Partagez | 
 

 Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 3738

Message#Sujet: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Sam 19 Mar - 11:41

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.


Cela faisait plusieurs jours qu'elle le sentait. Cette fébrilité qui agitait l'air et qui n'était certainement pas la sienne. Perséphone Enjolras la gourde et son cousin frapadingues étaient en train de parvenir à leurs fins. Jane ne savait pas quoi en penser. À la seule idée de perdre pour de bon ses pouvoirs (encore qu'il ne s'agissait pas là de ce qui lui posait le plus de problèmes) et son lien avec Edward (voilà, c'était ça qui lui posait véritablement problème), elle se sentait... perdue. Et d'un autre côté, un peu soulagée. Sa vie ne vaudrait plus rien, c'est vrai, une fois qu'elle se verrait privée de la seule chose qui la rattachait encore à son âme sœur, mais d'un autre côté, elle ne valait déjà plus rien. Cette potion - si elle s'avérait efficace, rendrait les choses plus concrètes, c'est tout. Non, vraiment, elle ne savait pas si elle devait redouter ce moment ou l'attendre avec impatience. Il était évident qu'elle ne pouvait plus vivre ainsi qu'elle le faisait actuellement, terrée dans cette maison supposée consacrer un amour où elle n'avait pas sa place. À attendre... à attendre quoi, d'ailleurs ? Elle n'en avait pas la moindre idée. Une fis cette boisson avalée jusqu'à la dernière goutte, elle pourrait quitter cet endroit. Elle ne serait plus la proie des Hellsing (à leur grande frustration, sans doute). Elle allait disparaître, tout simplement. Ce serait mieux pour tout le monde. Elle ne savait pas encore ce qui l'attendrait, après cela. Elle resterait sans doute auprès de Gwenn, pour lui apporter tout le soutien dont elle aurait besoin. Elle ne comptait pas récupérer sa vie. Ou considérer la moindre éventualité d'avoir une vie. Vivre pour les autres rattraperait peut-être, qui sait, au moins pour un peu, des années d'égoïsme qui la portaient depuis sa naissance.

Oui, ce jour était imminent, et Jane ne mit pas longtemps à comprendre que le moment était venu quand Perséphone l'invita à descendre à l'étage inférieur. Elle aurait pu ne rien dire du tout. Elle avait entendu sa voix, celle de son cousin aussi (mais cela, en soi, était relativement habituel), mais ce n'était pas ce qui l'avait rendue si certaine de la situation. Non, ce qui l'en avait assuré à coup sûr, c'est qu'elle l'avait senti. Voilà longtemps que cette sensation de chaleur ne l'avait pas saisie à ce point. Edward était là, lui qui évitait à tout prix le laboratoire depuis leur "séparation". Jane n'avait pas à se demander pourquoi, c'était trop évident. Elle prit seulement soin d'imprimer dans sa mémoire cette sensation unique qu'elle n'aurait bientôt plus le loisir d'éprouver. Puis elle descendit, et croisa successivement les regards des trois personnes présentes. Son estomac se noua aussitôt. Ses yeux se posèrent sur Edward une fraction de seconde seulement avant qu'elle ne les baisse. Le regarder, c'était encore pire.

-C'est le moment, c'est ça ?
demanda-t-elle tout en ayant pertinemment conscience de prononcer une question parfaitement rhétorique.

Code by Gwenn

_________________



Mon coeur est fait de poudre il n'attend qu'une étincelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 500

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Sam 9 Avr - 20:21

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.
Julian n’était pas le genre d’homme à douter de ses capacités, mais pour le coup, il devait bien avouer qu’il était assez fier d’être parvenu au but. Il ne manquait pas d’occasion d’être fier aussi, mais là c’était vraiment quelque chose d’incroyable. Avec Perséphone, ils avaient réussi à faire ce qu’ils cherchaient à faire. Du moins, si la potion marchait vraiment, mais Julian n’avait pas envie de douter de ça. Il était persuadé qu’aujourd’hui était un grand jour et qu’ils allaient toucher au but. Le sorcier ne comprenait toujours pas ce qui pouvait bien pousser les myrihandes du feu à vouloir se séparer de leurs pouvoirs, mais en soit ce n’était pas son souci. Le jeune homme avait l’intention de se servir des recherches de Perséphone pour son propre but – et celui de Dean – il ne se préoccupait pas de l’intérêt de ces créatures à devenir des humains. Même si Julian osait croire qu’il sentait quand même une tension palpable dans cette maison qui était devenue un laboratoire. Il ne cherchait pas à en savoir plus, pour l’heure, c’était le moment de passer un peu à l’acte.

