Partagez | 
 

 Un marché est un marché [pv William]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 195

Message#Sujet: Un marché est un marché [pv William]   Dim 1 Mar - 23:38


Un marché est un marché

D

ean ne se mêlait pas au commun des mortels. Ou même des immortels, d'ailleurs. Le nombre de ses relations soutenues se comptait sur les doigts d'une seule main, et il s'agissait toujours là de relations plus qu'intéressées. Il n'aimait pas ces contraintes sociales qui vous obligeaient à vous lier à autrui. Il n'aimait tout simplement pas la présence des autres, qui ne lui semblait utile qu'au nom d'un intérêt purement scientifique. Sa maladie était un excellent prétexte à son isolement, et à tout le temps qu'il pouvait passer au fin fond de sa grotte, à mener ses petites expériences sans jamais voir personne.... même s'il y avait bien longtemps qu'il n'avait plus vraiment besoin d'un prétexte. C'était également l'un des avantages à vivre en dehors de la société, l'on a nul besoin alors d'en respecter les règles, et l'on a moins encore de comptes à rendre à qui que ce soit. Bref, en ayant connaissance de cela, l'on pouvait être surpris d'apprendre que l'homme recevait pourtant bel et bien quelqu'un à dîner, ce soir-là (d'accord, il n'y avait personne pour être surpris puisque le sorcier côtoyait le moins de personnes possible, au passage). Et il avait même prit le soin de mettre les petits plats dans les grands. Il détestait recevoir et partager ses repas, mais quand il avait un invité, il s'occupait de lui dans les règles de l'art. Et cet invité, en l'occurrence, n'était pas n'importe qui... En fait, on pourrait trouver d'autant plus surprenant qu'il prenne autant de soin à présenter sa table et à préparer le dîner quand on savait qui il attendait. William Hellsing.

Oui, William Hellsing, le fameux chasseur de créatures. Cherchait-il à le prendre au piège ? Non, même pas, non. L'accord qu'ils s'étaient trouvés tous les deux le satisfaisait parfaitement pour l'heure, et en conséquence, Dean n'avait absolument aucune raison de tenter quoi que ce soit contre lui. Pas de poison dans le plat de résistance, que nenni. Quelques informations au menu, seulement, pour garantir sa propre survie. Dean n'avait pas la folie de sous-estimer un Hellsing, encore moins le patriarche de la famille. Alors il allait se tenir à carreau, et espérer seulement que cet échange, cordial en apparence, qu'ils entretiendraient ce soir, lui permettrait de poursuivre ses recherches sans que la famille de chasseur ne contrarie trop ses projets. Il l'attendait donc à l'entrée de sa grotte. Comme toujours, William fut d'une ponctualité des plus appréciable. Dean détestait qu'on lui fasse perdre son temps, c'était donc parfait ainsi. Il s'épargna toute salutations, juste un signe de la tête, avant de le mener dans son antre, du moins dans la partie la plus accessible et la moins secrète, celle qu'il n'était pas grave de connaître et dont il n'était pas un crime à ses yeux que d'enregistrer le moindre détail.

-J'espère que tu as faim.
dit-il en le menant jusqu'à la salle à manger, dont la grande table avait été impeccablement dressée pour l'occasion.

Si c'était comme à chaque fois, il aurait cuisiné pour rien, mais qu'importe, c'était William et non lui qui gâchait un excellent repas, garanti sans poisons.












code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 51

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Jeu 12 Mar - 0:43

Un marché est un marché


Ce n'était pas dans ses habitudes, de savoir pertinemment qu'une créature était une créature, d'avoir plus d'une opportunité de mettre fin à ses jours, et de ne pas agir en conséquence pour autant. La tâche était simple, pourtant : repérer - piéger - tuer. Il avait repéré, mais toutes les possibilités de le prendre au piège aboutissaient à rien... un échange verbal et apparemment, mais juste apparemment, cordial. William n'avait pas plus d'estime pour Dean Appers que pour n'importe lequel des non humains qui foulait notre terre, il ne fallait vraiment pas croire une chose pareille, et la seule chose qui le maintenait en vie, c'était la perspective qu'il finirait bien par mourir de toute manière. Autrement, le chasseur lui aurait vite réglé son compte, et ça même si Dean était un sorcier extrêmement puissant et redoutable. Parfois, un instant de faiblesse suffisait largement. Suaf qu'il ne mettait jamais franchement ces instants de faiblesse à profit... Ou pas de la manière qu'on attendrait. Dean était une source inépuisable d'informations, et le tuer, ce serait comme assassiner la poule aux oeufs d'or. Il avait écopé d'une maladie qu'il ne tarderait pas à l'emporter quoi qu'il en soit, alors autant profiter du fait qu'il accepte de vendre ses camarades créatures sans l'ombre d'un scrupule. Généralement, un "dîner" avec Dean, c'était la garantie, le lendemain, d'une traque en bonne et due forme. La manière n'était pas élégante, mais le but des Hellsing n'était pas de faire dans la dentelle, le but des Hellsing, c'était de débarrasser pour de bon notre Terre de tous les vampires, lycans, sirènes, fées et myrihandes qui s'accaparaient un lieu qui ne leur revenait pas de droit, qu'il fallait rendre, pur et immaculé, aux humains à qui il appartenait de droit. La méthode n'avait que bien peu d'intérêt pour lui, tant que le résultat suivait. Alors même s'il n'avait pas vraiment envie de se retrouver en tête à tête avec une de ses cibles, il faisait l'effort. Dean l'attendait à l'entrée de sa grotte. Il se montra beaucoup trop cordial pour être honnête, comme d'habitude, mais peu importe.


"Tu sais bien que je ne toucherais à rien de ce que tu as cuisiné pour moi."
répliqua William en toute honnêteté.

