Partagez | 
 

 Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 641

Message#Sujet: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Sam 12 Mar - 13:18

Andrew & Aaron
Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Comment ça il voulait partir de la maison ? Comment ça il avait l’intention de vivre ailleurs ? Depuis quand Andrew avait besoin d’indépendance ? Aaron ne parvenait vraiment pas à comprendre la décision de son aîné et encore moins à l’accepter. La conversation avait été houleuse dans la famille, mais le jeune homme avait quand même fini par quitter la maison qu’ils partageaient depuis toujours et dans laquelle ils devaient vivre toute leur vie normalement. Jamais Aaron n’avait envisagé de vivre ailleurs et pourtant, il était quand même le moins sociable de la famille. Il était le premier à avoir besoin de respirer et s’isoler, mais ce n’était pas pour autant que l’idée de quitter entièrement la maison lui avait traversé l’esprit. Non mais vraiment, ce n’était pas possible ! S’il y avait bien l’un des Hellsing qui ne pouvait pas prendre ce genre de décision, c’était Andrew. Aaron ne parvenait vraiment pas à le comprendre, encore moins à l’accepter et c’était pire depuis que son aîné avait définitivement quitté la maison. Evidemment, il avait promis qu’il viendrait souvent les voir, qu’il ne renonçait pas à la chasse mais ce n’était pas suffisant. Déjà que le cadet des Hellsing n’était jamais de très bonne humeur – sauf quand il était avec Eponine, elle était vraiment la seule à le détendre – c’était vraiment pire depuis le départ d’Andrew. Il ne parvenait pas du tout à digérer la nouvelle et ce fut pour cette raison qu’il décida d’en savoir plus. Evidemment, Aaron ne se doutait pas de l’erreur qu’il était en train de commettre (parce qu’autant ne rien s’avoir du tout) alors qu’il suivait son aîné le plus discrètement possible. Andrew n’était pas né de la dernière pluie, son cadet devait vraiment se montrer prudent pour ne pas se faire remarquer. Mais le jeune homme n’avait pas l’intention de perdre l’occasion d’en savoir plus, de comprendre pourquoi il avait déserté la maison familiale. Aaron ne supportait pas de ne pas comprendre quelque chose, surtout quand c’était ce genre de chose. Depuis un moment, la relation entre les deux frangins s’était grandement amélioré, Aaron n’avait vraiment pas envie de perdre tout ça. Il allait faire quoi à la maison sans son frère ? Il ne parvenait pas à supporter l’une de ses deux cousines et ne parlons même pas du paternel…

A force de prudent et d’observation, Aaron fini par comprendre. Ce fut quand il vit Andrew avec l’une de ces créatures, devant cette maison qui ne payait vraiment pas de mine ? Vivaient-ils vraiment ensemble ? C’était apparemment le cas et ils semblaient… vraiment proches. Le départ d’Andrew avait déjà été une épreuve, mais Aaron avait le sentiment que son frère venait de lui planter un poignard dans le cœur en cet instant précis. Il attendit que la créature s’en aille (à quoi bon chercher à se souvenir de son prénom, ce n’était qu’un de ces monstres tout simplement) avant d’aborder Andrew. Il aurait pu chercher à faire du mal à la jeune femme d’abord, mais il devait parler avec son aîné. Avant de s’occuper de la créature, bien sûr.

« C’est pour ça que tu as quitté la maison ? » Demanda-t-il d’une voix dure, dans le dos de son aîné. « Pour te taper une créature ? »
Code by Gwenn

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 841

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Sam 12 Mar - 14:27


Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi tel qu'un frère
A

u fond, Andrew savait que emménager avec Penny, avec la femme qu'il aimait, une créature qui, en plus, était enceinte de lui, c'était amorcer clairement un compte à rebours qui devrait inexorablement le mener à une rupture totale avec le reste de sa famille. Quitter le nid familial avait dors et déjà était compliqué, mais ce n'était rien en comparaison de ce qui l'attendait, et il allait s'en rendre compte plus tôt qu'il ne l'aurait imaginé. Cela faisait quelque jours qu'il était installé avec Penny, et il pensait avoir respecté toutes les règles de prudence qu'il s'était imposées à lui-même afin d'éviter d'être repéré, et surtout de ne pas mettre en danger la vie de Penny et de leur futur enfant. Malheureusement, toutes ses précautions semblaient ne pas avoir suffi, car il n'avait pas vu Aaron le guetter dans l'ombre, et quand il s'apprêtait à rentrer chez lui, quand il entendit la voix de son cadet dans son dos, il sentit son cœur se serrer et un frisson lui envahir l'échine. Il aurait pu se justifier, d'une manière ou d'une autre, si Aaron s'était contenté de le voir avec Penny dans cet endroit, sans rien de plus équivoque, mais il était évident qu'il savait. Andrew le comprit au ton de sa voix, et ne put qu'en être certain quand il se retourna pour découvrir le regard de son frère. Il pensait y découvrir de la colère, mais de la déception, aussi, et l'idée d'inspirer l'une et l'autre de ces émotions à Aaron lui faisait mal, vraiment. Andrew aurait voulu ne pas être pris au dépourvu, il aurait voulu apprendre de lui-même la vérité à son frère sans qu'il ne la découvre dans de telles circonstances, mais cela avait été bien naïf de sa part. Il allait devoir assumer ses choix, à présent, et il devinait qu'Aaron ne les comprendrait pas, comme lui-même avait mis une véritable éternité avant que de comprendre lui-même ce qui lui arrivait (ce qui ne l'empêchait pas d'ailleurs de rester parfaitement intolérant envers toute créature qui ne soit pas Penny).

