Partagez | 
 

 Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 704

Message#Sujet: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Mar 31 Mai - 11:23

Andrew & Leopold
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
C’était devenue une sorte de rituelle pour Leopold de se rendre dans la nouvelle maison d’Andrew. Depuis que son meilleur ami s’était installé avec sa petite-amie, le jeune homme vivait avec Déa, mais ce n’était pas pour autant qu’ils ne se voyaient pas tout le temps. En fait, il y avait rarement un jour où ils ne se voyaient pas au moins un peu. Parfois c’était juste le temps de quelques minutes, permettant à Andrew de se rassurer sur l’état de son ami. Léo savait qu’Andrew s’inquiétait pour lui et ce n’était pas parce qu’il avait déménagé – et donc qu’ils ne pouvaient plus vivre ensemble dans la famille des chasseurs – que ça allait changer. Bien au contraire, par moment Leopold se demandait si ce n’était pas pire. Mais le jeune homme faisait en sorte de toujours être avec quelqu’un la plupart du temps (sauf par moment, mais il n’était pas certain que ça lui réussissait vraiment, entre sa rencontre avec Jane et la discussion avec Perséphone…), afin de ne pas inquiéter Déa et Andrew. Quoi qu’en ce moment, sa colocataire avait visiblement d’autres préoccupations. Elle avait d’autre chose à faire en tout cas. Peut-être même que c’était exactement ce qu’elle allait faire maintenant qu’il avait décidé de la laisser tranquille pour aller voir Andrew ? Qu’elle n’avait plus son boulet d’ami sur le dos ? Il allait peut-être un peu trop loin dans sa réflexion, mais il ne pouvait pas s’en empêcher.

Enfin, le jeune homme arriva donc devant la maison de son meilleur ami. Il ne savait pas du tout si Penny serait présente ou pas. Dans tous les cas, ça ne lui poserait pas de souci du tout. Leopold devait bien avouer que la fée était quelqu’un de très agréable et il était heureux qu’Andrew ait trouvé une femme comme elle. Au moins, il y avait peu de chance qu’il découvre qu’elle était mariée à un autre et qu’elle portait l’enfant d’un autre… Tant qu’ils étaient heureux, Léo serait heureux pour eux. Ils semblaient vraiment l’être, malgré la difficulté de leurs situations. Et encore, le jeune homme ignorait que cette situation c’était encore plus compliqué puisqu’Aaron était au courant maintenant. Quand Leopold arriva devant la porte d’Andrew, il frappa même s’il se doutait que le jeune homme devait être en train de l’attendre. Parfois, Léo se demandait si son meilleur ami ne viendrait même pas le chercher directement chez Déa (ou chez lui maintenant, mais il avait encore un peu de mal à s’y faire) pour s’assurer qu’il faisait le chemin sans encombre. Mais il l’avait fait oui, il n’avait rencontré personne et il n’avait pas dévié du chemin. Il s’était rendu directement chez son « tuteur ».

« Salut. »
Dit-il quand Andrew ouvrit la porte, avant d’entrer dans la maison. « J’ai pas dévié du chemin, je suis venu directement et je vais bien. » Dit-il avant même de laisser le temps à Andrew de prendre la parole. Il savait qu’il lui poserait la question, qu’il voudrait savoir comment il allait. Et il allait bien, mieux qu’avant en tout cas. « Ça va toi ? »
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 858

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Mar 31 Mai - 17:55


Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
A

ndrew le savait bien, il ne pouvait pas enfermer Penny chez eux pour s'assurer qu'elle allait bien, il ne pouvait pas se permettre de l'entraver au point que leur nouveau foyer devienne pour elle une prison... Mais tout de même, il avait bien eu de la peine à laisser la jeune femme s'en aller, ce jour-là, quand bien même ce n'était pas la première fois et que jusqu'ici, Penny lui était toujours revenue saine et sauve. Il était doublement inquiet, pour elle et l'enfant qu'elle portait, et s'il avait déjà pu se montrer surprotecteur avec la jeune femme avant, c'était pire encore depuis qu'Aaron avait découvert la vérité. Il ne savait pas comment il allait parvenir à se sortir de cette situation. Il ne supporterait pas de perdre la femme qu'il aimait, il aurait le sentiment qu'on lui arrachait une partie de lui-même, et si ce devait être son frère en personne qui se rendait coupable d'un crime aussi odieux (odieux parce que c'était Penny, ça n'avait pas empêché Andrew, pour sa part, d'assassiner de sang froid plus d'une fée, mais il ne savait pas considérer qu'il s'agissait de cas comparables), il ne s'en remettrait pas. Même si le fossé qui s'était creusé entre lui et Aaron, alors même qu'ils commençaient à peine à nouer une réelle entente, était déjà profond, il voulait encore croire qu'ils pouvaient se réconcilier, que son cadet pouvait comprendre et accepter (ce qui était stupide, dans le cas inverse, Andrew n'aurait pas compris et certainement pas accepté)... Mais s'ils en venaient à sombrer au creux de ce même fossée... Non, sa vie n'aurait plus de sens sans Penny, moins encore si son frère devait être celui qui lui portait le coup fatal. Mais il ne fallait pas qu'il se montre à ce point dramatique, Penny était prudente, il savait qu'elle l'était... C'était juste plus fort que lui. C'était définitivement loin d'être un mal que Léo vienne lui rendre visite, même si ce serait certainement substituer une inquiétude à une autre, car le jeune homme ne cesserait jamais d'angoisser pour son meilleur ami, après ce qui lui était arrivé, et dont il se sentait en partie responsable.

Quand le jeune homme se présenta à sa porte, il eut d'ailleurs immédiatement à cœur de calmer ses inquiétudes, lui affirmant qu'il allait bien, et qu'il n'avait pas fait de détours pour venir chez lui, ces propos décochèrent à Andrew une esquisse de sourire. Il devait vraiment être agaçant, à la longue, à jouer les frères protecteurs avec Léo, mais il ne le faisait pas pour rien, il serait sans doute sur le dos de son ami jusqu'à ce que celui-ci ait remonté la pente, et même encore après, c'était à parier. Quoi qu'il en soit, Léo semblait sincère, il avait vraiment l'air d'aller mieux.