Perséphone et Edward se trouvaient déjà dans le salon et la jeune femme appela Jane qui se trouvait à l’étage supérieur pour qu’elle descende. Julian avait pris l’habitude de croiser la myrihande du feu depuis qu’elle vivait ici. En temps normal il ne se préoccupait pas vraiment de sa présence, mais aujourd’hui elle était indispensable. Comme celle de Baker, qui avait été peu présent de son côté depuis quelque temps et qui ne semblait pas au top de sa forme. C’était l’idée de perdre ses pouvoirs qui le rendait comme ça ? Il ne savait pas, il ne cherchait pas à savoir. Tant qu’ils ne posaient pas de souci pour boire la potion préparée depuis tellement longtemps pour eux, cela n’était pas le souci du jeune sorcier. Jane fit donc son entrée et ne manqua pas de faire preuve d’une grande réflexion.

« Bien vu. » Lança-t-il, ne cherchant même pas spécialement à se montrer agréable. En soit, le jeune homme n’avait rien contre elle – au contraire, il lui trouvait bon nombre de qualité – mais c’était dans sa nature de toute façon. « Vous allez enfin redevenir de simple humain. »

Il ne fallait pas voir cela comme une bonne chose dans la voix de Julian, mais encore une fois il laissait ces créatures faire ce qu’ils voulaient. Cela ne les empêcherait pas pour autant de passer éventuellement sur une table d’opération dans les grottes, ils pouvaient quand même être de potentiel cobaye. Et la modification de leur nature les rendait même sans doute bien plus intéressant. Julian attrapa deux petites fioles qu’il posa sur la table, lançant un regard entendu à sa cousine. Avait-elle envie d’ajouter quelque chose ? Il ne savait pas, mais il la laissait faire. Après tout, elle était bien plus concerné par l’affaire que lui, qui s’était contenté de venir lui donner un coup de main pour être avec son petit-ami tranquillement.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 626

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Sam 9 Avr - 20:48

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.


Perséphone y avait cru dur comme fer, n'avait jamais baissé les bras, mais malgré tout, quand le résultat tant escompté avait fini par arriver, elle avait bien eu du mal à admettre que tout ceci était réel. Et pourtant, c'était bien le cas. La concrétisation de tout ce dont elle rêvait était contenue là, dans cette potion dont elle était parfaitement convaincue de l'efficacité. Bien sûr, il y avait une marge d'erreur, mais elle était moindre, néanmoins. Dans le cas contraire, la jeune femme n'aurait pas pris le risque de laisser son petit ami en boire la moindre goutte. Oui, le grand jour était enfin arrivé. Edward serait enfin libéré de ses pouvoirs et de ce qu'ils impliquaient, de ce qui devait être un poids pour lui et elle de la crainte que les conneries de Jane n'aient de directes répercussions sur l'homme qu'elle aimait. Ils seraient enfin libres, l'ombre de cette "âme sœur" tant détestée ne planerait plus au-dessus d'eux, et tout cela serait fini d'ici quelques minutes à peine. Perséphone avait eu bien du mal à dissimuler son excitation, tandis qu'ils en arrivaient à la phase final, cela contrastait avec l'attitude d'Edward, qui ne semblait pas au meilleur de sa forme, et que Perséphone n'avait d'ailleurs pas beaucoup eu l'occasion de voir dernièrement (mais elle ne s'alarmait pas vraiment à ce sujet, elle se contentait de se dire que ce devait être de sa faute à elle, parce qu'elle travaillait vraiment trop à cette potion en ce moment, justement, et s'il avait petite mine, c'est qu'il devait être inquiet quand même, ce n'était pas rien que de renoncer à ses pouvoirs, mais une fois que ce serait fait, il se sentirait bien et léger, elle en était absolument certaine. Ainsi, oui, ils y étaient. Quand ils entrèrent dans le laboratoire, Jane les rejoignit. Ce serait l'une des dernières fois, le pensait-elle, où elle aurait à lui adresser la parole, et autant dire que Perséphone était plus que ravie de cela. Elle comprit directement. Oui, c'était le moment. Bientôt, elle allait disparaître de leur vie, et ce serait très bien ainsi.

