir où elle voulait en venir sans que mon interlocutrice ait forcément besoin de m'en apprendre davantage. Je ne peux pas me permettre d'utiliser les pouvoirs de cet homme à moins de le garder sous mon emprise constante comme Kyle, et cela me demanderait définitivement trop de temps et d'énergie, réellement. Si j'ai décidé de fréquenter mon beau médecin, ce n'était pas pour ça, c'était pour mon confort, pas pour me compliquer l'avis. Quant à le laisser sous mon emprise ponctuelle et très légère pour ne susciter aucune jalousie entre les meilleurs amis, je ne pouvais guère y songer réellement, surtout après le fiasco concernant Andrew Hellsing, qui à ce stade m'a totalement démasquée (je ne pouvais que craindre que nos chemins se recroisent, d'ailleurs, je ne pourrais pas espérer en sortir indemne). Ce que Jamie pourrait avoir de séduisant à mes yeux estompait tout intérêt pour lui selon moi, j'aimais l'amour (dans un sens très large, bien sûr) simple, facile, évident. J'ai pas signé pour toutes ces prises de tête... même si elles étaient peut-être inévitables. Lena comprenait mon point de vue, elle était d'accord avec le fait qu'elle devait éviter de prendre des risques avec le gêneur... et elle me laissa entendre que j'avais très bien compris ce que son propos impliquait tantôt. Elle comptait bien s'occuper de Jamie à ma place. Je reconnais que ça me retirerait une sérieuse épine du pied. Mon sourire s'élargit plus encore quand Lena me proposa directement son aide, ne laissant plus la moindre place au doute. Je ne pouvais qu'approuver sa suggestion, sans l'ombre d'un doute.

-Tu ferais ça ?
demandai-je plus pour la forme que parce que je n'y croyais pas, j'étais sûre que sa proposition était totalement fondée et honnête, et j'adorais cette proposition. Tu me retirerais une vraie épine du pied ! approuvais-je alors... Bon d'accord, jeter Jamie dans les bras de Lena, ce n'était pas juste envers Ophélie, mais ce n'était pas comme si la sirène pouvait réellement tomber amoureuse du fé (pour tout ce qu'il avait de rébarbatif mentalement, et parce que ce n'était pas son genre), mais en attendant, j'aurais la paix. Le jeu en valait la chandelle. Il s'appelle Jamie Donnely, le genre moralisateur, mais vraiment une belle gueule, je pense qu'il peut vraiment être ton genre, physiquement. Je ne pouvais pas l'assurer à cent pour cent, et je ne lui demanderais rien s'il devait le rebuter... mais le charme de Jamie était un fait... il appartenait à la catégorie de ces hommes qu'on ne demandait qu'à dévergonder car ils semblaient bien trop sages. Lena était douée pour dévergonder autrui, après tout. Je vous présenterai, si tu veux !


(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Jeu 2 Fév - 17:04

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Lena n’avait pas attendu la réponse de son amie, avant de reprendre la parole. Elle avait tout de suite proposé ses services, afin de la débarrasser de cet homme qui lui causé des troubles. Elle aurait pu attendre de savoir si l’homme été mignon, comme lui demander, mais elle ne le fit pas. Parce que même s’il n’était pas mignon, même s’il était laid, elle ferait quand même. Dans le seul but, d’aider son amie, de lui permettre de garder cette vie qu’elle adorait tant. Même si Lena n’avait pas compris au début qu’Aurore vive une relation de ce genre avec une personne de ce genre, elle avait finalement compris que la sirène se contenter de vivre une vie de luxe qui pouvait être agréable. lena regrettait presque de ne pas avoir pensé à faire la même chose avant elle. Aurore se donnait beaucoup de mal à garder cette vie et cette relation stables, la sirène ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de lui donner un petit coup de main. Et puis franchement, ce n’était pas beaucoup d’efforts de sa part, parce qu’elle adorait séduire des hommes (ou des femmes d’ailleurs), c’était dans sa nature et elle le faisait tout le temps. Un des plus ou un de moins ça ne changeait pas grand-chose, qu’ils soient mignons ou pas.