-Ça...
Instinctivement, Andrew avait voulu répondre que tout allait bien, comme une habitude, mais ce n'était pas le cas, et ce n'était certainement pas une chose qu'il pouvait cacher à son meilleur ami. Pas vraiment, non. finit-il par admettre alors. Aaron est au courant.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 704

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Ven 8 Juil - 21:59

Andrew & Leopold
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
Leopold ne pouvait pas s'empêcher d'avoir envie de calmer directement les inquiétudes d'Andrew, parce qu'il savait parfaitement que son meilleur ami avait tendance à trop rapidement s'inquiéter. Ce n'était pas de sa faute, il était comme ça. Il avait ce côté protecteur avec les personnes qu'il aimait, alors il les protégeait tout simplement. Léo ne lui en voudrait jamais d'être à ce point sur son dos, c'était même particulièrement agréable pour lui au final. Parce qu'il savait qu'il serait toujours là pour lui, même si pendant un temps on ne pouvait pas dire qu'il lui avait vraiment rendu la pareille. Mais Andrew n'avait pas de raison de s'en faire, pas pour l'instant en tout cas. Léo ne pouvait pas dire qu'il sautait de joie, sa rencontre avec Jane l'avait un peu chamboulé quand même, mais ça allait. Ça allait parce qu'il se trouvait présentement chez son meilleur ami et qu'il savait qu'il ne pouvait qu'aller bien. Autant que le chasseur ne s'inquiète pas, surtout qu'il devait avoir bien d'autre chose en tête. Il n'avait pas besoin des soucis de son meilleur ami en plus des siens après tout. Penny et la condition dans laquelle ils se trouvaient, étaient bien plus importants aux yeux de l'humain. Et d'ailleurs...

Si Léo affirmait aller bien, ça ne semblait pas vraiment être le cas de son meilleur ami. Ce dernier commença à lui répondre, mais il savait qu'il n'allait pas bien. En fait, Andrew lui aurait répondu "Ca va" qu'il ne l'aurait pas cru. Mais il ne le fit pas non, il s'arrêta dans sa phrase et affirma alors qu'il n'allait pas très bien. Leopold se mit alors à craindre le pire, peut-être qu'il était arrivé quelque chose à Penny, ou à l'enfant qu'elle portait. Ce n’était pas vraiment ça, mais en même temps ce n'était pas loin.

« Mince. »

Fut la seule chose que Léo parvint à prononcer sur le coup, en apprenant qu'Aaron était au courant. Bon, en même temps, ils se doutaient que ça allait forcément arriver à un moment donné, mais Léo pensait que son ami avait plus de temps devant lui. Ce n'était vraiment pas une bonne chose que son cadet soit au courant de la condition de Penny (puisqu'il s'agissait de ça, Léo n'avait pas besoin qu'Andrew lui explique pour savoir), même si c'était moins pire que si c'était William Hellsing.

« Il t'en a parlé ? » Demanda-t-il tout en s'installant sur le canapé, ne pouvait pas s'empêcher de se montrer plus curieux. C'était une chose qu'Aaron soit au courant, c'en était une chose qu'il ait fait quelque chose contre Penny. Et d'ailleurs. « Penny est où ? »

Bon, Léo se doutait qu'il ne lui était rien arrivé. Sinon Andrew serait dans un tout autre état. Il ne semblait pas vraiment en forme non, mais il n'était pas effondré non plus. Du moins, il n'en donnait pas l'air. Mais bon, Leopold avait besoin d'en savoir plus. Comment Aaron avait su, comment ça s'était passé, ce qu'il allait faire maintenant. Même si quelque chose disait au jeune homme que le cadet de son meilleur ami avait une idée bien précise en tête, celle qu'ils craignaient tous assurément.
Code by Gwenn


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 858

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Dim 10 Juil - 11:24


Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
M

ince, le mot était encore bien faible pour retranscrire la situation dans tout ce qu'elle avait de plus terrible et dramatique aux yeux d'Andrew, mais un juron de la sorte était effectivement parfaitement approprié en la circonstance. Oui, la situation méritait bien qu'on en pense les choses les plus cruelles et qu'on s'en alarme. Quoi qu'il en soit, cela faisait tout de même du bien à Andrew que d'en parler, il se sentait moins impuissant face à ce qu'il était en train de subir sans trouver de véritable dénouement à la situation. Il hocha la tête quand son meilleur ami lui demanda si Aaron lui en avait parlé. Malheureusement, oui, et cette conversation avait été la plus éprouvante qu'il ait jamais eue. Il hésita à donner à son interlocuteur le détail de leur discussion, il se disait que Léo devait bien s'en douter, réellement. Il connaissait suffisamment Aaron pour deviner la situation, pour imaginer combien éprouvante avait été la discussion. Supporter le jugement de son cadet avait été une chose épouvantable, et il n'avait pas vraiment envie de revenir sur les mots qu'ils s'étaient échangés. Rien que d'y penser, il sentait son estomac se tordre et son cœur se serrer horriblement. Il avait envie d'oublier, il ne le pouvait pas, on ne peut pas oublier une menace si oppressante. Mais quand même... Léo demanda ensuite où se trouvait Penny. Et Andrew le comprenait très bien, ils étaient d'accord là-dessus, elle était en constant danger, et l'inquiétude ne pouvait qu'accompagner cette interrogation : où est Penny. S'il le pouvait, le chasseur (l'était-il encore ?) la garderait toujours à l'œil, mais il savait que ce n'était pas une bonne chose. S'il l'aimait, et parce qu'il l'aimait, il devait avoir confiance en sa capacité à se protéger d'elle-même en certaines circonstances.

-Elle est en sécurité,
affirma-t-il autant pour rassurer Léo que pour se rassurer lui-même, en réalité. Pouvait-il être certain qu'elle soit réellement en sécurité ? Non, bien sûr, on n'est jamais sûr de rien, même en sa présence, elle ne l'était pas toujours, mais il fallait réussir à vivre quoi qu'il en soit, en dépit des difficultés. Mais je ne sais pas quoi faire. Aaron ne lâchera pas l'affaire, et si le reste de ma famille finir par être au courant.... Il poussa un profond soupir. Je sais vraiment pas ce que je vais faire... Je savais bien que ça arriverait mais... J'ai déjà failli perdre un frère une fois, j'ai pas envie de revivre ça.