-Vous allez redevenir vous-mêmes.
ajouta-t-elle avant de déposer une fiole dans la main de Jane, une autre dans celle d'Edward (sur la joue duquel elle déposa un baiser au passage). Il faut les boire intégralement, d'une traite. leur précisa-t-elle. Et c'était à peu près tout ce qu'il y avait à savoir.

Bien sûr, ce serait plus simple à dire qu'à faire, même si les risques d'effets secondaires étaient minimes, on n'est jamais trop prudent et, par ailleurs, il se pourraient qu'ils soient plus réticents à boire cette potion qu'ils ne voulaient bien l'admettre (et en pensant cela, Perséphone ne pointait que Jane du doigt, bien sûr, absolument convaincue qu'Edward avait aussi hâte qu'elle d'en finir avec tout ça).

Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1769

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Sam 16 Avr - 15:42

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.
Edward se revoyait des mois avant, quand il affirmait à Perséphone qu’elle pouvait travailler sur cette potion dans la maison qu’il avait décidé de lui « offrir » pour servir de laboratoire, sans imaginer une seule seconde qu’elle allait parvenir à ses fins. Il n’avait vraiment pas cru que cela soit possible. Il ne doutait pas des capacités de Perséphone, mais il n’imaginait quand même pas à l’époque qu’une telle potion pouvait faire de tels effets. Et il n’avait pas cru que sa petite-amie (mais pas celle qui avait l’entièreté de son cœur) aurait l’aide de son cousin pour aller bien plus vite. S’il l’avait su, il n’aurait peut-être pas accepté que cette potion soit dans les projets de Perséphone. Tellement de chose avait changé depuis cette époque, quand il croyait encore être capable d’être heureux avec la jeune sorcière. Depuis, il avait eu conscience des sentiments réels qu’il avait pour Jane et qui était bien plus fort que tout. Ce n’était pas juste physique, il l’aimait du plus profond de son cœur et de son âme. Des âmes qui allaient être à présent séparées, parce que Perséphone avait atteint son but.

Quand ils s’étaient rendus au laboratoire ensemble ce jour-là, c’était dans le but de boire la potion. Edward n’y avait pas remis les pieds depuis que Jane avait « rompu » avec lui et le faire aujourd’hui n’était pas pour lui plaire vraiment. Il tentait du mieux qu’il pouvait de ne pas trop se montrer déprimé, mais ce n’était vraiment pas un exercice facile. La preuve, il n’y arrivait pas du tout. Mais il espérait que ça n’allait pas pose souci, parce qu’il n’avait aucune envie que Perséphone commence à se poser des questions. Par chance, elle se comportait exactement comme d’habitude. Le cousin de Perséphone était là aussi et il sorti les fioles de potion qu’ils devaient boire. Perséphone déposa l’une des fioles dans les mains de Jane, avant de lui en donner une et de déposer un baiser sur sa joue. Depuis les derniers évènements, c’était le genre de geste qu’Edward avait un peu de mal à apprécier à sa juste valeur. Avant il trouvait ça amusant de titiller la jalousie de son âme sœur, maintenant il n’avait tout simplement plus goût à rien.

C’était donc le moment. Edward leva son regard vers Jane, ils allaient redevenir eux-mêmes. Edward ne s’était jamais sentit lui-même que depuis qu’il était devenu un myrihande et plus précisément qu’il avait eu ce lien si particulier avec celle qu’il avait trop longtemps considéré comme une ennemie, alors qu’elle était juste celle qu’il désirait le plus au monde. Ils ne redeviendraient pas eux-mêmes non, mais il valait mieux que Perséphone le croit. Parce qu’après tout, il faisait ça pour elle. Edward avait la fiole dans la main, mais il hésitait à la porter à ses lèvres. Il savait bien qu’il devait le faire, parce que Jane allait le faire et qu’elle ne reviendrait pas sur sa décision, mais quand même.

« Vous ne craignez rien, vous pouvez la boire sans soucis. »
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 3738

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Sam 16 Avr - 16:55

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.