Lena afficha d’ailleurs un grand sourire quand Aurore lui demanda si elle ferait vraiment ça. La jeune femme ne pensait pas que son ami doutait de ses paroles, elle se contentait de poser une question rhétorique. Avant d’ajouter qu’elle allait lui retirer une épine du pied. La sirène était vraiment contente de pouvoir aider son amie, surtout si elle faisait en s’amusant. Il était évident qu’elle allait s’amuser en plus. Aurore lui donna plus de détails, lui donna le nom de sa cible, en précisant qu’il allait être à son goût.

« Tu veux dire que c’est le genre d’hommes à ne pas aimer notre façon de voir les choses ? » la manière dont elle vivait, la façon qu’elles avaient d’enchaîner les conquêtes. Même si Aurore se tenait à carreaux ces derniers temps, parce qu’elle ne devait pas se faire avoir, éveiller les soupçons, elles avaient quand même la même façon de voir le monde. C’était pour cette raison qu’elles s’entendaient aussi bien. « J’aime les hommes un peu moralisateurs. » ajoutait-elle, dans un sourire avant de reprendre. « Ils ont un côté coincé, qui me donne envie de les décoincer. »

La jeune femme afficha un sourire qui en disait long sur ce qu’elle voulait dire par là. En même temps, Aurore ne pouvait pas douter une seconde de ce qu’elle avait en tête. D’ailleurs c’était bien pour ça, de son amie acceptait son aide.

« Tu peux me le présenter quand tu veux, j’ai vraiment hâte de le rencontrer. » le sourire de Lena se fit encore plus grand, parce qu’elle était vraiment sincère. Elle ne pensait pas aimer ce Jaime, en même temps elle n’aimait personne, mais elle voulait quand même le voir.
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Ven 3 Fév - 9:46






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
L
e genre de personnes qui ne comprend pas de notre manière de vivre (car Lena et moi partageons la même, même si je ne le montre pas forcément en ce moment, et c'est pour ça que nous nous entendons si bien, toutes deux volages, toujours prêtes à s'échanger de bons conseils et nos croustillantes anecdotes sur nos multiples conquêtes), le mot est encore faible, selon moi ! Je suis sûre et certaine que si Kyle doit découvrir la vérité un jour (mais ça n'arrivera pas), il le prendra mieux que Donnely, qui me fait un caca nerveux sans avoir pourtant la moindre preuve contre moi. Je ne sais pas ce que je lui ai fait pour qu'il ait à ce point la rage contre moi. D'accord, je manipule allègrement son meilleur ami. Mais au pire, je ne crois pas que ça le concerne ! (À moins qu'il soit secrètement amoureux de Kyle ? Déconnez pas, mais l'idée m'a traversé plus d'une fois l'esprit... Une amitié si... forte peut dissimuler quelque chose de suspect. En fait, j'espère que c'est effectivement le cas, parce que ça m'amuserait d'autant plus de le narguer en restant aux bras de l'homme qu'il aime). Bref, il me soule, il me gave, et tout ce qui est le synonyme d'emmerder. J'en finis par oublier qu'il est assez canon, dans son genre. Et c'est le genre de type que j'aurais pris plaisir à décoincer en d'autre temps, mais lui me révulse trop pour ça. C'est pas physique, c'est mental. Faut croire que si je n'ai jamais fait de distinction par amour, je sis capable d'en faire par mépris.

Mais Lena, elle, a l'air de bien vouloir se dévouer, et ça me va parfaitement bien. C'est un gars qu'elle aura plaisir à décoincer, qu'elle me dit. Bon bah très bien, il ne me reste plus qu'à les présenter, dans ce cas. Si elle peut faire en sorte qu'il m'oublie un peu, ça me fera vraiment des vacances. Je ne veux pas forcer Lena à le supporter sur la trop longue durée (non parce que vraiment, ce mec est vraiment chiant comme la pluie). Mais ne serait-ce qu'un petit break pour moi, ce sera déjà ça de pris, quoi. Elle peut être sûr qu'elle ne mettra pas longtemps à faire sa connaissance. Elle me tend une sacrée perche, là, ne pas la saisir, ce serait complètement débile.