Évidemment, il parlait de sa dispute avec Léo, qu'il considérait bien sûr comme un frère. Perdre Aaron, ce qui était en train de se produire, c'était une épreuve douloureuse. Perdre le reste de sa famille, ce serait difficile aussi, mais en ce qui concerne Aaron, c'était le pire. Personne ne devrait vivre ça, jamais, il se sentait totalement démuni.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 704

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Ven 12 Aoû - 13:59

Andrew & Leopold
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
Leopold savait parfaitement qu’Andrew ne serait pas si « serein » (l’était-il vraiment) si Penny n’était pas en sécurité. Elle l’était donc, et le jeune homme fut ravi de l’apprendre de la bouche de son meilleur ami. Même s’il ne la connaissait pas tant que cela finalement, le jeune homme devait bien avouer qu’il s’était pris d’affection pour la fée. En même temps, il se demandait vraiment si c’était quelque chose qu’une personne ne ferait pas en sa compagnie. Dans tous les cas, elle était importante pour Andrew et pour Déa, alors elle l’était forcément pour lui. Léo savait parfaitement que la situation était loin d’être facile, que son meilleur ami allait au-devant de gros ennuis. Ces ennuis qu’il avait sans doute attendu de voir arriver depuis qu’il avait consentis à accepter ses sentiments pour la fée. Le fait que le chasseur soit capable d’aimer une créature était la base même de gros ennuis. Donc, ce n’était guère étonnant que cela arrive, le plus surprenant était le fait que ça arrive très vite. Cela ne faisait que quelques jours que son meilleur ami avait emménagés avec sa petite-amie et pourtant, son frère était déjà au courant de sa relation. Autant dire qu’il n’était vraiment pas sorti d’affaire. Enfin, ce n’était pas comme s’il allait pouvoir revenir en arrière, les choses étaient ainsi faites et ils allaient devoir faire avec. Ils oui, parce qu’il n’était pas question que Léo abandonne encore une fois son meilleur ami. Le jeune homme se retrouvait partagé entre l’amour qu’il ressentait pour sa petite-amie et celui qu’il avait pour son frère. Même si la situation n’avait pas toujours été facile avec Aaron (et par moment, Léo avait été en première place pour le voir), il était évident que l’aîné aimait son cadet (l’inverse, le jeune homme se permettait de mettre un peu plus de réserve, même s’il pensait vraiment qu’Aaron aimait son frère aussi – sinon il ne prendrait pas à cœur la « trahison » de ce dernier). Ce qui était évident, c’était que le cadet Hellsing était vraiment têtu et il y avait peu de chance qu’il laisse l’affaire en suspens.

« Elle n’est pas au courant encore ? » Demanda Leopold quand Andrew mentionna l’hypothèse que le reste de sa famille soit au courant aussi. Le jeune homme avait cru que si le jeune chasseur avait appris une telle nouvelle, il en aurait parlé directement à son père. Mais c’était une bonne chose que toute la famille du chasseur ne soit pas au courant. Parce que même si Aaron était évidemment dangereux, Leopold craignait bien plus le paternel. Leopold se rapprocha de son meilleur ami, comprenant parfaitement le sens de sa phrase, il posa une main sur son épaule. « Je sais que ça ne va pas être évident, mais on va trouver une solution. Je ne sais pas encore quoi, mais on va trouver. Ensemble. »

C’était une manière pour lui de tenter de consoler son meilleur ami, qu’il n’aimait pas du tout voir dans un état pareil, mais aussi de lui rappeler qu’il ne l’abandonnerait jamais.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 858

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Mar 16 Aoû - 15:58


Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
A

ndrew fit simplement non de la tête quand son meilleur ami lui demanda si sa famille était au courant. Il savait qu'il n'avait pas réellement besoin de répondre, la question était toute rhétorique, mais qu'importe. Non, sa famille n'était pas au courant, et par moments (mais ça lui passait très vite), Andrew se demandait s'il ne serait pas mieux qu'elle le soit bel et bien. Ça allait arriver, c'était évident. Maintenant que Aaron connaissait son secret, il ne faudrait sans doute pas longtemps pour que celui-ci se répande comme une traînée de poudre. La situation serait impossible quand cela arriverait, mais puisque ça arriverait forcément, le jeune homme se disait parfois qu'il préférait que tout explose, que son univers s'écroule une bonne fois pour toutes, que ce soit fait. Cet état de latence, au cours de laquelle il ne savait pas d'où le danger pourrait bien provenir, à se demander sans cesse si on allait lui laisser la vie sauve, ce qui l'attendait, ce qui arriverait à Penny et à leur enfant à vivre... était pire encore que le drame qui se profilait à l'horizon... Sa famille n'était pas au courant... mais elle le serait... Et la réaction de Aaron ne pouvait que le convaincre de ce qu'il avait toujours su tout en gardant ses œillères. Il était en train de les perdre pour de bon, eux qui avaient tout représenté pour lui, eux qui avaient compté plus que n'importe qui à ses yeux... Mais il ne pouvait pas faire marche arrière. Il ne voulait pas faire marche arrière. Maintenant, il n'avait plus qu'à assumer ses nouveaux choix et se battre en leur nom. Il avait une nouvelle famille, à présent, sur laquelle il devait veiller. Et il avait toujours un frère. Celui-là même qui venait de déposer une main rassurante sur son épaule avant de lui adresser quelques mots de réconfort. Il esquissa un léger sourire en réaction à ses propos. Ils trouveraient une solution... même si, pour l'heure, celle-ci semblait bien lointaine et inaccessible encore. Et ils en trouveraient une ensemble. Autant dire que cette perspective rassurait entièrement Andrew. Ce n'était pas en quelques mots qu'il sauverait la situation, c'est sûr, mais il était agréable de se sentir soutenu, de savoir que Léo serait là pour l'épauler, même s'il n'en avait pourtant en rien l'obligation.

-Merci,
répondit, cette faible esquisse de sourire toujours aux lèvres. Le pire, au fond, c'est que je m'y suis tellement préparé que j'ai presque hâte que ça arrive. Il poussa un léger soupir. Je ne sais pas comment je vais réussir à protéger Penny tant que je ne saurais pas exactement ce qui la menace.

Oh, il connaissait suffisamment sa famille - et son père, surtout - pour s'attendre au pire. Mais concrètement, il n'avait aucune idée de ce qui allait arriver, il n'en avait que le pressentiment, et forcément, ça ne le rassurait pas quant à son aptitude à réellement veiller sur la femme qu'il aimait.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 704

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Jeu 13 Oct - 21:37

Andrew & Leopold
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
Leopold avait vraiment à cœur de soutenir son ami dans son épreuve. Il n’aimait vraiment pas cette situation, voir Andrew proie au doute de cette manière. Il comprenait parfaitement dans quelle situation il se trouvait, mais il n’aimait pas ça. Parce que ce n’était pas juste que le chasseur se retrouve ainsi, alors qu’il vivait une idylle heureuse avec Penny. Les deux amants étaient vraiment fait l’un pour l’autre, ils étaient beaux tous les deux, quoi que puisse penser la famille d’Andrew. Les Hellsing n’étaient pas ouverts d’esprit, c’était évident, quand il était question des créatures. Il était évident que n’importe quelle personnalités Penny pourrait avoir, elle ne serait pas assez bien pour la simple et bonne raison qu’elle était une fée. Si Léo était d’avis que certaines créatures étaient dignes de mourir (les myrihandes et Dean Appers en tête par exemple), il n’était quand même pas d’accord avec tous les principes des Hellsing. Et au fond, l’humain était donc heureux que son meilleur ami soit plus ouvert d’esprit maintenant puisqu’il aimait une fée et qu’il faisait quand même des concessions pour elle (comme protéger Déa par exemple ( ?) c’était quelque chose que Léo espérait vraiment).