-Je ne me "tape" pas Penny.
répliqua-t-il, insistant sur le prénom de la jeune femme. En vérité, s'il ne s'était agi que d'une histoire de sexe et non d'une affaire de cœur, tout aurait été beaucoup plus simple. Mais la vie en avait décidé différemment. Et il en était heureux. Même si pour rien au monde il n'avait voulu faire honte à sa famille, et encore moins sentir le lien qui l'unissait à son frère se briser... Ils avaient mis si longtemps à le consolider ! C'est sérieux, elle et moi. En même temps, ils avaient pris une maison ensemble, difficile de faire plus sérieux ! (si, avec un bébé en route, mais c'était peut-être un détail qu'il allait garder pour lui, là, maintenant, tout de suite, quand même). Je ne voulais pas que tu l'apprennes comme ça...

Ni le reste de sa famille, qui serait rapidement au courant après ça. Penny serait dans le colimateur de tous les Hellsing. Peut-être allait-il déjà devoir envisager de déménager ailleurs.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 641

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Sam 12 Mar - 21:27

Andrew & Aaron
Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Il ne se tapait pas Penny ? Penny ? Cette façon qu’Andrew avait de prononcé le prénom de cette créature donnait des nausées à Aaron. Comment pouvait-il en parlait si… normalement. Il affirmait que c’était sérieux, qu’il ne voulait pas qu’il l’apprenne comme ça. Comment alors ? Le regard du jeune homme ne quittait pas celui de son aîné depuis qu’il s’était retourné, dans le but de lire quelque chose pour le sauver à l’intérieur. Il voulait voir un regard vide, des paroles mécaniques, des gestes étranges, quelque chose pour lui prouver qu’il était sous envoutement. Cette fille n’était pas une sirène non, c’était une fée (et il ne savait pas qu’elle était LA fée qui avait sauvé la vie de sa petite amie), mais elle avait peut-être utilisé quand même un stratagème pour envouter son frère. Andrew ne serait jamais tombé amoureux d’une des leurs, il n’aurait jamais mis de côté son devoir familial pour une créature. S’il s’était contenté de coucher avec… passe encore, Penny semblait être une belle femme, même si Aaron comprenait pas que des hommes puissent s’abaisser à ce point à des besoins bestiaux (peut-être qu’il disait ça surtout parce qu’il n’avait aucune expérience dans ce domaine). Mais non, il affirmait que c’était sérieux et qu’il ne voulait pas qu’il l’apprenne comme ça. Avait-il eu l’intention de lui en parler autrement ? Il ne l’avait pas fait en tout cas, avant de décidé de fuir la maison familiale pour vivre dans cet endroit avec cette… créature. Il semblait sincère et le visage d’Aaron se déforma dans une grimace de colère, il devait être sincère. Il n’y avait pas d’envoutement, ce n’était pas possible. Il était faible.

« Penny… » Le prénom de la créature sortit comme le poison craché par un serpent. Il était évident qu’il allait bien noter dans son esprit le prénom de cette fille. « C’est une créature ! »

Aaron appuya bien sur le mot « créature ». Andrew n’avait pas essayé de se justifier, il n’avait pas semblé surpris qu’il utilise ce mot en premier lieu. Alors il savait et s’il n’était pas envouté – le cadet des Hellsing ne pouvait pas s’empêcher de vouloir laisser une dernière chance à son aîné quand même – c’était qu’il l’acceptait. C’était un constat vraiment douloureux pour le jeune homme, qui avait cru qu’Andrew était l’exemple parfait des Hellsing. Celui sur qui il devait se calquer pour être meilleur… le seul à qui il tenait vraiment. Son frère, son unique frère, n’était qu’un traitre. Aaron attrapa l’arme qu’il portait à sa ceinture pour la pointer sur le jeune homme, celui qu’il ne pouvait plus considérer comme un frère. Andrew n’était qu’une preuve de plus de ce qu’Aaron pensait depuis toujours, ça ne servait à rien de s’attacher aux autres.

« Donnes moi une seule bonne raison de ne pas tirer. »

Une bonne raison qui l’empêcherait de faire son devoir. Andrew était un traitre, il ne méritait pas d’autre châtiment et sa créature méritait bien pire encore.
Code by Gwenn
[/quote]