Redevenir eux-mêmes, hein ? Mais qu'est-ce qu'elle pouvait être conne, cette fille, sérieusement... Jane voulait bien faire des efforts (non, d'accord, en fait, elle n'en avait pas la moindre envie), mais elle ne comprendrait jamais ce qu'Edward pouvait bien trouver à Perséphone. Quand on atteint ce degré de débilité, on a de quoi faire perdre foi en l'humanité toute entière. Bien sûr que non, ni elle, ni Edward n'allaient redevenir eux-mêmes après avoir ingurgité si cette potion devait vraiment fonctionner. Ils n'étaient pas de simples humains, ils ne l'étaient pas avant de découvrir leurs pouvoirs, elle en était sûre. Ils étaient des myrihandes depuis leur naissance, ils avaient simplement dû attendre que leur véritable nature les révèlent à eux-mêmes, leur fasse prendre conscience de la créature unique qu'ils représentaient à eux-deux. Sans leurs dons, sans leur nature même, ils ne seraient qu'une part infime d'eux-mêmes... Mais à quoi bon débattre sur le sujet, cette gourde ne comprendrait pas, et la jeune femme n'avait pas la moindre envie de se lancer dans de grands discours sur la question. Elle voulait juste en finir. Enfin non, elle ne le voulait pas, mais il le fallait bien, voilà tout. C'était leur seule alternative, ou en tous cas la seule alternative que la jeune femme trouvait encore à une situation qu'elle considérait comme inextricable et, quoi qu'il en soit, douloureuse. Elle serra les dents quand la jeune femme déposa la fiole de potion au creux de la main de son âme sœur tout en déposant un baiser sur sa joue. Oui, évidemment qu'elle était jalouse. Elle l'avait toujours été de cette fichue sorcière, mais plus encore là, en la circonstance. Parce qu'elle était en train de tout gagner. Et elle de tout perdre.

Elle considéra du regard la fiole de potion qu'elle tenait à présent dans sa main, avec le conseil de tout boire d'une traite (et qu'est-ce qui se passerait si elle n'en buvait le contenu qu'à moitié, hein ?). Il n'était pas spécialement rassurant, de base, d'ingurgiter une potion susceptible de vous priver de votre essence-même, mais il n'était pas davantage facile de boire en toute confiance une mixture d'origine magique, déposé dans votre main par quelqu'un qui vous hait. Les propos du cousin de Perséphone ne la rassuraient pas davantage, pour tout dire, parce qu'elle n'avait pas particulièrement confiance en lui. Mais bon, Perséphone aimait trop Edward pour lui faire du mal, après tout. Pas vrai ? Jane prit une profonde inspiration, déboucha la fiole de potion, et planta son regard dans celui qu'elle aimait encore malgré leur "rupture". Elle pouvait encore faire marche arrière. Elle le pouvait. Et elle en avait envie, bien sûr. Mais non. Non, elle ne s'abandonnerait pas à cette envie-là, tout devait s'arrêter là. Elle leva la fiole en l'air comme on porte un toast.

-À la tienne.
dit-elle seulement d'une voix brisée.

Avant de vider le contenu de la fiole cul-sec.

Code by Gwenn

_________________



Mon coeur est fait de poudre il n'attend qu'une étincelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 500

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Mar 17 Mai - 15:27

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.
Julian n’était pas complètement d’accord avec les propos de sa cousine quand elle affirma que les myrihandes allaient devenir eux-mêmes, en réponse à sa propre remarque. Cependant, le jeune homme n’avait pas l’intention de rentrer dans ce débat avec la jeune femme. Elle ne comprenait sans doute pas que ces deux créatures n’avaient rien d’humain à la base. Aux yeux de Julian, il n’y avait rien de pire qu’un humain. Les myrihandes avaient de l’intérêt à ses yeux parce qu’ils étaient justement hors norme, tout comme sa cousine. Si celle-ci n’avait été qu’une humaine comme son père… le lien de leur sang n’aurait rien changé. Le jeune homme avait plus d’intérêt vis-à-vis de la jeune sorcière parce qu’elle était de sa famille, mais elle avait la chance d’être du bon côté de ce dernier. Enfin, ce n’était pas maintenant qu’ils devaient parler de cela, Perséphone n’était pas du tout objective dans l’histoire. Julian trouvait dommage de voir deux créatures chercher à redevenir humaines, mais en même temps ça arrangeait bien ses affaires. Leurs sorts ne l’intéresseraient plus une fois qu’ils auraient vidés les fioles.