Le jeune homme adressa un léger sourire à son ami quand il le remercia, ce qu’il n’avait pas besoin de faire évidemment. Ces derniers temps, Léo devait bien avouer qu’il n’avait sans doute pas été suffisamment là pour soutenir son meilleur ami. Avec ses soucis, il s’était laissé déborder et il avait eu la tête sous l’eau (sans mauvais jeu de mot). Mais maintenant, il allait bien mieux et il allait pouvoir être suffisamment fort pour soutenir Andrew dans ce qu’il vivait. Même si rien n’était facile, parce que les Hellsing n’allaient vraiment pas être tendre avec Penny quand ils allaient apprendre la nouvelle. Leopold ne pouvait que comprendre la sensation de son ami, quand il affirmait qu’il avait presque hâte que ça arrive, pour qu’il puisse savoir à quoi s’attendre.

« Tu vas réussir de toute façon, parce que tu n’as pas le choix. »
Léo ne voulait pas qu’Andrew commence à douter de ses capacités, il avait envie de croire que tout pouvait bien se terminer. Parce qu’il ne pouvait pas en être autrement, il ne laisserait pas ça arriver. « Et puis tu n’es pas le seul à la protéger. Je le ferais aussi ! Déa va le faire aussi. » Il osait croire pouvoir parler au nom de sa meilleure amie, même si ça ne plairait peut-être pas à Andrew. Mais pour le coup, le jeune homme ne pouvait pas ignorer l’amitié des deux femmes (ils faisaient une belle bande tous les quatre). « Et Penny sait se défendre aussi. »

Bon évidemment, Leopold savait parfaitement qu’Andrew ne pourrait pas faire autrement que de vouloir à tout prix protéger complètement sa petite-amie, mais il fallait quand même qu’il sache qu’il n’était pas seul. Penny n’était pas seule et ils allaient bien parvenir à la protéger des chasseurs non ?
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 858

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Ven 14 Oct - 19:30


Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
I

l n'avait pas le choix, c'était bien formulé, et c'était juste, oui. Léo avait parfaitement raison, c'était bien ainsi que l'on pouvait résumer la situation : il n'avait pas le choix, tout simplement. Pour le bien de sa nouvelle famille (qui comptait plus que tout le reste pour lui désormais, qui était sa nouvelle priorité, au-delà de son ancienne famille, même si ça lui faisait mal au cœur), il se devait de réussir à protéger Penny. Il en avait la volonté, rien ne comptait davantage, à ses yeux, alors ça marcherait, ça devrait marcher. Il ne pouvait en être autrement. Ce ne serait pas simple tous les jours, mais ils s'en sortiraient... Ne serait-ce que parce qu'ils étaient entourés. Ça, Andrew devait bien le reconnaître, c'était une chose qui le touchait et qui comptait beaucoup pour lui. Il n'avait pas la moindre idée de comment il s'en sortirait si Léo n'était pas là. Et dire qu'il avait cru leur amitié brisée à tout jamais ! Il ne l'aurait pas supporté si ça avait dû être réellement le cas, surtout maintenant. Son soutien lui était véritablement précieux... Quant à celui de Déa... Le jeune homme préféra occulter l'information quand son meilleur ami parla d'elle mais il devait bien reconnaître qu'elle était vraiment présente pour Penny et donc, par voie de circonstance, pour lui également. Comme elle savait être présente pour Léo. Il ne pensait pas être un jour capable de l'apprécier ou de la tenir en grande estime, mais il savait à présent qu'il était bien contraint de faire une deuxième exception pour la sirène : il ne pourrait pas la tuer (et de sa part, c'était vraiment un immense effort de fait, il ne faut pas croire). S'il avait encore pensé cela il y a peu, le fait qu'elle ait sauvé la vie de Léo lui avait donné, disons, l'immunité. Ils formaient un étrange quator, c'est certain, mais jusqu'alors, il s'avérait efficace. Penny ne saurait être plus en sécurité qu'avec eux. Et puis, Léo avait (une fois de plus) raison par ailleurs : elle savait parfaitement de quelle manière se défendre.

-Tu as raison,
affirma-t-il dans un sourire plus confiant que tout à l'heure. On va réussir. Il marqua une légère pause. Même s'il voulait se montrer aussi confiant que possible pour ce qui était de garder la femme qu'il aimait sauve, ce n'était pas la seule chose qui le tourmentait. Il avait peur d'avoir perdu l'estime et l'affection de son frère pour toujours, et ça, c'était vraiment un coup dur pour lui. Tu crois que tu réussirais à lui parler ? À Aaron... Je crois qu'il a besoin que quelqu'un soit là pour lui et je dois être la dernière personne qu'il veuille voir en ce moment.

Et Andrew savait qu'Aaron appréciait globalement Léo (dans la mesure où il en était capable). En fait, de manière générale, Léo avait parfaitement su s'intégrer à la famille Hellsing. Même si ça changerait sans doute dans un prochain temps. Oui, Andrew apprécierait de savoir que quelqu'un ferait ne serait-ce que tenter de veiller sur Aaron. Bien sûr, il y avait sa petite amie, aussi, Eponine. Mais au final, Andrew ne l'avait vue qu'une fois, et son cadet restait trop laconique à ce sujet pour qu'il sache réellement où ils en étaient aujourd'hui.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 704

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Mer 7 Déc - 22:32

Andrew & Leopold
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
Leopold appréciait d’entendre son meilleur ami affirmer qu’il avait raison, il pensait que c’était le cas en effet. Bon, en même temps le jeune homme ne pouvait pas affirmer non plus complètement que Penny n’allait rien craindre, qu’Andrew allait pouvoir la protéger envers et contre tout (et surtout contre sa famille). Mais en même temps, comme il l’avait dit précédemment, il n’avait pas le choix. Alors il ne fallait pas se laisser abattre. Ce n’était pas vraiment Léo qui était le mieux placé concernant le fait de ne pas se laisser abattre, parce qu’il avait quand même tenté de mourir pour la femme qu’il aimait (et qu’il aimait sans doute encore au fond de lui… malheureusement). Mais justement, il considérait qu’il pouvait le dire à Andrew, il était la preuve qu’il ne fallait pas baisser les bras et il n’était pas question qu’il laisse son meilleur ami baisser ses bras. Il devait protéger sa petite-amie, la mère de son futur enfant, donc il allait le faire tout simplement. Même si rien n’était simple, mais en même temps il n’était pas seul. Léo n’avait pas toujours été digne de l’amitié que lui offrait Andrew. Ils avaient eu leur passage à vide, où ils étaient en froids. Il avait voulu tout abandonner, sans se rendre compte qu’il ferait du mal à ses proches. Maintenant, le jeune homme était vraiment de retour, il avait repris du poil de la bête et il avait l’intention d’être digne d’Andrew et de le soutenir du mieux qu’il pouvait. Tout comme soutenir Penny aussi, que même s’il ne la connaissait pas énormément, il l’appréciait. Déa non plus n’allait pas abandonner son amie, même si ça ne plaisait pas forcément au chasseur. Léo se contenta d’adresser un sourire à son meilleur ami, n’aillant pas vraiment besoin de rajouter quoi que ce soit. Et de toute façon, il reprenait déjà la parole.