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 841

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Sam 12 Mar - 22:03


Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi tel qu'un frère
I

l y avait tant de colère dans la voix d'Aaron. Et en même temps, comment lui reprocher d'être à ce point véhément ? Il comprenait parfaitement sa colère. Il avait trahi tout ce pour quoi sa famille s'était toujours battue. Et ce n'était pas faute d'avoir lutté, pourtant. Il avait vraiment tenté de résister aux sentiments que lui inspirait la jeune femme. Mais c'était plus fort que lui. S'il était une chose contre laquelle il était vain de lutter, c'était bien l'amour, Andrew l'avait appris à ses dépends. Aaron avait eu de la chance de s'enticher d'une humaine... à choisir, il est certain que le jeune homme aurait préféré que Penny n'ait pas de pouvoirs, mais c'était ainsi. Est-ce que cela avait entièrement modifié son opinion sur les créatures ? Non. Mais une seule exception suffisait. Non, il ne pouvait pas en vouloir à Aaron. Si les situations avaient été inversées, il en aurait eu le cœur brisé, l'horrible sensation d'avoir été ignoblement trahi... Il s'en voulait d'infliger cela à son frère. Il tenait plus à lui qu'il n'avait sans doute jamais su le montrer. Et il était en train de le perdre. Alors même qu'ils commençaient seulement à réussir à se rapprocher, tous les deux. Andrew regarda Aaron, incapable de savoir quoi dire pour l'apaiser, pour lui permettre de comprendre. Le jeune homme n'était plus que colère, et celle-ci se manifesta on ne peut mieux quand Aaron braqua son arme sur lui. Il le savait, il était capable de tirer. Et sa première pensée ne fut pas tant pour lui-même que pour Aaron, à qui il faisait tant de mal, et à Penny, à leur enfant à naître, s'il ne pouvait pas même être en mesure de les protéger comme il le souhaiterait. La raison la plus évidente qu'Andrew aurait voulu donner à Aaron était simple : "Je suis ton frère". Mais il est certain qu'elle ne suffirait pas.

-Je n'ai pas changé, Aaron. Je n'ai pas menti quand j'ai dis que je continuerais comme avant. Je suis un chasseur, je suis toujours un chasseur.
En dépit du bon sens, parce qu'il était incapable de renier son éducation, il n'en serait sans doute pas même capable si sa famille finissait par le renier lui. Ce qui semblait bien parti, manifestement. Je l'ai pas choisi, tu sais. Est-ce que tu as décidé d'aimer Éponine, toi ?

Il parlait de la petite amie du jeune homme à dessein, dans l'espoir que cela le fasse réagir, dans l'espoir d'appuyer sur une corde sensible pour que ce ne soit pas sur la gâchette de son arme que le jeune homme appuie.

-S'il te plaît, Aaron...


Il ne pouvait pas lui demander de le comprendre complètement, c'était certainement impossible, mais il pouvait tout de même essayer, non ? Il devait douter qu'il n'avait pas pris cette décision du jour au lendemain.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 641

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Sam 19 Mar - 15:37

Andrew & Aaron
Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Aaron n’arrivait pas à croire qu’il se trouvait vraiment dans cette situation, son arme braquée que Andrew parce qu’il fricotait avec une créature. Fricoter n’était pas vraiment le terme, mais le jeune homme avait dû mal à se faire à l’idée que son aîné avait une relation sérieuse avec l’une d’entre eux. Comment est-ce que c’était possible qu’il change à ce point ? Evidemment, le jeune homme ne se doutait pas qu’Andrew n’avait pas tant changé que cela, qu’il avait toujours la même vision sur les créatures. Qu’il s’était contenté de faire une seule exception, mais dans tous les cas c’était une exception de trop. Aaron ne pouvait pas concevoir que son aîné avait une réelle relation avec une créature, dans tous les cas il devait agir. Il n’y avait pas tente six solutions à cette situation, il n’y avait pas d’autre moyen. Il était évident qu’un Hellsing ne pouvait pas se permettre de tomber aussi bas que cela, qu’ils ne pouvaient pas fréquenter de cette manière les créatures. Ceux qui en étaient trop proches, ceux qui se mettaient à travers leur chemin, devaient connaître le même sort… la mort. Cette Penny devait mourir et il y avait de forte chance pour qu’Andrew ne l’accepte pas. Alors… Aaron devait le tuer.

Sauf que le jeune homme n’avait aucune envie de devoir le faire. C’était bien la première fois qu’il se retrouvait confronté à une telle situation. Son frère était la personne qui l’importait le plus après Eponine. Le jeune chasseur se sentait bien mieux depuis que leur relation était plus agréable, depuis qu’ils arrivent plus ou moins à s’entendre. Ils n’étaient pas toujours sur la même longueur d’onde, mais ils s’entendaient quand même bien mieux et ce n’était vraiment pas évident venant d’Aaron. Le jeune homme n’avait donc aucune envie de perdre tout cela, il n’avait pas envie de s’en prendre à Andrew. Mais que pouvait-il faire de toute façon ? Il espérait, vraiment, que son aîné puisse trouver une bonne raison pour qu’il ne se retrouve pas obligé à appuyer sur la détente. L’homme ne manqua pas de lui préciser qu’il était toujours le même et qu’il était quand même un chasseur. Aaron peinait à croire qu’un homme fréquentant une créature pouvait ainsi en tuer d’autre. Que dirait cette Penny ? Le savait-elle ? Il ne put se questionner plus longuement puisque Andrew mentionna Eponine.