C'était la même chose à chaque fois, Dean préparait un frugal repas pour deux (qui aurait même pu suffir à dix), et William ne touchait pas à son assiette. Ne jamais rien boire ou manger qui ait été préparé par une créature, ne jamais accepter un cadeau offert par une créature. C'était une règle majeure, et il avait appros depuis longtemps au reste de sa famille à la respecter autant que lui-même.


"Tu sais pourquoi je suis venu. Ne perdons pas de temps, cette fois, tu veux bien ?"


Mais Dean n'était pas le genre expéditif, bien au contraire. William savait d'avance qu'il allait devoir ronger son frein et qu'il lui faudrait prendre son mal en patience. Mais Dean ne pouvait pas le mener en bateau non plus. S'il ne tenait pas à ce que leur petit accord cesse brutalement, en tous cas.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 195

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Sam 14 Mar - 11:34


Un marché est un marché

D

ean esquissa un fin sourire en attendant la réponse du chasseur, qui était plus que prévisible, au fond. Puisque William lui donnait toujours la même. C'était tout à son honneur, en vérité. William aurait fait un piètre Hellsing s'il acceptait de boire ou de se nourrir de quoi que ce soit proposé par un sorcier, d'autant que Dean était loin d'être le plus inoffensif de tous. Dean, à force, aurait pu cesser de mettre les petits plats dans les grands, mais il persistait et signait. D'autant qu'il trouvait amusant de voir son ennemi naturel devenu son "allié" surnaturel (quoique le terme soit un peu fort, aucun n'avait véritablement renoncé à mettre fin aux jours de l'autre) refuser un plat goûteux tandis que lui-même s'en délectait. Et puis, tous les prétextes à se remplir la panse étaient bons. Même s'il était condamné, le sorcier était un fin gourmet et un bon vivant, il n'allait pas se priver sous le prétexte que William jouait les fines bouches (il avait dû dîner avant de venir, le fourbe). Enfin ! Inutile de le convaincre, il était bien libre de faire ce qu'il voulait du moment qu'il le laissait agir en paix, c'était lui qui y perdait, un point c'est tout, le débat ne se situait pas là, quoi qu'il en soit. À la remarque du patriarche Hellsing, Dean se contenta donc de hausser les épaules, lui adressant un regard que l'on aurait pu interpréter de cette manière : "fais comme tu veux". Il l'invita à rentrer plus avant dans sa tanière, jusqu'à le mener dans le salon où ils se retrouvaient souvent, pour avoir des conversations à chaque fois très similaires. La table était superbement dressée, et le fumet délicat du rôti qu'il leur avait fait cuire, bien trop conséquent pour seulement deux personnes (et encore plus pour une, mais qu'importe) se répandait dans la pièce. William pressait Dean de ne pas perdre plus de temps, d'en venir aux faits. Ce n'était pas dans la nature du sorcier. Il aimait tourner autour du pot, surtout si cela pouvait agacer un rien le maître-chasseur. Ici, il n'était pas sur son territoire, et Dean savourait cet avantage autant qu'il le pouvait. Après tout, ici, ce n'était pas lui le demandeur, à William, donc, de se plier à ses règles à lui... Et il en profitait très largement pour faire durer les choses, même s'il savait ne pas trop pouvoir tirer sur la corde non plus. C'était sa survie qui en dépendait.

-Voyons, te penses-tu si prévisible, William ?
demanda-t-il tout en invitant son hôte d'un geste de la main à s'asseoir autour de la table avant de prendre lui-même place. Comment veux-tu que je sache ce que tu as à me demander ? En fait, il le savait très bien, mais il aimait user la patience de son interlocuteur. Je t'en prie, dis moi ce que tu veux. Des noms ? Des suppléments d'information ? Une confirmation ? Son regard ne lâchait pas le chasseur, et ne le lâcha pas spécialement non plus quand il s'appliqua à découper cette pièce de viande, dont il ne découpa qu'une seule tranche, au final. Tu es vraiment sûr que tu n'en veux pas ?












code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 51

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Jeu 9 Avr - 21:34

Un marché est un marché


Prévisible ? Non, le patriarche de Hellsing ne l'était pas, et se garderait bien de l'être un jour. Car c'était lorsqu'on devenait trop prévisible que l'on devenait une cible idéale pour tous ceux que l'on cherchait à pourfendre. William Hellsing était un chasseur, et digne de ce titre, il n'était, par conséquent, PAS, prévisible. Mais il avait comme tout un chacun ses habitudes : ses armes de prédilection, par exemple, ou ses manies qui pouvaient aussi bien s'exprimer au quotidien que dans les moments plus importants (mais cela, après tout, faisait partie du caractère de chaque homme), il y avait aussi ces règles de conduite qui ne variaient pas, comme ne jamais accepter une quelconque offrande venant d'un sorcier. Mais ce n'était pas être prévisible que d'agir de la sorte, c'était tout bonnement faire preuve de bon sens. Et le chasseur en avait à revendre, surtout face à quelqu'un d'aussi redoutable que Dean Appers. Mais ce dernier, s'il voulait avoir l'avantage, avait tout intérêt à ne pas se reposer sur ses acquis et à ne pas croire tout savoir de son interlocuteur. Puisqu'en vérité il avait forcément conscience du pourquoi il était venu. Dans ses rituels, l'homme était prévisible, mais le sorcier aussi, en cela, ils se ressemblaient. Ils se ressemblaient beaucoup, même. C'était un constat qu'il trouvait déplaisant, mais ce n'est pas comme s'il ne fallait pas faire avec. Il n'y avait qu'une raison qui faisait que Dean était encore en vie, et que William ne tentait pas de le tuer chaque fois qu'ils se voyaient, c'était leur marché. Et il n'aurait jamais d'autre prétexte pour voir autrement cet homme qui ne lui ressemblait pas du tout, surtout pas. Aux suggestions de Dean, l'humain réagit par un sourire, comme quoi, il avait parfaitement comprit de quoi il était question tous comptes faits. Vraiment ! Pourquoi tous ces détours ! Une perte de temps absolue. Le chasseur ne voulait qu'une seule chose, pourtant : obtenir les informations qu'il désirait et s'en aller aussi vite que possible les utiliser à bon escient.