« Je peux essayer oui. »
Leopold devait bien avouer qu’il était légèrement surpris par la demande de son meilleur ami, mais il comprenait quand même. De ce qu’il savait, Andrew et Aaron étaient très proches même s’ils avaient énormément de mal à se comprendre. Si pendant un temps, maintenant c’était différent. Du moins, ça l’était jusqu’à présent… Léo ne savait pas du tout comment réagirait Aaron s’il le voyait arriver pour lui parler, mais il pouvait quand même essayer. « Je vais aller le voir et… j’espère qu’il ne va pas m’envoyer bouler. »

Parce qu’évidemment, qui disait Leopold, disait Andrew. Et si Aaron ne voulait pas voir son frère, il y avait peur de chance qu’il accepte de voir Léo. Mais bon, il allait tenter le coup de toute façon, ne serait-ce que pour rendre service à son meilleur ami. Le jeune homme n’avait rien contre le jeune chasseur, au contraire il l’appréciait, mais ce n’était pas toujours évident de l’approcher. C’était que le jeune frère d’Andrew avait quand même un sacré caractère. Mais bon, Léo voulait croire qu’il faisait partie des rares personnes que le cadet de son interlocuteur appréciait.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 858

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Mer 7 Déc - 22:54


Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
A

ndrew savait pertinemment que la demande qu'il formulait à son meilleur ami était très certainement peine perdue, il connaissait suffisamment Aaron pour ne se faire que peu d'illusions à ce sujet. Aaron n'était déjà pas d'un naturel très amène et agréable en temps normal, mais il le serait encore moins s'il devait s'adresser à Léo. Il ne serait pas dupe, il saurait forcément que le jeune homme serait là à la demande d'Andrew, et il n'en faudrait sans doute pas plus pour mettre le feu aux poudres. Mais il devait tenter le tout pour le tout. Il ne pouvait pas s'adresser directement à son frère, mais il s'inquiétait tout de même pour lui, alors il voulait au moins essayer de l'approcher. D'autant qu'il savait que Aaron appréciait Léo, même si les circonstances n'aideraient pas la situation. Ce serait sans doute un coup de couteau dans l'eau, le genre d'action qui ne sert vraiment à rien, à rien du tout, mais c'était la seule option qu'il entrevoyait, et il était vraiment reconnaissant envers Léo d'accepter de faire cela pour lui (lui qu'il ne devait pas être plus dupe que lui-même sur les dispositions qu'aurait Aaron à l'écouter). Il aurait au moins le sentiment d'avoir un potentiel d'action, de pouvoir veiller sur son frère, même si c'était illusoire, même s'il n'arriverait certainement à rien. À rien du tout.

-Merci beaucoup, dit-il très sincèrement. Et il y a à peu près 99 % de chances qu'il t'envoie bouler, oui
, ajouta-t-il, son sourire s'élargissant très légèrement.

Mieux valait prendre les choses avec un semblant d'humour, même si Andrew avait tout de même peine à trouver la situation réellement cocasse. Il était bien trop impliqué. Il en souffrait bien trop... même si, il le savait bien, il fallait qu'il se montre fort et insubmersible s'il voulait espérer être capable de protéger sa nouvelle famille, même au mépris de l'ancienne. Léo était prévenu, il se ferait certainement envoyer paître, mais au moins ils auraient fait quelque chose.

-C'est bête...
soupira-t-il. Il m'a fallu des années pour réussir à avoir un semblant de complicité avec Aaron... Et ça n'avait pas été simple, la communication avait été difficile à s'établir, mais dernièrement, il avait vraiment eu le sentiment, l'impression forte que quelque chose s'était dénoué, qu'ils partageaient un vrai lien fraternel, fort et immuable. Et il n'en restait plus rien. Il était encore trop fragile, parce qu'il en était encore à ses balbutiements. Il s'en voulait tellement d'avoir gâché ça... Mais il ne pouvait pas tout avoir. Ça, il l'avait bien compris. Et il n'y a plus rien... Il me déteste, maintenant.

Être détesté, il connaissait, c'était un sentiment familier. Logique, quand on était un chasseur de créatures. Mais être détesté de son propre frère, c'était une autre affaire. Et il le supportait vraiment très mal.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 704

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Ven 3 Fév - 20:05

Andrew & Leopold
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
Léo ne se faisait pas d’illusion, il savait parfaitement que le frère de son meilleur ami n’allait pas apprécier qu’il vienne lui parler. Mais en même temps, c’était normal. Le jeune homme n’était pas idiot, il allait comprendre que si Leopold venait le voir, c’était à la demande de son frère ainé. Alors, bien sûr, Aaron allait le voir venir de loin, Léo ne savait même pas s’il allait pouvoir placer ne serait-ce qu’un mot. Mais il allait quand même essayer, parce qu’Andrew lui demandait de le faire. Et il était évident qu’il ne pouvait pas ne pas rendre service à son meilleur ami, quand il lui demandait justement un service. Léo afficha un sourire amusé quand Andrew confirma que son frère allait l’envoyer bouler, il valait mieux le prendre à la plaisanterie. Et puis, ça n’allait pas changer grand-chose à la situation, le jeune homme allait quand même faire en sorte de discuter avec le frère d’Andrew. Du moins, c’était ce qu’il pensait. Mais le destin allait vite rattraper tout le monde parce que la maladie n’allait pas tarder à venir les frapper et assez violemment en plus.

Le jeune homme perdit son sourire quand Andrew revint sur le fait qu’il avait mis du temps avant d’avoir une relation assez stable avec son frère, qu’ils avaient passé de nombreuses années à ne pas vraiment se comprendre, avant de parvenir finalement à s’apprécier vraiment. Léo en avait été témoin, il avait vu la relation des deux frères évoluer. Bien sûr, le jeune homme regrettait autant que son meilleur ami la manière dont les choses s’étaient passées. Leopold ne put s’empêcher de sentir son cœur se serrer en entendant les paroles de son ami, alors qu’il affirmait que c’était terminé et que son cadet le détestait. Le jeune homme ne supportait pas de voir son meilleur ami dans un tel état, il ne voulait pas qu’il se laisse envahir par le défaitisme.