« Ne parles pas d’elle ! »

Lui ordonna-t-il, les dents serrées. Aaron savait parfaitement pourquoi son aîné parlait de sa petite-amie et il n’aimait pas ça du tout. Parce qu’il n’avait certes pas choisi de tomber amoureux d’Eponine, mais elle n’était pas une créature. Elle n’en était pas une… pas encore. Qu’est-ce qu’il aurait fait si Eponine avait été l’une de ces créatures ? Si elle finissait par en devenir une comme elle en avait envie ? Il ne pouvait pas l’accepter, du moins il le pensait. Mais il savait aussi qu’à côté de cela, il ne pouvait pas vivre sans la jeune femme. Aaron ne quitta pas du regard son aîné et finalement, il baissa son arme. Il s’approcha vivement de lui cependant, pour lui mettre son poing dans la figure (frustration oblige).

« Tu fais vraiment chier ! »
Code by Gwenn

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 841

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Sam 19 Mar - 16:07


Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi tel qu'un frère
A

ndrew savait qu'il était sans doute déloyal d'évoquer ainsi Éponine pour s'attirer la clémence et la compréhension de son frère (et il se doutait que cela n'y suffirait pas, par ailleurs), mais il n'avait su quel autre argument utiliser pour lui permettre de comprendre. Il était convaincu de l'honnêteté des sentiments de son frère pour sa petite amie, pour qu'il daigne ne serait-ce que la lui présenter, cela ne faisait pas l'ombre d'un doute. Et si ses sentiments étaient vraiment ce qu'ils étaient, le jeune homme ne pouvait pas croire que sa nature l'empêcherait véritablement de se détourner d'elle. Et du droit chemin. Ou bien ne disait-il cela que pour s'en convaincre lui-même... Oui, c'était déloyal, mais il semblait tout de même que l'argument avait fait mouche, car Aaron avait finalement baissé son arme. Andrew n'esquissa pas le moindre geste, faisant encore preuve d'autant de prudence que possible. Cette prudence n'empêcha pas, d'ailleurs, le poing de son cadet de lui atterrir en plein visage. Andrew n'avait rien fait pour l'empêcher. Ce coup était plus que mérité. Il vacilla légèrement sous l'impact, se frotta doucement le visage. C'est que l'intellectuel de la famille savait quand même jouer des poings, quand il le voulait. Il lui aurait cassé le nez qu'Andrew ne serait pas vraiment surpris. D'autant moins surpris que du sang commençait à s'écouler lentement de ses narines. Il n s'en alarma pas. Ni ne rendit coup pour coup. Il l'avait sans doute mérité : pour avoir menti, pour avoir déshonoré sa famille, pour avoir détruit toutes leurs valeurs. Oui, un coup de poing, au fond, ce n'était rien.

-Je sais.
répondit-il, après avoir songé un temps à demander pardon à son frère. Mais non, il ne voulait pas s'excuser. Il ne voulait pas s'excuser de sa faiblesse. Il n'attendait pas le pardon de sa famille parce qu'il ne changerait rien à ce qu'il avait fait de si impardonnable... Il ne renoncerait pas à Penny ou à leur enfant à naître, il ne nierait pas l'importance de leur histoire. Il s'était préparé à perdre l'estime et l'affection de sa famille. Manifestement, le moment était venu. Plus tôt que prévu. Mais finalement, mieux valait maintenant que plus tard, quand bien même il devrait songer à un autre moyen de protéger Penny. Ça, il faisait chier, il en était conscient. Mais si tout était à refaire, il agirait de nouveau de la même manière, quand bien même il détestait l'idée de faire tant de mal à son frère. Qu'est-ce que tu comptes faire ?

Visiblement, Aaron avait renoncé à l'idée de le tuer, mais il doutait fort qu'il réserve la même clémence à Penny... et bien sûr, sa question concernait le reste de leur famille. Allait-il leur dire ? Tout leur dire ? Ce serait normal, ce serait logique. Mais s'ils devaient vraiment l'apprendre, Andrew préférait peut-être encore le leur apprendre de lui-même, quand bien même lire la déception dans les yeux de son père serait peut-être encore pire que de lire celle qu'il découvrait dans les prunelles de son frère.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 641

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Sam 9 Avr - 19:30

Andrew & Aaron
Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Aaron ne regrettait pas d’avoir lancé son poing dans le visage de son frère, parce que ça lui faisait un bien fou. Tant pis qu’il soit blessé, qu’il commence à saigner du nez, c’était bien fait pour lui. Parce qu’il avait quand merdé un max pour le coup. Aaron ne pouvait pas tirer sur son aîné, il en était parfaitement incapable. Même s’il jouait souvent les vilains petits canards dans la famille, il n’empêchait pas qu’il aimait cette famille et plus précisément son grand frère. Sa relation avec Andrew était de mieux en mieux depuis quelque temps, mais Aaron se rendait compte qu’il s’était complètement trompé sur son aîné. Sauf qu’il était bien incapable de lui faire quoi que ce soit. Il avait trahi les valeurs de la famille, il ne méritait vraiment aucune clémence. Mais si quelqu’un devait lui faire quelque chose, il laisserait leur père le faire (quoi qu’il n’aimait pas l’idée que le paternel lui fasse quoi que ce soit non plus). En attendant, cela fit un bien fou à Aaron de planter son poing dans le visage de son frère et de lui dire clairement qu’il le faisait chier. Andrew ne répliqua pas, il ne chercha même pas à se défendre physiquement ou verbalement. Il se contenta simplement de dire qu’il savait. Le jeune homme aurait bien aimé qu’il s’excuse, mais il savait qu’il n’allait pas le faire. Parce que quoi qu’il en soit, Andrew aimait cette créature.