-Tu n'attendras pas bien longtemps, dans ce cas
, je lui assure, satisfaite de ce marché conclu. Oui oui, père-la-morale au fond à droite, je sais que ça se fait pas, de marchander les sentiments d'un pauvre type derrière son dos. Mais je m'en fous. J'ai jamais dit que j'avais une conscience. Et il faudra que tu me racontes ça dans les moindres détails.


(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Jeu 23 Mar - 13:53

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Lena avait l'habitude qu'on ait un avis sur sa manière de gérer sa vie. Ses parents en avaient un, Cael en avait un, mais ça ne l'empêchait pas de la vivre comme elle l'entendait, sans se soucier une seconde ce que les autres pouvaient bien penser. Et sur ce point là, la sirène se retrouvait parfaitement avec Aurore. Les deux femmes avaient la même vision des choses, même si Aurore avait décidé de se montrer plus discrète afin de profiter pleinement des ressources d'une de ses victimes. Parce qu'on pouvait vraiment appeler ces personnes (homme ou femme) qu'elles envoûtaient comme des victimes. Même s'il ne fallait pas croire qu'elles avaient forcément besoin de leur pouvoir de sirène. Si Lena ne ménageait pas ses efforts, qu'elle n'hésitait pas à en faire usage, elle n'en avait pas besoin tout le temps. Encore heureux, son ego en prendrait quand même un sacré coup. En tout cas, Kyle était une victime d'Aurore et bientôt, son ami, Jamie, en serait une à elle. Parce qu'elle allait se donner un malin plaisir à le séduire, usant évidemment de ses pouvoirs elle ne pensait pas y arriver autrement, et en faire l'un de ses plats de résistance. Il allait apprendre ce que c'était que de se décoincer un peu. Cette situation n'allait sans doute pas durer éternellement, parce que Lena ne se voyait pas envoûter à vie le Jamie – ça demandait quand même de gros efforts et une très grande proximité, Lena n'avait pas envie de jouer au même jeu que son amie – elle avait quand même l'intention de le cuisiner suffisamment longtemps pour que son amie puisse souffler un peu et ne plus l'avoir dans les pattes. Elle lui rendait service oui, parce qu'Aurore était l'une des personnes qu'elle appréciait le plus (en grande partie parce qu'elles se ressemblaient énormément, mais cette affirmation ne se confirmait pas avec Déa qu'elle détestait au plus haut point pour les mêmes raisons), mais aussi parce qu'elle avait envie de s'amuser. C'était amusant d'écumer le village en quête de victime, mais c'était bien plus drôle quand il y avait un but au dessous.

« Parfait ! » Répliqua la sirène quand Aurore lui affirma qu'elle n'allait pas attendre longtemps dans ce cas. Ça  l'arrangeait, il fallait bien l'avouer, parce qu'elle n'avait aucune envie de patienter très longtemps. Lena n'était guère patiente, surtout quand elle savait qu'elle allait pouvoir s'amuser comme une folle. « Comptes sur moi. » Lena afficha un énorme sourire avant de reprendre. « J'ai bien l'intention de te donner tous les détails, surtout les plus croustillants. »

Parce que sinon, ça n'avait pas d'intérêt. Et les sirènes avaient l'habitude de s'échanger des détails de ce genre, alors quand ça concernait un plan comme celui qu'elles venaient de mettre en place, c'était encore plus intéressant.

« Oh, c'est si facile de les manipuler. » Soupira-t-elle alors, en imaginant d'avance comment les choses allaient se passer. Aurore manipulait sans mal son médecin, Lena le faisait avec d'autre. Franchement, être sirène c'était le pied.
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Mer 29 Mar - 9:33






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
R
avie de constater que Lena est emballée à l'idée de séduire Jamie. C'est une épine monumentale qu'elle me retire du pied, et franchement, je ne fais pas que semblant d'apprécier. Ça durera le temps que ça durera, peut-être bien que ça ne pourra pas durer trop longtemps (ce que je trouve bien dommage), mais je ne peux pas le reprocher à Lena. Je connais suffisamment bien cette situation, garder constamment un homme sous son emprise pour savoir que c'était quand même une expérience assez contraignante, mais ce sera bien le temps que ça durera, et ça me permettra de respirer un peu. S'il vient me chercher des noises de trop près, de toute façon, je le séduirai directement et bon débarras (c'est toujours injuste envers Ophélie, certes, mais il faut bien que je surveille mes arrières, à la fin).