« Ne dis pas ça, rien n’est fini. »
Bon, Léo se montrait peut-être un peu trop optimiste – mais en même temps, le fait qu’il soit optimiste était peut-être une bonne chose quand même, au vu de sa situation – mais il avait envie de crois que la situation n’était pas complètement perdue pour les frangins Hellsing. « Laisses lui un peu de temps pour digérer la nouvelle et peut-être… peut-être qu’il va revenir vers toi. » Il ne pouvait pas s’empêcher d’ajouter un « peut-être »bien sûr, parce qu’il ne pouvait pas non plus garantir à cent pour cent qu’Aaron allait pardonner à son aîné. Surtout que c’était quand même une sacrée affaire chez les chasseurs. « Après tout, on s’est disputé parfois très fortement et je suis bien là avec toi ! »

C’était vrai, combien de fois les deux amis ne se parlaient plus et parfois parce qu’ils avaient de gros reproches à se faire. Comme dernièrement, quand Léo avait appris que Penny était une créature, même s’il n’avait pas les mêmes raison de reprocher cela à son meilleur ami qu’Aaron.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 858

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Ven 3 Fév - 20:22


Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
L

éo avait beau dire, Andrew avait bien du mal à se sentir optimiste quand à la situation qu'il vivait présentement avec son frère. Ils avaient mis du temps à réellement s'entendre, leur lien était encore très fragile, et il s'était brisé si brutalement, finalement, que le chasseur était tout bonnement incapable d'imaginer que les choses, d'une manière ou d'une autre, puissent évoluer dans son sens. C'était déjà une chance que Aaron n'ait pas couru chez leur père pour lui apprendre la vérité. Il l'aurait tout à fait pu, et le jeune homme ne le lui aurait pas entièrement reproché d'ailleurs. Ça devait arriver un jour ou l'autre, et même encore maintenant, il avait juste écopé d'un peu de répit, mais au mépris de son frère qu'il avait par conséquent placé face à un dilemme moral auquel il n'aurait jamais dû être exposé. Peut-être que son cadet espérait lui aussi que la situation s'améliore entre eux, mais si c'était le cas, il ne le concevrait sans doute pas indépendamment de l'idée que Andrew renonce à Penny, ce qui était bien sûr hors de question. Non, pour le jeune homme, la situation était véritablement inextricable, et il ne savait que faire sinon se montrer défaitiste. Il avait envie de croire son meilleur ami, bien sûr, il avait envie de croire que Aaron reviendrait vers lui, mais il ne pensait pour autant pas cela possible. C'était sa famille et sa confiance, qu'il avait trahies, et même si Aaron pouvait peut-être mieux comprendre ses sentiments à présent qu'il était lui aussi en couple, il ne se leurrait pas, ça ne suffirait pas à lui accepter le fait qu'il se soit "compromis" avec une fée.

Andrew esquissa un léger sourire quand Léo les prit pour exemple. il est vrai que les deux meilleurs amis s'étaient pris la tête plus d'une fois, et on ne pouvait pas parlé de petites disputes qui s'étaient résolues en deux temps trois mouvements. Ils avaient été en froid, clairement. Parce qu'Andrew avait révélé tard à Léo qu'il était un chasseur, parce qu'il n'approuvait pas sa relation avec Jane, parce que Léo l'avait vu sortir avec une créature après lui avoir reproché d'en fréquenter une.... Ce n'était pas rien, et pourtant, oui, ils en étaient là, ils étaient encore là pour se soutenir, parce que leur amitié allait au-delà de ces conflits. Est-ce qu'il en serait de même pour Aaron ? Andrew ne le pensait pas. Pour son jeune frère, c'était l'honneur des Hellsing et leurs convictions qui devaient primer. Et c'était normal. Andrew avait été pareil, avant que Penny ne change radicalement la donne. Et la naissance de leur enfant ne ferait sans doute que creuser un peu plus le fossé entre lui et le reste de sa famille quand ce genre d'heureux événement devrait normalement rassembler.

-Oui, c'est vrai.
Il poussa un léger soupir. Mais toi, tu n'as pas notre sale caractère. C'est sûr que Aaron et Léo étaient deux personnes aux caractères radicalement différents. Si Aaron pouvait te ressembler un peu plus, je dirais pas non.

Et lui-même gagnerait à ressembler un peu plus à son meilleur ami, par moments.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 704

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Mer 22 Mar - 22:37

Andrew & Leopold
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
Leopold ne pouvait pas non plus affirmer haut et fort à Andrew que les choses allaient s’arranger avec son frère, parce qu’il ne pouvait pas le garantir non plus. Il aimerait, en un sens, mais il ne pouvait pas le faire, puisqu’il n’était pas devin. Au fond, le jeune homme aurait bien aimé pouvoir le faire, afin de soutenir correctement son ami, pour pouvoir le consoler un peu, mais c’était impossible. Léo savait à quel point son meilleur ami tenait à son frère, il savait qu’il souffrait énormément de ce qu’il devait traverser. Mais bon, puisqu’Andrew avait du mal à être optimiste (et il avait de bonnes raisons de ne pas l’être), Leopold voulait l’être pour deux. Ainsi, il allait pouvoir croire pour deux que les choses allaient s’arranger, même si rien n’était sûr. Mais bon, il ne mentait pas quand il parlait d’eux, les deux meilleurs amis s’étaient souvent disputés, mais ils étaient bel et bien ensemble là. Léo était auprès d’Andrew, Andrew était auprès de Léo, ils se soutenaient mutuellement, ils se supportaient même. Ils avaient eu de nombreuses disputes et pas le genre de conflit qui se réglait très facilement. Parfois, ils ne s’étaient pas parlés pendant des jours, des semaines même. Et pourtant, ils étaient quand même là l’un pour l’autre maintenant, alors il y avait quand même des chances pour que les deux frères finissent par trouver un terrain d’entente.

Leopold afficha un sourire – ce qui était quand même assez rare pour lui dernièrement, il fallait bien le souligner – quand Andrew affirma qu’il n’avait pas le sale caractère des Hellsing. Cela, le jeune homme ne pouvait pas vraiment dire le contraire. Même s’il avait son propre caractère, il était loin d’être aussi borné que les Hellsing, en tout cas aussi borné que Aaron Hellsing. Parce que de ce qu’il connaissait du frère de son meilleur ami, il était clair que le jeune homme était plus que borné et qu’il ne changeait pas vraiment d’avis facilement.