"Tu vois que tu sais ce que je veux."
répliqua-t-il d'un ton las, pour bien montrer son agacement. Mais le savoir agacé n'était sûrement pas ce qui allait arrêter le sorcier, bien au contraire. Le père de famille était convaincu qu'il prenait un malin plaisir à constamment le mettre en rogne. C'est malin. "Autant de noms que tu pourras m'en fournir. Et j'aimerais savoir si tu as des informations sur une certaine Millicent Bridge."

Par informations, il voulait évidemment parler de cette question cruciale, toujours la même : "est-ce qu'elle en est ou non" ? Simple et concise, mais qui nécessitait réponse. Ça faisait un moment qu'il observait cette bonne femme à distance, quasiment convaincue qu'elle était une sorcière. Il était grand temps d'en avoir le coeur net. Si Dean avait plus d'information.

Le chasseur ne revint même pas sur la façon dont le sorcier insista pour qu'il mange sa satanée nourriture. Non, il n'était pas là pour ça. Et il tenait vraiment à passer aux choses sérieuses.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 195

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Sam 11 Avr - 20:19


Un marché est un marché

E

n effet, dès le départ, Dean savait pertinemment de quoi son interlocuteur avait eu envie de lui parler. Pas au point de savoir tout à fait quels noms il allait évoquer avec lui, mais il fallait bien reconnaître que toutes leurs conversations avaient quand même tendance à se ressembler sérieusement. Il s'était installé entre eux une sorte de routine qui pouvait bien déplaire à certains mais qui ne dérangeait pas Dean le moins du monde. Bien au contraire, ce dernier était attaché à ses habitudes, et ces dernières étaient sacrées pour lui. Les rituels le stabilisaient et lui permettaient d'organiser sa vie, il n'y voyait pas de malice, même s'il aimait mettre un rien de piment à chaque situation. Les rencontres de ce genre (et qu'il qualifiait toujours de dîner même si le patriarche Hellsing ne mangeait jamais rien) étaient assez nombreuses, et se concluaient très souvent de manière identique, elles faisaient en tous cas partie d'une routine, qui elle-même reposait sur un marché qui, clairement, les arrangeait bien, l'un comme l'autre, et leur permettait de s'assurer, dans un cas comme dans l'autre, de pouvoir poursuivre confortablement leurs travaux respectifs. Le chef des chasseurs précisa ce qu'il désirait. Autant de nom qu'il en possédait. D'accord. Ça, c'était une constante à laquelle il était habituée, et pour la peine, il avait déjà prévu une liste de noms, avec caractéristiques et adresses, le tout griffonné à la main sur un morceau de papier. Les noms qu'il livrait n'étaient bien sûr pas tous ceux de sa connaissance, seulement les créatures qui, d'une manière ou d'une autre, n'étaient pas ou plus susceptibles de lui servir, et n'avaient pas d'importance à ses yeux.

-Millicent Bridge, hein ?
fit-il en feignant de réfléchir intensément tout en tendant au patriarche Hellsing la fameuse liste. En fait, il connaissait Millicent Bridge, et d'autant mieux que cette femme en question était à l'heure actuelle confinée dans l'une de ses cellules, attendant qu'il s'occupe de son cas. L'homme avait eu le nez creux, c'est certain. Mais cette cible-ci, il ne l'aurait pas. Dean n'avait pas l'intention de la laisser en vie, celle-là. Il y avait peu d chances tout du moins. Dean prit son d'avaler avec parcimonie une nouvelle bouchée de viande, prenant plaisir à ménager un suspens de pacotille, avant de finalement reprendre la parole. Je connais pas.

Il n'aurait guère pu mentir plus effrontément, mais quelle importance. Le mensonge était devenu comme une seconde nature chez lui, et il ne la réfrénait pas. Ses jours étaient peut-être comptés, pour des raisons purement médicales, il n'empêchait pas quoi qu'il en soit qu'il avait réussi à s'en tirer jusqu'ici, en dépit de touts les atrocités qu'il avait bien pu commettre, et cela, il le devait très certainement à cette aptitude à la comédie qu'il avait gagné, entretenu, et amélioré au fil des années, non sans y mettre tout son talent. Qu'il ne réservait qu'à cela... et à ses expériences diverses, bien sûr.












code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 51

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Lun 27 Avr - 23:45

Un marché est un marché


Le patriarche des Hellsing récupéra la liste que venait de lui tendre son interlocuteur. De ce point de vue là, l'homme devait bien reconnaître au Sorcier qu'il la jouait Fair-play. À chacune de ses visites, il lui donnait un nombre conséquent de noms, et jusqu'ici, il n'avait jamais commis d'erreurs, ses informations étaient valables et plus que justes. La liste était très complète, il n'avait pas lésiné sur les noms. Il y avait toutes sortes de créatures, de quoi combler aisément leur tableau de chasse. Comme à chaque fois, toutes les précisions nécessaires concernant ces créatures étaient présentes, sur ce point-là, rien à redire. Il reconnut deux-trois noms. Il fut surpris pour certains, moins pour d'autres, puisque ça confirmait très clairement ses soupçons.. Bon, bien sûr, il faudrait qu'il procède à une revérification par derrière de son côté. Jusqu'ici, la parole de Dean n'avait jamais été traîtresse, et il avait pu s'y fier, que ça lui plaise ou non d'accorder sa confiance à un sorcier, mais il serait novice et imprudent s'il ne revérifiait pas par lui-même ses sources avant que de frapper, et de frapper mortellement. Il avait examiné chaque nom de la liste tandis que son interlocuteur prenait la parole, avant de ranger très précieusement le morceau de papier dans la poche intérieure de sa veste. Cette liste-là ne devait surtout pas tomber entre de mauvaises mains, pas en d'autres mains que celles des Hellsing. C'était déjà trop que cette combine avec Appers, même si elle lui était bien utile.