Qu’est-ce qu’il allait faire donc ? C’était une bonne question. Aaron savait ce qu’il avait envie de faire en tout cas. Même s’il ne pouvait pas s’en prendre à son frère, il pouvait le faire avec sa créature de petite copine – il ne se rabaisserait pas à penser à son nom, elle n’était qu’une créature – ce qui était déjà une bonne chose. Cette femme n’avait pas de raison de vivre et encore moins puisqu’elle avait volé le cœur d’un Hellsing. Même si ça devait détruire son aîné, même s’il devait se battre avec lui pour cela, Aaron avait l’intention de la tuer oui. Mais le jeune homme savait parfaitement qu’Andrew connaissait sa position sur ce détail et qu’il se demandait aussi ce qu’il allait faire concernant leur famille.

« Normalement, je dois leur en parler. » Aaron devait le faire oui, normalement. Il ne pouvait pas feindre ignorer cette information, parce que ce n’était pas rien. Il ne pouvait pas couvrir les actes de son aîné, même s’il avait envie de s’occuper de sa copine lui-même. Leur père devait savoir ce qui arrivait. « Mais je vais te laisser le temps de leur parler toi. Si tu le ne le fais pas, je le ferais. » Aaron marqua une pause, serrant ses dents avant de reprendre. « Tu peux encore arranger les choses. Quitte la et rendre à la maison ! »

Quelque chose disait à Aaron qu’il pouvait dire ce qu’il voulait, son frère ne quitterait pas la créature. Mais il tentait quand même sa chance. Il ne voulait pas le perdre, pas après avoir eu le sentiment que leur relation avait un sens.
Code by Gwenn

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 841

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Sam 9 Avr - 20:17


Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi tel qu'un frère
A

ndrew était suspendu aux propos de son frère. L'air de rien, et même s'il ne semblait plus décidé à le tuer dans l'immédiat (ce qui était déjà un progrès en soi), il avait droit de vie et de mort sur lui, et son destin dépendait entièrement des décisions qu'il choisirait de prendre ou non. Le chasseur (si tant est qu'on daigne encore le considérer comme tel) se sentit soulagé d'entendre son frère affirmer qu'il n'en parlerait pas au reste de la famille. Bien sûr, le secret était à présent fragile, ce n'était plus qu'une question de jours avant que la vérité n'éclate, et que les conséquences de cette discussions ne voient le jour. Mais si son père devait savoir la vérité, oui, Andrew préférait être celui qui la lui apprendrait... même s'il ne comprendrait pas... Peut-être que lui aussi pointerait une arme sur lui, et peut-être que lui, n'hésiterait pas. En tous cas, cela lui laissait un minimum de délai. De délai pour trouver un moyen plus sûr de protéger Penny. Il avait été convaincu que cette maison était la planque idéale, mais il n'avait pas été assez prudent. Si tout devait finir par se savoir, il devait à tout prix trouver un moyen sûr de protéger celle qu'elle aimait des foudres de son frères ainsi que de celles du reste de sa famille. S'il ne le faisait pas, Aaron le ferait. Le temps lui était compté. Andrew avait naïvement pensé qu'il en aurait plus que cela, mais ce n'était sans doute pas une mauvaise chose. Le jeune homme aurait sans cesse retardé l'échéance sans un déclic de ce genre. À présent, il n'avait tout bonnement plus le choix... Ce n'était pas le bon moment, mais il n'y avait pas de bon moment... De bon moment pour regarder toute estime et toute affection s'évanouir du regard de son frère. Ils avaient à peine commencé à trouver un semblant de complicité.

-Merci.
lui répondit-il simplement quand il affirma qu'il lui laisserait le temps de parler à leur père du moment qu'il ne tardait pas trop. Mais je ne le ferai pas.

Bien sûr, qu'il tenait à son frère et à sa famille, mais il ne renoncerait pas à la femme qu'il aimait, il ne l'abandonnerait pas. Son choix avait été fait dès l'instant où il avait accepté ses sentiments pour elle alors même qu'il avait cru pouvoir lutter contre. Oui, il aimait sa famille, ils avaient été au centre de son univers personnel pendant une éternité. Mais ça ne pouvait plus durer. À quoi bon partir s'il devait à présent renoncer à celle qui comptait le plus pour lui ? Il préférait rester, et perdre ceux qui comptaient le plus après elle. Si il devait véritablement perdre son frère, Andrew en aurait le cœur brisé, mais c'était tout de même Penny, qu'il choisissait.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 641