« S’il me ressemblait, tu t’ennuierais c’est évident. » Plaisanta-t-il, préférant le faire plutôt que de laisser son meilleur ami continuer de se morfondre concernant son frère. Il avait des raisons de le faire, parce que c’était difficile pour lui d’assumer le fait qu’il soit en froid avec son frère, alors qu’ils avaient eu du mal à se lier. « Ça mettra peut-être un peu plus de temps, mais il ne faut pas que tu perdes espoir de toute façon. »

Le jeune homme ne pouvait pas non plus affirmer que tout allait effectivement s’arranger, mais Andrew voulait quand même y croire. Évidemment, le jeune homme ne pouvait pas encore se douter que le futur n’allait pas les ménager, aucun d’eux, et que ça allait donner encore plus de tensions, mais aussi des raisons d’espérer encore plus. Même si, bien sûr, il n’allait rien y avoir de simple. Rien n’était simple dans leurs vies apparemment, comme si le destin s’amusait vraiment à ne pas les ménager une seconde.
Code by Gwenn
[/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 858

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Jeu 23 Mar - 0:03


Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
A

ndrew se contenta d’afficher un fin sourire quand Léo affirma que si Aaron lui ressemblerait, il s’ennuierait à coup sûr. Le chasseur ne le pensait pas une seule seconde. Léo avait peut-être un caractère, disons, plus… reposant que celui de Aaron (au sens où il était plus accessible, mais n’importe qui était plus accessible que Aaron, à ce compte-là), mais ce n’était pas pour autant qu’il manquait de caractère, bien au contraire, et leur passif à tous les deux était bien la preuve que l’affrontement de leurs deux tempéraments n’était pas prétexte à l’ennui. Léo n’avait d’ailleurs jamais ennuyé Andrew. Seulement, pour le nombre de disputes qui les avaient opposés, ils étaient toujours parvenus à se réconcilier (ce qui avait pris plus ou moins de temps). Avec son cadet, ce n’était pas la même chose… C’était comme si leur relation entière s’était fondée sur une succession de prises de bec et de disputes, et dans leurs cas, on ne pouvait pas parler de réconciliation, plutôt d’accumulation sans qu’aucun des deux ne daigne mettre sa fierté de côté… jusqu’à il y a peu. Tout était passé d’un extrême à l’autre si vite. Ils ne s’étaient jamais entendus aussi bien, dernièrement. Et maintenant, jamais sans doute ils ne s’entendraient aussi mal. Aaron reprocherait toujours ses choix à son aîné, et Andrew, lui ne se voyait pas en faire d’autre, quand bien même il lui fallait renoncer pour cela à une relation à laquelle il tenait pourtant immensément et qui avait exigé de sa part une patience infinie pour qu’elle ressemble à quelque chose… Mais ressasser tout ça ne changeait rien. Et Andrew appréciait que son meilleur ami cherche à le faire positiver. Est-ce que c’était vraiment efficace ? Pas exactement, au sens où le jeune homme était toujours convaincu que son frère et lui ne se réconcilierait jamais, mais il appréciait, en compensation, de savoir son ami à ce point présent pour lui, et déterminer à lui faire voir les choses du bon côté, même si la situation ne jouait vraiment pas en sa faveur et ne semblait vouée qu’à empirer. Le temps ne suffirait à rien, cette fois, mais qu’importe. Si Léo, au moins, pouvait y croire, ce n’était déjà pas rien. Il haussa finalement les épaules.

-T’as peut-être raison, lui concéda-t-il même s’il n’y croyait pas vraiment, mais que dire d’autre ? Ça ne servait à rien de répéter, encore et encore, qu’il avait perdu son frère, ce n’était en tout cas certainement pas ça qui allait changer les choses. Et puis, ça pourrait être pire. Toute sa famille pourrait être au courant, par exemple. Mais ça risquait d’arriver bien vite, à présent. Mais ceci dit. Visiblement, il en a pas parlé aux autres pour l’instant, j’imagine que ça veut dire que tout n’est pas perdu.

S’il fallait vraiment essayer de positiver… Mais quoi qu’il en soit, Andrew n’avait pas la naïveté de se penser hors de danger, il avait juste l’impression qu’un compte à rebours s’était mis en marche, et il avait quelque part hâte qu’il touche à son terme.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 704

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Mer 17 Mai - 15:24

Andrew & Leopold
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
Leopold afficha un fin sourire quand Andrew lui affirma qu’il avait peut-être raison. Le jeune homme savait qu’il pouvait difficilement convaincre son meilleur ami que son frère allait lui pardonner, parce que c’était une chose qu’il n’était pas sûr. Le jeune homme se disait qu’il valait mieux positiver et essayer de se dire que le cadet des Hellsing allait finir par lui pardonner, mais en même temps il était bien placé pour savoir que ce dernier avait un caractère de cochon. Mais Léo n’avait aucune envie de voir son ami déprimer à cause de ça, quand bien même il avait de bonnes raisons de le faire. Il espérait qu’Andrew puisse juste profiter de la vie, parce qu’il avait de la chance malgré tout. Il était avec la femme qu’il aimait et il y avait quand même peu de chance que cette femme le trahisse comme d’autre pouvait le faire. Il avait donc de bonnes raisons d’être heureux, même si bien sûr il en avait d’autre pour déprimer. Leopold aurait bien aimé que le frère de son meilleur ami ne réagisse pas comme cela, mais en même temps ce n’était pas si étonnant que ça. Enfin la situation n’avait sûrement pas de chance de terminer parfaitement, il allait forcément il y avait des problèmes, des douleurs, mais Léo n’aimait quand même pas voir son ami dans cet état. Sauf qu’il pouvait difficilement le convaincre. Il aimerait bien, vraiment, sauf que c’était impossible et il savait que son ami ne pensait pas vraiment qu’il avait raison. Il aurait aimé avoir raison, mais il n’était pas sûr lui-même que ça soit le cas.

Mais bon, Andrew vit quand même un point positif dans tout cela et Léo appréciait ça. À choisir, il préférait largement garder le rôle du dépressif que de voir Andrew déprimer également. Même si l’humain avait quand même envie de remonter la pente, qu’il avait envie d’arrêter de déprimer de son côté. Mais il n’y avait rien de plus difficile, surtout qu’il ne pouvait pas s’empêcher de penser à Jane au final. Enfin, ça allait passer… ça allait forcément passer.