Sur Millicent Bridge, par contre, il ne s'était pas montré bavard du tout, et le chasseur n'avait pas confiance dans le propos de son interlocuteur. Il était possible qu'il ne la connaisse pas, c'est vrai, puisque le sorcier vivait en ermite, dans sa grotte. Mais il ne lui posait pas la question pour rien non plus, c'est parce que, outre le fait qu'il avait des soupçons au sujet de la fameuse Millicent, il semblait, ces derniers temps, que quelques individus (y compris Léo, qui par l'intermédiaire de son fils aîné était devenu un ami de la famille, et qui avait disparu quelques temps mystérieusement) avaient tendance à disparaître du côté des grottes, et il imaginait que Dan n'y était pas étranger, même s'il n'avait pas de preuve concrète. Ça faisait quelque jours que Millicent Bridge, qu'il observait avec insistance dernièrement, pourtant, dans le but de déterminer une de ces failles, ne donnait plus signe de vie, elle avait quitté sa maison et n'y était pas revenue, nulle trace d'elle dans tout le village. S'il savait quelque chose, et surtout s'il y était pour quelque chose, il devait répondre, et il ne lâcherait pas le morceau avant d'avoir obtenu gain de cause.

"Tu en est absolument certain ?"
demanda-t-il en ne dissimulant pas une seule seconde le fait qu'il était profondément sceptique. "Ça fait plusieurs jours qu'on ne la voit plus au village, je me suis dit que tu étais peut-être au courant de quelque chose..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 195

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Sam 2 Mai - 15:26


Un marché est un marché

D

ean était un grand manipulateur et un menteur de première. Pas le choix, après tout, quand on était qui il était et qu'on se plaisait par ailleurs à se livrer aux activités qui faisaient partie de son quotidien. Généralement, le sorcier s'y entendait plutôt bien pour duper son monde. Il savait caresser ses interlocuteurs dans le sens du poil, et ses mensonges ne lui demandaient pas beaucoup d'efforts, puisqu'il passait la majeure partie de son temps reclus, sans aucun contact avec le monde extérieur, si ce n'est ceux qui le soutenaient et l'assistaient le plus, à savoir Julian, Liam et Cordelia. Eux aussi, il les trompait, quelque part, puisqu'il faisait souvent mine de leur accorder plus d'intérêt qu'il n'en éprouvait en réalité. Mais il est des personnes qu'il est plus simple de duper que d'autres. Et clairement, William Hellsing n'appartenait pas à cette catégorie. Rien de surprenant à cela, le bougre chassait de la créature depuis sa plus tendre enfance, à force, il savait décrypter tous les signes, et deviner leurs subterfuges. C'était de cette manière, d'ailleurs, qu'il était parvenu en premier lieu à cerner Dean, ou en tous cas à comprendre sa nature et ce qu'il manigançait. Il s'en tirait à bon compte, avec ce marché qu'ils avaient passé tous les deux ensemble, mais ça avait été tout juste. Il ne pouvait donc pas espérer lui servir les mêmes salades qu'au commun des mortels et s'attendre à ce que le chasseur n'y voit que du feu. Peu importe, ça faisait partie du jeu également, et ça y apportait un certain sel, par ailleurs, au final. Dean ne lâcherait pas Millicent Bridge à son interlocuteur, il en avait trop besoin pour ses expériences, mais après tout, il ne devrait pas être mécontent, ce brave Hellsing. Il aurait mit la main sur elle qu'il aurait immédiatement cherché à la tuer... Millicent allait mourir de toute façon. Les circonstances n'avaient pas grandes importance. Seul le résultat comptait, non ?

-Tu sais pertinemment que je ne suis pas très au fait de la vie du village et des derniers ragots. Répliqua-t-il avec légèreté.

En même temps, c'était vrai. Voilà une bonne éternité qu'il n'avait pas quitté son antre pour se mêler aux villageois. Il vivait parfaitement bien en ermite, et de toutes les manières, il ne pouvait pas vraiment se permettre de se balader en plein jour au milieu de ses congénères et non congénères, sans être un vampire, il craignait après tout le soleil presque autant qu'eux. Ceci dit, il aimait bien éprouver le doute de son interlocuteur. Surtout qu'il lui semblait voir là un bon moyen d'initier quelque chose qui lui occupait l'esprit depuis un moment déjà.

-Et quand bien même je savais où elle se trouve... si ne rien t'en dire favorise tes intérêts et ceux de ta famille, oseras tu me le reprocher ?