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Dim 17 Avr - 10:35

Andrew & Aaron
Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Aaron laissait le temps à Andrew de parler à leur père oui, parce qu’il avait envie de croire encore un peu à la bonne foi de son aîné. Mais s’il tardait trop, il était évident que le jeune homme serait dans l’obligation de tout avouer à William, même si ce n’était pas vraiment quelque chose qui l’enchanté. Des deux frères, c’était Andrew qui avait le plus l’estime de leur père. S’il devait y avoir un imbécile, c’était Aaron. Andrew était digne de la famille de chasseur et Aaron n’avait pas vraiment envie de tout gâcher de la vision du paternel en lui apprenant qu’il n’était finalement pas digne. Il avait peur que le patriarche se méprendre un peu sur ses attentions et honnêtement… Aaron avait envie de croire qu’il n’avait pas complètement perdu son frère. Le jeune homme n’en revenait pas que cette situation ait tourné de la sorte, qu’ils se retrouvent ainsi. Alors qu’ils avaient commencé à être si proches, alors qu’Aaron avait mis de l’eau dans son vin pour être plus agréable. Il s’était confié à Andrew, il lui avait parlé d’Eponine – même si au final, sans en parler à William, l’homme était au courant quand même – il la lui avait présenté aussi. Aaron avait fait confiance à son aîné et l’homme ne manquait pas de réduire tout cela à néant pour une créature. Parce qu’alors qu’il lui laissait le choix de la quitter et d’oublier ce qui venait de se passer, il n’en faisait rien du tout. Il ne quitterait pas cette créature…

Cela aurait pourtant arrangé la situation – du moins, du point de vue d’Aaron – s’il avait décidé de l’abandonner. Le jeune homme se sentait prêt à garder secret l’écart de son aîné, à ne jamais mentionner cette petite passade désastreuse. Mais au final, le jeune homme s’était douté de la réponse de son frère, parce qu’il lui avait dit plus tôt que c’était sérieux avec la jeune femme. Andrew n’était pas du genre à faire les choses à la légère. Il avait eu quelques histoires par-ci, par-là, mais rien de vraiment sérieux. Pour qu’il décide d’abandonner sa famille pour une fille, de vivre caché dans une maison isolée, c’était bel et bien que quelque chose d’important tournait autour de cette histoire. Et donc, c’était la preuve qu’Aaron avait bien perdu son frère.

« Tu n’en auras peut-être pas le choix… »

Si Andrew ne décidait pas de quitter sa créature pour rentrer à la maison et reprendre une vie digne d’un chasseur, il fallait sans doute l’y aider. Quand William allait apprendre la vérité, ce qui était censé arriver à un moment donné donc, il n’allait pas se contenter de la demi-mesure. Si par chance il décidait d’épargner son fils, il n’aurait aucune pitié pour la créature. Et de son côté, Aaron n’avait aucune envie d’en avoir pour la jeune femme non plus. Si pour retrouver son aîné, il devait tuer la femme qu’il aimait, alors il le ferait. Et s’il le perdait plus encore à cet instant, tant pis, elle ne méritait de toute façon pas de fouler Notre Terre.
Code by Gwenn

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 841

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Dim 17 Avr - 10:59


Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi tel qu'un frère
P

as le choix... Oui, c'est certain, sa famille n'allait pas vouloir lui en laisser le moindre si elle finissait pas être au courant. Qu'il soit accusé d'avoir déshonnoré son nom et perde à jamais l'estime de sa famille semblait aller de soi en la circonstances, cela arriverait forcément, et sans qu'il puisse rien y faire, mais ce n'était pas le pire qui pourrait arriver. Il le savait, Penny (et par la même leur enfant à naître), serait dans la ligne de mire des chasseurs, et à lui seul, il n'était pas certain d'être capable de protéger la femme qu'il aimait, sa famille en devenir, de tous le reste de sa famille. En fait non, il était certain de ne pas en être capable. Pourquoi avait-il fallu qu'il soit découvert ! Il n'en revenait pas d'avoir été à ce point imprudent. Il regrettait profondément de ne pas avoir fait plus attention. Subir la colère et / ou le mépris de sa famille, Andrew pouvait le supporter, ce serait une épreuve désagréable et douloureuse, certes, mais au final, indispensable. Même si cette discussion avec son frère lui en donnait le pire avant-goût possible (même si, au final, ce n'était pas tant l'opinion de son père que celle de son frère qu'il avait le plus redouté, parce qu'il tenait sincèrement à lui, parce que leur relation était parvenue à évoluer de manière encourageante... Tout ça pour ça..., alors, le pire était peut-être passé... mouais. Tu parles). Il devait assumer ses responsabilités. Et sa responsabilité, maintenant, c'était Penny, c'est tout. Même s'il voulait encore se sentir responsable d'Aaron, même s'il éprouverait toujours le besoin de le protéger. Protection dont il ne voudrait manifestement plus, à ce stade.

-On a toujours le choix.
répliqua-t-il simplement.

Ce n'était pas le genre de sentence qu'il aurait sorti il n'y a pas si longtemps, à vrai dire, mais à présent, il le pensait bel et bien. Il n'avait peut-être pas fait le choix de tomber amoureux, c'est vrai, mais il avait fait le choix de privilégier Penny plutôt que sa famille, il avait fait le choix d'accepter de fonder une famille avec elle en apprenant qu'elle était enceinte. Et il faisait, à présent, le choix de tourner le dois à sa famille pour elle, pour eux. Ce n'était pas une décision simple, dans des moments comme celui-là moins encore, mais c'était ses décisions. Et il ne laisserait pas son frère, son père, ou n'importe quel autre Hellsing décider à sa place de son existence... Ou de celle de Penny, d'ailleurs.

-Je ne vous laisserai pas lui faire quoi que ce soit.