« Tu vois, s’il avait eu l’intention de te nuire, je suis sûr qu’il aurait foncé pour dire à tout le monde que tu fréquentes une créature. » Léo ne pouvait pas s’empêcher de se dire que le frère de son ami tenait quand même à lui. Il savait à quel point leur relation était difficile, mais ils avaient quand même construit quelque chose. Leopold avait eu l’occasion de voir ces quelques changements, même s’il n’avait pas été là tout le temps. « Enfin, de toute façon, ça ne sert à rien de resasser tout ça maintenant. » Le jeune homme posa une main sur l’épaule de son meilleur ami, dans le but de lui donner un peu de soutien. « Ça va aller. »

Ça ne pouvait qu’aller bien, il fallait que ça aille bien. Parce que sinon ce n’était pas juste. Et pour une fois, Léo avait envie de croire qu’il pouvait y avoir de bonnes étoiles.
Code by Gwenn
[/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 858

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Mer 17 Mai - 19:51


Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
C'

est sûr que si l'on considérait la situation avec du recul, par certains aspects elle n'était finalement pas si désespérée que cela. D'accord, l'étau se resserrait autour de lui, de Penny et de leur enfant à naître, et ce n'était plus qu'une courte question de temps, certainement, avant que tous les Hellsing ne sachent la vérité, mais il est vrai que si Aaron avait vraiment voulu lui faire du mal, il aurait dans la seconde prévenu tout le monde, à commencer par son père, afin qu'ils règlent la question immédiatement. Il ne l'avait pas fait. A ce sujet, Andrew éprouvait autant de soulagement que de culpabilité, bien sûr qu'il était rassuré de ne pas avoir été dénoncé par son frère, ça ne fait aucun doute, mais il le mettait par conséquent dans une situation embarrassante. Il aurait préféré que Aaron reste en dehors de tout ça, il aurait préféré ne pas lui faire de mal... les mots qu'il avait prononcés ce jour-là... Mais il n'y avait rien qu'il puisse réellement faire. Il fallait attendre et angoisser le moins possible, car s'il faisait preuve d'une telle faiblesse, il risquerait fort de ne pas être à la hauteur de la situation. Il fallait également qu'il accepte le soutien de son entourage, qu'il reconnaisse que Penny était une femme forte, capable d'affronter la situation et de ne pas se laisser faire, accepter également que Léo serait à ses côtés et l'aiderait à traverser cette épreuve. Il n'était pas seul contre tous. Il s'en donnait l'illusion parfois, parce qu'il pensait qu'il arriverait de cette manière à protéger son meilleur ami et sa petite amie, mais c'était un leurre. C'était en conjuguant leurs forces qu'ils seraient plus forts. Pas l'inverse. Oui, Léo avait raison, Andrew acquiesça d'un signe de la tête. Pour le moment, ressasser leur serait inutile.

- Ça va aller, répéta le jeune homme, comme si dire ces mots à son tour leur donnait plus d'impact, les rendait plus évidents, plus vrais.

Dans les faits, ce n'était pas si certain, quiconque d'un tant soit peu pessimiste (pour ne pas dire réaliste) le rappellerait à l'ordre dans l'instant. Mais il fallait bien qu'il soit un peu optimiste, aussi, pour venir à bout de toutes les épreuves qui l'attendaient. Au moins, il avait à ses côtés des personnes de confiance, sur lesquelles il pouvait compter à cent pour cent, c'était déjà beaucoup, beaucoup plus que ce à quoi beaucoup d'autres pouvaient bien prétendre.

-On ne va pas rester là à ruminer, de toute façon,
observa-t-il alors en tournant son regard vers Léo. Je t'invite à déjeuner, qu'est-ce que tu en dis ?

Se remplir l'estomac et parler de tout autre chose serait bien mieux que de broyer du noir avec le ventre vide.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 704

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   Sam 15 Juil - 22:28

Andrew & Leopold
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes.
Leopold savait bien qu’il ne suffisait pas de dire que tout allait bien se passer, pour que ça soit réellement le cas. Mais le jeune homme avait quand même envie de se montrer un peu optimiste, pour changer. On ne pouvait pas réellement dire que l’optimisme lui correspondait ces derniers temps, mais là il avait réellement envie de faire un effort pour son meilleur ami. Il avait envie de croire, peut-être à tort, que la situation pouvait bien se passer pour lui. Même si les Hellsing étaient redoutables, même s’ils ne laisseraient pas passer un tel affront de la part du membre de la famille. Mais dans tous les cas, Léo avait envie de croire que son ami pouvait s’en sortir, ainsi que Penny. Pour le moment, ils ne pouvaient rien faire en dehors d’attendre, de voir comment les choses allaient évoluer. Donc ils allaient le faire, en ne se laissant pas aller à la dépression… Léo ne savait que trop bien où menait la dépression. Si on se laissait happer par ses malheurs, ce n’était pas du tout la bonne solution. Le jeune homme afficha donc un sourire quand Andrew affirma que ça allait aller. Même s’il se doutait qu’il n’y croyait pas forcément.

Le sourire du jeune homme se fit plus grand encore quand son meilleur ami lui affirma qu’ils n’allaient pas ruminer toute la journée. Cela faisait plaisir à Léo de voir son ami positif, quand bien même la situation n’y prêtait guère. Ils avaient beaucoup d’occasion de déprimer, alors autant profiter des moments où ils pouvaient ne pas le faire.

« Avec grand plaisir ! » Il n’y avait vraiment rien de mieux pour juste se détendre et penser un peu à autre chose que de remplir un estomac vide. Et présentement, l’estomac de Léo était vraiment vide. « Je meurs de faim. »

Ce qui était vrai et mine de rien, c’était quand même quelque chose de bien quand on pensait au fait qu’il avait quand même passé un long moment sans avoir envie de quoi que ce soit. Sans avoir envie de manger, de boire, de dormir, de vivre tout simplement… maintenant, il remontait doucement, mais surement la pente. Ne se doutant pas que très rapidement, le destin allait de nouveau se jouer de lui. Pour le moment, ils ne se doutaient l’un et l’autre de rien et il valait mieux qu’ils profitent de chaque moment agréable qu’ils pouvaient vivre. Des moments où ils n’avaient pas besoin de se prendre la tête. Ils n’avaient qu’à déjeuner comme ils venaient de le décider, refaire le monde comme d’habitude, parler de tout et de rien sans se poser trop de questions, sans se morfondre sur leurs soucis beaucoup trop nombreux et qui n’allaient pas du tout aller en diminuant. Un peu de fraicheur, un peu de distraction, un peu de simplicité pour changer. Le temps que ça allait durer évidemment, parce que ça n’allait pas être éternellement agréable. Bien au contraire.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les amis sont la famille que nous choisissons pour nous-mêmes. (Andrew)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les amis sont la famille qu'on se choisit.
» Les amis sont la famille qu'on se choisit.
» Ils sont là pour nous faire rire!!!!
» Les ennemis de mes amis sont mes ennemis (Déa)
» Les amis sont comme des diamants. Précieux et rares. | Feat Stiles Stilinski

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Habitations :: Chez Andrew et Penny-