Jusqu'ici, son interlocuteur n'avait pu que deviner ses obscures activités, mais jamais Dean ne lui en avait parlé concrètement... et encore moins de ses intentions réelles.... mais voilà un moment qu'il entrevoyait chez le patriarche Hellsing une carte à jouer. Il était peut-être temps de voir ce qu'il pouvait en être. À ses risques et périls. Mais des risques qui pourraient être des plus payants.












code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 51

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Mer 27 Mai - 0:45

Un marché est un marché


Parfois (assez souvent, en fait), quand le patriarche des Hellsing s’adressait à Dean Appers, ou plutôt quand Dean Appers s’adressait à lui, il avait le sentiment d’être l’animal vivant avec lequel une créature féroce s’amuserait à jouer avant que de le dévorer tout cru. Ce n’était pas vraiment ce qu’il avait pu apprendre du sorcier jusqu’alors qui devait l’aider à démentir cette impression, d’ailleurs. Il se pensait largement de taille à se défendre et à contre-attaquer, mais par instants, vraiment, devoir supporter la suffisance de Dean, et entrer dans son petit jeu malsain pour obtenir ce qu’il voulait agaçait si profondément William qu’il serait bien tenté de laisser tomber, de le tuer de suite, et de perdre cette précieuse source d’informations qu’il représentait pour lui. D’ailleurs, William avait beaucoup d’idées pour calmer le « jeu », ou pour faire taire définitivement Dean, des idées parfois inventives… Comme faire goûter au sorcier son propre poison, par ailleurs. Lui qui aimait tant l’accueillir à grands renforts de dîners copieux se retrouverait certainement fort dépourvu si, durant un moment d’inattention, le chasseur en profitait pour empoisonner cette savoureuse pièce de viande qui décorait son assiette. Mais non, il fallait savoir faire preuve de patience… Et tolérer ses remarques qu’il devait considérer comme des traits d’esprit, mais qui tapaient fortement sur le système de l’homme. Tu parles, qu’il n’était pas aux faits de la vie du village ! Il avait beau vivre en ermite dans sa grotte, il n’en était pas moins convaincu qu’il savait parfaitement se tenir au courant… Et encore plus au courant de ce qu’il provoquait, notamment ces disparitions de plus en plus récurrentes dont il prétendait à peine être étranger, comme s’il cherchait à piquer à vif sa curiosité… Parce qu’il recherchait quelque chose, peut-être ? Probablement. Pour la peine, William était sur ses gardes.

Visiblement, il faisait bien de l’être, car il comprenait bien, là, qu’il y avait anguille sous roche… Dean était tout de même en train de lui confirmer qu’il avait un rapport avec cette disparition niée plus tôt, il ne faisait pas que l’imaginer, il s’en rendait bien compte. Il le provoquait. Sûrement parce qu’il recherchait quelque chose d’autre. Quelque chose de nouveau. Un marché de plus ? Il se compromettait suffisamment avec celui-là, il n’avait pas envie de réitérer avec un autre, vraiment pas. Mais le chasseur était curieux, et même s’il savait que cela pouvait lui porter préjudice, il voulait comprendre. Il s’attendait à des arguments contestables de toute manière, rien ne pouvait justifier la disparition de tous ces individus, même s’il s’agissait de créatures. Si quelqu’un devait s’en débarrasser, c’était les Hellsing, un point c’est tout.

« Je ne vois vraiment pas en quoi tes manigances pourraient m’être profitables »
. répondit-il avec une évidente sécheresse dans le ton de sa voix.

Il ne voulait pas avoir l’air curieux, mais Dean allait sûrement deviner qu’il l’était quand même. Tant pis, si cela lui donnait un indice sur ce qui était en train de se tramer dans ces satanées grottes de malheur, ce serait un mal pour un bien.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 195

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Ven 29 Mai - 0:11


Un marché est un marché

L

e sous-texte. Voilà qui avait une importance majeure, et que le sorcier prenait toujours grand plaisir à décrypter. Chaque phrase prononcée décelait un sens caché, que l'on pouvait comprendre, saisir ou non, qui avait plus ou moins d'importance, mais qui était bel et bien là, et que l'on pouvait entendre si l'on décidait d'y prêter l'oreille. C'était ce que faisait Dean au quotidien, mais encore plus à cet instant, alors qu'il guettait la réaction de son chasseur d'interlocuteur. Il faut dire que lui-même avait usé d'un sous-texte tout sauf subtil en s'adressant au Hellsing, le laissant presque planer à la surface, dans le but, bien évidemment, qu'il soit entndu et compris, et il l'avait manifestement été, pour le plus grand bonheur de Dean, qui voyait se profiler une situation des plus savoureuses, un nouveau marché qui saurait aisément lui être profitable, et le protègerait encore un temps de la fureur de son interlocuteur, lui qui avait su survivre au patriarche Hellsing, non pas en combattant (c'était le meilleur moyen de voir s'écourter sa durée de vie) mais en négociant. Bon, il le savait, il usait et abusait de la patience de son interlocuteur, au bout d'un moment, il allait falloir qu'il la joue fine et calme un peu le jeu, mais pour l'instant, il savourait sa semi-victoire, car le sous-texte était bel et bien en sa faveur. Car si ses mots manifestaient un refus, Dean y entendait une véritable curiosité. Il ne voulait pas baigner dans ses combines, disait-il, sauf qu'il voulait quand même savoir ce qu'étaient ces combines en question, et c'était une chose sur laquelle il allait avoir grand plaisir à l'éclairer.

-Tu sais bien que je ne passe pas mes journées à me terrer dans ma grotte sans rien faire.
Il marqua une pause toute calculée. J'aime... faire des expériences, et je crois que l'une d'entre elles serait à même d'intéresser ta famille au plus haut point.

Là, il tournait volontairement autour du peau, c'est clair, mais c'était dans le but qu'augmente un peu plus encore la curiosité de son interlocuteur. Est-ce que cela serait suffisant ? Il ne pouvait rien prédire, mais il mettait un point d'honneur à prendre son temps pour dévoiler le pot-aux-roses, puisque duant ce temps là, c'était lui qui avait les clés en main, c'était lu qui détenait le contrôle, et face à un Hellsing, c'était toujours une perspective très plaisante. Mais il ne fallait pas tirer sur la corde pour autant.