Ce serait assez drôle de voir Kyle et Jamie se battre pour moi, briser leur belle et encombrante amitié en mon nom. Ce qui est sûr, c'est que je n'en éprouverais pas le moindre scrupule. Mais une vraie satisfaction, ça c'est sûr. Mais n'allons pas trop vite en besogne. Déjà, ce sera pas mal que Lena s'amuse un peu de son côté et me rendre ce service. Cela me conviendra parfaitement bien. Je souris quand elle me dit que je peux compter sur elle. J'y crois. Je sais bien que beaucoup d'autres devraient se méfier si elle leur disait la même chose, mais je ne pense pas qu'elle ait de raisons de me mentir. On est pas très fiables, toutes les deux, comme filles. Mais on se respecte quand même, ça fait la différence. Mon sourire s'élargit encore quand elle me promet les détails les plus croustillants. J'espère bien qu'elle va s'y tenir, oui, parce que je ne veux manquer aucun détail à ce sujet. Je pense qu'on va vraiment bien s'amuser avec cette affaire.

-Oh oui. Presque trop facile, si tu veux mon avis,
je réponds à Lena quand elle observe avec satisfaction combien il est facile pour nous de manipuler notre monde. C'est vrai, et c'est un bonheur. Être une sirène et ne pas savoir savourer dignement son pouvoir de séduction, c'est un gâchis total. Je ne comprends vraiment pas ces sirènes qui se contentent de vivre leur petite vie en utilisant leurs pouvoirs le moins possible. Bordel, il faut être con, franchement ! Heureusement qu'il y a des gens comme nous pour rattraper le coup. Cela dit, des fois, je trouve que ça devient un peu lassant, cette facilité. Je suis une joueuse, j'aime bien ajouter un peu de défi à l'affaire. Je me demande si, en ce moment, je n'en recherche pas un peu. Ça me déplairait pas de pimenter un peu les choses.


(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 307

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Mar 23 Mai - 20:49

Aurore & Lena
Le chant des sirènes.
Lena n’avait vraiment pas l’intention d’épargner le moindre détail croustillant à Aurore concernant la petite affaire qu’elles avaient en commun maintenant, parce qu’elle trouvait ça vraiment très amusant. Que ça pimentait un peu son existence. Parce que mine de rien, la jeune femme faisait quand même un peu toujours la même chose, ses journées se suivaient et se ressemblaient. Ça amusait donc grandement Lena de faire cela, quand bien même elle devrait sans doute culpabiliser un peu de manipuler ainsi une autre personne. Mais non, ça n’était pas dans sa nature de culpabiliser. Une sirène utilisant ses pouvoirs n’avait aucune raison de le faire en même temps, c’était leur nature après tout. Elles avaient la possibilité de manipuler les sentiments d’autrui, c’était donc normal qu’elles le fassent. Les autres n’appréciaient sans doute pas, mais tant pis. Lena ne se posait pas de question de toute façon, elle faisait ce qu’elle pouvait faire tout simplement. Même si c’était mal, même si on pouvait lui en vouloir. Elle manipulait les autres, mais en soit elle ne faisait pas non plus énormément de mal, pas énormément de mal. Elle ne demandait pas à un homme de tuer un autre homme pour elle par exemple, elle n’était pas à ce point cruelle. Elle prenait du bon temps et elle donnait du bon temps au passage. Les hommes – et femme – qui passaient dans son lit (pour ne pas dire entre ses cuisses) n’avaient vraiment aucune raison de se plaindre, généralement ils prenaient vraiment leurs pieds.