Entre eux et Penny, il avait décidé. La décision n'avait pas été simple, et d'ailleurs, ils l'avaient emporté, dans un premier temps, mais il choisissait de privilégier l'amour sincère d'une créature plutôt que celui d'une famille prête à vous abattre pour non-respect de ses codes, des codes dans lesquels il avait cru (et croyait encore) dur comme fer.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 641

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Mar 17 Mai - 22:23

Andrew & Aaron
Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
Aaron considérait qu’Andrew n’aurait pas le choix non. Parce que s’il ne quittait pas sa créature, les Hellsing allaient faire en sorte de faire le choix à sa place. Ce n’était pas une possibilité, un Hellsing ne pouvait pas avoir une relation avec une créature, ce n’était pas concevable. Depuis le début de l’histoire de la famille de chasseur, ça n’était pas arrivé. Et il fallait que ça soit son aîné qui décide d’être l’exception à la règle. Il avait fallu que ça soit lui qui devienne une honte. Quand William Hellsing allait être au courant – parce que même si Aaron acceptait de ne pas lui en parler de suite, il allait forcément être au courant à un moment donné – il allait prendre la décision pour son fils. Il n’allait pas pouvoir vivre avec sa créature, c’était impossible. Alors Andrew pouvait dire ce qu’il voulait, il n’avait pas le choix non. Aaron n’aimait pas la manière dont son frère lui répondait, la façon dont il lui disait qu’il n’allait pas laisser sa famille faire quoi que ce soit à sa créature de petite-amie. Le regard que le jeune homme adressait à son frère était dur, parce qu’il ne supportait vraiment pas cette situation. C’était dur, c’était vraiment dur de se rendre compte qu’Andrew était loin d’être un chasseur digne de ce nom. Pendant si longtemps il l’avait jalousé, parce qu’il rêvait d’être comme lui, d’être aussi fort que lui, d’être aussi droit que lui. Et tout cela n’était qu’une illusion au final, il n’avait rien à voir de l’image qu’il avait de son frère.

« Tu disais que tu n’avais pas eu le choix. Mais tu as choisi de nous abandonner pour elle ! »

Nous abandonner ou plus précisément, abandonner son cadet. Aaron était blessé personnellement, parce qu’il se rendait compte qu’il était en train de perdre son frère, que ce dernier avait décidé de le laisser de côté pour rester avec sa créature. Il l’avait choisi elle à sa place et c’était vraiment difficile à digérer. Aaron avait envie de revenir en arrière, qu’Andrew n’ait jamais rencontré cette fée et qu’il ne décide pas de vivre avec elle. Heureusement que pour le moment, il ne savait pas de tous les détails de leur relation et du fait qu’ils allaient fonder une famille puisque la créature était enceinte. Un Hellsing père d’une créature… ou allait le monde ?

« Où est mon frère ? Ce chasseur qui était digne, celui qui ne se posait pas de question et qui était mon modèle ? » Au fond, Aaron n’attendait pas vraiment de réponse de la part de son aîné concernant ces interrogation. C’était juste une manière de dire qu’il avait perdu son frère, le seul membre de sa famille qu’il aimait sincèrement et avec qui il avait décidé de ne plus mettre de barrière. Il avait fait énormément d’effort pour lui et c’était comme ça qu’il le remerciait. « Je prendrais le choix qu’il faut aussi… »

Pour retrouver son frère, il allait s’arranger pour que cette créature quitte sa vie. Et si cela ne lui permettait pas de le retrouver, au moins il aurait eu sa vengeance.
Code by Gwenn

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 841

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Mer 18 Mai - 18:31


Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi tel qu'un frère
A

ndrew savait que son propos pouvait sembler pour le moins contradictoire. D'un côté, il affirmait que l'on avait toujours le choix, de l'autre, il disait n'avoir pas choisi ses sentiments pour Penny. Ces deux affirmations étaient vraies, pourtant, du moins selon lui. Tout pouvait se décider et se contrôler d'une façon des plus pragmatiques, tout sauf les sentiments, et ces sentiments lui étaient tombés dessus de sorte qu'il n'avait pas pu y échapper. Il avait voulu éviter autant que possible d'y penser, il avait voulu croire qu'il parviendrait à haïr Penny, qu'il parviendrait à la tuer, même, mais non, ça n'avait pas été le cas. Malgré tout, il aurait pu choisir d'ignorer la voie de son cœur et écouter sa raison et les préceptes familiaux, se concentrer là-dessus, seulement là-dessus, et tout aurait été réglé. Ça avait été son choix que de tourner le dos à sa famille. Ce qui ne signifiait pas que ce choix n'avait pas été douloureux, bien au contraire. Il l'avait été. Si cela n'avait tenu qu'à lui, il n'aurait renoncé ni à la femme qu'il aimait, ni à sa famille. Il avait le sentiment que, pour satisfaire tout le monde, il faudrait qu'il tranche son cœur en deux... Et il ne le pouvait pas, c'était impossible. Alors il avait donné tout son cœur à Penny, ce même cœur qui l'assaillait de reproches en cet instant tandis qu'elle observait le désarroi total dans lequel se trouvait son frère. Aaron ne reconnaissait plus son frère. Et ça faisait vraiment mal que de l'entendre. D'autant que c'était bien la première fois qu'Aaron avouait à son aîné qu'il avait cette estime pour lui, qu'il le considérait comme un modèle. L'idée de décevoir son père, sa tante ou ses cousines lui serrait les entrailles, c'était une véritable horreur, mais il pouvait le surmonter. Décevoir son frère, par contre, comme il le faisait à ce moment précis, c'était une autre affaire, et il avait bien du mal à le supporter. Andrew savait qu'il ne parviendrait pas à convaincre Aaron quoi qu'il arrive. Tout ce qu'il pouvait espérer, c'est qu'il lui reste un fond d'affection pour lui, suffisamment pour qu'il ne le fasse pas souffrir. Lui non... mais Penny par contre...