Ce qui était visiblement une tâche plus difficile que ce qu’il pensait. Julian observait les deux créatures avec les fioles dans leurs mains. Il tenta de les rassurer en affirmant qu’ils ne craignaient rien, mais le sorcier n’était pas certain que cela aide beaucoup. Dans tous les cas, ils devaient boire cette potion. Julian n’imaginait pas une seule seconde que Baker n’avait en réalité aucune envie de boire cette fiole – comme Hardwick, même si c’était différent pour elle encore – il se disait donc qu’il n’y avait aucune raison qu’il ne le fasse pas. Il devait simplement craindre à des effets secondaires peut-être ? Mais Perséphone n’aurait pas pris le risque de lui faire boire quelque chose pouvant lui faire du mal (ce qui n’était pas le cas de Julian évidemment). Le sorcier ne dit rien, se contentant de les regarder, avant que Jane lève sa fiole, trinque et la vide. Les yeux de Julian se posèrent sur Edward qui fit de même, affichant ensuite une grimace qui lui tira un sourire en coin. C’était dégueulasse, il s’en doutait et ça l’amusait assez. Ça c’était parce qu’il n’avait généralement pas besoin de boire les potions qu’il concoctait. Julian laissa planer un peu de silence avant de reprendre la parole, curieux des résultats.

« Alors ? » Il observait Jane et Edward à tour de rôle. « Vous ressentez quelque chose ? »

S’ils répondaient que non, ça l’agacerait fortement. Il y avait toujours une part d’erreur bien sûr et Julian savait parfaitement qu’il n’était pas infaillible, mais il ne supporterait vraiment pas que ces jours et jours de travail ne mènent à rien. Cette potion devait marchait, parce qu’elle avait plus d’une conséquence en fonctionnant. Julian attendait donc une réponse de l’un ou l’autre des myrihandes, quelque chose qui pourrait guider vers le bon raisonnement. Ils avaient peut-être besoin de temps avant de vraiment savoir si elle avait marché, sauf que le jeune sorcier n’avait aucune envie d’être patient.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 626

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Mar 17 Mai - 22:40

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.


Perséphone devait bien l’admettre, elle avait eu peur jusqu’à la dernière seconde, peur de voir l’un des deux myrihandes se défiler (et quand elle pensait à l’un des deux, c’était à Jane qu’elle pensait, cela va sans dire). Après tout, même Edward aurait pu se raviser à la dernière minute, de crainte des effets néfastes que cette potion pourrait avoir sur lui… ou tout simplement de perdre ses pouvoirs. Ce n’était pas si simple de renoncer à sa nature. Si Perséphone savait qu’elle renoncerait sans souci à ses pouvoirs de sorcière pour Edward, elle ne doutait pas pour autant qu’elle éprouverait quand même quelques doutes et quelques regrets. Mais aucun des deux ne se défila, et tous les deux vidèrent leur fiole de potion d’une traite. À cela succéda un moment de silence qui sembla durer une éternité à la sorcière, et pour cause, la tension était insoutenable. Perséphone savait qu’il fallait juste attendre que la potion agisse, mais chaque seconde s’étendit comme une éternité. Finalement, ce fut Julian qui brisa le silence, demandant aux deux âmes sœurs, qui techniquement (aux yeux de Perséphone, du moins) ne l’étaient plus de leur livrer leurs impressions. Le regard de la sorcière passait de Jane à Edward, d’Edward et Jane. Elle serra fermement la main de son petit ami, comme pour le soutenir dans ce qui était potentiellement une épreuve. Après tout, ce ne devait pas être bien simple de s’approprier de nouvelles sensations après avoir été habitué à endosser celle d’une autre personne.

Ce fut quand Jane fouilla dans sa poche que l’attention de Perséphone se porta vers elle. Elle tenta de deviner quelque chose dans son regard, mais elle n’y lisait pas grand chose, au final, comme une sorte de vide et de résignation, mais ces deux sentiments avaient eu l’air de l’habiter avant cela, déjà. Ce qu’elle sortit de sa poche, ce fut un briquet, qu’elle alluma, le fixant quelques instants. Sans doute cherchait-elle à contrôler la flamme qui s’en échappait, et Perséphone était heureuse de voir que cela n’aboutissait à rien. Finalement, Hardwick toucha la flamme du bout du doigt, et le geste qui s’ensuivit laissa clairement comprendre qu’elle venait de se brûler l’index (c’était bas, hein, mais cette simple vision plut beaucoup à la sorcière, bien fait pour elle). La jeune femme tourna alors son regard vers son petit ami, la douleur qu’avait ressentie Hardwick ne semblait pas avoir eu d’effet sur elle. Ça avait marché. Ça avait marché !!

-Rien qui vienne de lui.
Finit par répondre Jane d’une voix blanche.
Elle ne semblait pas particulièrement enthousiaste, Perséphone s’en fichait, elle, ne put s’empêcher du sourire d’une oreille à l’autre.
-C’est vrai ? demanda-t-elle, attendant une ultime confirmation de la part d’Edward, dans les yeux duquel elle avait plongé son regard pétillant, attendant un simple « oui » pour lui sauter au cou, convaincue que ce moment signait la fin de tous ses ennuis. Si elle savait. Les ennuis, pour elle, ne faisaient malheureusement que commencer, et ils n’allaient qu’empirer.


Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je résiste à tous sauf à la tentation
avatar
Je résiste à tous sauf à la tentation
Messages : 1769

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Jeu 23 Juin - 15:35

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.
En soit, le goût de cette potion n’était rien comparé aux effets qu’elle faisait. Sur le moment, Edward ne ressentit pas grand-chose avant de soudainement être pris d’un grand vide étrange. La chaleur caractéristique de la présence de son âme sœur près de lui disparu petit à petit, comme quand on éteint doucement la flemme d’un feu. Et puis finalement, le jeune homme eut le sentiment d’un grand vide dans son esprit, comme s’il y avait maintenant de l’écho dans ses sensations. Le cousin de Perséphone s’impatientait sans doute de connaître leurs sentiments vis-à-vis de la situation, puisqu’il demanda aux myrihandes s’ils ressentaient quelque chose. Non… Edward ne ressentait plus rien du tout et il se trouvait soudainement pris d’une grande angoisse, même s’il fit tout pour le cacher. Parce qu’il y avait Perséphone, parce qu’elle lui tenait la main et qu’il ne pouvait pas monter à quel point il avait le sentiment de perdre tout ce qu’il était. Edward ne prit pas la peine de répondre, Jane non plus, mais elle sortit le briquet qu’elle avait toujours dans sa poche depuis qu’ils avaient découverts leurs pouvoirs. Pendant quelques secondes, elle fixa la flamme, le jeune homme savait qu’elle ne pouvait plus la contrôler. Il ne tenta rien de son côté, il le savait. Et la situation fut encore plus claire quand elle approcha son doigt de la flamme et qu’elle se brûla. Elle se brûla, à cause du feu, ce qui ne devait pas arriver normalement. Et pire encore, Edward n’avait rein ressentit du tout. Jane prit alors la parole pour confirmer que ça avait bel et bien marché, comme s’ils avaient besoin de parler pour le comprendre. Mais les sorciers devaient avoir sans doute le compte rendu de la situation. Information qui sembla plaire à Perséphone, qui se tourna vivement vers Edward un sourire traversant tout son visage. Ça avait marché oui et elle avait toutes les raisons du monde d’être heureuse. Et lui, il n’avait plus l’impression d’avoir de raison de vivre.

« C’est vrai. » Articula-t-il, non sans difficulté, en affichant un sourire qu’il tentait de rendre crédible.

Edward espérait que Perséphone allait comprendre qu’il allait avoir besoin d’un peu de temps pour s’adapter à la situation, parce que ce n’était pas rien. Même s’il avait eu envie de se séparer de Jane – ce qui n’était pas le cas, mais pour l’heure il n’y avait que les myrihandes pour le savoir – il perdrait quand même une partie de lui-même. Même si cela ne faisait pas si longtemps que cela finalement qu’il était une créature, le jeune homme avait quand même vécu intensément cette part de lui. Le jeune homme tourna alors son regard de nouveau vers Jane, qu’il fixa intensément.

« C’est fini… »

C’était fini, oui, sans doute. C’était ce qu’elle voulait après tout, mettre un terme à tout cela. Pas seulement au lien qui les unissait depuis un moment maintenant, à tout ce qu’ils avaient vécus. A tout ce qui faisait d’eux des êtres vivants en somme.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 3738

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Sam 25 Juin - 13:14

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.