-Mettons que mes "manigances", à long terme, puissent rendre toutes les créatures de Notre-Terre aussi humaines que toi-même, admets que toi et ta famille seriez bien contraints de vous sentir concernés par elle.


Bien sûr, l'intention de Dean n'était pas de voir toute créature disparaître. Après tout, il en était une lui-même, ce serait contre-productif, mais il présageait que, cette fois, il aurait la pleine et entière attention de son interlocuteur, et ça valait le coup, surtout si ses actions se voyaient cautionnées par les Hellsing. L'accomplissement que ce serait ! Mais bien sûr, c'était loin d'être gagné encore.












code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 51

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Mer 17 Juin - 0:36

Un marché est un marché


Le patriarche Hellsing écouta son interlocuteur, les bras croisés, sans l'interrompre, et sans rien afficher sur son visage qui puisse témoigner de ce qu'était son cheminement de pensée à l'heure actuelle. Il est certain qu'il ne pouvait que réprouver une grande partie de son discours, mais le simple fait qu'il magouille avec un sorcier en disait long sur les concessions qu'il était prêt à faire pour parvenir à meilleur dessein, garder un lièvre en vie pour appâter le reste du gibier, c'était ça, le but, mais quand il entendait Appers parler si légèrement de ses satanées magouilles, il reconnaissait avoir du mal à garder son calme et à se retenir de lui flanquer une balle entre les deux yeux. D'un geste, il pouvait tout arrêter. Il avait toujours une arme de réserve sur lui, pure question de précaution. Le Sorcier avait ses pouvoirs pour armes, c'est vrai... En attendant, il attendait avec de plus en plus d'impatience le jour où il en finirait avec lui. Sauf que ce n'était pas pour aujourd'hui. Aujourd'hui, il devait faire de son mieux pour conserver sa patience. D'autant que la proposition de son interlocuteur pourrait bel et bien éveiller son intérêt. Il s'abstint de toute réaction quand Dean lui fit remarquer qu'il ne consacrait pas ses journées à glander dans sa grotte. Bien sûr, que William le savait. Et d'ailleurs, c'était ce qui l'exaspérait tant dans le fait de le laisser en vie comme il le faisait, c'est que ce qui se tramait dans ces grottes était dangereux et louche. En ne l'empêchant pas, il avait le sentiment de le cautionner. Il aimait faire des expériences, ça oui... Et ces expériences se portaient bien souvent sur des sujets qui étaient vivants, et bien vivants, il en avait bien conscience.

Sa dernière expérience, qu'il disait, devait servir la famille Hellsing. Déjà, l'homme était très réticent. Non mais vraiment ! En quoi son interlocuteur pouvait-il imaginer que cette famille de chasseurs allait compter sur la magie pour parvenir à ses fins. Ils avaient des principes, de sérieux principes. Et clairement, ils ne se débarrasseraient pas de la magie en utilisant la magie, ce serait la solution de facilité. Tant pis si, en contrepartie, leur démarche devait être longue, très longue... Si bien que les générations futures auraient encore fort à faire... Ceci dit, il ne pouvait pas ignorer cette information nouvelle. Un moyen de rendre toutes les créatures humaines ? Bien sûr que ça devait éveiller son intérêt. Dans l'idée, en tous cas. Sauf que le procédé avait peu de chances de lui plaire, et il ne pouvait pas faire comme s'il n'en avait pas conscience.


"Tu sais quels sont mes principes, Dean."
déclara-t-il en plantant son regard dans le sien. "Jamais les Hellsing ne feront appel à la magie, quel qu'en soit l'usage. Jamais."

Son ton était ferme, définitif. Et en même temps, il était quand même curieux. Il devait avouer que cette solution pourrait résoudre tous leurs ennuis... Même si, une fois les créatures définitivement chassées de Notre Terre, il perdrait complètement le sens même de son existence.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 195

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Ven 19 Juin - 20:36


Un marché est un marché

L

es principes des Hellsing, oui, Dean connaissait parfaitement cela. Il les trouvait à la fois absurdes et amusants (amusants parce qu'absurdes, au passage). À force de ne pas vouloir dépendre des créatures et tout refuser d'eux, ils allaient forcément finir par vivre en autarcie. Ils ne pouvaient décemment pas respecter leurs propres préceptes, et à coup sûr, il les avait trahi plus d'une fois sans le savoir, c'était impossible autrement. Combien de créateurs parmi les vendeurs y avait-il au marché pour combien d'humains ? Le village était peuplé de nombreuses créatures qui se fondaient dans la masse et priaient pour que leur secret ne soit pas trahi. Est-ce que, tant que les Hellsing ne savaient pas qu'ils avaient affaire à des créatures, ils pouvaient tout accepter d'elles pour ensuite refuser d'emblée, comme si de rien n'était ? C'était là une démarche pour le moins hasardeuse, et surtout hypocrite. Le fait que le patriarche Hellsing accepte des informations de sa part, n'était-ce pas la preuve qu'il agissait en contradiction totale avec ses prétendus principes ? Bon, ok, là, on atteignait un degré encore différent, un Hellsing qui utiliserait la magie à son compte ? Bien sûr, ce ne serait pas tolérable, mais le Sorcier savait déjà tout à fait de quelle façon contrer ses arguments. Il avait découvert une opportunité, il ne comptait pas passer à côté, certainement pas, il avait mille façons d'y gagner. Il allait seulement falloir se montrer convaincant. Cela étant, cela faisait partie de ses attributions, on ne parvenait pas à avoir tant de sbires à sa disposition en ayant l'éloquence d'un poisson rouge.

-Ai-je parlé de magie ?
demanda-t-il très innocemment, un air sûr de lui sur le visage, avant de planter son regard dans celui de son interlocuteur. Je parle de science, ni plus ni moins que de science.