-Tu as raison, je ne suis sûrement plus le frère que tu décris.
Il avait beaucoup changé, c'est le moins que l'on puisse dire, et en peu de temps, par l'intermédiaire de la femme qu'il aimait. Mais il voulait croire que c'était un mal pour un bien, même s'il aimerait pouvoir ne rien perdre dans le processus, et encore moins Aaron, auquel il tenait énormément, même s'il devait avoir le sentiment du contraire. Désolé de te décevoir. Et ses excuses étaient réellement sincères. J'espère que tu changeras d'avis.

Il songea à le supplier de ne rien faire à Penny, mais il ne se rabaisserait pas à une chose pareille, d'autant que ce genre d'attitude n'appitoierait sans doute pas Aaron, ça ne ferait que le conforter dans l'idée qu'il faudrait se débarrasser de la "fée" au plus vite.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L’homme qui agit ne souffre pas.
avatar
L’homme qui agit ne souffre pas.
Messages : 641

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   Dim 26 Juin - 0:06

Andrew & Aaron
Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère.
C'était bien la première fois qu'Aaron prenait la peine de se confier de cette manière à son aîné. C'était que le jeune homme avait l'habitude d'être particulièrement pudique sur ses sentiments (ce qui n'avait pas manqué de rendre un peu compliqué les débuts avec Eponine et pas que les débuts). Mais il considérait vraiment Andrew comme un modèle. Dernièrement, leur relation s'était grandement améliorée et le jeune homme avait eu l'espoir de pouvoir avoir une vraie relation avec son frère. Aaron savait bien que le noeud de leurs problèmes d'autrefois c'était lui, parce qu'il était un jaloux. Il en voulait à Andrew de ne pas le soutenir dans le fait de convaincre William Hellsing qu'il était capable de se battre, de chasser les créatures. Mais en réalité, Andrew le soutenait sans qu'il ne le comprenne, sans qu'il ne le voit. Mais il l'avait compris ensuite et c'était pour cette raison que leur relation se passait bien mieux. Aaron avait pris le temps de lui parler d'Eponine, avant de la lui présenter. Il n'avait pas encore présenté la jeune femme à leur père et il n'avait vraiment pas envie que ce moment arrive encore. Il n'était pas prêt, mais il l'avait été avec Andrew. Parce que tout semblait bien plus simple avec Andrew en fait. Jusqu'à présent.

Aaron aurait sans doute dû se confier à son frère avant que la situation entre eux soit si problématique, mais tant pis. Andrew n'était en effet plus l'homme qu'Aaron avait décrit et concrètement, il le décevait vraiment. Le jeune homme aurait pu rétorquer quelque chose quand il s'excusa, pour lui faire ravaler ses paroles, mais il n'en fit rien. Il se contenta simplement de froncer les sourcils, quand Andrew affirma qu'il espérait le voir changer d'avis.

"Je ne changerais pas moi." Affirma-t-il, pensant ses paroles. Il n'avait pas l'intention de changer, la créature qui sortait avec son frère devait mourir. Surtout si cela lui permettait, peut-être de le sauver. Il valait mieux essayer de toute façon. "A partir d'aujourd'hui, mon frère est mort."

Il ne l'était pas concrètement, mais par ces mots, Aaron signifiait qu'il ne considérait plus Andrew comme son frère, qu'il était mort à ses yeux. C'était peut-être un peu radical, mais c'était comme ça. Il ne pouvait pas considérer celui qu'il avait sous ses yeux comme son frère aîné. Et sans rien dire de plus, Aaron lança un dernier regard noir au jeune homme avant de faire volte face et s'éloigner. Il n'avait pas envie de continuer cette conversation, il ne voyait pas vraiment où cela pouvait bien les mener. Ce n'était pas comme s'ils allaient pouvoir changer la situation de discuter, rien ne pourrait enlever le fait qu'Aaron avait le sentiment d'être trahi et que son frère fréquentait une créature.
Code by Gwenn

_________________
Curiosité. Vilain défaut de l'esprit féminin. L'envie de savoir si oui ou non une femme se consume de curiosité est l'une des passions les plus actives et les plus insatiables de l'âme masculine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. (Andrew)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Nul ami tel qu'un frère ; nul ennemi comme un frère. » † Alexandre & Robin
» Un ami c'est comme un frère mais en mieux [pv Liam et Zoella]
» Tu es mon frère, de coeur comme de sang. | Prio : Patte Volcanique.
» [M] Scott Eastwood ⊰ Un grand frère, c'est comme un second papa, non?
» Avan Jogia - Un confident, comme un frère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Habitations :: Chez Andrew et Penny-