La douleur qu'elle ressentit quand la flamme de son briquet entra en contact direct avec ses doigts était sans rapport avec ce qui se déroulait à l'intérieur d'elle-même. La souffrance physique, c'était une chose qu'elle pouvait toujours gérer. Ce n'était évidemment pas agréable, mais ce n'était pas non plus insurmontable, pas comme le vide qu'elle sentait grandir en elle et qui s'avérait tout simplement insupportable. Edward était là, juste en face d'elle, et le regarder était comme observer une partie d'elle-même qui se serait envolée à tout jamais, qui resterait toujours dissocié à votre être, faisant de vous le plus incomplet des individus. Bordel, elle exécrait ce sentiment. Elle ne se sentait plus du tout elle-même, et pire encore, elle savait qu'elle ne le serait plus jamais. Perdre le contrôle du feu, ça n'était rien, ça lui était égal. Si elle avait fait sa démonstration avec son briquet, c'était avant tout pour avoir une preuve concrète que tout avait bel et bien disparu, et aussi pour la donner aux sorciers, qui n'auraient peut-être pas été convaincus s'ils s'étaient contenté d'affirmer que les sensations inhérantes à leur lien avaient disparu. Et avec elles, n'importe quelle sensation, n'importe quelle émotion semblait s'être tout autant fait la malle. C'était absurde, c'était horrible, et c'était sa décision, pourtant, elle avait voulu faire le deuil de ses pouvoirs en faisant le deuil d'Edward, mais le fait est que ce n'était pas si simple. Elle n'allait pas l'oublier sous le prétexte de l'avoir décidé. À partir de cet instant, elle fut convaincue que sa vie n'avait aucun sens et qu'elle n'en aurait plus jamais. Mais celle d'Edward peut-être, qui sait. Après tout, elle faisait tout ça pour lui. Ce dernier approuva quand la greluche qu'il lui avait préférée lui demanda si ses propos étaient véridiques. Oh, elle aimerait tellement être en train de mentir, là, maintenant, tout de suite, ce serait bien plus simple de la sorte. Mais c'était ainsi, c'était fini, ainsi que le disait si bien Edward en des termes dont elle-seule devait pouvoir saisir l'impact. Tout était terminé, tout...

-C'est ça, c'est fini
, dit-elle, ne s'adressant tout d'abord qu'à son âme sœur, celui qu'elle savait toujours considérer comme tel, et qu'elle aimerait toujours ainsi peu importe le temps et les épreuves, ignorant les autres autour d'eux, puis elle se tourna vers les deux sorciers. Et je vais m'en aller, du coup, j'ai plus rien à faire ici.

Surtout, elle ne pouvait plus tolérer cette situation plus longtemps. Elle éprouvait un besoin réel et irrésistible de se retrouver seule. Elle ne pouvait rester plus longtemps avec les sorciers qui venaient de gâcher sa vie et avec l'homme qu'elle aimait toujours mais devait se résigner à ne plus jamais voir.


Code by Gwenn

_________________



Mon coeur est fait de poudre il n'attend qu'une étincelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 500

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Dim 24 Juil - 16:33

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.
Julian attendait autant que sa cousine une preuve de la réussite de cette potion. Tant qu’il ne l’aurait pas, le jeune homme n’avait pas envie de s’emballer et considérer que tout était réussi. Le sorcier avait donc besoin d’une preuve et pas seulement des propos des deux myrihandes. Jane fit donc une petite expérience, une démonstration qui ne manqua pas de faire son effet. Julian afficha un sourire en coin quand la jeune femme recula vivement son doigts de la flamme qu’elle venait de toucher. C’était connu, les myrihandes du feu n’avaient pas la sensation du feu, comme les êtres humains normaux. Ce n’était pas pour rien que le sorcier se retrouvait – par moment – à envier les pouvoirs de ces créatures, toutes autant qu’elles étaient. Si on pouvait combiner les pouvoirs des quatre couples de myrihandes, plus rien ne pourrait sembler impossible. Enfin, ce n’était évidemment pas ce qui était prévu pour le moment. Pour l’heure, Julian voulait surtout savoir ce qu’il en était pour ces âmes sœurs qui se trouvaient devant lui. Et apparemment, la potion avait bien marché. Perséphone demanda confirmation et Baker confirma. Le jeune sorcier ne prononça aucun mot, ne trouvant pas bien utile qu’il dise quoi que ce soit. Il se contentait simplement d’observer la situation, les regards que les myrihandes se lançaient. Le jeune homme se doutait que cela ne devait pas être évident pour eux. Il ne connaissait pas du tout la manière dont le lien des myrihande faisait effet, il ne pouvait pas comprendre, mais il se doutait quand même que ça ne devait pas être facile de tout perdre. Julian n’avait aucune idée de comment il serait, s’il devait perdre ses pouvoirs tout d’un coup. Mais bon, en même temps, c’était ce qu’ils avaient désiré tous les deux non ? Non… mais ça, il n’en savait rien encore.