D'accord, il mentait un peu. Ses expériences nécessitaient bien souvent, d'une manière ou d'une autre à ce qu'il utilise la sorcellerie. Cela étant, il considérait bel et bien ce qu'il faisait comme des expériences purement scientifiques. Et au final, la magie était un accessoire utile plus qu'un moyen indispensable. C'est ce qui lui permettait de garder ses cobayes en vie, et c'est peut-être ce qui l'aiderait ) préparer sa potion finale. Mais ses recherches actuelles, celles qui visaient à trouver l'origine de la magie, le lieu de sa concentration physique, correspondait à de l'anatomie bien plus qu'à une quelconque forme de magie.

-Je peux te promettre que je n'ai pas l'intention d'utiliser la magie pour ce qui nous intéresse. Tu pourras vérifier, si tu le souhaites.

Le ton de sa voix était à la fois détendu et assuré. Il savait qu'il en faudrait sûrement plus pour gagner la confiance de son interlocuteur, mais il procédait par étapes. Et si l'homme voulait des preuves, le Sorcier saurait lui en donner qui soient à la hauteur. Il y voyait un intérêt véritable, un nouvel échelon à gravir dans leur singulière collaboration, et il était convaincu qu'il aurait tout à y gagner.












code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 51

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Lun 6 Juil - 21:34

Un marché est un marché


William s'estimait assez doué pour jouer avec les mots et se jouer des mots, ça pouvait être utile, dans cette circonstances, et quand les conversations devaient gagner en double significations, il n'était jamais largué. Ceci dit, s'il aimait en user, il n'appréciait pas forcément de se trouver face à des adversaires qui savaient parfaitement l'utiliser, eux aussi, et qui pouvaient donc tirer profit de ce sens de la rhétorique supposé si bien lui servir. Quand Dean jouait avec les mots, c'était exactement ainsi que le patriarche Hellsing voyait les choses, par exemple. Il lui disait ne pas vouloir utiliser la magie... Comme si ce qu'il sous-entendait pouvait être seulement le produit d'une quelconque expérience scientifique. Certes, William n'était pas sans ignorer que son interlocuteur aimait à jouer les savants fous depuis son laboratoire, et qu'il aurait par ailleurs pu devenir un éminent scientifique s'il n'avait pas fait des choix de vie que le chasseur ne savait pas qualifier autrement que de déplorables, mais derrière les résultats qu'il obtenait, il y avait toujours un fond manifeste de magie, qui le dérangeait, et qui le poussait à se reprocher à lui-même de ne pas s'en prendre frontalement au sorcier, et lui faire payer de façon très mérité les crimes dont il était coupable et sa nature totalement infamante. Donc, il restait sur ses gardes. C'était normal, il n'allait certainement pas cautionner ce genre d'actions criminelles. C'est vrai qu'il en était un, lui aussi, de criminel, mais lui servait une noble cause qui ne pouvait que dépasser de très loin l'entendement de quelqu'un comme Dean Appers.

"Ce qui t'intéresse, Dean. Je ne me souviens pas avoir dit un seul instant que j'avais l'intention de devenir ton.... complice."


Complice, rien que le mot arrivait à lui décocher une sévère grimace. C'était déjà trop que d'être quelque part associé à un sorcier comme il l'était en acceptant de ne pas tuer Dean. C'était quand même, malgré tout ce qu'il pouvait bien dire, de la mauvaise foi de sa part, parce que s'il avait un vrai moyen de débarrasser les créatures de leurs pouvoirs, il ne pourrait pas passer à côté. Mais comment la magie pourrait-elle ne pas être impliquée du tout dans tout ça ? Elle ne pouvait pas le croire.

"Comment veux-tu que je vérifie une telle chose ?"


C'était simple que de faire des promesses, mais William n'était pas né de la dernière pluie, s'il devait vraiment prendre part à ce marché, il voulait être certain de ne pas prendre part à tout ce qu'il détestait... Il allait falloir que Dean se montre très convaincant, et vu la réticence du tueur de créatures, ce n'allait pas être une mince affaire que de parvenir à obtenir de lui un accord aveugle. Il voulait la certitude qu'on ne lui parlait pas d'une utopie quelconque, et être encore plus certain qu'il n'allait pas se faire entuber dans l'affaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 195

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Ven 10 Juil - 15:39


Un marché est un marché

W

illiam avait beau dire, Dean était convaincu qu'il avait su éveiller chez le patriarche Hellsing cette très saine curiosité qu'il avait voulu faire naître en lui. Il faut dire que le Sorcier avait en lui-même une foi éperdue et le sentiment d'être bien incapable de se tromper, alors forcément, on en arrivait à ce genre de situations, où il était tellement certain d'avoir l'ascendant qu'il laissait couler les réflexions de son interlocuteur couler sur lui avec l'indifférence la plus totale. Il fallait que son intérêt ait été aiguisé par le propos du Sorcier, il le fallait forcément. Il pouvait prétendre le contraire, prétexter que s'il y avait de la magie à l'oeuvre, ça ne l'intéressait pas (ce qui était cohérent en soi, ceci dit) mais les faits étaient les faits. Il lui promettait ce que tout Hellsing digne de ce nom pouvait bien espérer. Il ne pouvait pas rester indifférent à cette proposition, décemment pas.

