Partagez | 
 

 Une dette ne peut pas être oubliée (Déa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 694

Message#Sujet: Une dette ne peut pas être oubliée (Déa)   Sam 10 Juin - 21:08

Déa & Leopold
Une dette ne peut pas être oubliée.
La vie était parfaite, à quelque petite chose près évidemment. Mais c’était un peu le sentiment que Leopold avait à présent que la vie avait repris son court, qu’elle avait repris le chemin des rails. Léo n’était plus malade, il n’avait plus à se soucier de cette maladie qui avait bien faillit le terrasser. Même si, en l’occurrence, elle lui avait permis surtout de prendre conscience de ce qu’il ressentait. Et là était le deuxième point de perfection de sa vie (pour ne pas dire le premier en réalité), il était avec Déa et il était heureux avec Déa. Elle était clairement la femme de sa vie, même s’il avait mis bien trop de temps à s’en rendre compte. Il était heureux avec elle et il avait le sentiment d’avoir tout simplement tourné la page de sa relation avec Jane. Leopold savait que rien n’était si évident, il ne pouvait pas nier que quand il pensait à tout ce qu’elle lui avait fait, il avait encore mal. Mais cela ne l’empêchait pas d’avoir le sentiment d’avoir juste tourné la page, de ne plus être le même homme dépressif qu’autrefois. Et c’était là toute la différence, il ne déprimait plus. C’était pour cette raison que le jeune homme avait le sentiment que sa vie était bien plus belle maintenant, parce qu’il ne broyait plus du noir. Il était enfin sortie de tout cela et ça lui faisait un bien fou. Il ne déprimait pas et reprenait goût à la vie. Et mine de rien, c’était vraiment ce dont il avait besoin, une stabilité à toute épreuve. Il vivait avec Déa, avec qui il était heureux, il avait un travail qui n’était en soit pas si folichon que cela mais qui lui plaisait bien (sauf quand les Baker venaient l’emmerder…), les choses se passaient bien avec Andrew. Franchement, il n’y avait aucune raison que Léo se plaigne et donc il profitait tout simplement de la vie.

Sauf que voilà, le jeune homme avait tôt fait d’oublier – et il fallait dire que la maladie ne l’avait pas spécialement aidé non plus – le petit marché qu’il avait passé avec le Sorcier. Cet homme horrible qui l’avait enlevé à une époque qui lui semblait bien lointaine maintenant (alors qu’elle ne datait finalement pas tant que cela, mais il s’était passé tant et tant de chose dans sa vie depuis) et qui lui avait demandé un service pour le laisser en vie. Il avait accepté de lui donner la vie des myrihandes du feu contre la sienne… ce qui en soit n’était pas spécialement illogique quand on savait qu’il n’avait aucune pitié pour Jane et Baker. Il n’y pensait plus, jusqu’au moment où en rentrant de l’école, il trouva un mot à sa porte, lui rappelant « gentiment » le petit marché. Déa n’était pas encore rentré, il fut soulagé que ça soit le cas. Parce qu’évidemment, il n’avait pas pris la peine de lui en parler. Il n’y avait pas pensé, parce que ça ne lui était plus venu à l’esprit. Il était assis dans le canapé quand elle passa le pas de la porte, son premier réflexe fut de ranger rapidement le morceau de papier dans sa poche.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 940

Message#Sujet: Re: Une dette ne peut pas être oubliée (Déa)   Dim 11 Juin - 18:49


Une dette ne peut pas être oubliée.
D

éa avait le sentiment de n'avoir jamais été aussi bien dans sa vie que maintenant. Son existence prenait enfin la bonne direction, et elle en prenait pleinement conscience maintenant. Même dans ses rêves les plus insensés (qu'elle imaginait ne jamais se réaliser, pour la peine), la situation n'était pas aussi idyllique et parfaite avec Léo. Et pourtant, leur histoire était comme une évidence. Entre eux, tout se faisait naturellement, ils n'avaient pas à se poser de questions, tout paraissait simple et évident. Et elle adorait sincèrement ça. Elle avait le sentiment d'avoir trouvé sa place dans sa vie, et ça, elle le devait à son petit ami et uniquement à lui... Elle osait même croire que tout allait bien se passer dorénavant et qu'aucune ombre ne viendrait obscurcir le tableau. Mais c'était franchement absurde et assez candide. Ils étaient bien placés, normalement, pour savoir que les emmerdes, les concernant (enfin, concernant Léo, surtout), avaient toujours une fâcheuse tendance à se succéder sans ménager aucun de nos deux protagonistes. Et elle avait toutes les raisons de se méfier, oui, car d'ici quelques jours, elle découvrirait les corps ensanglantés de ses parents à leur domicile. Quant à Léo... le courrier qu'il venait tout juste de recevoir se chargerait à merveille de le faire retomber de son petit nuage. Mais ça, bien sûr, Déa n'en savait rien du tout, et alors qu'elle rentrait chez elle (chez eux, donc), elle se sentait parfaitement bien, d'humeur légère, et convaincue que cette soirée ressemblerait à toutes les autres, c'est-à-dire qu'elle serait aussi agréable que parfaite. Elle avait tort... ou en tout cas, elle n'avait pas complètement raison, parce que les ennuis avaient frappé à leur porte. Et ils n'allaient pas pouvoir les ignorer plus longtemps. C'est donc avec douceur et enthousiasme qu'elle rentra chez elle et qu'elle rejoignit Léo qui se trouvait assis sur le canapé. Elle ne le vit pas ranger précipitamment quelque chose dans sa poche et ne comprit donc pas directement que quelque chose s'était passé.

-Bonsoir, toi,
dit elle avant de venir déposer un baiser à la commissure de ses lèvres. Ça va ? Tu as passé une bonne journée ?

Déa passait le plus clair de son temps chez elle, puisqu'elle travaillait à domicile, mais Léo avait travaillé toute la journée, lui, et elle avait eu rendez-vous avec son rédacteur en chef en fin d'après-midi, si bien qu'ils ne s'étaient pas croisés de la journée. Elle ne l'aurait pas cru, pas à ce point en tout cas, mais ne serait-ce que passer une journée loin de lui suffisait pour qu'il lui manque. C'était comme si elle cherchait à rattraper à tout prix le temps qu'ils avaient gaspillé à ne pas prendre pleinement conscience de la mutualité de leurs sentiments. Et en fin de compte elle avait sans doute raison de demander, parce que la fin de journée de Léo n'avait sans doute pas été si belle que ça.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une dette ne peut pas être oubliée (Déa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peut-on se passer de la farine de blé ?
» Peut-on Esperer Un Changement En Haiti ????
» Les Etats-Unis annulent la dette d'Haïti
» Je n'aurais peut être pas dù (pv Samus)
» Le Manoir Oublié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Village Humain :: Habitations :: Chez Déa et Léo-