Jane confirma donc que c’était bel et bien fini, avant de décréter qu’elle n’avait plus rien à faire ici. Elle n’avait pas tort, logiquement elle n’avait plus aucune raison de s’en faire concernant les Hellsing. A moins que ces derniers ne décident de lui envoyer une balle dans la tête sans prendre le temps de lui parler et donc comprendre qu’elle n’était plus qu’une humaine. Mais ça, c’était le souci de la jeune femme. Il n’en avait que faire si elle devait mourir en passant le pas de la porte, la seule chose importante était le fait qu’il n’y avait plus de lien entre les myrihandes. D’ailleurs, si elle devait mourir des mains des Hellsing parce qu’elle s’était montrée trop imprudente, ça n’allait qu’arranger les affaires du jeune sorcier. Parce que si Baker continuait de vivre derrière, ça allait donner une nouvelle preuve de la réussite de cette potion.

« Bon, bah puisque c’est terminé, je n’ai plus rien à faire ici non plus. » Le jeune homme était vraiment ravi de la réussite de la potion et il avait donc bien d’autre chose à faire maintenant. Et puis, il se doutait que Perséphone aurait sans doute envie d’être seule avec son petit-ami.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 626

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   Mer 27 Juil - 22:25

Jane & Edward & Perséphone & Julian
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras.

Ça avait marché. Ça avait vraiment marché. L'information peinait quelque peu à pénétrer le cerveau encore bouleversé par toute cette pression, tout ce travail et tout ce stress qu'était celui de Perséphone, mais tous les éléments jouaient en sa faveur. Après des jours et des nuits interminables de travail acharné, ils étaient bel et bien parvenu à leurs fins. Elle était parvenue à ses fins. Le lien qui unissait son petit ami à Hardwick avait complètement disparu, ainsi que leurs pouvoirs (ce qui à ses yeux était une bien maigre perte en comparaison de tout ce qu'ils étaient en train de gagner, mais elle n'avait pas la moindre idée, bien sûr, qu'elle était la seule à penser cela, et de très loin). Elle allait enfin pouvoir vivre sa relation avec Edward pleinement, sans sentir l'ombre de son "âme sœur" (qui à ses yeux ne méritait plus d'être nommée ainsi) planer au-dessus d'eux... Alors qu'elle commençait bel et bien à intégrer les faits, elle en éprouvait autant de joie que de soulagement, et l'attitude de Hardwick - particulièrement froide et désagréable, mais ça c'était une habitude - redoublait son plaisir, car elle avait pour de bon le sentiment d'avoir vaincu sa rivale, et tandis qu'elle l'entendait affirmer qu'elle allait donc s'en aller, par la force des choses, la jeune sorcière avait l'agréable sentiment de l'entendre déclarer forfait. Elle la laissa s'éloigner sans lui adresser le moindre mot ou la moindre considération. Bon vent ! Elle n'avait plus la moindre envie de croiser à nouveau sa route. Leurs chemins se séparaient définitivement, pensait-elle, et cette nouvelle la comblait sincèrement de joie. Elle la laissa donc partir sans mot dire quand Julian prit à son tour la parole pour leur affirmer qu'il allait également prendre congé d'eux. Effectivement, il avait eu ce qu'il voulait, lui, aussi, il n'avait plus de raisons de rester là. Plus aucune. Et Perséphone le remerciait en son for intérieur de choisir ainsi de s'en aller, pour lui laisser un peu de temps seule avec son petit ami.

-Merci beaucoup, Julian
, lui dit-elle avec une réelle reconnaissance dans la voix. Il avait vraiment accompli un miracle pour elle, elle ne serait parvenu à rien sans lui, et si elle se sentait tout à coup plus légère, même si elle ne réalisait pas encore sa chance, c'était grâce à lui. Vraiment, elle lui devait beaucoup. Elle attendit qu'il s'en aille à son tour avant de s'approcher d'Edward, qu'elle embrassa furtivement (comme c'était agréable de ne pas songer au fait que Hardwick ressentait peut-être également la pression de ses lèvres) avant de venir se lover dans ses bras. Alors, elle porta un regard un peu plus attentif au laboratoire autour d'elle. Cette maison va pouvoir redevenir ce qu'elle aurait toujours dû être, constata-t-elle alors dans un sourire, songeant, après tout, que s'ils disposaient de cette maison au départ, c'était avant tout pour pouvoir passer du temps seul tous les deux.



Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si ta nature est de feu, c'est la loi, tu brûleras [pv Ed, Julian & Persy :3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» Soins prodigués par la Nature. [PV : Lïo]
» Les créatures de la nature ont besoin d'air pur
» Le protecteur de la nature~
» La nature fait bien les choses 〘PV Dentô Shinji 〙

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Habitations :: Ancien laboratoire de Perséphone-