Il lui faudrait peut-être un léger temps de réflexion, que Dean lui accorderait au passage avec le plus grand des plaisirs, si cela pouvait aboutir à ce qu'il escomptait, mais il reviendrait forcément vers lui, parce qu'il avait bien trop à y gagner, sans avoir grand chose à perdre autrement. Il pouvait bien prétendre ne pas vouloir devenir son complice, par ailleurs, il était manifestement déjà trop tard, car s'il n'avait pas dû l'être, Dean serait mort à l'heure qu'il est, le chasseur l'aurait tué comme il avait tué bien d'autres sorciers avant lui. en acceptant de conclure leur petit deal, il s'était déjà mué en complice depuis plusieurs années déjà, il n'ajoutait qu'une corde à son arc en acceptait de mouiller dans ses combines, et au final, Dean lui laissait même l'avantage, quand bien même il y trouverait sans mal son compte lui aussi. D'ailleurs, un sourire satisfait orna le visage de Dean quand il entendit William ne plus savoir dissimuler sa curiosité et feindre le désintérêt, réclamer la preuve que la magie ne serait pas utilisée au cours de leurs expériences. Bien sûr, la magie devrait forcément l'être, mais Dean supposait qu'il pourrait s'y employer en amant, sans que William n'en sache jamais rien. Après tout, ça restait malgré tout le but de la manoeuvre, faire de la science avant toute chose, même si c'était dans les limites que la magie pouvait repousser que résidait l'intérêt de Dean.

-Tu pourras assister à toutes les expériences que tu souhaites si cela peut te rassurer.


Après tout, ça ne le dérangeait pas d'avoir des spectateurs supplémentaires s'il pensait avoir un moyen d'en tirer profit. En l'occurrence, il n'avait pas vraiment de doutes sur la question. Il savait pertinemment ce qu'il pourrait en retirer, et cela allait au-delà de sa survie personnelle, même si c'était déjà pas mal. Il voyait une collaboration fort utile et durable se profiler. À la fin, l'un comme l'autre seraient en droit de se trahir. La question était seulement de savoir qui lancerait les hostilités en premier. Ils avaient du temps, pensait Dean. Si William avait voulu rompre leur marché, il l'aurait fait depuis longtemps déjà.












code by Mandy

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 51

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   Ven 14 Aoû - 0:01

Un marché est un marché

William était très sceptique, pas du tout certain de ce qu'il devait faire et de ce qu'il devait croire. La vérité, c'est qu'il se retrouvait face à un dilemme. Il avait beau donner à Dean l'illusion d'un refus en devenir, en fait, il était totalement incertain quant à ce qui convenait de faire. S'il existait effectivement une solution, un moyen de débarrasser notre terre de toute sa magie, le patriarche Hellsing ne pouvait pas faire comme si de rien n'était et passer son chemin. L'opportunité était trop grande, même si elle impliquait qu'il pactise avec le diable et faire ce que tout chasseur refuse normalement de faire, à savoir s'associer avec une créature. Non, il ne pouvait renier l'idée que Dean avait fait naître dans son esprit. Sa famille s'était toujours consacrée à la traque des créatures, et cela depuis toujours, mais ce n'était pas pour autant qu'ils n'aspiraient pas à une autre vie (même si William ne trouverait plus beaucoup d'intérêt et d'usage à son existence s'il ne remplissait plus la tâche familiale). Il ne voulait peut-être pas cette vie pour lui, mais il la voulait pour ses enfants. Un futur où Andrew et Aaron pourraient mener un train de vie digne de ce nom, sans avoir encore à verser le sang, il ne pouvait que leur souhaiter cela. Si Dean avait un moyen d'y parvenir, il ne pouvait pas l'ignorer, même s'il avait vraiment le sentiment que c'était trop simple. Même si le sorcier disait qu'il se contentait de simple science, même en contrôlant les expériences de ce dernier, il ne pouvait pas être sûr qu'il n'y avait pas de la sorcellerie derrière. Il était coincé. Et en tous cas, il n'était pas question qu'il prenne de décision tout de suite. Ce serait dangereux et complètement hasardeux, il ne pouvait pas se le permettre. Il ne pouvait pas prendre de décision tout de suite. Il fallait qu'il consulte Abygaëlle, il ne pourrait pas en parler aux enfants, ils ne comprendraient pas, mais sa soeur devait impérativement être dans la confidence.


"Rien de ce que tu dis ne me rassure."
répliqua-t-il très sèchement.

Et, sans prévenir, il se redressa. Ils n'avaient plus rien à se dire. Et, en fait, il ne savait pas vraiment si une décision sur le vif mènerait à quoi que ce soit de profitable. Déjà, il avait bien des questions à poser, mais il ne voulait pas entendre de mensonge pour réponse. Pourquoi une créature déciderait-elle d'anéantir ceux de son espèce. Certes, il était condamné, c'était même sur ce temps de vie compromis que reposait leur "collaboration" en premier lieu, mais pouvait-on tout mettre sur le dos de sa mégalomanie ? C'était un point auquel il allait lui falloir réfléchir très posément. Mais il ne le pouvait pas pour l'heure. Il n'avait pas encore toutes ses cartes en main, et tant qu'il ne les aurait pas rassemblées, tant qu'il n'aurait pas matière à deviner le jeu adverse, il allait s'abstenir de rejoindre la partie.


"Je te ferais signe, mais n'attends rien de moi. Si ce n'est le châtiment que je t'ai promis à notre rencontre."


Il ne dit rien de plus, ces mots lui redonnaient contenance, alors il valait mieux qu'il cesse ici. Sans plus rien dire, il abandonna donc la grotte du sorcier, et fit route vers le village.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Un marché est un marché [pv William]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un marché est un marché [pv William]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marché Vallière, Marché-en-Fer, Marché Hyppolite, Marche Pep la
» Un marche public inacheve a Petion-Ville...
» Marché - Place du Marché (Spectacle) - 0.1 - Artistes
» Allons au marché ♪ [PV: S'hira et Anna]
» TOR mets sur le marché :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Reste du monde :: Montagnes :: Grottes-