« Manipuler constamment ton médecin ne te donne pas suffisamment de chalenge ? »
Demanda-t-elle en plaisantant, même si elle était sérieuse quand même. Cela lui demandait des efforts quand même de maintenir quelqu’un sous son pouvoir constamment, même si ce n’était sans doute pas vraiment compliqué en soit. Après tout, leur pouvoir était si naturel qu’elles n’avaient pas besoin d’effort pour le mettre en œuvre. « Finalement, si tu trouves ça trop facile, ce Jamie a l’avantage de te rajouter un peu de difficulté. »

Même si évidemment, le but n’était pas de perdre son avantage non plus, cela ne servait à rien si ça posait des soucis, si ça empêchait d’obtenir ce qu’on cherchait, ça n’avait aucun intérêt évidemment. Et Aurore n’avait aucun intérêt à ne plus avoir son médecin dans sa coupe, que ce Jamie lui cause trop de soucis au point qu’elle perde son avantage. Ce n’était pas pour rien que Lena acceptait de l’aider – même si elle trouvait ça surtout très amusant – parce qu’elle savait que ça allait lui enlever une sacrée épine du pied. Elle ne ferait pas ce genre de chose pour n’importe qui non plus.

« Mais je suis sûre que tu parviendrais à merveille à pimenter un peu les choses. »

Quand on voulait quelque chose, on devait juste faire en sorte de les obtenir. Or, Lena savait parfaitement qu’Aurore savait comment le faire, elle était le genre de femme qui ne laissait clairement pas le destin décider pour elle. Ce qu’elle adorait vraiment chez elle.
Code by Gwenn

_________________
Les belles actions sont un peu comme les sirènes: il ne faut voir ni les fins des unes ni les queues des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 104

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   Jeu 1 Juin - 15:16






Lena & Aurore

“ Le chant des sirènes ”
J'
affiche un sourire amusé quand Lena me demande si séduire mon médecin ne me demande pas assez de challenge comme ça. Du challenge, il y en a. L'acte de séduire est très simple, le souci, c'est de garder le contrôle sur l'autre même quand on n'est plus dans son champ de vision. Dans le cas de Kyle, ce ne serait pas un si grand problème si son entourage ne cherchait pas à l'influencer et à le détourner de moi. Même si mon avis reste normalement plus fort à ses yeux que les ragots, ça m'exhorte à plus de concentration et de patience, mais malgré ça, je l'avoue, oui, je trouve quand même que toute cette histoire n'est pas assez... épicée. Je ne suis pas née pour être la femme d'un seul homme (et d'ailleurs, depuis que Kyle et moi sommes officiellement en couple, je l'ai trompé plus d'une fois), et m'assumer en tant que tel est un exercice assez épuisant.

Parler à Lena, ça me fait du bien. C'est une véritable bouffée d'air frais, pour moi. On se ressemble tellement, tous les deux. Elle n'a pas tort, effectivement. Au moins, Jamie rajoute quelques difficultés à l'ensemble, mais ce n'est pas le genre de piment que je veux, en fait. Parfois, je suis tentée de séduire le meilleur ami en même temps, histoire de vraiment compliquer l'affaire, mais il y a Ophélie et son fichu faible pour Jamie, alors tant pis, je trouverais un compromis, j'en ai toujours trouvé un. Et puis, j'ai quand même beaucoup d'avantages à ma situation. Je n'ai jamais été aussi peinarde et gâtée que dernièrement.

-Je je pense aussi,
je réponds, sûre de moi. Et effectivement, je pense que j'arriverais à trouver du piment à tout ça, il faut juste que je trouve la meilleure manière de faire, et c'est ce qui me manque vraiment pour l'instant. J'ai de l'imagination, j'en ai, je le jure. Mais dernièrement, je manque quand même d'inspiration, il ne faudrait pas non plus que je m'encroûte dans cette vie de femme prétendument "accomplie". Il faut juste que je trouve comment, j'ajoute comme si c'était un très léger détail. En attendant, je crois que je vais me contenter de me détendre un peu et faire un petit tour dans l'eau, ça te dit de m'accompagner ?

J'aime bien passer du temps en compagnie de Lena, je crois que personne ne me comprends mieux qu'elle, n'a ainsi le même état d'esprit que moi.


(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr


_________________
Aurore Bromwell

« Il vous faudra d'abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent... Passe sans t'arrêter ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le chant des sirènes (Aurore)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le chant des sirènes (Aurore)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Île des Sirènes~ Le chant des Sirènes
» Evénement #27 : Le Chant des Sirènes
» La métaphore
» Le chant des sirènes [Mission Altiel & Amy]
» Des effets du chant des sirènes - Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Ruelles-